Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2018

A mouche que veux-tu? Un film étonnant de 1959 par René Chaumelle

      Au rayon des films d'amateurs qui sont parvenus à un certain résultat au point de vue talent et inventivité (en dépit de certaines lourdeurs et maladresses inhérentes au bricolage fait maison...), il faut bien sûr ranger en tête de gondole le film de René Chaumelle, A mouche que veux-tu?, de 1959, d'une trentaine de minutes, dont le sujet pourrait bien heurter aujourd'hui tout à la fois féministes contemporaines et défenseurs de la cause animale... (Voir ci-dessous le film proposé par la Cinémathèque de Nouvelle-Aquitaine)

 

      Mais on ne contestera cependant pas l'originalité certaine de ce film incroyable, joué par un certain Jean-Marie Masse, qui fut par ailleurs un grand collectionneur de disques de jazz sur la région de Limoges. C'est la preuve qu'un cinéma amateur peut recéler quelques pépites. René Chaumelle, hors contexte du sujet de ses films, avait un sens inné du cadrage photographique et une appétence certaine pour les vues et les montages originaux, inventifs, expérimentaux. Pour en savoir plus sur lui, on cherchera du côté du cinéaste Sylvain Morin qui lui consacra un documentaire en deux parties, Cinéma maison.

Commentaires

Ça me fait penser à un film d'animation québecois de Norman Mclaren. Voisins réalisé en 1952 C'est la même atmosphère déjantée. Vous pouvez le voir sur you tube ou directement sur le site de l'office national du film du Canada.

Écrit par : louise | 17/05/2018

Répondre à ce commentaire

Ah, Louise du Québec, je me suis aperçu, grâce à vous, que je l'avais, ce "Voisins" de Mac Laren, dans un DVD d'introduction à sa filmographie complète. Dès que j'aurai le temps, je le regarderai enfin (car, je l'avais mis de côté sans le visionner, et l'avais bien entendu oublié...). Merci à vous, cousine du Canada.

Écrit par : Le sciapode | 18/05/2018

Un film hallucinant et plein d'humour, inscrit dans un contexte social et culturel encore proche de nous dans le temps, mais aujourd'hui totalement disparu. A propos du sadisme infantile dirigé contre les mouches, ce film me rappelle un passage des souvenirs de Misia Sert rapporté par Elias Canetti dans « Le Collier de mouches » : « L'une de mes petites compagnes de dortoir était passée maîtresse dans l'art d'attraper les mouches. De patientes observations de ces animaux lui avaient permis de repérer l'endroit exact où il fallait les embrocher pour les enfiler ensuite sans les tuer. Elle se confectionnait ainsi des colliers de mouches vivantes et s'extasiait sur la divine sensation que lui procurait le contact sur la peau de leurs petites pattes désespérées et de leurs ailes frémissantes ».

Écrit par : Joël Gayraud | 18/05/2018

Répondre à ce commentaire

C'est l'occasion, comme le héros de ce film, de relire "Les Chauffeurs", fresque historique populaire de Georges Faber en 130 livraisons publiée chez Fayard entre 1906 et 1908, avec ses illustrations sadomasochistes, consacrée à ces troupes de bandits ruraux qui "chauffaient" les pieds de leurs victimes pour leur faire révéler où ils cachaient leurs économies (les plus célèbres furent les Chauffeurs de la Drôme).

Écrit par : La cuistre | 21/05/2018

Répondre à ce commentaire

Quel œil de lynx, Mme Cuistre (de nymphe?), il fallait le déchiffrer ce titre des "Chauffeurs", posé effectivement sur la table du "Monstre" à côté de la guillotine à mouches.
Personnellement, je suis plus frappé par les références cinématographiques de René Chaumelle, du côté de l'acteur Saturnin Fabre (la diction sentencieuse et ampoulée au début, imitant le timbre, aussi, de Fabre), ou de la célèbre musique à base de sifflotements que l'on trouve dans "le Pont de la rivière Kwaï", qui devrait rappeler des souvenirs à certains commentateurs sur ce blog...

Écrit par : Le sciapode | 21/05/2018

La fin fait très delirium tremens...Les bruitages sont impressionnants...Cauchemardesque ce film!

Écrit par : Darnish | 21/05/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire