Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2018

5 L'auteur des "Barbus Müller" démasqué ! (5e chapitre) ; une enquête de Bruno Montpied, avec l'aide de Régis Gayraud

Les Barbus Müller s'ancrent définitivement à Chambon-sur-Lac...

 

       Comme le fil d'une tapisserie que l'on détricoterait, je continue de rechercher d'autres informations mises en ligne dans le secret d'archives insoupçonnées. Internet est une caverne d'Ali-Baba pour les chercheurs autodidactes et indépendants dans mon genre, surtout s'ils s'arment de bonnes intuitions.

       Les mots-clé "Antoine Rabany le zouave" vont m'apporter de nouvelles pistes via Google, sous la forme d'articles parus dans des bulletins de société archéologique, des actes de congrès archéologiques, articles qui dormaient avec leurs révélations depuis soixante-dix ans... Je ne donnerai pas ici la chronologie exacte de mes découvertes, mais plutôt les présenterai dans la chronologie des dates de parution de ces articles.

Léon_Coutil_autoportrait sur Wikipédia.jpg

Léon Coutil, autoportrait de 1930 figurant sur la notice qui lui est consacrée sur Wikipédia ; un barbu certes, mais pas Müller...

Couverture Congrès1908 (2).jpg      Le plus ancien d'entre eux est celui de l'archéologue Léon Coutil¹. Sa date est très ancienne, par rapport à tout ce que l'on savait jusqu'à présent de la première occurrence de Barbus Müller apparus chez des antiquaires (à Lyon en 1934, comme je l'ai déjà mentionné): 1908-1909 ! Il a paru dans le Compte-rendu de la Quatrième Session du Congrès préhistorique de France, tenu à Chambéry en 1908 cependant, quoique publié seulement en 1909.

    Je le reproduis ci-dessous :

Coutil, Bustes et statuettes de forme archaïque en lave d'Auvergne 1, cong pré de chamb 1908 _edited.jpg

Coutil, Bustes et statuettes de forme archaïque en lave d'Auvergne 2, cong pré de chamb 1908 _edited.jpg

Article de Léon Coutil rédigé en 1908.

 

     Ce texte est à prendre avec des pincettes. L'auteur, qui est avant tout un archéologue désireux de dénoncer les fabricants de fausses pièces archéologiques, paraît y mêler allusions à de vraies fausses pièces (au tournant des deux derniers siècles, il est vrai que le marché des faux objets archéologiques était florissant, et pas seulement à Clermont-Ferrand, comme l'avance Coutil) et évocations de statuettes créées par le "fabricant, nommé le Zouave ou père Rabagny (sic)", qui est le même que notre Antoine Rabany, surnommé le Zouave à Chambon-sur-Lac. Rien ne nous assure véritablement que les statuettes qu'il a trouvées chez un antiquaire d'Evreux – dont la description pourtant paraît correspondre à celle des Barbus ("yeux proéminents", "mesurant 0m30 à 0m40") – aient la même origine que les "statuettes" que possède un antiquaire de Murols qui lui donne l'adresse du "père Rabagny". Au passage, il met ces sculptures dans la même catégorie que des "haches fausses" que les "bourgeois" préfèrent acheter au même antiquaire, dont on remarquera au passage que Coutil nous avoue que c'est ce dernier qui les fabrique... Le lecteur en retire l'impression que, logiquement, les statuettes elles aussi sont des pièces "fausses". Un croquis accompagne l'article, visant à donner une idée de ces statuettes, mais reflétant l'interprétation de Léon Coutil, à savoir une vision ambiguë. La statuette – dont Coutil nous avoue, simultanément et contradictoirement, qu'elle provient d'une collection située à Flers, et qu'elle possède une caractéristique (des colliers) qui l'éloigne des "Barbus" –  y est plus proche d'une statuaire antique, assez éloignée du style nettement plus rugueux et "brut" des sculptures du zouave Rabany.

     On retiendra surtout de cet article – témoignage écrit le plus ancien qu'il m'ait été donné de trouver jusqu'à présent – que l'archéologue nous confirme (une deuxième fois après le souvenir de Maurice Busset que j'ai évoqué dans le quatrième chapitre de cette enquête) l'existence d'un Rabany, zouave, sculpteur à Chambon-sur-Lac en 1908. La présentation de ce sculpteur comme un "faussaire" est intéressante à noter, même si, selon moi, elle procède d'une erreur d'interprétation, à laquelle on peut cependant, peut-être, trouver une justification... N'est-elle pas l'indice d'une difficulté, de la part d'un spécialiste de l'art antique, à envisager comme un art à part la sculpture non utilitaire, non religieuse, d'un paysan autodidacte (Rabany à cette époque avait pour raison sociale "cultivateur", rappelons-nous la mention du recensement de 1911) rencontré dans un contexte de traque aux fausses pièces archéologiques qui plus est? On retiendra aussi l'hypothèse d'une ressemblance avec l'art des Canaques, hypothèse "primitiviste" qui reviendra chez d'autres commentateurs des Barbus dans les décennies suivantes du XXe siècle.

     En continuant de chercher par index de mots-clés, je vais  tomber sur deux autres articles, plus récents, puisque datant, pour le premier, de 1929 et pour le second, de 1930. Celui de 1929 est dû à un collègue de Coutil, Albert Lejay², archéologue comme lui, tandis que celui de 1930 est de nouveau un article du même Léon Coutil, répondant en quelque sorte à l'article de Lejay. Tous les deux sont publiés dans des bulletins de la Société préhistorique de France, et disponibles en se connectant au site Persée (pour le premier, intitulé Une collection d'objets faux, Bulletin de la Société préhistorique de France, tome 26, n°12, 1929, voici le lien ; et pour le second, de Coutil, Les figurines en granit et en lave de Chambon (Puy-de-Dôme), daté de 1930, tome 27, du Bulletin de la Société préhistorique de France n° 6, voici l'autre lien du site Persée). Je reproduis ci-dessous l'article de Lejay qui a une importance capitale, grâce aux clichés qu'il contient, montrant les fameuses statuettes trouvées à Chambon-sur-Lac par des antiquaires (en 1912), les mêmes que ceux évoquées par Léon Coutil en 1909, ce que ce dernier confirme dans son article en 1930. L'une d'entre elles en particulier ne peut que frapper les amateurs des Barbus.

 

barbus müller,léon coutil,albert lejay,archéologie et faussaires,antoine rabany dit le zouave,antoine rabagny,antoine rabany le zouave,le zouave rabany

barbus müller,léon coutil,albert lejay,archéologie et faussaires,antoine rabany dit le zouave,antoine rabagny,antoine rabany le zouave,le zouave rabany

barbus müller,léon coutil,albert lejay,archéologie et faussaires,antoine rabany dit le zouave,antoine rabagny,antoine rabany le zouave,le zouave rabany

Les trois pages de l'article d'Albert Lejay de 1929.

 

     L'archéologue Lejay, dans la dernière phrase de son article, ne nous adresse-t-il pas un clin d'œil par-delà les décennies, lorsqu'il commente "ces épreuves qui permettront un jour de reconnaître et d'identifier ces bustes fabriqués il y a près de vingt ans"...? Je pourrais le croire tant il se montre prophétique.... A cette nuance près que "l'identification" que j'opère ici ne qualifie plus ces "bustes" comme des faux archéologiques, mais reconnaît en eux ce que Dubuffet identifia comme un art populaire original, si original qu'il fallait l'appeler d'un nouveau nom, et c'est ainsi que naquit... l'art brut en 1945. Ces épreuves photographiques qu'il eut la bonne idée de prendre montrent – on les reconnaît sans peine – une tête au milieu de la "figure 2" que l'on connaît bien (voir ci-joint la couverture du fascicule Dubuffet de 1947, sculpture aujourd'hui au Musée des Confluences à Lyon)...

barbus müller,léon coutil,albert lejay,archéologie et faussaires,antoine rabany dit le zouave,antoine rabagny,antoine rabany le zouave,le zouave rabany

 

 ....et une autre tête, à droite de la même figure 2, qui paraît bien être la même que celle que  l'on peut aujourd'hui voir dans les collections du LaM à Villeneuve-d'Ascq (voir photos ci-dessous).

barbus müller,léon coutil,albert lejay,archéologie et faussaires,antoine rabany dit le zouave,antoine rabagny,antoine rabany le zouave,le zouave rabany

barbus müller,léon coutil,albert lejay,archéologie et faussaires,antoine rabany dit le zouave,antoine rabagny,antoine rabany le zouave,le zouave rabany

      Sur ces "figures", ou planches, 1 et 2 de l'article de Lejay, on peut reconnaître également d'autre Barbus. Par exemple, la première statuette à gauche sur la figure 1 ressemble fortement à un Barbu appartenant à la collection d'Audrey B. Heckler  et exposé au LaM à l'occasion de l'exposition L'Autre de l'art (voir ci-dessous).

barbus müller,léon coutil,albert lejay,archéologie et faussaires,antoine rabany dit le zouave,antoine rabagny,antoine rabany le zouave,le zouave rabany

Barbu Müller, collection Audrey B. Heckler, catalogue L'Autre de l'art, LaM de Villeneuve-d'Ascq.

barbus müller,léon coutil,albert lejay,archéologie et faussaires,antoine rabany dit le zouave,antoine rabagny,antoine rabany le zouave,le zouave rabany

Sculpture du Chambon-sur-Lac à gauche de la figure 1 de l'article d'Albert Lejay de 1929.

 

    De même, la statuette centrale sur cette même "figure 1" ressemble trait pour trait à un Barbu Müller de la collection du Museum of Everything de James Brett.

 

barbus müller,léon coutil,albert lejay,archéologie et faussaires,antoine rabany dit le zouave,antoine rabagny,antoine rabany le zouave,le zouave rabany                 barbus müller,léon coutil,albert lejay,archéologie et faussaires,antoine rabany dit le zouave,antoine rabagny,antoine rabany le zouave,le zouave rabany

 

    N'est-ce pas évident ? L'article de notre archéologue jurassien, grâce à ces photos, permet de répondre à notre deuxième question des chapitres 3 et 4 de cette enquête : les statues photographiées à Chambon-sur-Lac, par un photographe non identifié jusqu'à présent, sont bien les mêmes que Dubuffet appela Barbus Müller en 1947, et elles furent créées par le ciseau d'un cultivateur, sculpteur autodidacte, nommé Antoine Rabany, dit "le Zouave", né en 1844 et décédé en 1919.

    Léon Coutil, cité dans l'article de Lejay, réagit en 1930 dans un autre article de ce même bulletin de la Société préhistorique de France. Il renchérit sur l'interprétation des sculptures vues comme des faux par les deux archéologues mais en même temps, il permet au chercheur de vérifier que les sculptures photographiées par Lejay en 1912 sont bien les mêmes que celles que Coutil avait vues en 1908 à Chambon et chez des antiquaires dans d'autres villes, où, dès le début du siècle donc, elles avaient commencé de migrer. Il répète dans son témoignage  sur celui qu'il appelle curieusement le "zouave algérien Rabagny" des souvenirs qu'il avait déjà rapportés dans son ancien texte .

barbus müller,léon coutil,albert lejay,archéologie et faussaires,antoine rabany dit le zouave,antoine rabagny,antoine rabany le zouave,le zouave rabany

Léon Coutil, texte paru dans le Bulletin de la Société préhistorique de France n°6, tome 27, 1930.

      Augmentons la taille de l'extrait qui nous intéresse plus particulièrement...

 

barbus müller,léon coutil,albert lejay,archéologie et faussaires,antoine rabany dit le zouave,antoine rabagny,antoine rabany le zouave,le zouave rabany

     Ce qui est curieux, c'est l'accentuation de l'hypothèse sur l'entreprise de faussaire attribuée à Rabany, désormais dénoncé comme fabricant de fausses haches aussi. On peut se demander si Léon Coutil ne mélange pas tout en 1930. Son article comporte une coquille sur la date de la trouvaille de son collègue Lejay: 1912 et non pas 1922. De plus, si Rabany est bien décrit comme "zouave" (un corps de l'armée française créé pendant la conquête de l'Algérie en 1830 dont le recrutement fut majoritairement européen, semble-t-il, à partir de 1842, hormis une brève période entre 1942 et 1945), il n'était pas "algérien" mais bien auvergnat, né à Chambon-sur Lac. En cherchant davantage, je suis du reste tombé sur sa fiche de renseignement dans le registre matricule (archives militaires) mis en ligne sur le site des archives départementales du Puy-de-Dôme. Il fit partie de la classe 1864, et dès cette époque était considéré comme un militaire puisqu'engagé volontaire. Il fut versé à cette date dans le 20e  bataillon de chasseurs à pied. Peut-être fit-il partie des soldats qui se battirent en 1870 contre les Prussiens. Et peut-être est-ce vers cette période qu'Antoine Rabany fut versé dans le corps des zouaves. En 1911, lors du recensement, il était alors mentionné comme "patron cultivateur". D'où lui vint ce surnom de "zouave", encore attaché à lui en 1908? Portait-il sur lui, comme me l'a suggéré mon camarade Régis Gayraud, quelques pièces de son ancien uniforme de zouave, une culotte rouge, un gilet festonné, un foulard dans les cheveux, tous articles qui donnaient à ces soldats fière allure?

     Ce souvenir, vieux de presque trente ans, émanant d'un archéologue de 74 ans, réitère ce qu'il avait déjà écrit en 1908 : Rabany sculptait selon lui en "hiver" et vendait "ces bustes et statuettes pour 5 à 10 francs", qui étaient à cette date des francs-or. Difficile de faire le parallèle monétaire ou de donner un équivalent actualisé en pouvoir d'achat, sans doute la somme de 5 à 10 frs équivaudrait peut-être à une somme variant d'une cinquantaine à une centaine d'euros actuels?

    Et l'on relèvera en conclusion le ton passablement méprisant de l'archéologue sans grand discernement, qualifiant in fine ces "produits" du zouave de "grotesques"... 

    Rendez-vous pour un sixième chapitre qui va rassembler tout ce qui, jusqu'à présent, a désormais été collationné sur notre sculpteur de Chambon, comme une sorte de fiche de renseignements...

_____

¹ "Léon Coutil, né le 13 octobre 1856 au hameau de Villers (Les Andelys) et mort le 24 janvier 1943 aux Andelys, est un peintre, graveur, archéologue et historien local français." (Extrait de notice Wikipédia).

² Albert Lejay (1872-1950), archéologue originaire de Dôle (Jura).

 

 (Fin du 5e chapitre: à suivre...)

Commentaires

Pourquoi faire plus long commentaire : c'est simplement génial!

Écrit par : Emmanuel Boussuge | 13/04/2018

Répondre à ce commentaire

Bravo pour cette enquête excellente, narrée avec un art certain de la mise en scène. Le meilleur est de s'apercevoir que l'artiste travaillait, semble-t-il, pour vendre, ce qui est normal pour un Auvergnat digne de ce nom !
(Je précise que j'en suis un autre, prière de ne pas s'offenser).

Écrit par : Pierre Moulier | 13/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire