Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : Gilles Manero

Aventures de lignes (10): Gilles Manero

Gilles Manero

 

       Etrange artiste que Gilles Manero, dont je ne finis jamais de faire le tour ‒ pas qu’il soit physiquement volumineux ! ‒ parce que ses univers plastiques et graphiques sont fort variés et souvent secrets. Cet ancien photographe (son métier est la photogravure) s’est fait connaître à une époque avec des disques vinyles qu’il recouvrait de peinture (pas d’inquiétudes mal placées, c’était des enregistrements du genre « marches de l’armée rouge » et autres sessions kitsch… Pas des incunables de la pop music). Tout un poulailler insolite s’y ébattait, qui me faisait surnommer l’artiste en moi-même le « Jérôme Bosch de la volaille »…

           Il a confectionné, depuis, des cadrans d’horloges ornementés, a engendré une série de dessins modifiés sur des personnages imaginaires venus d’un pays « gouloukien », il a pratiqué le collage, le détournement de gravures, le simple dessin à la mine de plomb. Au fond, on peut dire qu’il adore les expérimentations, recherchant des supports extrêmement éclectiques et improbables (comme ce matériau appelé tarlatane qu’il colle sur du papier photographique), ne rechignant pas devant l’usage d’images numériques imprimées qu’il surpeint ensuite, les triturant ou les froissant parfois au surplus.

          Je dois avouer un faible pour ces expérimentations avant tout, et son univers graphique, très souvent visionnaire et proprement surréaliste (si les défenseurs contemporains de ce mouvement étaient plus curieux, ils n’hésiteraient pas à lui demander de se joindre à eux). Parmi ses créations hétéroclites, je lui ai demandé pour les besoins de cette exposition uniquement des dessins, comme autant d’exemples de cette production expérimentatrice fort séduisante quoique inexplicablement occultée (y a-t-il donc si peu de curiosité en France ?).

       (Sur Gilles, Manero, voir Bruno Montpied, note du 7-12-2010 dans le Poignard Subtil)

gilles manero,art singulier,expérimentations graphiques,surréalisme spontané,art visionnaire

Gilles Manero, Rêves de vol, 24x44 cm, pigments, crayons graphite et couleurs sur carton préparé, 2013, exposé à "Aventures de lignes", galerie  Amarrage, 88 rue des Rosiers, St-Ouen, du 22 octobre au 4 décembre 2016.

Lire la suite

Un créateur secret au Musée de la Création Franche, Gilles Manero

Plaquette exposition Gilles Manero, dessin sans titre, musée de la Création Franche, 2010-2011.jpg

 

      Voici Gilles qui dévoile à nouveau ses dernières investigations du côté de l'imaginaire expérimental. Manero, l'esthète discret, photograveur de métier (ce qui influe sûrement sur ses recherches), revient avec un cabas rempli de mystères à Bègles, la patrie de la Création dite Franche, et ce du 10 décembre 2010 (l'inauguration, c'est vendredi soir) au 23 janvier 2011. Cet alchimiste de l'image prospecte toujours du côté des supports inédits, les papiers en tous genres, par exemple les papiers photographiques comme ces deux exemples de dessins sans titre (à l'encre et à la mine de plomb) qui sont publiés sur le 4 pages qui tient lieu de catalogue pour son expo. Remarquables dessins qui nous changent de ses vinyls repeints de volailles bizarres (comme des personnages de Bosch ou de Breughel qui se seraient métamorphosés en espèces de Shadoks) qu'il produisait presque à la chaîne auparavant (tout en cultivant des images plus secrètes en marge de cette production, souvent des détournements et autres modifications d'images trouvées, vieilles gravures de planches anatomiques ou photographies anciennes)...Gilles Manero,sans titre, dessin mine de plomb,200l, coll.BM.jpg L'image ambivalente, Gilles connaît cela, il sait que la mémoire du spectateur va se mettre à s'affoler. Qu'est cela?, se dira-t-elle... Elle cherchera à combler les vides laissés par la perception trop rationnelle et se propulsera alors vers des horizons où se dévoilera peut-être quelque secret inavouable.

 

Gilles Manero,dessin sans titre, Musée de la Création Franche, expo 2010-2011.jpg

Gilles Manero, sans titre, 2010, encre et mine de plomb sur papier  photographique, 50 x 46 cm

Gilles Manero, sans tire, encre et mine de plomb, exposition 2010-2011, Bègles, musée de la création franche.jpg GM, sans titre, 2010, même technique que ci-dessus, 42 x 35 cm

 

    La mienne de mémoire a sa propre vision automatique du premier dessin du dépliant annonçant l'expo (juste ci-dessus), vision qui exprime cette fois un secret bien avouable. Je reconnais à cette calvitie rêveuse mon propre portrait en vagabond, vu de dos, la besace en travers de l'échine, mes hardes volant au vent, m'acheminant lentement moi aussi vers Bègles où j'arriverais le 5 février à mon tour pour m'exposer, en compagnie d'un autre camarade habitué des lieux, Jean-Louis Cerisier.

Pour situer le musée de la Création Franche voir leur site web

Lire la suite

07/12/2010 | Lien permanent

Gilles Manero veut-il du mal aux sciapodes?

    Gilles Manero a une curieuse vision des sciapodes. Il m'en a envoyé trois, à base d'aquarelle, de collage, de détournement.

    Voici dans l'ordre chronologique le premier:

Gilles-Manero,-Sciapodicus,.jpg

Gilles Manero, Sciapodicus, 2008   

    Puis le second:

Gilles-Manero,-sciapode-du-.jpg
Gilles Manero, [Sciapode du genre écorché], 2008

    Enfin le troisième:

Gilles-Manero,-Le-sciapode-.jpg
Gilles Manero, Le Sciapode au Poignard subtil, 2008
     Mais enfin, qu'est-ce que les sciapodes lui ont fait pour qu'il se les représente ainsi, cadavériques, écorchés ou tout bonnement squelettiques, et inquiétants qu'ils sont, adossés à leur poignard ouvert? 

Lire la suite

23/08/2009 | Lien permanent

Le visage à l'intérieur, un parallèle Gilles Manero/Steinn Steinarr

 

Gilles-Manero,-ss-titre,-2010.jpg

Gilles Manero, sans titre, mine de plomb, crayons et collage de tarlatane sur papier photographique ancien, env. 39x29 cm, 2010, coll. Bruno Montpied

 

Dans ta conscience

Il y a un visage qui regarde

Steinn Steinarr

Dans ta conscience il y a un visage qui regarde,

Visage que nul ne voit et qui ne doit trouver place nulle part.

Son regard est le rêve, sombre et brûlant,

Qui se cache dans l'ombre de tes sentiments.

Il ne se trompe pas de direction, il prend bien garde à soi,

Il s'enterre dans l'ombre profonde et intime.

Il va incognito, ce visage,

Par les recoins les plus taciturnes de ton âme.

Rien n'est aussi profondément celé sur terre,

Tu séjournes longtemps à distance, faible et diminué.

Ta requête est faite pour rien,

Ce visage n'existe plus, qui fut toi-même.

(extrait de Le temps et l'eau, trad. Régis Boyer, éd.Actes Sud, 1984)

Lire la suite

10/03/2013 | Lien permanent

Beaucoup d'artistes et trop peu de titres?

     Il peut parfois y avoir surpopulation et bousculade pour trouver un titre inédit à un dessin ou une peinture... L'imaginaire permet en même temps des rencontres logiques, comme dans les deux cas ci-dessous, Gilles Manero et Bruno Montpied. A l'actuelle exposition du premier au Musée de la Création Franche à Bègles, on peut découvrir sur un mur ce dessin appartenant à une série intitulée "Sur la Terre comme au ciel". C'est daté de 2008. Eh bien, Bruno Montpied fut prem's sur le titre (vraiment? A ma connaissance bien sûr, car il serait bien étonnant qu'il n'y ait pas eu d'autres prédécesseurs...). Voir cette peinture de 2000, intitulée pareillement que celle de Gilles Manero, Sur la Terre comme au ciel. Je m'empresse d'ajouter qu'il n'y a aucune chance que Gilles ait pu connaître cette peinture qui ne me paraît pas être beaucoup sortie des cartons de BM... 

Gilles Manero, Sur la Terre comme au ciel,n°9, 2008.jpg

 

 Gilles Manero, Sur la Terre comme au ciel, n°9, mai 2008



Bruno Montpied, Sur la terre comme au ciel,2000.jpg

Bruno Montpied, Sur la terre comme au ciel, 2000 

 

     A noter une curieuse coïncidence supplémentaire dans les deux dessins. On trouve deux personnages faisant la sieste dans ces deux compositions, l'un assis se reposant au pied de ce qui peut tenir lieu d'un arbre dans le cas Montpied (l'arbre rouge se révèle être aussi un autre personnage), l'autre étant vautré dans le cas Manero le long d'un talus, personnage résumé à une tête quelque peu chauve (à moins que je n'hallucine?).

Lire la suite

Carlo Zinelli dans la collection Polychrome chez Ides et Calendes, après Madge Gill

      J'avais bien aimé le précédent titre de cette collection de poche – intitulée Polychrome et éditée chez Ides Calendes (à Lausanne, 2017) – consacrée à Madge Gill par Marie-Hélène Jeanneret. C'était, en une petite centaine de pages, un moyen efficace, tout en restant d'une très bonne tenue critique et rédactionnelle, de faire le tour d'une créatrice de l'art brut particulièrement remarquable.

carlo zinelli,madge gill,collection polychrome,éditions ides et calendes,florence millioud henriques,marie-hélène jeanneret

 

     Voici qu'un second volume consacré cette fois à un auteur d'art brut masculin, Carlo Zinelli, a vu le jour en 2019 dans cette même collection qui ne se limite pas à l'art brut, mais explore diverses directions, relevant essentiellement de l'art moderne et contemporain (Jorn, Alechinsky, Erró, Estève, Manessier, Michaux, Lindström, Wols, Zao Wou Ki, etc.). L'autrice du Zinelli est Florence Millioud-Henriques.

carlo zinelli,madge gill,collection polychrome,éditions ides et calendes,florence millioud henriques,marie-hélène jeanneret

 

     Cet ouvrage ne m'a pas donné le même sentiment que celui sur Madge Gill. S'il est également fort bien écrit, il souffre à mes yeux d'un défaut majeur: une déconnexion entre les analyses de l'autrice du livre, qui s'appuient sur des lectures des images de Zinelli trouvées dans d'autres bases iconographiques, et les illustrations que l'édition a choisies parallèlement pour ce nouveau titre de la collection Polychrome. Le lecteur ne peut pas vérifier de visu le bien-fondé des analyses par conséquent. La faute en incombe davantage à l'éditeur bien entendu qu'à l'autrice qui n'a pu donner je suppose son avis (la balance iconographie/texte est souvent difficile à réaliser, reconnaissons-le)...

     Certes, les illustrations de ce petit livre sont fort bien choisies, rien à dire, ce sont des reproductions d'œuvres se trouvant quasi toutes dans la Collection de l'Art Brut de Lausanne. On se dit du reste que cette dernière a bien eu de la chance de pouvoir conserver ces gouaches et dessins tous plus beaux les uns que les autres, sans doute grâce aux relations privilégiées qui unirent le psychiatre, Vittorino Andreoli – qui œuvra toute sa vie pour faire connaître et reconnaître Zinelli en tant qu'artiste à l'égal des grands –  et Jean Dubuffet.

carlo zinelli,madge gill,collection polychrome,éditions ides et calendes,florence millioud henriques,marie-hélène jeanneret,vittorino andreoli,michael noble

Une reproduction du livre, Carlo Zinelli, Figura femminile con collare e arti neri, entre 1957 et 1958, 35 x 50 cm, gouache sur papier, coll Eternod-Mermod.

 

    Mais il y a cette absence de lien avec les développements présentés par Mme Millioud Henriques (hormis au début du livre avec l'évocation de la première peinture de Zinelli, du 11 mars 1956,  placée cependant dans le livre 7 pages plus tôt... du fait sans doute du choix éditorial d'égrener les œuvres de façon chronologique, sur les dix-sept années de production de Zinelli). Cette dernière réserve ses regards à des peintures qu'elle paraît avoir pêchées avant tout dans un autre ouvrage (qu'elle cite en notes), le Catalogue général raisonné de l'œuvre édité en 2000 par Vittorino Andreoli, Sergio Marinelli et Flavia Pesci. C'est, à la lecture, souvent agaçant. Le lecteur n'ayant pas les images dont l'autrice du livre tire de savantes interprétations est obligé de croire cette dernière sur paroles... Ce qui n'est pas très démocratique, on en conviendra. Et plutôt infantilisant pour le lecteur à qui l'éditeur intime l'ordre de tout gober sans broncher, puisqu'on lui dénie le droit d'exercer son regard critique. Ecoute et tais-toi...

     L'ouvrage, cela dit, a un angle d'attaque où l'on choisit d'analyser les images sans avoir nécessairement besoin de les rapporter étroitement à la biographie de l'auteur. Certes, comme le dit l'autrice, Zinelli paraît, dans l'animation des personnages de ses compositions étourdissantes, régurgiter des souvenirs de sa vie d'avant la maladie (une schizophrénie paranoïaque). C'est un grand compositeur et un savant chef d'orchestre dans la disposition de ses différents graphismes, ordonnés avec un sens très sûr de l'harmonie. Ses oeuvres ressemblent ainsi la plupart du temps à des sortes de chorégraphies cherchant avant tout les rythmes, les équilibres des rapports entre les couleurs et les formes qu'il organise avec délectation. Il réussissait toujours à se conformer, sans jamais déborder, au format du papier qu'on lui fournissait dans l'atelier de l'hôpital où il était interné à Vérone (remarque sagace de l'autrice du livre). Mais, comme le dit encore Mme Millioud Henriques, au fur et à mesure, que Zinelli avance dans son oeuvre, il lâche de plus en plus les chiens de sa fantaisie imaginative, au point qu'il devient difficile d'être véritablement assuré des interprétations qu'on peut faire de ses peintures, et que le lien à sa biographie devient alors plus flou, plus complexe. L'autrice de la monographie le reconnaît elle-même à la page 76 du livre : "Dans cette biosphère aussi prospère que contradictoire, il est difficile d'asséner une vérité et même de s'y raccrocher! (...) Le microcosme zinellien vit de l'inconstance. C'est son choix, sa loi, sa réalité, c'est aussi le signe d'une liberté inviolable capable de refléter l'extraordinaire."

carlo zinelli,madge gill,collection polychrome,éditions ides et calendes,florence millioud henriques,marie-hélène jeanneret,vittorino andreoli,michael noble

Carlo Zinelli, Personnage à la grande pipe, 1964, 70 x 50 cm, gouache sur papier, Collection de l'Art Brut, Lausanne, n° inv. cab-4348 (verso); reproduction dans le livre.

 

      En fait, on le comprend sans peine – et c'est un mérite de l'autrice du livre de le révéler – Zinelli, à travers ses gouaches à l'originalité et à la liberté des plus débridées, retrouvait, au moins symboliquement, la liberté dont l'avaient privée sa folie et les hommes qui avaient décidé d'enfermer cette folie.

       Une autre critique que l'on pourrait adresser au livre concerne le peu d'intérêt apporté par l'autrice (par manque de place?) aux inscriptions rédigées dans une langue semble-t-il souvent imaginaire (?) ou purement phonétique (?), entrelardées parmi les différentes figures de ses peintures, difficiles à déchiffrer, entre 1966 et 1969 (même si on peut trouver des inscriptions dès le début de ses peintures, d'après les spécialistes). Qu'y dit le peintre? On ne le saura pas en lisant cet ouvrage.

carlo zinelli,madge gill,collection polychrome,éditions ides et calendes,florence millioud henriques,marie-hélène jeanneret,vittorino andreoli,michael noble

Carlo Zinelli, Dessin à l'étoile, 1968, 70 x 50 cm, gouache sur papier, Collection de l'Art Brut, Lausanne, n° inv. cab-4354 (recto) ; reproduit dans le livre.

 

       D'autre part, la relation avec le sculpteur Michael Noble – qui avec Vittorino Andreoli, paraît avoir joué un rôle très important dans la vie d'artiste de Zinelli, notamment en le laissant travailler dans l'atelier qu'il avait ouvert dans l'hôpital où séjournait Carlo – n'est abordée que dans le dernier chapitre de l'ouvrage, où cependant, un extrait alléchant d'un texte de souvenirs de Noble est donné, inspirant le désir d'en lire plus¹.

Ces deux livres de la collection Polychrome chez Ides et Calendes sont disponibles via les librairies bien sûr et le site web  de l'éditeur. A signaler également qu'une exposition consacrée à Carlo Zinelli se tient en ce moment même (prévue pour se terminer le 2 février 2020) à la Collection de l'Art Brut de Lausanne, générant aussi un catalogue (voir l'affiche de l'expo ci-contre)...carlo zinelli,madge gill,collection polychrome,éditions ides et calendes,florence millioud henriques,marie-hélène jeanneret

____

¹. Michael Noble, Pino Castagna et Flavia Pesci, "Un sogno: guarire con l'art, ommaggio a Ida e Michael" ("Un soin: guérir avec l'art, hommage à Ida et Michael"), dans le catalogue de l'exposition de Garde, Palais des Congrès, 1994. Ce texte de souvenirs vient d'être traduit parallèlement, en intégralité semble-t-il, dans le catalogue de l'expo Zinelli à la Collection de l'Art Brut à Lausanne,

Lire la suite

16/12/2019 | Lien permanent

Couleau subtil

     Il n'y a pas grand chose à dire du sieur Couleau que Gilles Manero et Anne Billon ont découvert récemment sur une brocante de l'Entre-Deux-Mers... On ne sait pas ce qu'il faisait dans la vie, juste qu'il lui est arrivé de tailler le bois d'une manière qui pourrait le faire classer dans un art populaire moderne. A quelle époque? Au XXe siècle sûrement peut-être dans les années 60-70, parce qu'il a représenté un De Gaulle (que j'aimerais bien voir, Gilles et Anne sont arrivés trop tard, donc, si l'acheteur lit internet, qu'il nous le dise...), mais bien entendu c'est une hypothèse assez aventurée.

 

Couleau,-RoiPhilippeleHardi.jpg

Couleau, Philippe le Hardi, h. 30 cm env., bois sculpté, coll. Bruno Montpied, ph. Gilles Manero

 

     Il aimait les sujets historiques en tout cas, comme on le voit avec le roi ci-dessus, qu'une inscription à moitié effacée sous la statuette désigne au crayon comme "Philippe le Hardi" (c'est Anne qui l'a vue, félicitations). Il y eut deux Philippe Le Hardi dont l'un au XIVe siècle fut duc de Bourgogne, peut-être plus célèbre que l'autre (l'autre vécut au XIIIe, fut roi de France sous le nom de Philippe III et se fit connaître pour avoir cédé l'Agenais au Roi d'Angleterre de l'époque, ce qui le désigne peut-être comme celui que Couleau a représenté, car ce dernier paraît originaire de la région de Marmande, après avoir vécu à Bergerac aussi). Notre hardi qui porte couronne (ce qui renforce peut-être l'hypothèse qu'il s'agit du roi du XIIIe siècle que du duc de Bourgogne) tenait peut-ête un sceptre à la main droite, mais il en a été visiblement dépossédé dans la suite des temps... Jolie tête en tout cas, bien enfantine, stylisée d'une manière qui lui confère une sorte de signature à la longue attachante.

 

Couleau 2, Vierge-enfant.jpg

Couleau, Vierge à l'enfant, bois sculpté, coll Manero/Billon, ph. GM

 

 

Couleau-GaveuseOie2.jpg

Couleau, gaveuse d'oie (semble-t-il, à moins qu'elle ne se cramponne à sa bouteille), coll. Manero/Billon, ph.GM

 

      On retrouve la même expression aux limites de l'archaïsme des têtes de marionnettes sur les autres statuettes chinées par Manero et Billon. Que l'on ait affaire à une Madone à l'enfant Jésus ou à une gaveuse d'oie. C'est une bien belle sauvegarde qu'ont opérée là Anne et Gilles en tout cas. Si des lecteurs reconnaissent l'auteur ou ont des informations à nous communiquer, qu'ils ne se gênent surtout pas, nous sommes preneurs. A la poursuite de Couleau...

 

Couleau,-sculpture_.jpg

Couleau, femme (?) au tablier, tentant de lancer la mode des uniques poches gigantesques triangulaires, coll Manero/Billon, ph.GM

 

Lire la suite

11/11/2012 | Lien permanent

Singulier art brut

    La galerie Nuitdencre 64, rue Jean-Pierre Timbaud, Paris 10e.jpgVite, c'est pour dans deux jours, la galerie Nuitdencre 64 au 64 (comme de juste), rue Jean-Pierre Timbaud, dans le 10e arrondissement à Paris, continue d'explorer le spectre de l'imaginisme contemporain, du surréalisme à l'art singulier. C'est ce dernier, confronté à quelques représentants des collections d'art brut, qui fait l'objet de l'exposition qui commence vendredi prochain 16 mai (soir du vernissage) et qui est prévue pour se clore le 30 juin.

Martha Grünenwaldt, dessin aux crayons de couleur, site d'Art en Marge.jpg
Dessin de Martha Grünenwaldt récupéré sur le site de l'association bruxelloise Art en Marge

    L'expo est montée en collaboration avec l'association Oeil'Art dont on (des amis singuliers) m'a déjà dit le plus grand bien -on peut visiter leur site pour se faire une idée ICI. Au programme, Martha Grünenwaldt (disparue récemment, voir ma note du 30 mars 2008), Gustave Cahoreau (le protégé de Michel Leroux), Alain Lacoste (grand ancêtre des singuliers), Jean-Paul Henri, Jacques Trovic (parfois aussi classé dans l'art naïf, un brodeur de grand talent que j'aime particulièrement), Cako (de son nom complet Charles Cako Boussion, capable de réalisations fort inspirées quand "l'esprit souffle", témoin les sirènes ci-dessous que j'ai photographiées il y a peu dans une collection privée distincte de l'expo de Nuitdencre),

Charles Cako Boussion, Enluminures et Voluptueuses Sirènes, n°I, août 1999, coll.privée, photo Bruno Montpied.jpg

 Joël Lorand (c'est l'invasion, Lorand en ce moment), Gilles Manero (le délicat, le raffiné, le bon, le discret Gilles Manero), Faravel, Matemma, Adam Nidzgorski, Jean-Marie Heyliguen, Dominique Bottemane, Pascal Masquelière, Andrea Leierseder et Jean-Michel Messager.

Gilles Manero, Lycanthropie gouloukienne, 2006, coll.privée, Paris, photo B.Montpied, 2008.jpg
Gilles Manero, Lycanthropie gouloukienne, 2006 (image créée numériquement et peinte sur papier)

Lire la suite

14/05/2008 | Lien permanent

Art brut à Brest, Abbé Fouré, Pèr Jaïn, Gilles Ehrmann et autres bricoleurs de paradis...

      Une manifestation nouvelle en Bretagne qui n'a, à ma connaissance, si loin en son cœur, que rarement montré de l'art brut va commencer le 5 avril à Brest. Cela s'intitule "L'art brut à l'ouest" – dans un beau pléonasme (assumé avec malice) car l'art brut en soi est naturellement à l'ouest – ensemble d'expositions et de représentations théâtrales prévues pour durer jusqu'au 29 juin.

 

art brut a l'ouest.jpg

art brut a l'ouest002.jpg

 

        L'événement convoque des documents concernant la création en plein air de l'abbé Fouré (les fameux "Rochers et bois sculptés" de cet ermite de Rothéneuf en Ille-et-Vilaine qui les sculpta entre 1894 et 1908, lui étant décédé en 1910), documents à base essentiellement de cartes postales et de reproductions d'articles de presse de l'époque que rassemble depuis quelque temps l'Association des Amis de l'Œuvre de l'abbé Fouré animée par Joëlle Jouneau. On se souviendra que j'ai moi-même documenté récemment dans la revue l'Or aux 13 îles n°1, en janvier 2010 (pour le centenaire de la disparition de l'abbé), l'ancien musée des bois sculptés que l'abbé avait créé dans le bourg dans son ermitage, à bonne distance de la côte où se trouvaient les rochers qu'il taillait à la belle saison, l'ermitage étant réservé pour les travaux d'hiver sur bois. Ces bois sculptés ont disparu par la suite dans les années 30 ou 40 dans des conditions restées mystérieuses. Ont seuls surnagé jusqu'à présent, parmi ces pièces en bois, quelques meubles sculptés, probablement ceux qui avaient quitté l'ermitage en 1910 après la vente aux enchères qui suivit la mort de l'abbé. Les rochers quant à eux se visitent toujours en dépit de leur grand état de dégradation. L'expo Fouré est prévue pour se tenir à la Bibliothèque d'Etude (22, rue Traverse à Brest, tél: 02 98 00 87 60).

 

Pierre-Jain-jardin007.jpg

Pierre Jaïn, une sculpture dans son jardin encore en place en 1991, ph. Bruno Montpied

 

     Avec Fouré, sera présenté un autre "régional de l'étape", Pierre Jaïn (1904-1967), dit Pèr Jaïn dans la graphie bretonne, à l'initiative de son petit-neveu Benoït Jaïn, qui se consacre à défendre la mémoire de son aïeul depuis plusieurs années déjà (voir notamment les pièces qu'il avait prêtées à l'expo qu'avait organisée en 2001 l'association de Patricia Allio à Dol-de-Bretagne "L'art brut à l'ABRI"). Pierre Jaïn est bien connu des amateurs d'art brut qui se souviendront de la notice qui lui fut consacrée dans le fascicule n°10 de la collection de l'art brut en 1977 par le Dr. Pierre Maunoury (alias Joinul). Il fut sculpteur sur bois, pierre et os, les oeuvres sur ce dernier matériau ayant été peu conservées. La Collection de l'Art Brut à Lausanne en a conservé 9, la famille une douzaine (voir ici même la note que publia sur ce blog Benoît Jaïn en 2009). Il est connu aussi pour un petit orchestre de percussions bricolées qu'il avait installées à l'arrière de son jardin dans sa ferme à Kerlaz (voir ci-contre la photo qui fut publiée dans le fascicule n°10 de laCollection de l'Art Brut). Pierre-Jain-ASa-batterie,-p.jpg

     A côté de cette double exposition Fouré/Jaïn, on verra aussi dans un autre lieu, l'artothèque du musée des Beaux-Arts de Brest (24, rue Traverse, tél: 02 98 00 87 96), un panorama des photographies de Gilles Ehrmann consacrées aux "Inspirés" dans les années 50-60, photos qui donnèrent lieu à la publication du livre Les Inspirés et leurs demeures aux éditions du Temps en 1962. On pouvait y croiser Picassiette, l'abbé Fouré, Gaston Chaissac (qu'Ehrmann était allé voir avec Benjamin Péret en 1958, un an avant la disparition de ce dernier), Frédéric Séron, le meunier Louis Malachier, le pépiniériste Joseph Marmin (art topiaire), Hippolyte Massé, Alphonse Wallart, le Facteur Cheval et les "monstres de Bomarzo" en Italie.

     Gilles Ehrmann avec son livre de 62 se trouve à un bout de la chaîne bibliographique qui unit les auteurs de livres sur les habitants-paysagistes populaires, chaîne dont je suis le dernier maillon pour l'instant avec mon Eloge des Jardins Anarchiques paru en 2011. Comme ce dernier livre, ainsi que le film de Remy Ricordeau Bricoleurs de paradis, traitent de nombreux créateurs de l'ouest de la France, j'ai trouvé normal de les proposer à la présentation au cours d'une rencontre-débat le 20 avril à 14h30 à l'auditorium du musée des Beaux-Arts, histoire de ne pas laisser croire au public breton que l'art brut dans la région appartiendrait au passé. Il y aura donc une nouvelle projection à la suite de laquelle on pourra évoquer plus particulièrement les sites bretons, comme ceux d'Alexis Le Breton dans le Morbihan, de l'abbé Fouré à Rothéneuf, d'André Gourlet à Riec-sur-Belon, d'Yvette et Pierre Darcel dans la région briochine ou encore d'André M. dans la région d'Auray.

 

HM,-la-maison-à-la-sirène,ph gilles ehrmann les insp et leurs demeures, 1962.jpg

Gilles Ehrmann, La maison à la sirène d'Hippolyte Massé, photo extraite des Inspirés et leurs demeures (1962)

 

     Un peu plus tard, du 23 mai au 30 juin, au Centre Atlantique de la Photographie (dans le Quartz), Brest invitera aussi un photographe plus contemporain, Mario Del Curto, pour ses portraits des Clandestins de l'art brut. Il y aura aussi divers petits événements relatifs au manège de Petit-Pierre qui sera présenté sous la forme d'une pièce de théâtre de Suzanne Lebeau au Quartz de Brest. Pour le programme complet et plus précis, on peut le feuilleter en cliquant sur le lien ci-dessous:

 http://issuu.com/bibliobrest/docs/art-brut-2013-brest-pro...   

    

Lire la suite

05/04/2013 | Lien permanent

Gilles Ehrmann une expo rue Monsieur-le-prince pour flâneurs des deux rives

      Vous êtes conviés jeudi 7 avril à partir de 18 heures au vernissage de l'exposition Gilles Ehrmann, Champs de force à la librairie Le Flâneur des deux rives. (Il s'agit apparemment de photographies de reportage, oeuvres moins connues de Gilles Ehrmann, comme ces splendides rochers zoomorphes de Ploumanach qu'il me semble reconnaître sur la photo de l'affiche ci-dessous).

GillesEhrmann Affiche le flâneur des 2 rives.jpg

     Exposition du 5 avril au 14 mai, Librairie-Galerie Le Flâneur des deux rives. 60, rue Monsieur-le-Prince, (6e). RER Luxembourg. M° Odéon. 01.46.33.45.52. Du mardi au samedi de 11h à 19h30. Le dimanche de 15h à 19h. Entrée libre.

Lire la suite

Page : 1 2 3 4 5 6 7