Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : Jacques Trovic

Jacques Trovic s'en est allé sur la pointe des pieds...

A Priscille Coulaud

 

     Une de mes lectrices m'a aiguillonné il y a peu de temps pour que je signale la disparition, le 27 octobre 2018, de ce grand peintre naïvo-brut qui s'appelle Jacques Trovic. Et elle a bien raison.

jacuqes trovic,art naïf,art brut,la pommeraie, art modeste, folie wazemmes, sur le fil

Jacques Trovic, "Le Cordonnier" (inscription à l'envers, puisqu'on est à l'intérieur de l'échoppe et que le mot est gravé dans le bon sens de l'autre côté de la vitre, pour être lu par les clients à l'extérieur), 1963, ph. Bruno Montpied, 2009.

 

    Je traînais les pieds... Surtout pour cette raison que je ne tiens pas toujours à me spécialiser dans les nécrologies. Le Poignard n'est pas forcément à tout coup un bulletin d'actualités des arts spontanés, j'aimerais parfois qu'il se contente d'être comme une abeille qui butine ici ou là du côté de la poétique de tous les jours...

    J'ai déjà parlé, dans le temps, de Trovic que j'avais rencontré (ce fut la seule fois) en compagnie de Jean-Louis et Juliette Cerisier, en 2009, lorsqu'il habitait encore à Anzin, cette commune proche de Valenciennes, où il faisait, ce jour-là, un temps à ne pas mettre un canard dehors (c'est Brel qui chante, je crois, que par là-bas, de temps  à autre, même les canards se pendent...).

 

jacuqes trovic, art naïf, art brut, la pommeraie

Anzin en 2009, au 486 rue Jean-Jaurès... Ph. B. M., 2009.

 

   C'était un bon bonhomme, gourmand et bon vivant, gentil comme tout. Il brodait, tricotait des tableaux en tapisserie-patchworks (voir ci-contre une de ses aiguilles) qui racontaient la vie et les souvenirs d'autrefois du pays du Nord, des mines... jacuqes trovic,art naïf,art brut,la pommeraieEn restituant une vision familière, primesautière, cordiale, des gens qu'il côtoya durant la majorité de ses soixante-dix années de vie, en montrant bien tout l'amour qu'il leur portait, à leur us et coutumes, à leur alimentation.... Parfois son évocation des pays, comme dans la tapisserie ci-dessous consacrée à la Fabuloserie (et à la Bourgogne), servait en effet aussi de prétexte à l'évocation marginale, qu'on devinait pâmée, par Trovic des produits locaux, le fromage de Chaource (qui est en Champagne dans l'ancienne Bourgogne), le vin bien sûr, la moutarde de Dijon, le pain d'épices, les escargots, la crème de Cassis, bref, toute une série de délices qui constituent les accessibles plaisirs de la vie...

jacuqes trovic,art naïf,art brut,la pommeraie

Sur ce patchwork, tenu par Jean-Louis Cerisier, consacré à la Fabulsoerie de Dicy, je me demande si ce n'était pas un moyen pour Trovic d'évoquer les deux fondateurs de cette collection fabuleuse, à savoir Alain, à gauche avec un grand chapeau, et Caroline Bourbonnais à droite, en costume folklorique ? Ph. B.M., 2009.

 

   Il fit de nombreuses expositions, tout à tour dans des manifestations d'art naïf ou d'art singulier. Je ne crois pas qu'il fut intégré à l'art brut proprement dit, mais plutôt dans les collections annexes, dites de la Neuve Invention. L'art modeste pouvait le faire sien à l'occasion, comme lorsqu'il lui fut consacré un bel hommage, au sein de l'exposition "Sur le Fil", sur un ensemble de créateurs textiles à la Folie Wazemmes à Lille en 2009. Et comme la Fabuloserie s'est sans doute intéressée  à lui, il pouvait également entrer sous l'étiquette d'"art hors-les-normes"...

jacuqes trovic,art naïf,art brut,la pommeraie,art modeste,folie wazemmes,sur le fil,cordonnier,fabuloserie

Jacques Trovic, une majorette, tableau en mosaïque, années 1970, ph. B.M., 2009.

     Dans la dernière partie de sa vie, ne pouvant continuer à vivre seul à Anzin, après avoir perdu sa sœur qui était comme une deuxième mère pour lui, il fut recueilli par le Centre de La Pommeraie animé par Bruno Gérard en Belgique, près de la frontière. Nul doute qu'il y fut bien accueilli et protégé.

     Jacques Trovic va manquer dans le paysage, c'est bien certain.

Lire la suite

Jacques Chaubard, dit Babar

     Cette vidéo mise en ligne sur Youtube a été réalisée, comme il est écrit en générique, par Raphaël Baux, jeune documentariste de 17 ans, à l'enseigne des productions Baux Livres, du nom de la librairie installée à Montauban (7, place Nationale, 82000, tél: 05 63 63 43 44 ; c'est la fameuse place avec des arcades non loin du musée Ingres...), qui a récemment monté une exposition d'œuvres comme autant de variantes sur le thème de la Joconde, parmi lesquelles on pouvait du reste retrouver une oeuvre jocondophile du sieur Chaubard. Ce dernier n'est pas un inconnu complet. Paul Duchein notamment a signé un court article à son sujet dans Création Franche n°29 (2008), intitulé "Les joujoux de Babar". Maurice Baux, le libraire en question m'a également rappelé que des pièces de ce sympathique créateur montalbanais se trouvaient au Musée des Amoureux d'Angélique, collection déjà plusieurs fois évoquée ici même. Je trouve l'homme sympathique, ses œuvres diverses et variées ne me retenant pas toutes, cependant.

Lire la suite

Une exposition Jacques Soisson

    Vernissage bientôt à la Galerie Nuitdencre (mercredi 10 septembre), rue Jean-Pierre Timbaud d'une expo Jacques Soisson, peintre dont on avait déjà remarqué des oeuvres à la Galerie Serpentine prés de Montparnasse il y a un an ou deux. Je ne sais pas grand chose de lui hormis le fait qu'il pilotait Françoise Dolto dans les années 60 dans les locaux de la Compagnie d'Art Brut du temps où elle était encore à Paris (voir le n° des Cahiers de l'Herne consacré à Dubuffet). Les oeuvres reproduites sur le carton de Nuitdencre montrent une certaine propension à une forme singulière de lettrisme mâtinée de goût pour les jeux de construction.

Carton d'invitation expo Jacques Soisson, galerie Nuitdencre.jpg
Carton d'invitation de la galerie Nuitdencre

Lire la suite

08/09/2008 | Lien permanent

Les restes de Maître Jacques Burtin, euh... de Jacques Burin...

Les restes de Maître Jacques Burin (2).jpg*

 

* Jacques Burtin, du nom d'un ex-ami que j'avais convié à faire un film sur un autodidacte ayant peint l'intérieur de sa maison en Vendée (cf "Eric Le Blanche, l'homme qui s'enferma dans sa peinture"), et qui, dans la foulée, décida de faire son propre film sur le même sujet, film qui reflète une vision esthétisante, académique-risible, idéalisante-boursouflée, ne tenant aucun compte d'un certain nombre d'éléments de témoignage et de faits relatifs à cet autodidacte (Eric Le Blanche).

Lire la suite

Outsiders hybrides rue Jacques Coeur

    Thierry Bobulesco, Xavier Jouannet, Ariane Khalfa Diallo, Philippe Lefresne, Fathi Oulad, Hélène Ritmixay, ces noms ne vous disent probablement pas grand chose.outsiders,esat de ménilmontant,personimages,galerie beckel-odille-boïcos,fathi oulad,philippe lefresne

    Pourtant, au moins deux d'entre eux ont déjà été remarqués par le Poignard, ici et , à l'occasion des expos "Exil" au Réfectoire des Cordeliers et "Essentiel" au Pavillon Carré de Baudouin, expo qui se paraît indûment, à mon avis, du label d'art brut.

 

outsiders,esat de ménilmontant,personimages,galerie beckel-odille-boïcos,fathi oulad,philippe lefresne

Fathi Oulad, Popeye, 43x26x16cm, raku, 2011

    Il s'agit de Fathi Oulad et de Philippe Lefresne qui reviennent donc avec d'autres petits camarades à la Galerie Beckel-Odille-Boïcos, près de la Bastille, pour une expo appelée "Outsiders!". A noter le point d'exclamation, semblant vouloir indiquer que les organisateurs se sentent informés de la relativité des étiquettes concernant les productions des pratiquants des ateliers de l'ESAT de Ménilmontant et de Personimages (associations requises pour cette expo), "artistes" qui, comme le dit le dossier de presse, avec les mots de Charles Myara, le commissaire de cette exposition (avec la collaboration de Christophe Boïcos), ont eu des "parcours de vie abîmés par un incident psychiatrique ou psychique", bref des personnes handicapées mentales ou psychiques (il semble qu'il faille mettre à part dans l'expo de la galerie B.O.B. le cas d'Arianne Khalfa-Diallo).

outsiders,esat de ménilmontant,personimages,galerie beckel-odille-boïcos,fathi oulad,philippe lefresne

Fathi Oulad, Dieu de la Mort, 35x35 cm, raku, 2011

outsiders,esat de ménilmontant,personimages,galerie beckel-odille-boïcos,fathi oulad,philippe lefresneFathi Ouled, Nicolas Sarkozy, 12x20 cm, raku     

     Fathi Oulad travaille dans un atelier où il pratique le Raku, une technique d'émaillage sur terre modelée dans le détail de laquelle je n'entrerai pas, n'y comprenant goutte. Il suffit de savoir pour le moment qu'il y a un encadrement technique pour ce monsieur. On aimerait bien sûr en savoir plus sur leur travail en commun (c'est comme pour les graveurs, on parle jamais de ceux qui font les tirages, ou en photo, idem, les tireurs jouent un rôle dans le résultat final). Qui a opéré le choix du Raku aussi, Fathi Oulad ou le personnel encadrant de l'atelier qu'il fréquente? En dépit de ces questions, on sent cependant une personnalité à l'oeuvre pourvue d'une inspiration singulière, qui nous fait regretter de ne pas voir ce qu'elle aurait produit dans un état de solitude complète, sans encadrement. Peut-être rien de plus, comme les enfants, qui, non sollicités, n'ont pas idée de dessiner ou de peindre. Mais peut-être aussi, il y aurait pu y avoir autre chose...

 

outsiders,esat de ménilmontant,personimages,galerie beckel-odille-boïcos,fathi oulad,philippe lefresne

Philippe Lefresne, La Vache HLM, céramique, 2008, 48x54cm (la partie "HLM" qui est posée sur le dos de la vache est démontable)


     Philippe Lefresne, c'est pareil, il fait de la céramique, dans le cadre d'un atelier, et ses réalisations sont très étonnantes, très élaborées comme dans le cas de deux "vaches" présentées tout au bout de l'exposition, au sous-sol, la "vache HLM" et la "vache de Claude François". Il y a de l'arlequin dans cet homme-là et dans ses compositions. La vache de Claude François a d'ailleurs deux pattes habillées de pantalon à carreaux (un souvenir des ânes culotte ?). Plusieurs niveaux de lecture opèrent en même temps sur ces pièces que l'on ne peut par ailleurs envisager sous un seul angle. Il faut impérativement tourner autour d'elles pour tenter de les saisir dans toutes leurs dimensions. Et même ainsi, on ne parvient que difficilement à les lire. Couleurs compartimentées, dessins de personnages se glissant entre les galbes, inscriptions disposées sans souci net de lisibilité, formes en puzzle, imagination générale passablement fantasque.

 

outsiders,esat de ménilmontant,personimages,galerie beckel-odille-boïcos,fathi oulad,philippe lefresne

Philippe Lefresne, Vache de Claude François, 27x15x32 cm, céramique, 2012

 

     La "vache de Claude François" a une queue de lion sortant d'un prose proéminent. A la différence avec sa consœur, la vache HLM, qui porte un chapeau entre ses cornes, sa tête est ici flanquée d'un crucifix plutôt qui montre à l'avers un homme jouant de la guitare et au revers un crucifié. Ses oreilles ont en guise de boucles d'autres croix du reste. Il y a des inscriptions, des personnages placés un peu partout, n'importe comment dirait-on comme s'ils escaladaient ou rampaient sur cette vache prise par eux pour une montagne. Ces sculptures en céramique me donnent l'impression d'avoir –par ses pièces de puzzle figurant globalement une vache semblable à un dragon chinois, avec malgré tout, simultanément, un fort sentiment d'éclatement des formes– réussi le pari de fixer le processus d'association qui est à l'œuvre, par exemple, dans les créations automatiques des surréalistes.

 

outsiders,esat de ménilmontant,personimages,galerie beckel-odille-boïcos,fathi oulad,philippe lefresne

Philippe Lefresne, Le cheval porte-bonheur, 100x81 cm, acrylique sur toile, 2011

     Philippe Lefresne a fini de me convaincre cette fois-ci, c'est un créateur affirmé, à suivre (né en 1962, il a commencé à créer en entrant à l'ESAT en 1982, il n'est donc plus un débutant...), comme Fathi Oulad (né en 1983, il a commencé à l'ESAT en 2002. 


Exposition du 10 mai au 2 juin 2012. Ouvert du mardi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous. Galerie Beckel-Odille-Boïcos, 1, rue Jacques Cœur 75004 Paris. Métro Bastille (sortie boulevard Henri IV). Tél. 01 40 27 89 30. bob@gmail.com et www.galbob.fr

Lire la suite

17/05/2012 | Lien permanent

Un DVD rien que pour Jacques Brunius

     Brunius a désormais un DVD à lui seul consacré. C'est Doriane films et les films de l'Equinoxe (ces derniers étant les gérants des droits relatifs à Brunius, ils s'occupent aussi du fonds Denise Bellon, la photographe belle-soeur de Brunius, avec qui ce dernier collabora à plusieurs reprises, notamment sur le Palais Idéal du Facteur Cheval) qui patronnent cette sortie toute récente.

 

Brunius le DVD.jpg

Couverture du DVD Jacques Brunius, Un cinéaste surréaliste, éd. Doriane Films et les Films de l'Equinoxe, sorti en mars 2012

    Quatre films, tous des documentaires, sont ainsi édités dans ce DVD: Autour d'une évasion (ultra rare; 65 min., 1931), Violons d'Ingres (30 min. ; 1937 ; déjà réédité dans le triple DVD Mon frère Jacques de Pierre Prévert,), Records 37 (28 min, 1937), ces trois derniers films ayant été tous restaurés par les Archives Françaises du Film et le CNC, et enfin Sources noires (38 min. ; 1937 ; docu "artistique" sur l'industrie pétrolière).

     Brunius, j'en parle souvent ici, c'est un homme qui me fascine et m'enchante. Par sa rigueur, son côté impitoyable aussi, dont on se fera une idée précise en lisant son livre de 1954, En marge du cinéma français, où il se livre en de certaines pages à des exécutions d'une rage inouïe (sur Cocteau notamment où sa verve anti Cocktail -un cocteau, des cocktails- fondée par rapport à certains des films de ce poète mondain -je pense notamment au Sang des Poètes d'une mièvrerie et d'un formalisme creux insupportables- dérape dans l'injustice lorsqu'il se livre à une descente en flammes de la Belle et la Bête ; on sait cependant à quel point Cocteau était haï des surréalistes, au point de faire dire à Philippe Soupault, comme le cite Jean-Pierre Pagliano dans son Brunius à l'Age d'Homme en 1987 (note 108, p.136): "Nous nous [les surréalistes] sommes éloignés du cinéma parce qu'il était aux mains de truqueurs comme Cocteau" ; ce genre de phrase est à retenir dans une histoire du cinéma et du surréalisme il me semble...). Brunius était un de ces passionnés, –de cinéma d'abord– qu'aucune tiédeur ne retenait de lâcher les chevaux. Son livre montre par ailleurs aussi quel redoutable théoricien du cinéma il pouvait être. La réunion des quatre films de ce DVD, mis en relation avec son livre, met en évidence en particulier son goût et son désir de promouvoir un cinéma de montage, au rythme particulièrement rapide (parfois même un peu trop rapide, empêchant de savourer les raccords, les analogies... comme dans Records 37, les plans sur le thème de la roue mise en parallèle avec les cercles concentriques générés par le jet d'un caillou dans l'eau par exemple). Il était là dans le droit fil des théories surréalistes s'inspirant de la phrase célèbre de Pierre Reverdy (que cite Brunius dans son livre, p. 128 de l'édition originale des éditions Arcanes): "[L'image poétique] ne peut naître d'une comparaison mais du rapprochement de deux réalités plus ou moins éloignées. Plus les rapports des deux réalités rapprochées seront lointains et justes, plus l'image sera forte – plus elle aura de puissance émotive et de réalité poétique..." (Nord-Sud, mars 1918). Des "rapports lointains et justes", on les illustrera par exemple par ce rapprochement juste des formes des différentes roues avec des ronds dans l'eau, matières et objets pourtant éloignés les uns des autres dans la réalité. 

     Lui qui fut admiratif de cinéastes comme Jean Renoir (avec qui il collabora comme assistant -dans La Vie est à nous- et comme acteur -dans Partie de Campagne et Le Crime de Monsieur Lange), ou encore René Clair, Alberto Cavalcanti, Walter Ruttman, ou bien Luis Bunuel (dont il fut l'assistant sur L'Age d'Or), rêvait en effet d'un cinéma qui devait permettre, dans la continuité des films des avant-gardes des années 20, d'apporter un souffle nouveau basé sur les rapports égalitaires et complémentaires entre images toutes faites, tournées par d'autres (exemples des images d'actualités), musique, bruitage, et sous-titres. Brunius, en particulier voulait réformer l'usage du commentaire dominant par rapport aux autres langages du cinéma (image, bruits...).

      Dans Records 37, l'oreille du spectateur entend médusée ces mots, "Ni dieu, ni maître..." chantés en arrière-plan sonore (à moins que ce ne soit au premier plan?) sur un poème de Paul Valéry, alors que le film  continue simultanément et imperturbablement de dérouler sa litanie d'émerveillement devant les améliorations apportées au monde moderne par les différentes techniques ingénieuses qu'il nous présente.

Brunius, en marge du cinéma français, couverture.jpg     Le livre En marge du cinéma français dont maints chapitres ont été rédigés apparemment les années précédentes paraît déplorer que les recherches de montage, notamment de bandes d'actualités (comme dans Autour d'une évasion, où Brunius récupéra des images de Silvagni tournées en Guyane d'après l'enquête d'Albert Londres sur les bagnes, ainsi que les images rares, volées, filmées de derrière des persiennes entrebaillées par Gaston Chelle, opérateur de Pathé-Gaumont, montrant l'embarquement de bagnards à Saint-Martin-de-Ré dans les années 20 (ceci est révélé dans  l'instructif et synthétique livret du DVD par Nathaniel Greene), images qu'il entrelaça à des séquences qu'il filma à Paris avec Eugène Dieudonné, ancien anarchiste ayant fréquenté la  Bande à Bonnot et condamné injustement au bagne en Guyane), le livre de Brunius déplore que ses recherches de montage n'aient pas été reprises par d'autres. Cependant, au même moment (au début des années 50) les lettristes, tels Isou avec son Traité de Bave et d'Eternité où bande-son et bande-image se séparent à un moment du film de façon discrépante comme le qualifia Isou, ou tel Guy Debord qui fit au même moment des films sans images (Hurlements en faveur de Sade) puis par la suite dans ses films situationnistes des films de montage de bandes d'actualités et autres films tout faits, publicitaires entre autres, qu'il détournait, représentent à l'évidence des héritiers des théories cinématographiques de Brunius et autres surréalistes.

 

 

AB,-portrait-de-sa-femme-Ma.jpg


Alphonse Benquet, portrait de sa femme Marie, 1889, coll. Rassat, ph. Bruno Montpied (sculpture inédite)

    Brunius qui ne s'en tint pas là, comme je ne cesse de le rappeler ici et là, devançant également Dubuffet et l'art brut par son film de 1937 Violons d'Ingres qui évoque diverses figures de l'art populaire comme le Facteur Cheval, l'abbé Fouré, Alphonse Benquet, Auguste Corsin, Alphonse Gurlhie, le Douanier Rousseau, divers artistes naïfs, associés à des figures excentriques populaires (le Diable Rouge), des inventeurs et des artisans populaires, tous représentants d'une persistance du génie de l'enfance se prolongeant à l'âge adulte. Autour d'une évasion, film d'une audace étonnante pour l'époque, puisqu'il traite dans la suite des enquêtes d'Albert Londres (voir son livre sur  Dieudonné, L'Homme qui s'évada et celui sur les bataillons d'Afrique, Dante n'avait rien vu, réédités au Serpent à Plumes), des conditions faites aux bagnards, montre à un moment dans les mains de Dieudonné un rouleau de peau humaine conservé en raison des tatouages qu'il recèle, tatouages que l'on voit dans un autre passage du film, dans les images de Silvagni en train d'être apposés sur les bras et les épaules des bagnards par des compagnons d'infortune.

 

Aoutr-d'une-évasion-Dieudon.jpgDieudonné déroulant la peau tatouée dans Autour d'une évasion

Autour-d-'une-évasion,-tato.jpg

L'opération de tatouage dans Autour d'une évasion

 

 

      Il reste à espérer que ce DVD soit le premier d'une série qui ne pourra se limiter sans doute qu'à deux compilations, la deuxième se consacrant à ses films tournés en Angleterre après la Seconde Guerre. Car on sait que Brunius, fuyant les Nazis, alla vivre là-bas, revenant de temps à autre après guerre voir ses amis et parents sur le continent, continuant à fréquenter le cercle surréaliste notamment, jusqu'à sa mort en 1967, la veille d'une grande exposition surréaliste à Londres qu'il avait grandement contribué à organiser (on le voit témoigner sur Jacques Prévert dans le film de Pierre Prévert Mon Frère Jacques en 1966,  rare moment de présence personnelle devant une caméra, en dehors de ses rôles de comédien).

      D'autres films furent réalisés par lui durant sa période anglaise (j'en ai évoqué un, Somewhere to live, dans la note ici et en lien), et notamment un film pour enfants, To the rescue (A la rescousse) en 1952, qu'il fit avec Richard Massingham que Pagliano présente comme "une sorte de pionnier, réinventant le cinéma pour son usage personnel", une sorte de "cinéaste du dimanche", bourré d'humour et d'esprit carrollien, goût qu'il partageait avec Brunius qui réalisa pour la radio française en 1966, un an avant sa mort, une émission fleuve d'environ huit heures sur Lewis Carroll (rediffusée en 1986 sur France-Culture : faudra-t-il attendre 2016 pour la réentendre? Qu'attend-on pour l'éditer en coffret?). Ce film fut apparemment la seule incursion de Brunius dans le domaine de la fiction, sorte de poursuite burlesque, nous dit toujours Jean-Pierre Pagliano, en hommage au cinéma comique des premiers temps. Il reçut le prix du meilleur film pour la jeunesse au festival de Venise 1953. On aimerait bien le voir...

A noter en bonus: le Palais Idéal d'Ado Kyrou (1958, déjà réédité en même temps que le film de Claude et Clovis Prévost sur le Facteur Cheval dans un autre DVD produit par le Palais Idéal de Hauterives), surtout une éclairante "rencontre autour de Brunius" au Lux, scène nationale de Valence (le 16/10/2010), avec Eric Le Roy (CNC, Archives Françaises du Film, Films de l'Equinoxe), Christophe Bonin, l'ancien directeur du Palais Idéal aujourd'hui nommé à d'autres responsabilités culturelles dans la Creuse, et Jean-Pierre Pagliano (rencontre que j'avais signalée en son temps sur ce blog), une "chronologie" de J-B. Brunius et un diaporama de photos de films et de dessins de Brunius.

Lire la suite

Et maintenant le Docteur B..., un autre texte de Jacques Burtin

    On reprend sur les noms prédestinants, qui ne sont pas comme on pourrait le croire de façon superficielle, une façon de se moquer des patronymes insolites de notre part, mais plutôt une autre manière de songer le monde. Jacques Burtin m'a récemment envoyé le texte suivant, deuxième occurrence de ses rapports étonnants avec la gent médicale...

 

Le Docteur B…

      Il y a quelques mois, ma mère a commencé à se plaindre de troubles oculaires. Une tache noire est soudain apparue dans son œil droit. J’ai aussitôt tenté de prendre rendez-vous chez un spécialiste. Comme ma mère ne se déplace qu’avec difficulté, j’ai choisi l’ophtalmologue dont le cabinet était le moins éloigné de son domicile tout en étant conventionné. C’était une femme ; je l’ai eue une première fois au bout du fil et nous avons convenu d’un rendez-vous. Sa voix était prévenante et je croyais y distinguer un accent de compassion ; elle accepta de faire un creux dans un agenda pourtant bien rempli.

     Ma mère fut hospitalisée pour des raisons étrangères à ces maux la veille de son rendez-vous et ce dernier fut annulé.

    A sa sortie de l’hôpital, je rappelai le médecin. J’ai oublié de mentionner que si mon choix s’était porté sur cette personne, ce n’était pas seulement pour la proximité de son cabinet ou ses tarifs abordables : c’est aussi que son nom était proche du mien – à une lettre près.

     Lors de la seconde prise de contact, la même voix naturellement affable mais qui ne trahissait aucune affectation, aucune fausse proximité, se fit entendre. Un nouveau rendez-vous fut pris.

    Le jour venu, ma mère put enfin se rendre au cabinet de l’ophtalmologue. La tache était toujours là, un peu plus claire mais toujours aussi menaçante. Le verdict tomba : une série d’injections intra-oculaires était nécessaire.

       L’idée d’une telle intervention m’était naturellement douloureuse. Je ne pouvais sans frémir penser à la seringue approchant l’œil de ma mère. Certaines images particulières, venues de livres ou de films, me venaient à l’esprit : l’intervention du chirurgien de Jean-Sébastien Bach sur les yeux de ce dernier telle qu’elle est rapportée par Anna Magdalena Bach dans sa chronique - que ces écrits soient ou non apocryphes n’enlève rien à la cruauté hyperréaliste de la scène où le vieux Bach crispe ses mains sur les bras de son fauteuil au moment où le chirurgien intervient, et l’on voit ses articulations blanchir - ; je songe aussi à la scène de la paupière cousue de Jean-Dominique Bauby dans la description qu’il en donne dans son livre, et telle qu’elle a été filmée par Julian Schnabel ; on peut aussi penser à une scène d’un livre de Stephen King où l’héroïne – une héroïne de passage, martyrisée avant l’heure, comme Janet Leigh dans Psychose –, voulant fuir un tueur cannibale, empale son œil sur un porte-manteau (elle reste fixée là, s’agitant comme un insecte, tandis que le psychopathe l’approche d’un pas tranquille). Toujours, semble-t-il, le soleil et la mort - ou la souffrance - nous tiennent dans leur ligne de mire.

       Revenant à ma mère, je ne peux sans appréhension penser à l’instant – qui revient une fois par mois – où cette praticienne à la voix chaude et compatissante dirige d’un geste précis, impitoyable, l’aiguille vers l’œil de sa patiente.

      Le nom de ce médecin est le Docteur BURIN.

   

    P.S. J’ai dit que la proximité de nos patronymes avait certainement joué un rôle à l’heure du choix de ce praticien ; c’est cette même proximité qui m’empêcha sans doute d’y déceler une quelconque menace. Si je m’appelais Tartempion, le sens caché du nom de ce spécialiste m’aurait certainement frappé, remettant mon choix en cause. Je n’ai pas vu l’instrument visible aux yeux de tous, je n’ai vu que l’absence d’une lettre. J’irai plus loin : cette transformation de mon nom due à la disparition d’un caractère (croix, hache, pieu ?) l’adoucissait en quelque sorte, le rendant d’autant plus désirable que je lui associai très vite la texture d’une voix sans visage. J’étais en quelque sorte rendu aveugle par cette ablation orthographique.

 

Jacques Burtin

pour Bruno

1er juin 2014

     Dans un ordre d'idées assez voisin, je ne résiste pas au plaisir (ou au sadisme ?) de rajouter à la suite de ce texte l'image ci-dessous, prise à Montpellier en décembre 2013. Extrêmement troublante, n'est-il pas?

 

Bec,-chirurgie-de-la-face,-.jpg

Une plaque qui fait penser aux Oiseaux d'Alfred Hitchcock, ph. Bruno Montpied, 2013

 

Lire la suite

09/06/2014 | Lien permanent

Le Docteur P., un texte de Jacques Burtin

Le Docteur P.

 

   Nous habitions alors une petite maison de style forestier dans la banlieue Est de Paris.

   Les murs étaient en meulière ; les balcons, le pont au-dessus de la fausse rivière étaient en ciment sculpté en forme de troncs d’arbre. Le petit cours d’eau (on en commandait le débit avec un robinet) prenait sa source au pied d’un hêtre pourpre et allait mêler ses eaux à un minuscule bassin d’où l’on pouvait faire jaillir une fontaine. Un poisson rouge aux dimensions respectables et à l’âge très avancé hantait la rivière et répondait au nom de Lao Tseu.

    Nos deux enfants, nés à Paris, près de la Place d’Italie, grandirent dans cette petite ville de l’Est parisien et développèrent les mêmes symptômes que la plupart de leurs camarades de maternelle : ils souffraient d’otites à répétition. Aux premiers signes de douleur et d’insomnie, nous nous rendions chez le pédiatre qui constatait l’origine du mal et nous enjoignait de rendre visite à un spécialiste de ses amis. Ce dernier, un homme grand et sec au visage imperturbable, prenait l’enfant malade et, lui tenant la tête d’une main, de l’autre perçait son tympan avec un stylet. Le mal alors s’éloignait jusqu’à la prochaine fièvre qui nous pousserait de nouveau chez lui.

    Le nom de ce médecin était le Docteur POIGNARD.

 

    Jacques Burtin

    pour Bruno

    01.02.2014

Lire la suite

Jacques Reumeau, par Jean-Louis Cerisier (1)

Page de titre expo Laval 84 Hernandez Reumeau.jpg     Jacques Reumeau, cela fait des années que j'en entends parler par un ami peintre lavallois, Jean-Louis Cerisier, qui le connut dans les années 70 et 80 comme d'autres jeunes gens dans cette bonne ville qui fut le berceau de plusieurs peintres naïfs et singuliers, au premier rang desquels le fameux Douanier Rousseau bien sûr, mais aussi, Henri Trouillard, Jules Lefranc, puis pour les Singuliers, Robert Tatin, Alain Lacoste, Sylvie Blanchard, et Jacques Reumeau, cet artiste vagabond, semi clochard, à l'œuvre diverse, inégale, hétéroclite d'où émergent cependant de nombreuses pépites, conservées comme la majorité de l'œuvre (voir le texte de Cerisier ci-dessous) au musée du Vieux Château à Laval, musée qui vient de commencer une mue spectaculaire de l'art naïf à l'art singulier (l'art naïf qu'il possède restant présent bien entendu, puisqu'il s'agit d'une collection de réelle qualité bâtie autour de celle qu'avait commencée Jules Lefranc et qui servit de fondation et de racine à l'essor de la collection ; je rappelle que ce musée a ouvert ses portes au public en 1967). Il faut ajouter que la Sarthe voisine contient d'autres créateurs singuliers ou bruts tout à faits frappants, comme François Monchâtre, Gaston Floquet (voir l'article sur lui par Eva Prouteau dans le récent numéro de 303 sur l'art brut, outsider, modeste), Fernand Chatelain et Emile Taugourdeau. Sans compter que dans les générations actuelles sont apparus des créateurs tout à fait originaux comme Jean-Louis Cerisier justement, ou Serge Paillard, voire Patrick Chapelière et Joël Lorand (un non natif lui pour le coup), qui tous ont un lien avec la figure de Jacques Reumeau, cet artiste qui un jour abandonna l'usine pour se consacrer corps et âme à la peinture (comme le signalait la notice du catalogue de l'expo "De face et de profil" en 1984 au musée de Laval).

 

Les coqs mangeurs de champignons,95x75cm, pastel, MANS de Laval.jpg

Jacques Reumeau, Les coqs mangeurs de champignons, pastel sur papier, sans date, 95x75 cm, Musée d'art naïf et d'art singulier du Vieux-Château, Laval


       Jean-Louis, comme il l'explique lui-même ci-après dans ce texte inédit datant de 2007, se consacre régulièrement à restituer la mémoire de cet artiste atypique, véritable figure de la vie artistique lavalloise (patrie également d'Alfred Jarry).


"Pour que Reumeau ne meure

 

       Jacques Reumeau est décédé il y a 20 ans, le 29 juin 1987, à l’âge de 38 ans. Je voudrais, à l’occasion de cet anniversaire¹, revenir sur la destinée posthume de son œuvre. Le peintre a mis sa vie au service de sa création, engagement total  lié à un désir de reconnaissance, lui-même né d’un sentiment d’abandon ressenti par le peintre dans son enfance.

        Reumeau a commencé à effectuer des donations au Musée de Laval, alors dirigé par Jean-Pierre Bouvet². Le conservateur du musée et le suivant Charles Schaettel ont montré curiosité et intérêt pour l’œuvre et l’ont accueillie favorablement, ce qui a rendu possible  la décision finale de l’artiste de léguer par testament la totalité de son œuvre au musée. Les idées d’éparpillement, de disparition et d’oubli hantaient l’artiste à la fin de sa vie.

 

Portrait de JR auteur inconnu.jpg


       L’amitié et la confiance qu’il m’avait témoignées le poussèrent à me faire promettre de ne pas laisser son nom et son œuvre tomber dans l’oubli. Après sa mort, j’ai mis toute l’ardeur nécessaire à la publication d’un article dans la revue 303 (« Jacques Reumeau, peintre mayennais », n° XXXIX, 1993)

      La conservatrice du musée, Marie-Colette Depierre, au début des années 90, a engagé un inventaire du legs imposant consenti par Reumeau, constitué d’environ 2000 dessins, encres, pastels et peintures. Elle confia un travail de recherche  à des étudiantes en histoire de l’art de l’université de Rennes.

 

jacques reumeau,jean-louis cerisier,musée d'art naïf et d'art singulier de laval,art naïf,art singulier

Jacques Reumeau, La Spatule et la baignade des singes, pastel e tfusain sur papier, 1975, Musée d'art naïf et d'art singulier du Vieux-Château de Laval, ph. Bruno Montpied

 

         Estelle Soleillant rédigea ainsi un mémoire de Maîtrise en 1999-2000 (Etude, sous forme de catalogue raisonné, d’un choix d’œuvres de l’artiste mayennais Jacques Reumeau, Université de Rennes 2 / Haute Bretagne, Directeur de recherches : M Poinsot). Ce mémoire présente une synthèse de la vie, de l’œuvre et de l’environnement artistique du peintre, enrichie de propos recueillis auprès de personnes ayant côtoyé le peintre. Anne Archenoul a poursuivi le travail d’inventaire, ce qui a donné lieu à la publication d’un article dans la revue Maine Découvertes : « Au Musée d’Art Naïf de Laval : la redécouverte du fonds Reumeau », (n° 42, septembre 2004).

    Deux expositions posthumes ont été organisées par Marc Girard, artiste-peintre qui avait connu le peintre à Mayenne à la fin de sa vie, l’une en 1987 au château de Juhel à Mayenne, la seconde en 1988 à la chapelle du Géneteil à Château-Gontier. En 2000, à l’initiative d’Alain Guesné et Serge Paillard, une exposition fut organisée au prieuré d’Olivet sur la base d’un choix d’œuvres prêtées par le Musée de Laval sous la conduite d’Estelle Fresneau. Cette exposition a été remarquée pour la qualité de la sélection et de la présentation des œuvres. A l’occasion de cette exposition, Jean-Claude Leroy a publié un recueil d’entretiens qui prolonge le travail entrepris par Estelle Soleillant (revue Tiens, n° 8, mars 2000).

       La Biennale 2007 peut constituer un début de reconnaissance pour des artistes demeurés à la marge. Les vœux de Jacques Reumeau n’auraient alors pas été vains."

______

¹Texte rédigé  par Jean-Louis Cerisier dans le cadre de la 6e Biennale internationale de Laval en 2007. Non publié.

²Jean-Pierre Bouvet fut conservateur du musée de 1965 à 1976. Charles Schaettel lui succéda de 1976 à 1990. Puis ce fut le tour de Marie-Colette Depierre, d'Estelle Fresneau, et enfin actuellement d'Antoinette Le Fahler de présider aux destinées du musée.

 

Lire la suite

Jacques Reumeau, par Jean-Louis Cerisier (2)

           Deuxième volet de notre dossier Jacques Reumeau, voici un second texte de Jean-Louis Cerisier, toujours fidèle à son camarade de jeunesse.


Jacques Reumeau, une seconde vie

         A ses débuts Jacques Reumeau, habité par une énergie démesurée,  était obsédé par la volonté de faire émerger sa personnalité, au regard des figures tutélaires que représentaient pour lui Barbâtre, Henri Trouillard et Robert Tatin¹. Ceux-là tentèrent plus ou moins  d’encadrer les bouillonnements de ce créateur à la fois rebelle et fortement demandeur. Le jeune Reumeau, entièrement autodidacte, avait en effet besoin de s’approprier des démarches et des techniques auprès des artistes qui comptaient pour lui parce qu’ils bousculaient les valeurs et les codes établis.

Jacques-Reumeau,-Ubuoîte,-1.jpg

Jacques Reumeau, Ubuoîte, 1977, Musée d'art naïf et d'art singulier de Laval, ph. Bruno Montpied


        Ses lectures en histoire de l’art lui ont également permis de trouver en Goya (pour la révolte) et en Odilon Redon (pour le mystère) une résonance dans sa recherche d’expression personnelle. Il a résulté  de tout ce brassage une période de création puissante, dont émergeaient des représentations tour à tour animales, rituelles, sacrificielles, fantastiques.

         Au milieu des années 70, la disparition ou l’éloignement des figures marquantes qui l’entouraient jusque-là correspondent à une période où les phases de dépression et les hospitalisations deviennent fréquentes ; l’énergie créatrice du peintre allant en s’amenuisant, il développe un mode d’expression basé sur la force et l’épure,  démarche déjà explorée auparavant, mais cette fois de façon plus  systématique. Des rencontres (les créateurs Alain Lacoste, Stani Nitkowski, Jean-Joseph Sanfourche, Jean-Eric Fouchault) le confortent dans une approche plus directe du dessin et de la peinture.

 

J. Reumeau, Combat-duel,  gouache, craie blanche, pastel, 1974 sur papier.jpg

Jacques Reumeau, Combat-Duel, gouache, craie blanche, pastel sur papier, 1974, Musée d'at naïf et d'art singulier de Laval

 

Jacques reumeau, art singulier, musée d'art naïf et d'art singulier de laval, jean-louis cerisier,

Jacques Reumeau, Le Couple, huile sur toile, 1982, Musée d'art naïf et d'art singulier de Laval

 

       Dans une série de quatre pastels et gouaches, l’esprit de Goya se fait  sentir. Le combat-duel (1974) se révèle comme une prise à bras-le-corps du geste pictural et l’expression d’un combat pour la vie.  La peinture Le couple, référence possible à Tatin,  est débarrassée de toute fioriture pour se concentrer sur le sujet : la rencontre de deux bouches, de deux regards démesurés, de deux corps.  Dans les pastels La femme-fleur et Le sommeil à la lune (1982), Reumeau emprunte sans détour le style d’Odilon Redon pour aller à l’essentiel : le visage est réduit à un œil qui écoute. Un dos immense est la caisse de résonance du monde, le corps vibre.

Sommeil à la lune, pastel sur papier, 1982.jpg

Jacques Reumeau, Sommeil à la lune, pastel sur papier, 1982, Musée d'art naïf et d'art singulier de Laval

Accouchement, pastel et fusain sur papier, 1986.jpg

Jacques Remeau, Accouchement, pastel et fusain sur papier, 1986, Musée d'art naïf et d'art singulier de Laval


       Les dernières compositions du peintre au pastel et fusain sur papier, telles Accouchement et Les femmes enceintes (1986), révèlent l’état d’esprit du peintre : alors que la mort le guette, il fait surgir la vie pour triompher du destin. Le corps est réduit à l’état de boyau. Ne comptent plus alors que le regard pour faire face et la main pour combattre. Encore et toujours…

       (Le présent texte (non publié), rédigé dans le cadre de la 6e Biennale de Laval (du Naïf au Singulier : le spectacle des corps, juin-sept. 2007), m’a permis de mettre en avant le combat pour la vie engagé par le peintre dans un corps à corps avec la création durant les dix dernières années de sa vie. J-L.C.)



 ¹ Peintres de la région de Laval comme Reumeau et Cerisier.

Lire la suite

Page : 1 2 3 4 5 6