Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2017

Cecilie Markova

Vente close... (22 mai)

 

     A nouveau, je signale une œuvre à vendre, un dessin au crayon de couleur (peut-être à la sanguine) d'une créatrice médiumnique connue en République tchèque, Cecilie Marková (1911-1998). C'est sous l'influence de séances spirites qu'elle a commencé à dessiner vers 1938, essentiellement des formes proches du végétal, stoppées bien souvent, dirait-on, avant que la composition ne commence à être trop dirigée. C'est avant tout l'automatisme pur, actif pleinement au moment des premiers gestes, qu'elle paraît rechercher dans ses graphismes. Elle fut longtemps classée dans l'art naïf, avant d'être rangée à la suite des expositions d'art brut tchèque montées par l'artiste et historienne de l'art surréaliste Alena Nadvornikova au début des années 2000, à Prague, Paris (notamment l'expo montée à Paris à la Halle Saint-Pierre en 2002-2003) ou à Lausanne, sous cette dernière notion. Quelques œuvres (huit exactement) de Cecilie Marková sont présentes dans la Collection de l'Art Brut à Lausanne. Elle fut présentée aussi au LaM au cours de l'exposition Hypnos en 2009.

Cecilie-Markova,-dessin-aux.jpg

Cecilie Marková, sans titre, 29,7x21cm (dans un cadre de merisier, avec marie-louise et sous-verre, le tout mesurant  44,5x35cm), crayon de couleur (ou sanguine) sur papier, daté du 22-05-1960 ; une petite tache est visible à gauche, qui est du fait de la créatrice, ph. Bruno Montpied.

 

22/08/2013

Art brut inconnu ou dessin automatique: qui était Philippe Bat?

     C'est Alain Dettinger, l'excellent galeriste de la Place Gailleton de la Presqu'Île à Lyon qui m'a mis sous les yeux le dessin minutieux suivant:

 

Philippe-Bat,-Sans-titre,-2.jpg

Philippe Bat, dessin sans titre, 1976, coll. privée, Paris


        Signé "Philippe Bat" et daté du "23-3-76", ce dessin porte une autre inscription au verso de son cadre: "CH Le Vinatier. Exposition du 16-5-76, 95, bd Pinel, Lyon". Avec le cadre, l'ensemble mesure 36,5 x 30 cm. Le dessin seul, 22,5 x 17 cm.

          Apparemment, ce dessin fut donc exposé, et vendu puisqu'il s'est retrouvé récemment sur une brocante. Philippe Bat, est-ce que cela dirait quelque chose à un de mes lecteurs? A moi, et à Alain Dettinger, cela ne dit rien. Il semblerait seulement que des productions de pensionnaires du Centre Hospitalier du Vinatier soient rares dans ces années-là. Ce qui est plutôt curieux, quand on sait que les œuvres d'aliénés ont été souvent conservées soit dans les archives des hôpitaux dans les dossiers médicaux, soit dans les collections de psychiatres divers. Le Centre d'Etude de l'Expression à l'Hôpital Saint-Anne à Paris conserve ainsi une riche collection de productions d'art plastique venues d'un peu partout dans le monde suite à la grande exposition de 1950 dans cet hôpital sur ce qu'on appelait alors "l'art psychopathologique".

        Ce dessin est très finement exécuté, aux limites de la visibilité par endroits, avec beaucoup de soin et de sensibilité. Je ne sais rien du pigment utilisé, peut-être de l'encre de couleur. Il me semble que sa composition s'est réalisée de façon automatique, au hasard, en fonction des impulsions de la main et des orientations évolutives du cerveau. On peut y deviner comme une tête de profil, la partie circulaire en haut, tracée telle une ébauche de tourbillon, figurant peut-être un œil, la partie un peu étranglée du bas ressemblant à un cou. C'est comme un nez en trompette qui s'esquisse à droite, avec de fines lèvres esquissées juste en dessous. De même, il semble que l'on puisse deviner à gauche une oreille. Mais si l'on peut imaginer que l'on voit là une tête de profil, on peut aussi noter à quel point elle paraît se dégager d'une valse de points, de stries et de hachures apparentant la composition à une sorte d'efflorescence végétale ou arboricole.

     A regretter que ce Philippe Bat ne nous ait pas laissé d'autres témoignages de cette inspiration hautement raffinée. Définitivement?

15/04/2012

Cranaché

Portrait-Cranaché,-28,5x21-.jpg

Bruno Montpied, Portrait Cranaché, 28,5x21 cm, image modifiée (d'après un portrait du Christ de Cranach), encre acrylique, crayons de couleur, marqueurs sur papier

     Oh, que voici une étrange tête, tenant de la noix de coco et du noyau d'avocat, qui seraient couverts d'une peau de melon d'Espagne, ou d'un badigeon à la crème vanille. On lui a passé des anneaux dans le nez, il a encore des frisettes dans la barbe (comme un de ces antiques satrapes, là...?) , le haut de son buste s'avachit, s'écroule, coule, ondule, tandis que derrière lui un roncier s'en donne à cœur joie, proliférant tel un enfer végétal, comme rouillé. Son regard reste placide, alors que tout s'effondre autour de lui, et à l'intérieur de lui aussi bien. Il a les lèvres bien rouges, et s'est barbouillé de cendre on dirait.

Ci-dessous le tableau d'origine dont la reproduction a été surpeinte par moi (pour répondre au commentaire de Régis Gayraud ci-dessous)

 

bruno montpied,noyaux d'avocats,noix de coco,art singulier,dessin automatique,cendres,roncier,placidité

Cranach, La couronne d'épines


04/12/2011

Jeu de jambes

     Je range c'est dimanche. Et je range surtout des dessins de préférence, marottes et obsessions. Je retombe sur un dessin de corps emmêlés qui date de 1985. Avec un texte (sans titre) à la clé dans le goût automatique (ici fonctionnant sur le principe des associations d'idées et de mots) que je pondais encore en ce temps-là (j'ai délaissé avec le temps l'écriture automatique pour le dessin lui aussi automatique). Je le trouve encore bien, même bonifié dans la durée, passablement échauffé... Donc, je vous le colle aussi, par delà le dessin. Dites-moi ce que vous en pensez à l'occasion...

 

Sans-titre,-dessin-avec-tex.jpg

Bruno Montpied, sans titre, 21x29,7cm, stylo Bic sur papier, 1985

     La jambe pend au bout du nez qui suinte du pied. Quatre jambes sautillantes viennent sur la pointe des pieds et s'enlacent aux poignets des bras qui se nouent aux cous des jambes de matrones et de têtes de Turc. Une jambe frémissante enfle et dans le gras de la cuisse un ongle grave quelques signes cabalistiques. C'est une chair malléable, fondante lorsque l'ongle use d'un petit fer à pyrogravure. La cuisse coule comme une motte de beurre. Les gouttes d'or fondu, chester aigre, s'étalent sur les mamelons mafflus d'une forte des Halles au sourire largement fendu sur sa denture ébréchée. Les flaques fondues imitent la forme des pieds. Certains ressemblent à des sabots. Plusieurs jambes voletantes, french cancan et jupons roses, frappent le sol de leurs talons aiguilles. Les chaussures filent dans l'air et vont se planter dans les paumes de main de conscrits qui défilent au pas cadencé, au pas de l'oie, faisant le salut nazi. La jambe! La jambe! La jambe! Elle a l'accent nasillard et laisse passage à la déesse qui s'extirpe du ventre de la cuisse. Au bord de la plaie, dégouttant des lèvres à vif, pendent à ce moment de petits doigts de pied dont les ongles sont miroitants. La main qui farfouille dans la bouche de cuisse aperçoit de ses milliards d'yeux, pris entre plusieurs feux croisés, au carrefour des pinceaux lumineux d'une DCA des chairs, sur chaque miroir onglé un petit jeu de mollet. Le muscle du mollet est une boule parfaitement sphérique qui au repos tombe au fond de la jambe, tout contre la cheville, telle une monstrueuse pomme d'Adam ou un kyste poussé sur le talon. Ainsi talonné, ressemblant à une vieille chaussette détendue, le mollet flasque où pend la peau lamentablement se couvre de sueur et chacun de ses poils commence à ressembler à un cou sans tête. Les cous se balancent au vent attendant les moissonneurs. A la fin de certains intervalles, ils propulsent à l'extérieur dans le ciel bleu des geysers de sang d'où dérivent en ruisseaux des immondices perdues dans le flot, quelques ongles géants, radeaux pour des pieds aux ongles incarnés, des jambes, toujours des jambes car nous sommes dans un pays de jambes, n'est-ce pas?... de jambes qui serpentent doucement au bas des collines des dos jusqu'à la mer qui est une forêt de poils, sous la pluie qui est une douche de sueur. Jambes, jambes qui faites toute ma délectation, jambes comme des boas qui poussent et se ramifient et se transforment en d'autres jambes, d'autres genous, d'autres pieds, d'autres têtes, lèvres, nez, d'autres ventres, accessoires qui ne se fixent jamais en un seul corps mais qui prolifèrent, se multiplient, alternent les uns avec les autres dans un carrousel sans bornes.

(BM, 16 avril 1985)

31/05/2011

L'échappée de la dernière chance

L'échappée-de-la-dernière-c.jpg

Bruno Montpied, L'échappée de la dernière chance, 24x18 cm, 2011