Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2009

Le musée des méprises (1)

     Un matin où nous prenions ensemble notre petit déjeuner, moi encore passablement ensommeillé devant ma tasse de café, ma chère compagne, un peu plus éveillée que je ne l'étais, se mit en tête, pour modérer sans doute mon excessive consommation  de café quotidienne, de me convertir à sa religion du thé matinal en m'en vantant toutes les vertus supposées (vertus que je ne discute pas au demeurant).

    Je vous passe le détail des arguments avancés, tous assurément plus convaincants les uns que les autres, mais n'étant cependant pas de nature à modifier durablement les habitudes d'un buveur de café impénitent tel que moi. J'écoutais donc d'une oreille semi attentive cette litanie de bienfaits que procure une consommation journalière de thé vert (le thé noir ou rouge ayant selon elle moins de vertus, cela dit pour les amateurs de ces deux breuvages), et j'allais sans doute me rendormir si je n'avais été brutalement secoué de ma torpeur par le dernier argument qu'elle venait de m'asséner: à l'entendre, en effet, le thé vert était une boisson notoirement antisémite !

    Bien que n'étant ni juif ni arabe mais de vieille souche sarthoise depuis 52 générations, je n'en suis pas moins sensible aux discriminations de toutes sortes dont nombre de nos contemporains peuvent être victimes en raison de leurs origines. Cependant sceptique sur la possibilité que peut avoir un breuvage d'afficher des opinions aussi discutables (mais pour dire vrai ma réaction eût été semblable si elle avait affirmé qu'au contraire le thé vert était antiraciste), je me mis en devoir de comprendre les raisons d'une telle affirmation. Il est connu, m'expliqua-t-elle alors, que le thé vert tue les bactéries, la preuve étant que ses feuilles sont utilisées dans la pharmacopée chinoise traditionnelle pour la confection d'onguents désinfectants. Ce qui en fait donc bien une boisson antisémite. De sceptique que j'étais, je devins alors moi aussi antiseptique.

Remy Ricordeau

15/10/2008

Pour servir à l'histoire de Marie-Louise et Fernand Chatelain (3): la poésie envolée

   

Fernand Châtelain,personnage à double tête, photo Clovis Prévost, années 70 (Les bâtisseurs de l'imaginaire.jpg
Fernand Chatelain, personnage à deux têtes, années 70, ph.Clovis Prévost

    Pour conclure le feuilleton Chatelain, j'ai envie de mettre en parallèle une ou deux images d’œuvres d'avant et d'après restauration. En tentant de comparer ce qui peut l'être. Je devine que la manière de poser les couleurs notamment, chez Chatelain, constitue une grande différence avec celle des restaurateurs du site actuel, nettement plus lourde, sans nuances. Un peu comme des peintres en bâtiment sont ces "restaurateurs"...

Fernand Châtelain,le personnage à deux têtes (après restauration), ph Rémy Ricordeau, sept 08.jpg
Après le passage de la patrouille de restauration, 2008 ; photo Rémy Ricordeau
Fernand Châtelain, personnage à deux têtes, 1983, photogramme Les jardins de l'art immédiat, Bruno Montpied.jpg
Le personnage aux jambes en tire-bouchon en 1983, il est placé de l'autre côté de la barrière de la propriété, les couleurs, les lignes, rien n'est fermement appliqué, une impression de fragilité se dégage... ; photogramme Les Jardins de l'art immédiat, B.Montpied

    Le personnage à double tête, sorte de Martien, aux nez emmêlés, aux bouches en zig-zag, aux jambes vrillées pathétiquement, peint sans uniformité et sans lissage particulier dans les années 70, se retrouve en 2008 particulièrement bien peinturluré, au point de ressembler à un décor d'aire de jeux pour enfants. Comme si on avait cherché à masquer une vérité qui dérange (et comme on a refait l'intérieur des statues en enlevant les matériaux anciens, jugés de mauvaise qualité, du grillage et du bourrage de vieux papiers de journaux, pensez donc... Là, on a voulu bâtir pour la durée, 150 000€, c'est pas donné...).

Fernand Châtelain,le lièvre fantastique, en ruine, 2002, ph.B.Montpied.jpg
Bugs Bunny, en ruine,  2002, photo B. Montpied
Châtelain, ph Rousseau, 1969, extrait du blog Animula Vagula.jpg
Le même en 1969, photo Rousseau, voir le blog Animula Vagula ; cette photo est en effet précieuse car elle est prise très prés des débuts de la création du site de Chatelain ; si l'on constate que Chatelain, finalement, pouvait bien lisser quelque peu ses matières, il utilisait les couleurs sans lourdeur, le résultat ressemblant au coloriage d'un crayon de couleur, d'une craie, d'un pastel ; les formes sont délicatement modelées de même

     Celui qui est appelé Bugs Bunny, personnage particulièrement impressionnant avec sa gueule découvrant des incisives carnassières, ses bras partis encore en vrille, ses yeux exorbités, ses immenses oreilles de lièvre, a été passablement "arrangé" lui aussi en 2008.

Fernand Châtelain, Le lièvre en 2008, ph.Rémy Ricordeau.jpg
On notera au jeu des 7 erreurs les couleurs changées et en plus moche, le mouchetis des animaux sur les jambes beaucoup plus grossièrement appliqué, l'air abruti du lapin, la forme moins large de sa tête, le nez planté différemment, les oreilles plus molles, les spires plus ratatinées... ; photo Rémy Ricordeau, 2008

     Une autre saynète achèvera peut-être de convaincre tout un chacun de la main lourde des restaurateurs, c'est le char de "Pégase" avec le chien au chapeau conique (et comique) qui tient les rénes.

Fernand Châtelain (1983) photogramme Jardins de l'Art immédiat Bruno Montpied.JPG
Fernand Chatelain, Pégase, en 1983, photogramme extrait de Les Jardins de l'art immédiat, B.Montpied ; le chien apparaît loufoque, le cheval est gentil et de bonne volonté... De plus il vole...
Fernand Châtelain,Pégase,ph.Rémy Ricordeau, 2008.jpg
Le même ? Il paraît poser par terre, inerte à présent, Pégase se dresse mollement, le conducteur, au chapeau trop régulier ressemble désormais à Pif le chien, et, comme le lièvre, arbore une expression de parfait simplet, pour ne pas dire plus... La scène est complètement figée

     Le chien était encore drôle en 1983 lorsque je le filmai en Super 8, suspendu plus en hauteur grâce à des cageots et des étais plus longs, ce qui lui donnait l'air de voler (logique puisqu'il était tracté par le cheval ailé Pégase). En 2008, décidément la poésie s'est envolée. Ferlaure Chatevanne est passé par là. Et pourtant, on a essayé de se documenter un peu (contrairement à ce qui a pu être affirmé). Mais il faut croire qu'on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve... Ou bien, que tout dépend de la sensibilité de celui qui tient le pinceau et de sa plus ou moins grande empathie avec le créateur d'origine. La documentation n'est pas tout, la philosophie de la conduite de vie d'un Fernand et d'une Marie-Louise Chatelain doit être aussi comprise. Un film comme Séraphine, de Martin Provost, sorti sur nos écrans ces jours-ci, est là pour nous prouver que l'empathie avec une créatrice, pourtant aussi rare que Séraphine Louis, même à tant d'années de distance, est possible. Chatelain a eu moins de chance, voilà tout. Peut-être alors, comme l'avait laissé entendre Clovis Prévost, à la journée d'études de Villeneuve-d'Ascq sur les habitants-paysagistes le samedi 10 décembre2005, faudra-t-il se résoudre un jour à songer dérestaurer une si calamiteuse"intervention"...

17/06/2008

Projection d'un film de Rémy Ricordeau à Nuitdencre galerie 64

   Une deuxième chance pour voir le film suivant:

Les anges de la piste

Un documentaire de Rémy Ricordeau ,2008, 76’

Produit par Zarafa films

     La troupe de cirque “Fei Fei” sillonne les routes de la province chinoise du Shanxi pour tenter de vivre de cette activité traditionnelle de divertissement populaire. Entre spectacles et déplacements, ambiances foraines et véhicules en perdition au bord des routes, moments de joie, de peine ou de fatigue, la vie de la troupe est confrontée aux rudes conditions d’existence des campagnes chinoises. Une métaphore de la Chine rurale contemporaine ...

Vendredi 27 juin 2008, à 20 h

Nuitdencre galerie 64

64, rue Jean-Pierre Timbaud

75011 Paris

Métro Parmentier

 

(Information transmise par Nuitdencre)