Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2015

Miguel Hernandez, retour sur un peintre entre art brut et anarchisme

     On a parlé sur ce blog il y a peu de Jean Galéani qui avait mis son art (naïf) au service de ses convictions politiques dans les années du début XXe siècle. Il y en a peu de ces cas de créateurs autodidactes qui auraient été en même temps des activistes révolutionnaires. Au début de la collection de l'art brut dans les années 40-50 de l'autre siècle, il y eut Miguel Hernandez (1893-1957), un peu oublié aujourd'hui, il me semble, dans les musées et collections qui possèdent de ses œuvres.

 

miguel hernandez,anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet

Fascicule édité par les éditions René Drouin en 1948, texte de présentation de "MT" (Michel Tapié) ; coll. Bruno Montpied

miguel hernandez,anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet,andré breton,atelier andré breton

4e de couverture de la plaquette Miguel H., 1948

 

miguel hernandez,anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet,andré breton,atelier andré breton

Miguel Hernandez, Souvenir inca, 1947, anc. coll. André Breton, en ligne sur le site de l'Atelier André Breton

miguel hernandez,anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet,andré breton,atelier andré breton

Un Miguel Hernandez à l'imagerie moins connue... Photo extraite du site de la galerie Ricco Maresca, New-York

 

      Diverses circonstances m'ont récemment remis sur les traces de cet ancien militant anarchiste espagnol qui aurait commandé une troupe de 5000 hommes pendant la Guerre d'Espagne, du moins si l'on suit les renseignements biographiques émanant de diverses sources (Michel Tapié en 1948, dans un fascicule des tout débuts de la collection d'art brut de Dubuffet à l'époque où elle était abritée au sous-sol de la galerie Drouin place Vendôme ; puis dans le premier fascicule de la Collection de l'Art Brut en 1964,  avec deux textes, dont un qui datait de 1948 de Dubuffet prévu au départ pour le fameux Almanach de l'Art Brut qui ne vit jamais le jour ; le texte de Dubuffet augmenté de trois paragraphes en 64 donnait des renseignements biographiques assez fournis ; enfin il y eut aussi un fascicule fait avec les moyens du bord par l'Association l'Aracine à l'occasion de l'expo qu'elle organisa sur Hernandez en 86-87 à Neuilly-sur-Marne à partir de la collection d'un monsieur Noël Rovers d'Hont, dont à ma connaissance on n'a plus entendu parler par la suite...). Il semble que les chercheurs spécialisés dans l'anarchisme, notamment espagnol, ont retrouvé dans les archives des traces précises de l'activité militante d'Hernandez. En particulier, commander (il avait grade de "commandant", paraît-il) une troupe de 5000 hommes n'aurait pas dû passer inaperçue dans l'histoire de la guerre civile. Mais ce que l'on trouve sur internet,  par exemple sur le site du Dictionnaire des Militants Anarchistes, c'est plutôt ses responsabilités dans des revues espagnoles. La notice qui lui est consacrée ne cite ses possibles activités de "milicien" qu'au conditionnel.

 

miguel hernandez,anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet,andré breton,atelier andré breton

Miguel Hernandez photographié par Doisneau en 1951 à Belleville ; ce cliché fut publié dans la plaquette de l'Aracine citée plus haut

 

 

      Hernandez est au début de l'histoire de la collection d'art brut. Mais quelques zones floues restent autour de lui. Il vivait après la Seconde Guerre, nous dit-on, dans un petit appartement à Belleville, où il ne se consacrait qu'à la peinture après être passé par divers métiers et tribulations, en Amérique du Sud tout d'abord puis en Espagne où il conspira à Madrid contre Primo de Rivera, de retour d'un service militaire au Maroc dont il garda une détestation de l'armée et de ses soi-disant prestiges. Il collabora à une publication anarchiste à Lisbonne, ce qui lui valut une arrestation. Il publia aussi "des brochures de propagande contre la dictature et contre le communisme" (voir le site du "dictionnaire des militants anarchistes" cité aussi plus haut). On date le début de sa production de 1947, soit juste un an avant qu'il n'expose au Foyer de l'Art Brut de la galerie René Drouin (ce qui paraît fort rapide). Les peintures reproduites dans le premier fascicule de l'Art Brut aux éditions Drouin montrent des œuvres de grande force et déjà bien assurées. Sont-elles donc nées ainsi affirmées dès les premiers coups de pinceaux? Dubuffet explique qu'Hernandez travailla avec acharnement dès le départ, consacrant tout son temps à la peinture, retouchant sans cesse ses peintures, les "gâtant" parfois par là même...

 

miguel hernandez,anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet,andré breton,atelier andré breton

Une des peintures d'Hernandez reproduites dans le fascicule édité par la galerie René Drouin en 1948 ; à gauche vraisemblablement la femme après laquelle soupirait Hernandez ; photo coll.privée

 

       Une figure féminine paraît dominer dans ces compositions, celle de sa femme perdue pendant la Guerre Civile et dont Hernandez rêva tout le reste de sa vie (Dubuffet dans son texte du fascicule n°1 de la Compagnie d'Art Brut précise, presque cruellement, à la fin de son dernier paragraphe "qu'un messager chargé par lui de rechercher son adresse à Madrid n'eut pas le courage de l'informer qu'elle vivait en paix depuis fort longtemps avec un autre compagnon et qu'elle ne se souciait plus de lui" ; il décrit l'obsession d'Hernandez pour cette femme perdue de vue comme "insensée").

 

miguel hernandez,anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet,andré breton,atelier andré breton

Une autre œuvre d'Hernandez, photo non reproduite dans le fascicule René Drouin et faisant anciennement partie des archives de Robert Giraud, coll. privée

miguel hernandez,anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet,andré breton,atelier andré breton

Cette photo-ci fut reproduite dans le fascicule des éditions René Drouin, coll.privée

 

     On  ne sait pas très bien dans l'histoire de la collection d'art brut, à ma connaissance, qui est tombé le premier sur Hernandez, et son groupe d'amis espagnols, dont certains étaient peintres autodidactes comme lui, tel José Garcia Tella (1906-1983), dont l'œuvre, pourtant paraît-il présentée au Foyer de l'Art Brut - à l'époque des balbutiements de la collection de Dubuffet en 1948 - et défendue par le critique d'art et collectionneur Henri-Pierre Roché, ne connut pas le même succès dans le monde de l'art brut que celle d'Hernandez (à noter qu'il existe un site web qui a été consacré par son neveu et filleul, Charles Tella, à l'œuvre et à la biographie de son oncle ; Garcia Tella était lui aussi anarchiste).

miguel hernandez,anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet,andré breton,atelier andré breton

José Garcia Tella, Massacre, 100x81 cm, 1951, anc. coll. Henri-Pierre Roché

 

     Cela se situe peut-être entre Michel Tapié, premier à écrire sur Hernandez (sous les initiales de "MT" dans le fascicule de 1948 qui fut édité dans le cadre des activités du foyer d'art brut au sous-sol de la galerie René Drouin (place Vendôme), sous le titre Miguel H. (Hernandez), et avant que Dubuffet ne lui consacre à son tour une plaquette en 1949 lors d'une autre expo dans le second local prêté par les éditions Gallimard rue de l'Université à Paris), cela se situe donc entre Michel Tapié et Robert Giraud qui servait de secrétaire à Dubuffet dans ces années pionnières (Aline Gagnaire aussi fut secrétaire dans ces années-là, faisant découvrir pour sa part l'aubergiste Henri Salingardes). On sait qu'il y eut en 48 une période où Dubuffet, ayant décidé de séjourner en Afrique du Nord durant six mois, laissa les rênes de sa jeune collection à Michel Tapié. Celui-ci concevait les expositions comme une activité pouvant s'accommoder de ventes d'œuvres. Et il semble que ses critères de sélection aient été bien plus éclectiques que ceux de Dubuffet, qui le lui reprocha à son retour, se brouillant avec lui et décidant de se passer de ses services (mais pas de ceux de Robert Giraud qui se maintint secrétaire au moins jusqu'en 1951, date à laquelle furent faites des photos de Miguel Hernandez par le grand complice de Giraud, Robert Doisneau ; par la suite les choses se gâtèrent entre Giraud et Dubuffet ; un ami de Giraud m'a souvent répété que Bob Giraud surnommait Dubuffet "le cave"...).

 

miguel hernandez,anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet,andré breton,atelier andré breton

Robert Giraud, ph Georges Dudognon, extrait du blog Le Copain de Doisneau

miguel hernandez,anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet,andré breton,atelier andré breton

Autre fascicule édité par René Drouin en 48 consacré ici à Pierre Giraud, frère de Robert, et dessinateur parfois présenté comme "naïf" et qui fut exposé dans les débuts de la collection d'art brut puis largement oublié par la suite ; coll. BM

 

     C'est probablement pendant cette période où Michel Tapié régnait en maître sur la collection que se produisit la rencontre avec Miguel Hernandez. Une confidence faite récemment par quelqu'un qui connut bien Robert Giraud m'inciterait à penser que c'est par Giraud , grand connaisseur des milieux populaires de la capitale (il fut une sorte de spécialiste du "fantastique social" comme disait Mac Orlan, expert en argot, en clochards, et autres figures insolites de la rue ; par ailleurs auteur de plusieurs livres dont le célèbre "Vin des rues" qui donna son titre à un bistrot connu sur la Rive Gauche - Giraud étant aussi expert en bistrots...), que c'est peut-être par Giraud que les animateurs du foyer d'art brut de la galerie Drouin firent la connaissance de l'œuvre d'Hernandez.

 

miguel hernandez,josé garcia tella,anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet,andré breton,atelier andré breton,robert giraud,aline gagnaire,l'aracine,galerie rené drouin

Miguel Hernandez, sans titre, tableau INEDIT, env. 32 x 24 cm, daté 1948, ancienne  collection robert Giraud, aujourd'hui collection privée ; on remarquera les deux personnages centraux en train, en croisant leurs bras, de dessiner un H, comme l'initiale du patronyme du  peintre

 

     Robert Giraud possédait une peinture, assez atypique, de notre peintre anarchiste espagnol (voir ci-dessus), de même qu'il avait conservé des photos des peintures d'Hernandez, clichés qui servirent d'illustration à la plaquette préfacée par Michel Tapié (voir ci-dessus trois photos en noir et blanc d'œuvres prévues pour la plaquette Drouin, et qui appartiennent comme les autres au même collectionneur privé que je remercie ici de m'avoir laissé les reproduire, de même que la peinture ci-dessus). Il semble qu'en 1948, plusieurs passionnés des créateurs de l'ombre allèrent visiter le peintre espagnol dans son petit logement. La vente d'une grande partie de la collection d'André Breton à Drouot en 2003 a fait resurgir ainsi un portrait du poète surréaliste exécuté par Hernandez (en 1952, voir ci-contre), ce qui suppose peut-être qu'il y eut rencontre entre eux.miguel hernandez,josé garcia tella, anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet,andré breton,atelier andré breton, robert giraud, aline gagnaire, l'aracine, galerie rené drouin, Epistolairement parlant, on sait qu'elle eut lieu en tout cas puisque le site web de l'Atelier André Breton a mis en ligne une lettre avec un poème autographe de Miguel Hernandez, ainsi du reste que trois peintures dont le fameux portrait, et une, le Rêve de la Vierge (titre apposé au dos du tableau de la main de Breton, précise le site web) datant de 1947. Breton à l'époque était complice avec Dubuffet, on n'en était pas encore à la rupture qui intervint trois ans plus tard en 1951.

     Qui aurait l'audace de réunir tout ce qui est disponible en matière d'œuvres de Miguel Hernandez ?

 

miguel hernandez,anarchisme espagnol,guerre d'espagne,art brut,art immédiat,michel tapié,jean dubuffet,andré breton,atelier andré breton

Enveloppe d'une lettre de Miguel Hernandez à "Andres Breton" en 1949; elle contenait un poème manuscrit de Miguel Hernandez ; extrait du site de l'Atelier André Breton

  

Commentaires

Au sujet des militants anarcho syndicalistes espagnols devenus peintres naïfs, il faut bien sûr également mentionner Miguel G Vivancos, ami d'Ascaso et Durruti, membre du groupe "Los solidarios" qui dans les années 30 pratiquaient l'action directe en Espagne et dans quelques autres pays d'Amérique du Sud. Il est ensuite devenu en 37 responsable d'une colonne anarchiste après sa militarisation au sein de la république (ce qui a été à l'origine de sa disgrâce aux yeux de nombre de militants libertaires). Devenu peintre naïf en exil à Paris dans les années 40 il est remarqué par Picasso d'abord et par Breton ensuite qui lui consacre une notice dans "Le surréalisme et la peinture".
A-t-il connu et fréquenté Miguel Hernandez ? En tous cas par Breton et Dubuffet ils avaient toutes les raisons de s'être au moins croisés. Mais les divergences politiques au sein des milieux libertaires espagnols après la révolution ont été si profondes que des inimitiés personnelles irréconciliables en ont résulté. Peut-être était-ce le cas entre eux deux. Si quelqu'un en sait plus sur leurs relations...

http://www.andrebreton.fr/work/41024

Écrit par : RR | 18/01/2015

Répondre à ce commentaire

J'ai vu pas plus tard qu'hier samedi de superbes tableaux de Miguel Hernandez à l'exposition de la collection ABCD à la Maison rouge. Une exposition d'une très grande richesse, d'ailleurs, qui fait regretter qu'elle ne soit pas prolongée. De presque toutes les œuvres présentées émanaient une charge émotionnelle et une puissance imaginative exceptionnelles.

Écrit par : L'aigre de mots | 18/01/2015

Répondre à ce commentaire

Ce serait intéressant de faire une liste des peintres, sculpteurs qui se sont réclamés anarchistes ou sympathisants...On ne le sait pas forcément et les historiens de l'art n'en parlent pas forcément. Je pense à Signac, Valloton par exemple...Ce genre d'élément biographique permet pourtant de porter un nouveau regard sur les œuvres...Pour Miguel Hernandez, par exemple, c'est un autre regard que l'on porte sur ses œuvres quand on sait ses convictions, sa vision du monde. Pour ma part, j'ai tendance alors à y regarder de plus près.

Écrit par : Darnish | 19/01/2015

Répondre à ce commentaire

Libre à vous, Darnish, de commencer d'établir la liste générale des artistes anarchistes que vous évoquez ; m'est avis d'ailleurs qu'elle a dû commencer d'être largement entamée par d'autres...
Je préfère en ce qui me concerne me focaliser sur les créateurs autodidactes issus du peuple. Sans instruction artistique. Ce qu'ils ont à dire a franchi le mur des complexes d'infériorité. Ce devait être très important pour que cela ait eu lieu... Et qu'est-ce qui se dit dans ces discours d'autodidactes populaires, quelle est la culture en jeu? Y a-t-il des échos des anciens mythes? Rapport au folklore? Etc.
En s'accaparant un langage artistique en tout cas, ils administrent la preuve par le fait qu'un homme du peuple, sans grande instruction, peut très bien s'affranchir des professeurs et des maîtres (voire des dieux...), et que plus généralement leurs affaires peuvent être tout aussi bien régies par eux directement, sans passer par des spécialistes.
Ni dieux, ni maîtres, on est bien dans l'éthique anarchiste en ce qui concerne les créateurs autodidactes naïfs et bruts.
Mais c'est vrai aussi que tout artiste qui se veut créateur est bien souvent amené à prendre ses distances vis-à-vis des dogmes, des maîtres en place, des institutions, des académies, des morales puritaines, et que donc le fait même d'être un artiste sincère a peu ou prou à voir avec l'anarchisme.
Et j'y pense, avez-vous entendu parler de cette revue anarchiste début XXe qui s'appelait je crois "l'Anartiste" ou quelque chose d'approchant (en réalité plutôt "l'Artistocratie")? Je n'ai jamais eu le temps d'aller la compulser en bibliothèque.

Écrit par : Le sciapode | 19/01/2015

Répondre à ce commentaire

Non point, mais j'attire votre attention sur les articles de Malevitch parus en 1918 dans le journal "Anarkhia" (L'Anarchie)...

Écrit par : Régis Gayraud | 19/01/2015

Répondre à ce commentaire

Excusez mon inculture et ma méconnaissance de la langue russe, mon cher RG, mais qu'écrivait donc Malevitch dans ces articles parus dans "Anarkhia" ? Il parlait plutôt d'art ou de problèmes politiques et sociaux ?

Écrit par : RR | 19/01/2015

Répondre à ce commentaire

Ah mon cher! Si j'avais pu les traduire, en 1996, quand je les ai proposés à mon éditeur d'alors (qui avait publié un autre texte de Malevitch que je lui avais fait connaître, texte qui lui a valu quelque succès si j'en juge par les nombreuses réimpressions, d'ailleurs), mais celui-ci a freiné des quatre fers, sans la moindre explication (par crainte de perdre de l'argent, ou d paraître "éditeur militant"?) ... Passons... Il parle plutôt d'art, de l'indépendance des artistes (enjeu capital après la Révolution russe) mais aussi des relations entre art et société, d'une révolution esthétique, etc. Enfin, tous les problèmes du moment.

Écrit par : Régis Gayraud | 20/01/2015

Répondre à ce commentaire

Petite note complémentaire à propos de Miguel HERNANDEZ ...

Le Musée d'Art Naïf de Laval organisa, en novembre 1984, une exposition hommage à Miguel Hernandez qui avait pour titre : "DE FACE ET DE PROFIL". La petite plaquette, éditée à cette occasion, indique que 52 œuvres y étaient présentées.

On peut toujours voir une œuvre (au moins) de ce créateur dans le Musée.

Michel l'égaré ...

Écrit par : Michel l'égaré | 20/01/2015

Répondre à ce commentaire

Très juste ce rappel, Michel. J'aurais dû m'en rappeler, d'autant que je l'ai ce petit catalogue (et que j'ai dû le citer autrefois sur ce propre blog (à propos de Reumeau?)... A vérifier).
L'exposition qui réunissait aussi Louis Bouscaillou, Jean-Joseph Sanfourche et Jacques Reumeau avait été préfacé par Charles Schaettel qui disait : "...depuis la dissolution de la Compagnie de l'Art Brut [en 1952, note de moi], aucune exposition de Miguel Hernandez n'avait été organisée en France". L'expo précéda du coup l'expo de l'Aracine que je cite dans ma note ci-dessus.
Aucune indication ne donnait la provenance des œuvres de Miguel Hernandez exposées (peut-être cela venait-il du même collectionneur, Noël Rovers d'Hont avec lequel l'Aracine travailla deux ans plus tard?).

Écrit par : Le sciapode | 20/01/2015

Répondre à ce commentaire

Je ne me trompais pas... C'est dans une note ancienne consacrée à un texte de Jean-Louis Cerisier sur Jacques Reumeau que je cite ce catalogue (et reproduis la page de titre du catalogue de l'expo Hernandez et autres en 84 à Laval): http://lepoignardsubtil.hautetfort.com/archive/2012/04/08/jacques-reumeau-1-par-jean-louis-cerisier.html

Écrit par : Le sciapode | 20/01/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire