09/12/2013

La Fabuloserie a trente ans, exposition au musée Singer Polignac

     Pour les trente ans de la Fabuloserie, Déborah Couette, une des trois commissaires de l'exposition "Un Autre Regard, l'Art-Hors-les-Normes d'Alain Bourbonnais dans les murs de la collection Sainte-Anne" qui durera du 13 décembre 2013 au 16 février 2014, Déborah Couette, ainsi qu'Antoine Gentil, m'avaient récemment confié qu'on allait sortir des réserves de la fabuleuse collection de Dicy (c'est dans l'Yonne, pas loin de Joigny) un certain nombre de trésors cachés et donc peu connus. On allait voir ce qu'on allait voir... Voici en définitive la liste des créateurs qui seront exposés au musée Singer Polignac (qui se trouve dans l'enceinte de l'Hôpital Sainte-Anne dans le XIVe ardt à Paris) par nos trois commissaires (le troisième est Anne-Marie Dubois):

Liste des créateurs exposés.jpg


     Les amateurs d'art brut fraîchement débarqués sur le sujet y trouveront sans doute leur miel, puisqu'on a semble-t-il songé à eux en ménageant quelques grands noms au sommaire, Aloïse, Scottie Wilson, Thérèse Bonnelalbay, Gaston Chaissac, Simone Le Carré Galimard, François Portrat, Pascal Verbena, Emile Ratier, Michel Nedjar, "Pépé" Vignes, Joseph Barbiero... tous ayant été exposés aux cimaises de la maison-musée, ou dans le parc unique en son genre consacré à des fragments d'environnements créés par des habitants-paysagistes imaginatifs, au fil des trente ans (et n'en ayant été que rarement décrochés). Mais peut-être que les commissaires  auront sélectionné quelques œuvres moins connues, gardées au secret ? Nous verrons bien.

 

Therese-Bonnelalbay,-ss-tit.jpg

Thérèse Bonnelalbay, sans titre, encre sur papier, 24x32 cm, 1979, coll. BM


Salle du haut de la Fabuloserie.jpg

A la Fabuloserie, la salle sous les combles, Albert Sallé, Pierre Petit, Emile Ratier, Pascal Verbena, etc., visuel dossier de presse "Un Autre Regard"

        J'attendais personnellement cependant un peu plus de folie dans cet accrochage d'"Un Autre Regard"... On a voulu au musée du Centre d'Etude de l'Expression du Musée Singer-Polignac ménager la chèvre et le chou, en choisissant d'organiser à la fois une expo anniversaire de la Fabuloserie et une expo de ses collections les moins souvent présentées. Ce qui a pour effet de décevoir un peu les connaisseurs de la Fabuloserie qui trouvaient justement qu'on n'avait que trop tendance à Dicy à ne pas suffisamment faire bouger les accrochages... Raconter l'histoire de la Fabuloserie et de son concepteur Alain Bourbonnais, architecte ayant mis son inventivité au service de la présentation la plus adéquate de ses collections d'art hors système des beaux-arts, cela n'a-t-il pas déjà été fait (Michel Ragon, Laurent Danchin)? Je pose la question, tout en reconnaissant par ailleurs qu'il n'y avait pas eu d'exposition des collections de la Fabuloserie à Paris depuis bien longtemps ce me semble. Et reconnaissons en plus que le Musée Singer Polignac lui au moins fait un réel effort pour défricher le champ de l'art brut en France, domaine que, dans une note précédente, je signalais délaissé par exemple dans les expos montées à la Halle Saint-Pierre depuis quelques années.

 

fabuloserie,déborah couette,musée singer polignac,centre d'étude de l'expression,anonyme dit pierrot le fou,françois portrat,janko domsic,alain bourbonnais,art hors les normes,jean bordes,marcello cammi,thérèse bonnelalbay,art immédiat,art brut

Ce Janko Domsic est fort inhabituel, avec son dessin plaqué et surgissant de la photo, il justifierait à lui seul le projet annoncé de montrer des œuvres peu exposées à la Fabuloserie, visuel dossier de presse "Un Autre Regard"


       Par contre, extirper quelques pépites enfouies dans les réserves, voilà qui promettait davantage. Dans la liste citée ci-dessus, qu'est-ce qui serait donc vraiment original et inédit ? L'"anonyme" cité en premier, nous n'avons pas de précisions dans le dossier de presse à son sujet, ma curiosité s'aiguise. René Guivarch? Un créateur populaire breton que les catalogues montrent sans plus de développement il est vrai (il y avait une notice sur lui dans "les Singuliers de l'Art" en 78 à Paris, expo montée grâce aux nombreux prêts de l'Atelier Jacob, galerie qui a précédé la Fabuloserie, créée elle en 1983 ; la notice était en fait composée de fragments d'entretien avec lui qui confiait qu'"il n'aimait pas être commandé, qu'il n'aimait pas les patrons, qu'il se débrouillait seul...", un tel homme ne pouvait pas être foncièrement mauvais, donc bravo si on en apprend plus). Marianne Brodskis me paraît bien inconnue au bataillon, à découvrir... Gala Barbisan, une reproduction assez maigre, en noir et blanc, figurait dans le premier catalogue de la Fabuloserie (paru l'année même de l'ouverture au public de cette collection), donc on est heureux de s'instruire davantage, et de visu. Jacqueline Barthes, dit Jacqueline B., a été montrée via le premier catalogue, et n'est donc pas très connue non plus (car il y eut par la suite un deuxième catalogue, publié en 2001, qui ne reprenait pas forcément les mêmes créateurs, Jacqueline B. ne fut pas de ce deuxième catalogue par exemple). Le graveur de galets Jean Pous est lui plus notoire auprès de ceux qui suivaient les manifestations de l'Aracine dans les années 80-90. Il est aujourd'hui du reste représenté au LaM dans le département des habitats poétiques (voir ci-dessous). Mais il mérite certes qu'on lui consacre au moins un dossier.

 

fabuloserie,déborah couette,musée singer polignac,centre d'étude de l'expression,anonyme dit pierrot le fou,françois portrat,janko domsic,alain bourbonnais,art hors les normes,jean bordes,marcello cammi,thérèse bonnelalbay,art immédiat,art brut

Deux galets gravés de Jean Pous au LaM, département de l'art brut, photo Bruno Montpied, 2010


      Michèle Burles et Jean Couchat font plus partie de ce que l'on appelle l'art singulier, des artistes marginaux qui ont pris exemple sur l'indépendance morale et esthétique des créateurs de l'art brut, et ce très tôt dans les années 70 (comme d'autres, fort nombreux à la Fabuloserie, Nedjar, Verbena, Marshall, Eckenberger, Monchâtre, Jano Pesset, Bourbonnais lui-même qui aimait s'entourer de ceux qu'il se reconnaissait pour des alter ego...). On parle bien moins de Burles et Couchat depuis plusieurs années. Il me semble que Michèle Burles avait fait une expo il y a quelques années chez Béatrice Soulié (me trompé-je?). On aurait pu joindre à ces deux-là un créateur qui mériterait une exposition à lui seul et qui a été grandement défendu par la Fabuloserie, à savoir Alain Genty, mais il n'a pas été retenu. Philippe Mahaut et Thomas Boixo sont eux inconnus, du moins de moi, mais je ne sais si pour le second cela vaut le coup de le faire connaître davantage ! C'est encore un de ces obsédés des architectures, et des véhicules, thèmes qui commencent depuis quelque temps à devenir des poncifs chez les nouveaux créateurs d'art brut qu'on nous présente venus d'un peu partout dans le monde (comme ces autres poncifs que sont certains gribouillages proposés en tant que tels comme des échos de l'art contemporain, afin de brouiller les cartes avec ce dernier...). Les visuels de ce Boixo proposés par le dossier de presse, un peu bouillasseux, ne sont à dire vrai pas très engageants...

fabuloserie,déborah couette,musée singer polignac,centre d'étude de l'expression,anonyme dit pierrot le fou,françois portrat,janko domsic,alain bourbonnais,art hors les normes,jean bordes,marcello cammi,thérèse bonnelalbay,art immédiat,art brut

Jean Bordes, visuel du dossier de presse "Un Autre Regard"


     Jean Bordes (aussi appelé Jean de Ritoù) est un peu plus connu, du reste le dernier numéro de l'Œuf sauvage (n°11, 2012) a consacré un article (dû à Jano Pesset qui l'a découvert il y a déjà quelque temps) à ce créateur véritablement sauvage. Il sera cependant curieux de voir ce que l'on pourra nous en montrer. On annonce aussi Marcello Cammi. Ce créateur d'environnement étourdissant à Bordighera sur la Riviera italienne dans les années 80-90 (j'en ai déjà parlé sur ce blog), également peintre singulier et naïf, on le sait peu, avait, je crois, offert quelques sculptures à la Fabuloserie, sans doute par l'intermédiaire de l'épouse d'Alain Bourbonnais, Caroline, de passage dans son jardin en bordure du Rio Sasso (hypothèse...). On sait que cet environnement a été rasé après avoir été abîmé par une crue du fameux Rio. Très peu de statues semblent avoir été sauvées. Les quelques pièces qui sont à la Fabuloserie, nous en sommes donc fort curieux.

 

fabuloserie,déborah couette,musée singer polignac,centre d'étude de l'expression,anonyme dit pierrot le fou,françois portrat,janko domsic,alain bourbonnais,art hors les normes,jean bordes,marcello cammi,thérèse bonnelalbay,art immédiat,art brut

Marcello Cammi et ses chiens en bordure du Rio Sasso, certaines de ses sculptures installées en berges autour de lui, dans les années 90, photographe inconnu (peut-être Raymond Dreux), archives BM


     Enfin, à la fin de cette liste, se trouve un créateur inconnu de moi, et je gage de beaucoup d'autres amateurs, désigné sous le vocable d'"Anonyme, dit Pierrot le Fou". Un dessin, apparemment exécuté dans les années 1930, sorte de planche de zoologie annotée comme un journal, fort naïvo-brut, est reproduit dans le dossier de presse, particulièrement intrigant. Rendez-vous donc le 12 décembre, au vernissage de cet "Autre Regard".

 

fabuloserie,déborah couette,musée singer polignac,centre d'étude de l'expression,anonyme dit pierrot le fou,françois portrat,janko domsic,alain bourbonnais,art hors les normes,jean bordes,marcello cammi,thérèse bonnelalbay,art immédiat,art brut

Anonyme, dit Pierrot le fou, visuel fourni dans le dossier de presse d'"un Autre Regard"


Commentaires

Qu'est-ce qu'un "poncif" chez les créateurs d'art brut ? qui est ce "on" (nous présente).
"comme ces autres poncifs que sont certains gribouillages proposés en tant que tels comme des échos de l'art contemporain, afin de brouiller les cartes avec ce dernier..."
Ne peut-on pas dire son contraire ?
L'usage répétée que tu fais du qualificatif "bouillasseux" que tu as l'air d'apprécier désigne quoi ?

Écrit par : gilles | 10/12/2013

Répondre à ce commentaire

Depuis déjà quelques temps, on voit de plus en plus revenir dans les expos d'art brut (c'est ça que désigne le "on", des galeries, des collections publiques) certains types de composition, par exemple des alignements de voitures, d'objets en tous genres, d'animaux bien rangés comme sur des sortes de planches encyclopédiques (Gregory Blaystock, orthographe citée de mémoire), des trains empilés les uns au dessus des autres (David Brailon), etc. qui paraissent devenir des signes auxquels il devient obligatoire de reconnaître l'art brut. Il y a aussi les gribouillages compulsifs à la Dan Miller (qui personnellement ne m'émeuvent en aucune manière) que je trouve proches de certains graphismes de l'art moderne (Cy Twombly par exemple) et qui paraissent mis en avant à cause de cette proximité pour qu'on puisse les adouber au même rang que ces artistes patentés et consacrés. Avec Bispo de Rosario on avait déjà au musée du Jeu de Paume ancienne manière présenté ses emmaillotages d'objets et ses sortes de "ready made" foutraques dans une scénographie qui donnait l'illusion qu'il était peut-être un nouveau réaliste ou un Duchamp sans le savoir.
Je trouve nécessaire de faire état de ces remarques que je me fais depuis quelque temps déjà. L'art brut est actuellement manipulé. On lui attribue des caractères distinctifs en sélectionnant tel ou tel créateur en fonction de caractéristiques qu'on repère chez eux, caractéristiques en passe de devenir des "poncifs". Ces poncifs en formation sont établis par les médiateurs de l'art brut, pas par les créateurs de l'art brut eux-mêmes, qui n'en ont rien à battre d'être dans l'art brut ou non.
Bouillasseux (utilisé seulement une fois, Gilles) désigne les reproductions du dossier de presse concernant Thomas Boixo, des images sans contraste où les formes se noient dans un fond duquel elles ne parviennent pas à s'extirper. Dans des non couleurs (des couleurs sans éclat, comme des traînées de terre aux limites de la tache ou de la maculation), ces formes, des architectures et des avions (semble-t-il), restent fades et ternes. Rien de très ragoûtant en bref...

Écrit par : Le sciapode | 10/12/2013

Répondre à ce commentaire

L'excès de bile n'est pas bon pour la santé. Méfiez-vous. Et l'honnêteté légendaire du Sciapode se voit confirmer comme à l'habitude : parler sans avoir rien vu...

Écrit par : Nazebrok | 11/12/2013

Répondre à ce commentaire

Monsieur Nazebrok a bien choisi son pseudo. Pseudo-lecture, qui plus est. Bien sûr qu'il s'agit d'une note sans avoir vu l'expo, note d'avant expo, la note de quelqu'un qui ne peut s'empêcher de rêver à ce qu'il va y découvrir, ça vous chiffonne? C'est bien d'avoir de l'appétit avant de déguster le plat.

Écrit par : Le sciapode | 11/12/2013

Répondre à ce commentaire

Déborah Couette a fait un travail fantastique sur cette exposition. Le public et les médias en attestent. Le poignard peut s'agiter et couper là où il le souhaite, encore faudrait-il qu'il soit un peu plus subtil pour ne pas finir, de manière pathétique, à donner des coups d'épée dans son eau marécageuse.

Écrit par : La Bestiole | 07/02/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire