Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2018

Infos-Miettes (31)

Briantais et Estaque chez LFLF2015 à St-Malo-de-Guersac

       Du 1er au 31 juillet prochain, ces deux artistes, dont j'ai plus d'une fois mentionné l'existence et les œuvres, rapprochent ces dernières pour une espèce de dialogue... Dans le cadre d'un de ces lieux comme il en apparaît régulièrement dans les mailles serrées du patchwork des petites communes françaises. Le vernissage est prévu pour le 7 juillet à partir de 16h. LFLF2015 (oui je sais, c'est plutôt cabalistique, et il faut trouver le coin où aura lieu l'expo : 56 ile d'Errand, Loire-Atlantique St-Malo-de-Guersac, tél: 06 18 97 13 63).

 

Créations populaires en Mayenne

      Et revoici une production de l'association CSN (Création Singulière et Naïve) – qui semble avoir laissé tomber le numéro de département qui flanquait son acronyme précédemment (53, le département de la Mayenne).

bernard briantais,jean estaque,lflf2015,art singulier

Cénéré Hubert, un moulin illustré, photo Michel Leroux.

 

     Elle propose une exposition de quatre autodidactes singuliers , aux lisières de l'art naïf et de l'art brut, Gustave Cahoreau (dessinateur et sculpteur, bof...; voir ci-contre la tête chapeautée)bernard briantais,jean estaque,lflf2015,art singulier, Patrick Chapelière (passablement inégal, et souvent "décoratif" depuis quelque temps semble-t-il ; voir ci-contre œuvre de 2018)bernard briantais,jean estaque,lflf2015,art singulier, Raymond Lemée (ce dernier paraît recycler les crucifix : moi, je dis beurk!) et Céneré Hubert, à mon avis le plus intéressant des quatre (Michel Leroux et Jean-Louis Cerisier, qui interviennent dans cette association, ont souvent défendu ce dernier qui est un peu leur découverte ; ils m'ont du reste aidé à illustrer la notice que j'ai consacrée dans mon livre Le Gazouillis des éléphants à ce créateur, également l'auteur d'un environnement naïvo-brut à St-Ouën-des-Toits). L'expo se tiendra du 13 juillet au 26 août, à la Bergerie du château de Sainte-Suzanne, fort joli village mayennais, paraît-il.

(Ce sera ouvert tous les jours, de 10h00 à 19h00. Entrée libre. Un catalogue accompagne la manifestation. Il sera disponible (offert par le CIAP) à la librairie du château, face au lieu d’exposition).

 

"L'envol ou le rêve de  voler" à la Maison Rouge

      Du 16 juin au 28 octobre prochain, aura lieu à Paris une expo conjointement organisée par Antoine de Galbert et la collection ABCD sur le thème du rêve de voler. Ce sera la dernière de la Maison Rouge... Il y sera question sans doute, et entre autres, de Gustav Mesmer, cet aviateur en herbe, renouvelant le rêve des pionniers de l'aviation avec leurs drôles de machines volantes dont ont déjà parlé diverses autres publications et expositions fournies autrefois par la Collection de l'Art Brut. On se rappelle en particulier l'expo et le catalogue de "L'Art Brut dans le monde" qui contenait six petits courts-métrages dont un sur ce Mesmer. Mais ce ne sera pas le seul "Icare" de représenté dans cette expo puisque le dossier de presse annonce 130 artistes et créateurs, dont les œuvres (on en annonce 200) relèvent tantôt de l’art moderne, tantôt de l'art contemporain, tantôt de l'art brut, voire de l'art ethnographique ou populaire.

bernard briantais,jean estaque,lflf2015,art singulier,csn,mayenne,création populaire en mayenne,céneré hubert,l'envol,la maison rouge,abcd,art brut,gustav mesmer

Gustav Mesmer

 

Carlés-Tolra, et l'amour, au Musée de la Création Franche cet été

      Deux expos en effet, distinctes, quoique dans un même lieu cet été à Bègles. "Le monde selon Carlés-Tolrá" d'une part, véritable rétrospective de cet artiste, grand ancien de l'art singulier (terme que l'on peut présenter comme synonyme de "neuve invention", voire de "création franche" – même si cette dernière expression cherche à intégrer également l'art brut, l'art naïf, même certaines expressions surréalisantes), du 15 juin au 2 septembre 2018, et "All I need is love" pour l'autre part, du 15 juin au 19 mai 2019. Sur l'expo Carlés-Tolrá, voici ce que précise le musée: "Pour la 90e année de cet auteur majeur de la collection Création Franche, le Musée lui consacre 6 salles où seront présentés, outre des œuvres du fonds de collection, des prêts exceptionnels du créateur comme ses premières peintures, des lettres échangées avec Jean Dubuffet dont il était proche et des œuvres de sa collection personnelle."

bernard briantais,jean estaque,lflf2015,art singulier,csn,mayenne,création populaire en mayenne,céneré hubert,l'envol,la maison rouge,abcd,art brut,gustav mesmer

Ignacio Carles-Tolrá.

 

     Dans le cadre de "All I need is love", qui est une sélection, un ré-accrochage  des collections permanentes du musée sur le thème de l'amour, une playlist a été proposée, en réalisation collaborative, à tous les internautes que cela stimulait. A signaler que l'animateur de ce blog y est donc allé de ses propositions. Un petit jeu  peut donc s'esquisser (mais il n'y a pas de prix à gagner cette fois...). A vous de deviner au moins un morceau proposé par le Poignard... Cependant il me semble qu'il faut posséder un abonnement à Deezer, ou alors il faut écouter au musée toute la playlist (au moins 177 morceaux...).

 

Collection de l'Art Brut à Lausanne, nouvelle expo : "Acquisitions 2012-2018"

     Du 8 juin au 2 décembre 2018, vient de commencer la présentation d'une sélection d'œuvres acquises par la Collection depuis que Sarah Lombardi en est devenue la directrice. Cela donne plus de 150 œuvres en exposition. En même temps, paraît le fascicule de l'Art Brut n°26, avec des mini monographies sur certains créateurs récemment entrés dans la Collection, Charles Boussion, Gaël Dufrène,  Dunya Hirschter, Mehrdad Rashidi, Bernadette Touilleux, Royal Robertson, Michel Nedjar (pour la deuxième fois ; car il avait déjà fait l'objet d'une notice dans le fascicule n°16 en 1990, décidément Lausanne lui voue un véritable culte), etc.

bernard briantais,jean estaque,lflf2015,art singulier,csn,mayenne,création populaire en mayenne,céneré hubert,l'envol,la maison rouge,abcd,art brut,gustav mesmer

Charles "Cako" Boussion, "Tzar de jadis... Icône revisitée d'après un tableau sur bois, de Charles Cako Boussion, Montpellier, novembre 2011 à l'âge de 86 ans", peinture sur papier, 42x29,7cm ; ph. et coll. Bruno Montpied.

Commentaires

Il s'agit, à n'en pas douter cher Sciapode, de ce fameux musicien de rue américain qui frappait en sifflant et en chantant sur des bidons d'essence vides...créant une sorte de blues vaudou, incantatoire et puissant rappelant par moment un Screaming Jay Hawkins fauché...on trouve un enregistrement de ce personnage sur l'excellent label Arhoolie Records (une mine d'or pour qui aime le blues, le cajun etc...).Je m'abstiens d'en révéler son identité car il n'y a rien à gagner et pour que les autre cherchent...

Écrit par : Darnish | 11/06/2018

Répondre à ce commentaire

Oui, c'est UN des titres, le 49, Georges "Bongo Joe" Coleman, car j'en ai proposé plusieurs. C'était, cela dit, bien trop facile pour vous - les autres lecteurs du blog devront apprendre de votre rouerie à cette occasion...- c'est VOUS qui me l'aviez fait découvrir...

Écrit par : Le sciapode | 11/06/2018

Répondre à ce commentaire

Je dirais aussi le 2 (Colette Renard) et le 9 (Nina Simone). Et puis aussi peut-être Bephatish Batacharia. ET sans doute d'autres et d'autres. Je n'ai pas eu le temps de tout écouter?

Écrit par : Régis Gayraud | 12/06/2018

Répondre à ce commentaire

Non, pas Colette Renard (mais c'est une excellente idée ses chansons paillardes) ni Nina Nimone (quoique j'eusse pu). Oui pour Debashish Bhattacharya.

Écrit par : Le sciapode | 13/06/2018

Exposition "Création populaire en Mayenne"

« Bof… »
« Passablement inégal »
« Beurk ! »

Cela ne donne pas envie d’aller voir cette exposition ! Il n’était donc pas nécessaire d’y ajouter les jours et heures d’ouverture…

Écrit par : Michel l'égaré | 12/06/2018

Répondre à ce commentaire

Mais je ne suis pas là pour servir la soupe à tous ceux dont je répercute les événements, Michel l'égaré... Cela s'accompagne parfois de critiques, de mouvements d'humeur. Chose qui paraît avoir été oubliée par les uns et les autres depuis belle lurette, tant on croit qu'on ne parle d'une expo ou d'un livre que pour en faire automatiquement des éloges.
J'ai mis les détails pratiques, car figurez-vous que je me doute bien que les différents lecteurs croisant par ici ne sont pas forcément d'accord avec moi... Et que, donc, ils peuvent ainsi aller vérifier sur place, si ça leur chante.

Écrit par : Le sciapode | 13/06/2018

Exposition « Créations populaires en Mayenne »

Monsieur Le sciapode,

Je suis d’accord avec VOUS sur un point : Les quatre créateurs présentés dans cette exposition ne sont pas (tous) des génies !
Pour avoir vu l’exposition que VOUS organisiez il y a quelques temps à Saint Ouen (galerie Amarrage je crois) - et il est toujours préférable de voir une exposition avant d’y porter des jugements - il n’y avait pas non plus que des créateurs géniaux à mes yeux. Je n’avais pas pour autant vomi des « beurk ! » sur les créations qui m’avaient laissé insensible.
Quand je n’aime pas le travail d’un artiste, je passe mon chemin.

Tchao Bruno !

Michel l’égaré

Écrit par : Michel l'égaré | 14/06/2018

Hum, l'Egaré, vous semblez confondre articles de critique et réclame obtenue par copinage... Vous lisez trop "Télérama".

Écrit par : La cuistre | 14/06/2018

Michel l'égaré, difficile de voir l'expo en question puisqu'elle ne commence que le 13 juillet... Ma note n'est que le reflet d'une intuition fondée sur les images que vous m'avez envoyées en guise d'appâts et qui à mon avis ratent leurs cibles. De plus, Cahoreau, franchement, depuis le temps que vous le défendez, on finit par s'en faire une idée (dans mon cas,pas très haute...). Pareil pour Chapelière, j'en ai vu plusieurs, et depuis quelque temps (Voir l'expo de l'année dernière de quelques-unes de ses œuvres dans le cadre de l'Art partagé de Jean-Louis Faravel dans l'île d'Oléron, manifestation que j'avais chroniquée de façon élogieuse sur ce blog), je trouve qu'on voit de plus en plus des peintures ou dessins très décoratifs, et moins riches sur le plan imaginaire, graphique, de leur structure qu'à une certaine époque. Je me crois donc fondé à m'en ouvrir de la façon quelque peu expéditive que j'ai employée ci-dessus.
Vous oubliez de remarquer que je relève l'œuvre de Céneré Hubert parmi les quatre. Rien que pour elle, il me paraît désirable d'envisager, pour ceux qui peuvent, un petit voyage à Ste-Suzanne.
Quant à l'expo que j'avais tenté de monter à St-Ouen, figurez-vous que j'aurais pu vomir des beurk avec vous devant les œuvres d'un des participants qui n'avait pas suivi mes demandes et présenté des oeuvrettes absolument sans intérêt. Car je suis tout à fait capable de critiquer des expos que j'ai moi-même organisées. Cependant, je ne sais à qui d'autre vous avez pu penser. Les œuvres de Jean-Louis Cerisier ne tombaient pas sous le feu de vos critiques, si? Ni celles de Marie Audin (qui sera bientôt exposée au musée de Laval dans le cadre de la donation qu'elle vient de leur consentir)? Ni celles de Gérald Stehr, ou de Darnish, ou encore de Dahyot? Ou bien vous pensez (ce serait perfide) à mes propres peintures? Fi, le vilain...

Pour le "vous", il ne faut pas vous en offusquer. J'ai décidé en effet depuis quelque temps de le rétablir à la manière des usages journalistiques, où le "tu" pratiqué dans la vie privée est masqué par le "vous" dès lors que l'on se parle publiquement.

Écrit par : Le sciapode | 14/06/2018

Ne cherchez plus, cher Sciapode, il y a environ un an, je m'étais amusé à pratiquer une sorte de détestation outrancière de tout ce qui est Mayennais. Je pensais qu'on comprendrait qu'il s'agissait d'humour (sans doute un peu capilotracté), mais las! je m'étais attiré les foudres des patriotes lavallois. Ce ne sont que mes pauvres trois oeuvres et demie, d'ailleurs passées assez inaperçues, qui sont visées par la charge de M. l'Egaré. On m'y reprendra, à vouloir jouer à l'artiste! J'en frémis de terreur, à l'idée d'être condamné par si influent censeur.

Écrit par : Régis Gayraud | 15/06/2018

Chet Baker? Je vous imagine bien l'avoir en tête en flânant dans le vacarme des trottoirs de Montmartre...Et puis peut être aussi Mouloudji car vous aimez la chanson française n'est ce pas?

Écrit par : Darnish | 13/06/2018

Répondre à ce commentaire

Et pourquoi pas Pierre Vassiliu...C'est ma dernière cartouche...

Écrit par : Darnish | 13/06/2018

Répondre à ce commentaire

Pierre Vassiliu? Euh, tout de même pas...
Par contre, oui, pour Mouloudji, dont j'aime beaucoup plusieurs chansons de son répertoire, qui grandissent en charme au fil des années. Dont "Coeur de rubis" dans cette liste. Chet Baker, et sa Funny Valentine, j'aurais pu la rajouter en effet. Mais pour le coup ça n'est pas moi.
Côté chansons françaises, je me suis amusé à mettre, près l'une de l'autre, deux chansons voisines par la formulation de leurs titres: "T'es beau, tu sais" d'Edith Piaf (destinée à Théo Sarapo, son jeune amant, il me semble) et "T'es belle" de Volo, chanson récente que je trouve bien inspirée... "T'es belle quand t'es bourrée... T'es belle quand tu ronfles..."

Écrit par : Le sciapode | 14/06/2018

Écrire un commentaire