Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2010

Friches de l'art, le blog

     Joseph Ryczko, un des accros des arts singuliers sur la planète des amateurs d'art spontané, auteur d'un fanzine intitulé Les Friches de l'Art , qui était plutôt confidentiel il faut bien le dire, et traitait souvent davantage d'art des Singuliers que d'art brut proprement dit (je me base sur les rares numéros auxquels j'ai été éphémèrement abonné) - continue-t-il d'être publié (il semble que oui, ils en étaient il y a peu encore au n°33 et des brouettes... de facteur Cheval bien sûr)? L'information ne me parvient que difficilement, par bribes... - Joe Ryczko s'est lui aussi mis au blog depuis 2008. Il semble que ce fut un départ bref, suivi d'un long silence - pas de notes après 2008, durant toute l'année 2009. Cela reprend plus énergiquement puisque les notes tombent à présent comme à Gravelotte. Mais peut-on faire remarquer qu'on aimerait tout de même lire sur ce blog autre chose que des resucées des dossiers de presse, et autres copiés-collés d'anciens articles repris du fanzine, et davantage d'articles écrits spécialement pour le blog, des interprétations ou des opinions personnelles, et surtout inédites? Je sais qu'on me rétorquera que cela permet de donner les articles non lus au public qui n'est pas abonné, mais cela donne en même temps l'impression aux internautes qu'on ne trouve pas internet digne de recevoir autre chose que les copies des éditions papier, cela marque ainsi un certain dédain préjudiciable à la lecture de ce blog. Au point de vue de l'esprit critique, cela reste aussi pour le moment largement consensuel et plutôt timide. 

Joe Ryczko, Les Frichesde l'Art,fanzine.jpg
Quelques numéros anciens du fanzine édité pour Paris, Londres, New-York...

     Je suis loin, également, de partager les mêmes enthousiasmes que lui vis-à-vis de tel ou tel sujet ou créateur, mais enfin, il fait partie du paysage des amateurs qui militent pour une reconnaissance des différentes formes d'art spontané depus tellement d'années qu'il serait malhonnête de ne pas signaler ce nouveau blog éponyme de ses Friches de l'Art donc (plus je le regarde, plus je me dis que le blog est conçu comme la vitrine du fanzine). Je le joins à ma liste de liens pour que le lecteur se fasse une idée. A souligner la note que Joe Ryczko  - le premier? - a écrit sur Gabrielle Decarpigny, créatrice de Bagnères-de-Luchon (Non! Bagnères-de-Bigorre, voir commentaire ci-dessous...) à qui il avait d'abord consacré un article dans Création Franche, que j'avais signalée en son temps sur ce blog. Cette dame a elle aussi créé un site que j'ajoute également dans mes liens.

Gabrielle Decarpigny, dessin.jpg
Gabrielle Decarpigny, dessin, extrait de son site

Commentaires

Mon cher Bruno,
La consultation de ton blog me conduit à te faire quelques remarques suite à un certain nombre de tes propos qui me choquent, d'autant que tu me cites de temps à autre. A ce sujet le dandy de muraille de Chaissac n'est pas un portrait symbolique de Robert Giraud, mais de son frère Pierre. Ta mémoire t'a fait défaut, ce n'est pas grave.
Par contre un certain nombre de tes attaques me semblent graves.
Je prendrais trois exemples :
Tes attaques permanentes contre la restauration du jardin de Fyé, m'ont beaucoup choqué, d'autant qu'elles reviennent en leitmotiv. Certes on n'a le droit de ne pas être d'accord, (ce qui n'est pas mon cas, ayant connu le jardin du vivant de son auteur je trouve que le travail de restauration est correctement fait et préfère qu'il en soit ainsi plutôt que sa destruction et autres pillages ainsi qu'il en était ; j'y ai d'ailleurs participé par l'intermédiaire de mon amie Claude Lechopier en fournissant quelques photos), mais cela ne justifie pas les attaques personnelles inadmissibles, publiques et blessantes contre la jeune restauratrice. D'autant que tout cela s'étale sur le net. Certes on peut toujours répondre lorsqu'on est averti, mais le mal est fait d'abord, sans se soucier des conséquences et pour la seule satisfaction de son égo.
Tu m'excuseras, mais ce n'est pas mon éthique dans le débat.
Idem pour tes attaques contre Jean-François Maurice dont tu me disais le plus grand bien lorsque tu m'avais rencontré, il y a bien longtemps.
Et voila que tu récidives contre cet adorable Joseph Ryczko, dont la gentillesse ne ferait pas de mal à une mouche. Du coup c'est moi qui prends la mouche !
Contrairement à ce que tu sembles penser il n'y a pas, au moins sur ce sujet, une seule opinion, mais de multiples et là comme ailleurs la confrontation fraternelle d'idées et d'opinions me semble plus fructueuse que des anathèmes sans justifications. ¨Pourtant je me suis moi-même livré à des polémiques, entre autres au sujet de Chaissac où j'ai attaqué le point de vue de Michel Ragon par exemple, mais sans attaques personnelles.
Je pense de plus que cette attitude est nuisible à la défense de l'art populaire et autres auquel tu tiens si je ne me trompe ?
Il fallait que je te dise tout cela. Voila qui est fait.
Bien à toi.
Charles Soubeyran

Écrit par : Charles Soubeyran | 29/03/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je vous remercie pour les pages que vous me consacrez et vous précise simplement
que je réside à BAGNERES DE BIGORRE et non à BAGNERES de Luchon.

Avec tous mes respects

Gabrielle Decarpigny

Écrit par : decarpigny gabrielle | 29/03/2010

Répondre à ce commentaire

Charles,
Merci de reprendre contact, même si c'est pour me tancer. Je suis toujours prêt à écouter les remarques.
Je ne vois pas où il y a de ma part, sur ce blog, des attaques "personnelles" contre la restauratrice du site de Châtelain.
Ce que j'ai écrit sur elle dans ma note sur le site de Fernand Châtelain que je continue de trouver restauré de façon discutable s'appuie sur des entretiens et les propos tenus par elle à une journée d'études qui s'est tenue au musée de Villeneuve-d'Ascq. Je ne l'attaque à aucun moment personnellement, ou bien les mots ne veulent plus rien dire.
Je constate en outre que tu as fait un lapsus intéressant au plan de l'inconscient dans la phrase "on n'a le droit de ne pas être d'accord"... C'est comme si tu avais écrit: "on n'a pas le droit de ne pas être d'accord". Est-ce donc cela que veut me dire ton commentaire?
J'ai écrit ce que je pense, avec précision il me semble. Que tu ne sois pas d'accord te regarde. Comme tu le vois, je n'ai pas censuré ton commentaire.

J'aimais beaucoup le site de Fernand Châtelain, et j'ai été passablement estomaqué du résultat de la "restauration" qui m'apparaît comme une mainmise sur une oeuvre pour la détourner. J'ai le droit d'exprimer cette opinion, comme tu as le droit de penser le contraire.
Tu essayes de chercher des défauts rédhibitoires (les attaques personnelles imaginaires) parce qu'au fond cette opinion te choque, et tu ne sais comment la rabaisser. Cela m'impressionne désagréablement que tu emploies ce genre d'argumentaire.

Sur Ryczko. J'ai modifié un peu ma note depuis tes remarques. Il y avait en effet quelques termes excessifs. J'ai remplacé "mépris" par "dédain"... Je reste cependant persuadé que Ryczko n'est vraiment pas généreux avec les internautes qui attendent des infos, des découvertes.

Sur Maurice, je ne retire rien de ce que j'ai dit. Il m'a calomnié un jour en rapportant dans un texte publié qui resta longtemps sur internet (et fut édité à 15 exemplaires chez un minuscule éditeur spécialisé dans l'art singulier) des propos mensongers qu'il m'attribuait, mettant en cause deux de ses amis, propos qui pouvaient les blesser. Il est devenu pour moi de ce fait une sorte de concierge de l'art brut. C'est aussi bien de le traiter publiquement de ce sobriquet que de l'attaquer en diffamation, ce que toute cette affaire ne méritait tout de même pas.
J'ai été ami en effet avec lui, ce ragot malveillant l'a disqualifié à mes yeux. Ses publications par ailleurs ne m'inclinent pas à me réconcilier avec lui. Il vient de trouver une idée géniale tout récemment dans son Gazogène en affirmant que l'art religieux était la source occultée de l'art brut. Maurice aurait-il à son tour, comme M.Laurent Danchin et ses hypothèses à connotation New Age, trouvé son chemin de Damas?

Plus généralement, ce n'est pas parce que nous nous intéressons tous à l'art brut et consort que nous devons tous nous taper sur le ventre. Je ne vois pas la nécessité d'une confraternité avec des gens qui aiment mal les mêmes choses que moi.
Tu m'écris qu'il n'y a pas une opinion sur les sujets liés à l'art brut mais plusieurs... Comme si je ne le savais pas! Pour qui cherches-tu à me faire passer?
J'ai en fait l'impression que ce sont ceux qui me rétorquent ce genre d'argument qui ont justement envie que règne une pensée unique, "confraternellement" partagée dans la même bouillie.
Le vaste forum qu'est (aussi) internet permet l'échange des opinions, c'est pourquoi je m'y suis lancé, mais pas pour y tenir une langue de bois consensuelle à l'image de ce que l'on trouve déjà dans les médias dominants. Les blogs permettent le droit de réponse instantané. Ils peuvent être aussi amendés dans leurs notes, ou accentués (cela m'a permis notamment de corriger la faute que tu me signales à propos de Pierre Giraud dans la note sur Les Etoiles noires). Cela me paraît un excellent truchement pour débattre, nouveau et moderne. Certains parmi les amateurs d'art brut sont gênés devant cette liberté nouvelle, m'est avis. Pas moi, contrairement à ce que tu peux insinuer. Je sais en écrivant les notes de mon blog à quoi je m'expose. J'ai déjà eu l’occasion de recevoir des commentaires acerbes (pas toujours franchement signés de vrais noms, mais chacun fait comme il veut).
Voilà ce que j'avais à te répondre.
Bruno

Écrit par : Le sciapode | 29/03/2010

Répondre à ce commentaire

Monsieur Montpied à la mémoire courte, lorqu'il sévissait sur le net sous le pseudo de l'infatigable, notamment sur le blog d'Animula (Jean Louis Lanoux).
Concernant le site de Fernand Chatelain, chacun pense ce qu'il souhaite, mais je crois qu'il était préférable de le sauver, là non plus je n'ai pas souvenir d'interventions de votre part.
Une belle journée
Olivier Nollier

Écrit par : Olivier Nollier | 30/03/2010

Répondre à ce commentaire

Enfin, Jean-Louis Lanoux n'est pas tendre non plus sur son blog dans son appréciation du site de Fernand Chatelain:
http://animulavagula.hautetfort.com/album/fernand_chatelain_avant_apres/page1/
Ses photos comparatives sont éloquentes. Et tant mieux ! Jusqu'à preuve du contraire, il en est de l'appréciation de l'art brut comme du reste: c'est la critique qui est salvatrice, qui permet d'avancer dans la confrontation, pas le consensus.

Écrit par : jean | 30/03/2010

Répondre à ce commentaire

A M. Nollier,
Pourriez-vous être plus précis au lieu de balancer dans le vague que j'ai "la mémoire courte"?Sur le fait de conserver le site de Châtelain, je dois vous signaler que je ne vous ai pas attendus pour informer dans les années 1990 tous ceux que cela intéressait de la mise en péril de divers sites, par voie de presse par exemple, dans Artension (2ème série), où j'attirais l'attention sur la maison de Monsieur G., le site de Da Costa Ferreira à Dives-sur-Mer, les rochers de Rothéneuf, M.Grazzi, etc... C'est une action qui a son importance. Si vous n'avez personne pour vous parler de ces sites extraordinaires, comment penser à les sauver (ou à ne pas les sauver du reste)? Est-ce que par hasard pour vous la main à plume ne vaut pas la main à charrue?
Dans ces années-là, qui suivirent de peu la disparition de M. Châtelain, et puis celle de Mme, il paraissait difficile d'intervenir, comme vous dites si légèrement, la commune éconduisant nombre de personnes qui demandaient des nouvelles (et qui m'en parlaient). Si le propriétaire des lieux, qui est maître chez lui, ne veut pas en entendre parler, il paraît difficile de faire plus qu'en parler (et même, parfois en parler peut faire plus de mal que de bien, la question n'est pas aussi facile à régler que vous paraissez le croire). De plus, je n'habite pas dans la région, ce qui ne m'empêche pas d'avoir un avis, figurez-vous. Je me suis occupé de glaner de l'information sur d'autres sites aussi. Ce qui prend du temps.
Bref, je n'ai pas de leçon à recevoir de vous. Sur ce plan-là en tout cas. Parce que les autres critiques, comme dit "Jean", sont toujours salvatrices lorsqu'elles contiennent une once de réalité.
D'autre part, il ne vous vient pas une fois à l'idée, me semble-t-il d'après le peu que vous consentez à nous dire, que les amateurs de ces sites pourraient très bien préférer les voir disparaître une fois le parcours de leurs auteurs achevé... Non pas parce qu'ils les détesteraient, mais tout au contraire parce qu'ils les aiment tellement qu'ils préfèrent les voir vivants avec leurs auteurs vivants. Ces créations environnementales, fusionnelles avec ceux qui les ont créés, une fois leurs créateurs disparus, perdent l'essentiel de leur sel. Cela vous effleure-t-il, monsieur le donneur de leçons?

Écrit par : Le sciapode | 30/03/2010

Répondre à ce commentaire

Concernant les leçons, effectivement vous êtes plus en avance que quiconque puisque, si je ne me trompe, vous en donnez au sens propre comme au sens figuré…
Pour le reste, votre acuité visuelle est en baisse, aveuglé que vous êtes par votre ego surdimensionné.
En effet, la mémoire courte ne concernait pas le site de Châtelain, mais votre allusion au pseudo d’emprunt, fort usité par vous-même à une certaine époque, notamment sur le site d’Animula, ou bidule machin chose…
Concernant Châtelain, je confirme pour votre gouverne que je n’ai pas souvenir que lors des projets de restauration vous soyez intervenu, ceci explique certainement votre défiance qui vire au sectarisme concernant ce site.

Écrit par : Olivier Nollier | 01/04/2010

Répondre à ce commentaire

Le pseudo auquel vous faites allusion était transparent, tellement que même vous, malgré votre évident dilettantisme, êtes au parfum. Ca n'était pas donc un pseudo bien mystérieux.
Ceci dit, je ne vois pas où j'ai pu écrire que j'étais contre les pseudos qui sur internet, comme ailleurs, peuvent tout à fait se justifier pour des tas de raisons. Vous lisez comme un dilettante vous dis-je.
Le dilettantisme a son charme, sauf quand il ressemble à de la malveillance.
Tout le monde pourra juger en outre de vos capacités de ce côté-là, vos petites remarques sur mes hypothétiques activités de "donneurs de leçons" (je n'ai pas à vous dire si cela est vrai ou non), remarques qui touchent à la vie privée, étant tout prés des manoeuvres de basse flicaille.
Pour Châtelain, pour que je puisse donner mon avis sur le projet de restauration, il eût fallu que je sois au courant qu'il y avait un projet! Or, n'ayant aucun contact précis sur place depuis bien longtemps, je n'en ai rien su. Vous pensez peut-être que je suis renseigné sur tout, mais vous me prêtez beaucoup.
Cette ignorance du projet, je crois bien que l'Infatigable l'avait déjà dit et reredit. Que ceux qui lisent et se tiennent au courant de ces passes d'armes avec les défenseurs de la restauration Châtelainesque pardonnent donc toutes ces ratiocinations.

Écrit par : Le sciapode | 01/04/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire