Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2019

Carlo Zinelli dans la collection Polychrome chez Ides et Calendes, après Madge Gill

      J'avais bien aimé le précédent titre de cette collection de poche – intitulée Polychrome et éditée chez Ides Calendes (à Lausanne, 2017) – consacrée à Madge Gill par Marie-Hélène Jeanneret. C'était, en une petite centaine de pages, un moyen efficace, tout en restant d'une très bonne tenue critique et rédactionnelle, de faire le tour d'une créatrice de l'art brut particulièrement remarquable.

carlo zinelli,madge gill,collection polychrome,éditions ides et calendes,florence millioud henriques,marie-hélène jeanneret

 

     Voici qu'un second volume consacré cette fois à un auteur d'art brut masculin, Carlo Zinelli, a vu le jour en 2019 dans cette même collection qui ne se limite pas à l'art brut, mais explore diverses directions, relevant essentiellement de l'art moderne et contemporain (Jorn, Alechinsky, Erró, Estève, Manessier, Michaux, Lindström, Wols, Zao Wou Ki, etc.). L'autrice du Zinelli est Florence Millioud-Henriques.

carlo zinelli,madge gill,collection polychrome,éditions ides et calendes,florence millioud henriques,marie-hélène jeanneret

 

     Cet ouvrage ne m'a pas donné le même sentiment que celui sur Madge Gill. S'il est également fort bien écrit, il souffre à mes yeux d'un défaut majeur: une déconnexion entre les analyses de l'autrice du livre, qui s'appuient sur des lectures des images de Zinelli trouvées dans d'autres bases iconographiques, et les illustrations que l'édition a choisies parallèlement pour ce nouveau titre de la collection Polychrome. Le lecteur ne peut pas vérifier de visu le bien-fondé des analyses par conséquent. La faute en incombe davantage à l'éditeur bien entendu qu'à l'autrice qui n'a pu donner je suppose son avis (la balance iconographie/texte est souvent difficile à réaliser, reconnaissons-le)...

     Certes, les illustrations de ce petit livre sont fort bien choisies, rien à dire, ce sont des reproductions d'œuvres se trouvant quasi toutes dans la Collection de l'Art Brut de Lausanne. On se dit du reste que cette dernière a bien eu de la chance de pouvoir conserver ces gouaches et dessins tous plus beaux les uns que les autres, sans doute grâce aux relations privilégiées qui unirent le psychiatre, Vittorino Andreoli – qui œuvra toute sa vie pour faire connaître et reconnaître Zinelli en tant qu'artiste à l'égal des grands –  et Jean Dubuffet.

carlo zinelli,madge gill,collection polychrome,éditions ides et calendes,florence millioud henriques,marie-hélène jeanneret,vittorino andreoli,michael noble

Une reproduction du livre, Carlo Zinelli, Figura femminile con collare e arti neri, entre 1957 et 1958, 35 x 50 cm, gouache sur papier, coll Eternod-Mermod.

 

    Mais il y a cette absence de lien avec les développements présentés par Mme Millioud Henriques (hormis au début du livre avec l'évocation de la première peinture de Zinelli, du 11 mars 1956,  placée cependant dans le livre 7 pages plus tôt... du fait sans doute du choix éditorial d'égrener les œuvres de façon chronologique, sur les dix-sept années de production de Zinelli). Cette dernière réserve ses regards à des peintures qu'elle paraît avoir pêchées avant tout dans un autre ouvrage (qu'elle cite en notes), le Catalogue général raisonné de l'œuvre édité en 2000 par Vittorino Andreoli, Sergio Marinelli et Flavia Pesci. C'est, à la lecture, souvent agaçant. Le lecteur n'ayant pas les images dont l'autrice du livre tire de savantes interprétations est obligé de croire cette dernière sur paroles... Ce qui n'est pas très démocratique, on en conviendra. Et plutôt infantilisant pour le lecteur à qui l'éditeur intime l'ordre de tout gober sans broncher, puisqu'on lui dénie le droit d'exercer son regard critique. Ecoute et tais-toi...

     L'ouvrage, cela dit, a un angle d'attaque où l'on choisit d'analyser les images sans avoir nécessairement besoin de les rapporter étroitement à la biographie de l'auteur. Certes, comme le dit l'autrice, Zinelli paraît, dans l'animation des personnages de ses compositions étourdissantes, régurgiter des souvenirs de sa vie d'avant la maladie (une schizophrénie paranoïaque). C'est un grand compositeur et un savant chef d'orchestre dans la disposition de ses différents graphismes, ordonnés avec un sens très sûr de l'harmonie. Ses oeuvres ressemblent ainsi la plupart du temps à des sortes de chorégraphies cherchant avant tout les rythmes, les équilibres des rapports entre les couleurs et les formes qu'il organise avec délectation. Il réussissait toujours à se conformer, sans jamais déborder, au format du papier qu'on lui fournissait dans l'atelier de l'hôpital où il était interné à Vérone (remarque sagace de l'autrice du livre). Mais, comme le dit encore Mme Millioud Henriques, au fur et à mesure, que Zinelli avance dans son oeuvre, il lâche de plus en plus les chiens de sa fantaisie imaginative, au point qu'il devient difficile d'être véritablement assuré des interprétations qu'on peut faire de ses peintures, et que le lien à sa biographie devient alors plus flou, plus complexe. L'autrice de la monographie le reconnaît elle-même à la page 76 du livre : "Dans cette biosphère aussi prospère que contradictoire, il est difficile d'asséner une vérité et même de s'y raccrocher! (...) Le microcosme zinellien vit de l'inconstance. C'est son choix, sa loi, sa réalité, c'est aussi le signe d'une liberté inviolable capable de refléter l'extraordinaire."

carlo zinelli,madge gill,collection polychrome,éditions ides et calendes,florence millioud henriques,marie-hélène jeanneret,vittorino andreoli,michael noble

Carlo Zinelli, Personnage à la grande pipe, 1964, 70 x 50 cm, gouache sur papier, Collection de l'Art Brut, Lausanne, n° inv. cab-4348 (verso); reproduction dans le livre.

 

      En fait, on le comprend sans peine – et c'est un mérite de l'autrice du livre de le révéler – Zinelli, à travers ses gouaches à l'originalité et à la liberté des plus débridées, retrouvait, au moins symboliquement, la liberté dont l'avaient privée sa folie et les hommes qui avaient décidé d'enfermer cette folie.

       Une autre critique que l'on pourrait adresser au livre concerne le peu d'intérêt apporté par l'autrice (par manque de place?) aux inscriptions rédigées dans une langue semble-t-il souvent imaginaire (?) ou purement phonétique (?), entrelardées parmi les différentes figures de ses peintures, difficiles à déchiffrer, entre 1966 et 1969 (même si on peut trouver des inscriptions dès le début de ses peintures, d'après les spécialistes). Qu'y dit le peintre? On ne le saura pas en lisant cet ouvrage.

carlo zinelli,madge gill,collection polychrome,éditions ides et calendes,florence millioud henriques,marie-hélène jeanneret,vittorino andreoli,michael noble

Carlo Zinelli, Dessin à l'étoile, 1968, 70 x 50 cm, gouache sur papier, Collection de l'Art Brut, Lausanne, n° inv. cab-4354 (recto) ; reproduit dans le livre.

 

       D'autre part, la relation avec le sculpteur Michael Noble – qui avec Vittorino Andreoli, paraît avoir joué un rôle très important dans la vie d'artiste de Zinelli, notamment en le laissant travailler dans l'atelier qu'il avait ouvert dans l'hôpital où séjournait Carlo – n'est abordée que dans le dernier chapitre de l'ouvrage, où cependant, un extrait alléchant d'un texte de souvenirs de Noble est donné, inspirant le désir d'en lire plus¹.

Ces deux livres de la collection Polychrome chez Ides et Calendes sont disponibles via les librairies bien sûr et le site web  de l'éditeur. A signaler également qu'une exposition consacrée à Carlo Zinelli se tient en ce moment même (prévue pour se terminer le 2 février 2020) à la Collection de l'Art Brut de Lausanne, générant aussi un catalogue (voir l'affiche de l'expo ci-contre)...carlo zinelli,madge gill,collection polychrome,éditions ides et calendes,florence millioud henriques,marie-hélène jeanneret

____

¹. Michael Noble, Pino Castagna et Flavia Pesci, "Un sogno: guarire con l'art, ommaggio a Ida e Michael" ("Un soin: guérir avec l'art, hommage à Ida et Michael"), dans le catalogue de l'exposition de Garde, Palais des Congrès, 1994. Ce texte de souvenirs vient d'être traduit parallèlement, en intégralité semble-t-il, dans le catalogue de l'expo Zinelli à la Collection de l'Art Brut à Lausanne,

24/02/2013

Art brut pour yeux fertiles

     A peine l'expo Guy Harloff décrochée, voici que la Galerie Les Yeux Fertiles, rue de Seine à Paris, enchaîne avec une sélection de créateurs de l'art brut auxquels elle a joint des gens plus artistes, rangés dans ce que l'on appelle chez les Anglo-saxons des Outsiders, et en Suisse de la "Neuve Invention". A propos de cette dernière, on peut toujours se demander d'ailleurs, depuis la période où Lucienne Peiry était conservatrice de la Collection de l'Art Brut, si le terme, et la collection qu'il désignait, sont restés en usage à Lausanne, tant on n'en a plus eu de nouvelles depuis des lustres (au point que j'ai fini par me demander si pour les responsables de la Collection les cas limitrophes de l'art brut n'avaient pas été purement assimilés à la collection princeps).

 

galerie les yeux fertiles, art brut, art outsider, neuve invention, schröder-sonnenstern,

Carton de l'expo, avec un sublime dessin de Friedrich Schöder-Sonnenstern (c'est toujours séduisant, Schröder-Sonnenstern)

 

    Viendront donc faire un tour sur les cimaises de cette galerie aux sélections semble-t-il toujours exigeantes les créateurs bruts suivants (honneur aux bruts...): ACM (on dirait des ruines de villes irradiées),galerie les yeux fertiles, art brut, art outsider, neuve invention, schröder-sonnenstern, Thérèse Bonnelalbay (une sorte de Michaux brut), Janko Domsic (un Léonard de Vinci exalté), Johan Fischer (un de Gugging il me semble), Eugen Gabritschevsky (un Max Ernst du cellulaire), Madge Gill ( qui faisait de la dentelle avec les esprits),galerie les yeux fertiles, art brut, art outsider, neuve invention, schröder-sonnenstern, Hassan (l'homme aux villas en terrasse, vu récemment au Musée Singer-Polignac), Jakic (à ne pas confondre avec Domsic), Lobanov (l'homme aux pétoires prodigieuses), Dwight Mackintosh (surréaliste dans le gribouillis), Edmund Monsiel (tatoueur sur papier), Raphaël Lonné (ça faisait longtemps qu'on ne  l'avait pas revu), André Robillard (lui par contre...), Schröder-Sonnenstern (donc), Carlo Zinelli (le montreur d'ombres), Scottie-Wilson (clochard céleste), Tschirtner (imprononçable), etc...

(Ci-dessus une oeuvre d'ACM de la collection d'art brut du LaM de Villeneuve d'Ascq, ph. Bruno Montpied en 2011 ; des dessins de Madge Gill présentés dans l'exposition de la collection Eternod-Mermod au LaM en 2011, ph. BM

 

galerie les yeux fertiles, art brut, art outsider, neuve invention, schröder-sonnenstern,

Cela commence donc jeudi 28 février prochain...

 

     Du côté de la Neuve (oui?) Invention (c'est sûr?), on retrouvera Marilena Pelosi, Le Carré-Galimard (oui, il me semble qu'il n'y a qu'un L), Nedjar, Hipkiss, Chichorro, Chaissac (l'ancêtre de tous les singuliers), etc.

      Une stimulante petite expo en prévision, non? 

30/07/2008

Eloquentes obsessions

 

british outsider art.jpg

    En marge de l'exposition sur l'art des outsiders british qui termine son séjour à la Halle St-Pierre à Paris (clôture le 1er août), Mr Roger Cardinal qui passait ces jours-ci par Paris nous a glissé une petite carte annonçant une autre exposition à venir cette fois, et se tenant dans les faubourgs de Londres à Twickenham, sans doute le même Twickenham que pour le rugby. "Eloquent obsessions", cela s'appelle, et c'est organisé à la Orleans House Gallery, à Riverside, Twickenham (vous trouverez bien tout seul où ça se situe exactement à Londres). La manifestation est organisée conjointement avec la Henry Boxer Gallery basée à Richmond. Le carton n'est pas très bavard sur les créateurs que l'on devrait retrouver dans ce lieu, et je ne suis pas encore arrivé à dénicher sur la Toile une référence à cette expo. C'est peut-être trop tôt. Le vernissage est pour le 3 septembre, et c'est prévu pour durer du 30 août au 19 octobre. Comme je sens que je vais oublier d'en reparler, je l'ai casé ici tout de suite. Comme ça vous aurez le temps de réserver le très cher TGV pour l'Angleterre (c'est le genre d'expo pour la jet set de l'art brut ; qui ne sait plus où placer ses sous en matière d'art moderne ou contemporain). On va y retrouver des noms bien connus, Henry Darger, Madge Gill (prononcez "Guill", m'a recommandé Roger) ou Scottie Wilson, ainsi que quelques oeuvres des pensionnaires de Gugging en Autriche.

British-Outsiders,-Madge-Gi.jpg
Madge Gill, expo British Outsider Art à la Halle St-Pierre, Paris

Louis Wain Galerie Henry Boxer.jpg

    On devrait aussi, surtout, y trouver un créateur peu connu de ce côté-ci du Channel, à savoir le dessinateur obsédé de la race féline, le dénommé Louis Wain, que je ne connais guère autrement personnellement qu'à travers le portail internet de la galerie Henry Boxer. La notice de la galerie nous signale que le monsieur fut d'abord un grand illustrateur célèbre spécialisé dans les dessins de chats, avant de sombrer dans la psychose (on parle de schizophrénie à son sujet). Interné, il continua à représenter les êtres qu'il affectionnait entre tous, mais ses images prirent des allures qualifiées de "kaléidoscopiques".

Louis Wain Galerie Henry Boxer.jpg

     Ses chats devinrent psychédéliques, se fragmentant en dizaines, centaines d'éclats colorés qui les font rejoindre les images de dragons tels qu'on peut en voir dans l'art d'extrême-orient. Cela les rapproche aussi d'autres célèbres chats de l'art naïf, ceux de Van Der Steen.

        
         Van-Der-Steen,-un-de-se.jpg         Tigre-porte-bonheur.jpg
A gauche un des chats de Van Der Steen, à droite un jouet porte-bonheur chinois, un tigre que l'on offre aux enfants comme objet protecteur (art traditionnel XXe siècle)

    Souhaitons que nous ayons l'occasion de voir des oeuvres de Louis Wain un de ces jours prochains en France.

Vonn Ströpp, galerie Henry Boxer, expo British Outsider Art à la Halle St-Pierre, 2008.jpg
Vonn Ströpp, sans titre, vers 1984, 114,3x190,5 cm, acrylique, Henry Boxer Gallery

    L'expo British Outsider Art, si elle nous a tout de même permis de découvrir les rares dessins d'Andrew Kennedy ou encore les compositions visionnaires hallucinantes de Vonn Ströpp, a raté l'occasion de nous montrer un ensemble plus vaste concernant le champ des créateurs spontanés autodidactes britanniques, et notamment a loupé l'occasion de nous présenter donc quelqu'un comme Louis Wain.

Andrew Kennedy, expo British Outsider Art, Halle St-Pierre, Paris, 2008.jpg
Andrew Kennedy, Bibliothèque de l'université d'Edimbourg, exposé à British Outsider Art à la Halle St-Pierre du 24 mars au 1er août 2008

   Elle n'a traité qu'une petite partie du champ. La collection Musgrave-Kinley par exemple (désormais prêtée sans limitation de temps au musée d'art moderne de Dublin) n'a pas été associée au projet (pour des raisons qui n'ont pas été évoquées), pas davantage que ses organisateurs n'ont souhaité nous présenter quelques oeuvres de l'étrange Richard Dadd, pourtant fort peu connu en dehors de la Grande-Bretagne. Dommage, dommage...

Richard Dadd Crazy Jane 1885, site noumenal.com .jpg
Richard Dadd, Crazy Jane, 1885, image reprise du site noumenal.com