Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2012

Info-Miettes (20)

Boudin et Jakobowicz arrivent à Bègles

     Prochaine expo au Musée de la Création Franche, qui continue de permettre aux artistes et créateurs de la collection permanente de montrer leurs derniers travaux, Marie Jakobowicz et Michel Boudin. Ce dernier, on le sait, propose des dessins à l'encre où des petites bêtes ne cessent de tarabuster les êtres humains, histoire peut-être de leur rabattre le caquet.

 

boudin-ss titre, encre sur vélin, 65x51 cm.jpg

Michel Boudin, sans titre, encre sur papier vélin, 65 x 51 cm

 

     Sur la seconde, voici le texte qu'elle m'avait dans un premier temps demandé pour la présenter de façon franche (c'était son souhait à elle, des gens qui diraient le pour et le contre, et l'entre deux...) et qu'elle a finalement fait remplacer par une autre présentation:

     "Marie Jakobowicz me laisse perplexe. Si j’apprécie ses anciens pastels, discipline qu’elle pratique avec une aisance qu’elle a fini (bizarrement !) par trouver suspecte, je reste réservé en ce qui concerne toutes sortes d’autres travaux qu’elle veut de contenu « engagé » comme on disait dans les années 70. Ce choix à mon avis plombe l’envolée du merveilleux dont elle était aussi dépositaire.

         Et je me demande si ses réticences, sa suspicion à l’égard de sa maîtrise du pastel ne viendrait pas de son traumatisme concernant l’extermination des Juifs par les Nazis. Une descendante des familles massacrées ne pouvant plus pratiquer la moindre forme d’expression sans se sentir obligée à la vigilance… Si cela était avéré, on mesurerait là à quel point cette tragédie et cette folie ont poussé loin leurs ruptures et leurs censures. N’y a-t-il donc plus de place, Marie, pour un merveilleux sans hantise du massacre ?"

Marie Jakobowicz et Michel Boudin au Musée de la Création Franche du 7 décembre 2012 au 20 janvier 2013.

*

Guy Girard, lui, expose dans un couloir

 

expo (3)-1.jpg

     Guy Girard expose quant à lui à partir de jeudi prochain 29 novembre dans la Galerie du Couloir, espace dédié paraît-il aux petits formats (ce qui semble adéquat avec le nom de la galerie). Les horaires et jours de monstration sont assez particuliers. Le jeudi 29 novembre, c'est de 19h30 à 22h. Puis c'est entrée libre le samedi 1er décembre ainsi que le dimanche 2 de 14h à 18h. Ensuite, du 3 au 20, on visite sur rendez-vous: 06 19 63 64 51. Pour les artistes, l'heure est venue des jeux de pistes. L'art sincère d'aujourd'hui se cache au fond d'un labyrinthe. Il est passé par ici, il repassera par là...

*

Jean Estaque voit des saints partout

     Il expose cette fois à Montluçon, avec une proposition de nouveaux saints qui n'auraient pas déplu au marquis de Bièvre qui était grand amateur comme on sait de calembours bons. Ci-dessous par exemple voyez le portrait de saint-Ethique.

 

expo nov 2012 montluçon.jpg

 

       Trouverons-nous encore dans cette expo Saint-Bol, Sainte-Hure, et peut-être aussi Saint-Dé, Saint-Trait et Saint-Plaie?

Galerie Ecriture, 1 rue Pierre Petit (ça ne s'invente pas, mais ce n'est sans doute pas le même qui est bien connu dans l'art brut), Montluçon, exposition du 28 novembre 2012 au 14 février 2013.

*

Alexis Lippstreu exposé chez Berst et au Madmusée

      En cette fin d'année, on assiste à une déferlante Alexis Lippstreu à Liège et à Paris. Trois expos simultanées se tiennent pour vanter le travail de ce créateur handicapé qui s'est fait une spécialité (ou à qui on a fait une spécialité?) de transposer des chefs-d'œuvre de l'art dans une sorte de réduction graphique tout à fait fascinante (j'ai déjà eu l'occasion de montrer des images sur ce blog). Il paraît être en même temps un cheval de bataille exemplaire pour ceux qui voudraient mélanger art brut, art moderne et art contemporain dans la même arlequinade artistique ("artification", qu'ils disent, sans lésiner sur les néologismes effroyables).

Alexis Lippstreu au Madmusée du 1er décembre 2012 au 16 février 2013. A la Galerie Christian Berst, du 7 décembre 2012 au 12 janvier 2013. Au BAL (musée des Beaux-Arts de Liège), du 30 novembre 2012 au 16 février 2013.

*

L'art brut italien à travers le cinéma documentaire, une programmation de Pierre-Jean Wurtz et Denis Lavaud

    C'est à la Halle Saint-Pierre (sans laquelle on ne sait pas ce que l'on deviendrait) que cela va se passer, durant le week-end du 15 et du 16 décembre. Un second programme de films courts a en effet été programmé pour ces dates. A découvrir ci-dessous:

Samedi 15 décembre 13h30 - 17h30

- Pennarelli (Antonio Dalla Valle) di La Manica Lungo officina creativa, 2003, 29’.
En présence d’Alain Bouillet, commissaire d’expositions, écrivain (c'est sur un atelier de créateurs handicapés, si je ne me trompe pas? NDR)

- Nella prospettiva della chiusura lampo de Paolo Pisanelli, 1997, 54’.
En présence d’Alain Bouillet

- Pietro Ghizzardi de Muriel Anssens, 2004, 10’

- Alla ricerca del giardino incantato (Marcello Cammi) di Piero Farina, Marisa Fogliarini con Marco Farotto, 2012, 21’, (c'est tout en italien, sur le jardin détruit de Cammi)

- Luci Sospese. L’opera irriducibile (Mario Andreoli) de Gabriele Mina, 2010, 27’. (Là aussi, c'est pas sous-titré, mais il y aura sans doute un interprète dans la salle, enfin on verra bien...) 
En présence de Gustavo Giacosa, commissaire de l’exposition

 

michel boudin,marie jakobowicz,jean estaque,guy grard,musée de la création franche

La "Crèche" de Mario Andreoli telle qu'elle s'illumine aux alentours de Noël sur une colline ligure, ph extraite du site de la Galerie Rizoi à Turin

michel boudin,marie jakobowicz,jean estaque,guy grard,musée de la création franche

La colline de M. Andreoli, de jour... ph Gabriele Mina

 

Dimanche 16 décembre 13h30 - 17h30

- Un « facteur Cheval » en Sardaigne (Fellicu Fadda) de Giuseppe Trudu, 2004, 47’.
En présence du réalisateur

- Un sculpteur de l’île aux ânes blancs (Enrico Mereu) de Giuseppe Trudu, 2009, 38’.
En présence du réalisateur

- Melina Riccio de Gustavo Giacosa, 2009, 10’. En présence du réalisateur

- Eugenio Santoro de Dominique Clément, Chantal Woodtli, 1994, 12’. (A signaler que ce film est édité dans le DVD intitulé "Art Brut" avec deux autres courts, un consacré à Ni-Tanjung par Erika Mannoni et un autre de la même Mannoni consacré à Lobanov; le film sur Santoro est plus précisément intitulé dans ce DVD "Les jardins de l'imaginaire" ; le tout est édité par la Collection de l'Art Brut et la Télévision Suisse)

- Antipasti (surprises à l’italienne) 45 ‘.
Suite de petits plats (films) divers et variés, exubérants, bigarrés, goûteux. (Dont paraît-il des films de Bernard Dattas sur des "choses" vues en Sardaigne)

 Pour tout renseignement complémentaire, on peut contacter Denis Lavaud himself : 01 42 45 19 67/06 75 94 16 48.

A la Halle Saint-Pierre encore, le retour du "Petit Paris" de Marcel Dhièvre

    Marcel Dhièvre est connu depuis les années 70 grâce au livre Les Inspirés du Bord des Routes de Jacques Lacarrière et Jacques Verroust où l'on peut voir cinq belles photos et un fragment de témoignage de Dhièvre. C'est peut-être grâce à ce livre que sa maison richement décorée de fresques et d'ornementations diverses peintes et parfois sculptées en relief parvint à être classée monument historique dès 1984 (né en 1898, il décéda en 1977).

 

michel boudin,marie jakobowicz,jean estaque,guy grard,musée de la création franche,alexis lippstreu,madmusée,galerie christian berst,banditi dell'art,cinéma et arts populaires,mario andreoli,art brut italien,pierre-jean wurtz,denis lavaud, marcello cammi, mario andreoli, cinéma et arts populaires

Image récupérée sur le site d'une association qui défendait, notamment sur la toile, "le Petit-Paris", l'association Entre-Tenir ; l'affirmation "je ne suis pas un artiste" avait été très justement repérée par ce site web, avis aux "artificateurs"...

 

      Il avait en effet réalisé une magnifique décoration naïve, brute, ou simplement populaire, sur les murs d'angle à l'extérieur de son magasin de vêtements (il était vendeur en confection dans la lingerie et les vêtements de travail) à Saint-Dizier dans la Haute-Marne. Il avait poussé le bouchon plus loin en peignant (ce n'était pas un mosaïste) les murs intérieurs de la petite bâtisse, mais aussi divers petits sujets, des animaux, des tableaux de fleurs, des paysages. C'était comme il le disait lui-même également un tour de force dans la mesure où, paralysé de la main droite, il avait dû tout faire de la main gauche.

 

michel boudin,marie jakobowicz,jean estaque,guy grard,musée de la création franche,alexis lippstreu,madmusée,galerie christian berst,banditi dell'art,cinéma et arts populaires,mario andreoli,art brut italien,pierre-jean wurtz,denis lavaud,marcello cammi,environnements spontanés,au petit paris,marcel dhièvre

Marcel Dhièvre, la façade d'"Au Petit Paris", vers 1976, ph Jacques Verroust

 

     Il avait appelé cette maison "Au Petit Paris", car la ville-lumière, où il allait se fournir chaque semaine, l'avait charmé au point de le pousser à représenter dans des médaillons l'Arc de Triomphe sur sa façade, ainsi que la Tour Eiffel, la Madeleine, les quais de la Seine, et la nef symbole de la capitale. L'ensemble connut quelques vicissitudes pendant de nombreuses années. Diverses bonnes volontés tentaient régulièrement d'alerter l'opinion pour essayer de sauver une maison qui visiblement résistait dans le souvenir de la population de St-Dizier (cet attachement d'une ville populaire à un tel monument naïf est assez touchant je trouve). L'illustratrice Kathy Couprie racheta à un moment le magasin, y faisant quelques réparations, puis ce fut la mairie, sous l'impulsion d'un maire UMP, François Cornut-Gentille (comme l'a signalé entre autres un article paru cet été dans La Croix, dû à Aude Carasco), qui l'acquit dans les années 2000. Là aussi, comme dans le cas de Gabriel Albert en Charente-Maritime, on veut "valoriser", on parle d'installer dansle Petit Paris un "café associatif", et d'installer à côté l'atelier d'art-thérapie de l'hôpital psychiatrique voisin... Surtout, on a fait rénover, terme plus exact que "restaurer", les peintures intérieures et extérieures (on peut juger du résultat sur une galerie d'images mises en ligne sur Flickr par la mairie), les tableaux, les petits sujets divers et variés que la mairie a récupérés. Si l'on compare ces rénovations, dues à M. Renaud Dubrigny, un employé municipal à la peinture qui s'est passionné, nous dit-on pour ce travail de renaissance d'un chef-d'oeuvre populaire, aux photos du livre de Jacques Verroust, on pourrait dire que les couleurs de la rénovation sont un peu flashy, mais baste, on s'en contentera, car y avait-il moyen de faire mieux avec les subsides disponibles? On peut aussi s'en consoler en constatant que le restaurateur a remis les décors à l'identique, quant aux sujets représentés, du moins si l'on en juge à travers les informations de la presse et d'internet.

 

     michel boudin,marie jakobowicz,jean estaque,guy grard,musée de la création franche,alexis lippstreu,madmusée,galerie christian berst,banditi dell'art,cinéma et arts populaires,mario andreoli,art brut italien,pierre-jean wurtz,denis lavaud,marcello cammi,environnements spontanés,au petit paris,marcel dhièvre            michel boudin,marie jakobowicz,jean estaque,guy grard,musée de la création franche,alexis lippstreu,madmusée,galerie christian berst,banditi dell'art,cinéma et arts populaires,mario andreoli,art brut italien,pierre-jean wurtz,denis lavaud,marcello cammi,environnements spontanés,au petit paris,marcel dhièvre

Deux tableaux de Marcel Dhièvre restaurés par la ville de St-Dizier

 

       Simplement, il faut bien être conscient qu'un Marcel Dhièvre ne peut ressusciter, et que lon a désormais autre chose à la place de sa maison décorée de son vivant, comme le musée d'une inspiration, soit un beau paradoxe... 

      Enfin signalons qu'un livre vient de paraître qui traite de ce monument, celui de Henri-Pierre Jeudy, Le Naïf, le Brut, le Primitif, au Petit Paris, aux éditions Châtelet-Voltaire (basées dans la Haute-Marne). Il viendra en parler à l'auditorium de la Halle Saint-Pierre samedi 1er décembre à 16h.

11/05/2011

Joseph Barbiero, un "barbu Müller" du deuxième rang?

     C'est l'impression que j'ai souvent avec les pierres sculptées de Joseph Barbiero, ce sculpteur et dessinateur d'origine italienne (venu en France après avoir fui Mussolini) qui vivait à Beaumont aux lisières de Clermont-Ferrand. Révélées pour la première fois aux amateurs d'art brut par les animateurs de l'Aracine à Neuilly-sur-Marne dans les années 80 de l'autre siècle, ces pierres taillées probablement avec difficulté dans la lave de Volvic (à partir de sa retraite prise en 1965) avaient des faux airs de Barbus Müller d'une autre veine. Joseph Barbiero était sincère, il n'y avait pas à en douter. Mais ses pièces n'étaient pas toutes de même niveau. A l'Aracine, c'était assez évident, il me semble. J'ai voulu un jour vérifier (c'était probablement en 1990), je suis allé me balader dans la banlieue de Clermont où j'avais l'adresse de M.Barbiero, je n'eus que quelques minutes pour pouvoir faire deux ou trois malheureuses photos des marches qui montaient vers le pavillon au-dessus où devait vivre le créateur. Mon impérieux cocher était pressé, ne s'intéressant que très modérément à l'art brut. Quelle ne fut pas ma déception en découvrant les pierres sculptées qui s'étageaient le long de cet escalier. Il n'y avait pas de quoi fouetter un chat, un aimable divertissement tout au plus.

 

joseph barbiero,galerie christian berst,art brut,barbus müler

Chez Joseph Barbiero, Beaumont, 1990, photo Bruno Montpied

joseph barbiero,galerie christian berst,art brut,barbus müler

 

     A la même époque, j'allai également voir une exposition organisée par l'antiquaire Jean Lelong du côté de Vic-le-Comte (à la galerie Calao).joseph barbiero,galerie christian berst,art brut,barbus müler En dehors des pierres qui continuaient de me paraître un peu pâles, étaient présentés des dessins au crayon aux tracés tremblotants, tremblé qui leur assurait beaucoup de charme. J'en achetai un tout petit, que j'ai toujours, merveilleux exemple de ce que Madeleine Lommel tentait de définir parfois, avec tendresse, comme une sorte d'art de la grande vieillesse. Comme une chorégraphie du geste détaché de toute attache terrestre, assez analogue au lent mouvement virevoltant d'une feuille séparée de sa branche en octobre. Le contraste entre l'aspect aérien de ces mini croquis, à la limite de la dissolution dans la grisaille des fonds des supports cartonnés, représentant des figures réduites à un état proche du squelettique, et la pesanteur des blocs de lave grossièrement taillés assure à Joseph Barbiero une place à part dans le corpus de l'art dit brut.

 

joseph barbiero,galerie christian berst,art brut,barbus müler

Joseph Barbiero, dessin au crayon sans titre, sans date, acquis en 1990, comportant un autre petit croquis à peine esquissé au verso, coll BM

 

La Galerie Christian Berst expose des oeuvres de Joseph Barbiero jusqu'au 4 juin, 3-5, passage des Gravilliers, dans le 3e ardt de Paris. A signaler aujourd'hui à 19h une causerie de Baptiste Brun sur "l'homme du commun" et une autre de Jean-Louis Lanoux sur Barbiero, les deux étant précédées d'un film de Christian Lamorelle diffusé primitivement sur FR3 en 1985.

06/12/2010

Guo Fengyi, une créatrice brute chinoise à Paris

    Guo Fengyi (1942-2010), première exposition à Paris, c'est à la galerie Christian Berst que l'événement aura lieu, et ce dès jeudi 9 décembre prochain date du vernissage. On va enfin pouvoir mieux cerner les travaux de cette femme, disparue cette année même, ancienne ouvrière d'une usine de caoutchouc, métier qu'elle dut abandonner par suite de crises d'arthrite (réaction à la souplesse du caoutchouc?) à l'âge de 39 ans, ce qui lui fit découvrir le Qi-Gong, médecine traditionnelle chinoise. En 1989, elle éprouve des visions qui la mènent vers le dessin, qu'elle exécute de façon automatique, le découvrant au fur et à mesure qu'il se développe.Guo Fengyi, Sans titre, s.d.,Encre de couleur sur papier de riz, 169 x 70 cm Galerie Christian Berst.JPG Les résultats sont des oeuvres tout en hauteur (mesurant parfois jusqu'à cinq mètres), tracées sur papier de riz au pinceau et à l'encre de Chine, sortes de bannières déroulées où je ne peux m'empêcher de voir comme des Ophélies nageant entre deux eaux par delà les spectres, dragons ou phénix qu'elle affectionnait de représenter, allant parfois jusqu'à des évocations de monstres ou d'esprits malfaisants, survenant par contraste au sein d'un dessin raffiné et délicat qui ne les laissait guère prévoir.

Guo Fengyi, sans titre, vers 2002, encre de couleur sur papier de riz, 213 x 69 cm.jpg

     Un catalogue paraît à cette occasion, riche idée pour tous ceux qui voudraient se documenter sur cette nouvelle créatrice à découvrir jusqu'au 15 janvier 2011. A noter qu'une rétrospective se prépare également à la Collection de l'Art Brut à Lausanne. Elle devrait être accompagnée d'un court-métrage de "Philippe Lespinasse qui a filmé Guo Fengyi sur son lieu de vie, en entretien et en pleine création. Il a aussi rencontré ses proches, et pris des images d’œuvres" (texte repris du site web de la Collection d'Art Brut, et apparemment aujourd'hui plus disponible). 

Guo Fengyi sans titre, 2004, encre de Chine sur papier de riz, 233 x 97 cm.jpg

 Toutes les illustrations de cette note sont empruntées au site web de la Galerie Christian Berst, 3-5, passage des Gravilliers, Paris IIIe ardt (en baladant votre souris vers le premier lien de cette note et en cliquant dessus, vous aurez toutes les précisions souhaitables sur la galerie).

  

 

08/09/2009

Nouvelle expo à la Galerie Christian Berst (ObjetTrouvé perdu...)

     Exposition de rentrée à la galerie nouvellement rebaptisée "Galerie Christian Berst", ex-Galerie Objet Trouvé, avec quelques créateurs nouveaux au bataillon, mais pas toujours nouveaux en terme de concepts d'oeuvres. J'en prends pour preuve Raimundo Camilo, ce patient brésilien qui côtoya paraît-il Arthur Bispo de Rosario dans l'hôpital où il avait été admis consécutivement à des troubles de la personnalité après que son patron l'eut traité comme un chien et qui se mit à créer ses propres billets de banque (ce qui entre parenthèses pourrait se transformer en vraie monnaie si la spéculation se met de la partie). Raimundo Camilo, billet de banque, Galerie Christian Berst.jpg

      Des billets de banque réinventés, ça me rappelle un autre cas connu dans le petit monde de l'art brut, qui avait été exposé dans les anciens locaux de l'Aracine à Neuilly-sur-Marne, celui de Georgine Hu qui "payait" ses médecins du côté de Fleury-les-Aubrais dans le Loiret avec des billets de banque. On peut également penser à Emile Josome Hodinos, ancien graveur en médailles, qui s'ingéniait à dessiner des pièces de monnaie de son invention.

Yuri Titov, Galerie Christian Berst.jpg
Yuri Titov, Galerie Christian Berst

      La galerie exposera Yuri Titov, Sylvia Katuszewski (qui n'est donc plus ici Sylvia K. Reyftmann?), Leonhard Fink, Eric Benetto, Patrick Heidsieck, Chris Hipkiss, en plus donc de Camilo. J'avoue avoir un petit faible pour Yuri Titov. De même que pour un certain dessin de Leonhard Fink, visible sur le site de la galerie, qui m'enchante particulièrement. Ce "premier Autrichien dans le cosmos", daté de 2008, est à ranger à côté des cosmonautes de Robillard, tout aussi immédiats.

Leonhard Fink,1er Autrichien dans l'univers, Galerie Christian Berst.jpg
Leonhard Fink, Le premier autrichien dans l'univers, graphite et craie grasse sur papier, 29,6x20,9 cm, 2008, Galerie Christian Berst
    Sur Yuri Titov, il n'est pas inutile de rappeler que l'on a pu le découvrir - notamment? - à travers le documentaire de Kamil Tchalaev, Yuri Titov ccccc 555, projeté dans le cadre des manifestations organisées par l'association niçoise Hors-Champ de Pierre-Jean Würst (voir la notice sur ce film dans le Petit Dictionnaire Hors-Champ de l'Art Brut au Cinéma dont j'ai déjà parlé sur ce blog le 13 décembre 2008 ). 
_____
L'exposition "Une rentrée Hors-les-Normes" se tiendra à la galerie du 11 septembre au 17 octobre 2009. Pour les renseignements pratiques, se reporter au lien figurant au début de cette note ("Galerie Christian Berst").