Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2019

"Le truc qui m'énerve", par Pierre Chevrier (suite à "Détestations (1)")

LE TRUC QUI M’ÉNERVE

 

La cravate

      Ça n’est pas tellement la cravate qui m’énerve, mais plutôt les mecs qui en portent une, par obligation ou discipline ; qu’est-ce que ça veut dire? Moi, je n’ai pas de cravate ; ou plutôt si : une, avec Wallace et Gromit dessus ; le nœud est toujours fait et je la mets pour le théâtre, comme une caricature. J’avais vachement aimé quand les « Grünen » étaient apparus au Bundestag en 1983, en pulls et en baskets ; y’avait même des mecs qui tricotaient en séance. Maintenant les Verts sont coiffés-cravatés comme les autres, bien alignés en uniforme ; c’est que le pouvoir est au bout de la cravate! Parfois, je me dis que, si j’avais porté une cravate, je serais peut-être empereur à l’heure qu’il est ; je n’arrive pas à éprouver du regret... 

 

Y…

     Je ne sais pas si vous avez remarqué ‒ on voit beaucoup ça en BD (je lis énormément de BD) ‒, quand il faut mettre le 3e  pronom, « il », ou « ils », pour faire oral et familier, les auteurs-lettreurs mettent « y » : « Y m’a dit... », « Y paraît...», etc. Mais réfléchissez un peu, nom d’un petit bonhomme ! Le « Y » dans la langue française écrite a déjà des fonctions bien identifiées (adverbe et pronom) ; pour signifier le pronom personnel « il » et sa troncation, il suffirait donc, à l’écrit, de faire comme à l’oral : de supprimer le « l », et d’écrire tout bêtement « i », avec une apostrophe, si on veut, pour bien faire voir que ça correspond à une élision: « i’ ». D'ailleurs, certains écrivains québécois, comme par exemple Réjean Ducharme, utilisent cette résolution graphique dans leurs romans ; c’est bien plus adapté !

 

Les "épingles" à linge¹

      Vous, je sais pas, mais moi, à chaque fois que je dois étendre du linge, je trouve les épingles enfoncées jusqu’à la charnière, et il faut les reprendre une par une pour les faire glisser sur le fil ; parce que, si vous avez bien remarqué, les épingles à linge sont parfaitement conçues : elles présentent un ingénieux système de gorge qui leur permet de coulisser facilement, « frrrrt, frrrt... », sur le fil,  tout en restant suspendues. C’est pratique. Mais quand elles  sont engagées à fond, le bois (ou le plastique) coince, et ça ne glisse plus ; c’est tout bête.    Alors, si un jour je dois aller étendre du linge chez vous, veillez à ce que les épingles soient bien disposées pour coulisser ; sinon, je n’y retournerai pas deux fois !

 Extraits de L’Horreur vagabonde n° 4-5-6,  septembre 2014. Plusieurs numéros récents de cette feuille sont accessibles sur le site de Gérard Minault (voir en colonne de gauche).

____

¹ L'auteur veut bien sûr ici parler des "pinces" à linge. Mais, comme il me l'a confirmé, il s'agit ici d'un mot des familles, une erreur qui, avec le temps, a pris force de loi dans sa famille.

27/08/2019

Dictionnaire du Poignard subtil

Poignard-gaulois-(Encyclopé.jpg

Aveugle :

     " Si je deviens aveugle, il me restera toujours la pâte à modeler et la masturbation."

    Tomi Ungerer, qui était aveugle de l’œil gauche ; cité dans L'Horreur vagabonde, n°98, 19 mars 2019, petite feuille éditée dans le Poitou par Pierre Chevrier.

23/09/2018

Les automates de La Celle-Guenant (2), quelques images supplémentaires

      Mon correspondant Pierre Chevrier m'a adressé d'autres photos des automates déjà signalés précédemment sur une brocante estivale de La Celle-Guenant (c'est près de Loches, en Touraine). Les saynètes animées représentent des métiers d'autrefois, lavandières, rémouleur, forgeron ou maréchal-ferrant, vignerons fouleurs de raisin, pompiers, pompeurs de l'eau communale qui en profitaient pour échanger et bavarder... A bien tout scruter, on aperçoit dans les panneaux explicatifs qui sont placés en dessous des scènes une date et des initiales qui sont peut-être celles de l'auteur des sculptures: A.M. On est ici en présence d'un de ces nombreux nostalgiques de la vie rurale du passé qui ne peuvent se résoudre pas à la voir glisser dans l'oubli...

IMG_20180729_112510.jpg

IMG_20180729_112518.jpg

IMG_20180729_112528.jpg

Photos Pierre Chevrier, juillet 2018.

11/09/2018

Automates naïfs en Indre-et-Loire

     C'est un correspondant, M. Pierre Chevrier, qui a fait pour le coup une bien belle découverte, sur un marché à l'artisanat à La Celle-Guenant, en Indre-et-Loire.

Automates naïfs de la Celle-Guenant (37) ph P Chevrier (2).jpg

Ph. Pierre Chevrier, La Celle-Guenant (37), 2018.

Automates naïfs de La Celle-Guénant (37)ph P Chevrier(2).jpg

Ph. Pierre Chevrier, 2018.

 

   Voici ce qu'il m'écrit en guise de légendes pour ces deux photos qu'il avait jointes à son message :

    "Maquettes animées photographiées dans une expo d'artisanat au vide-grenier de La Celle-Guenant (37), en juillet; l'auteur est à droite de la scène des laveuses (marinière rayée) je n'ai pas pris son nom, il y avait plein de monde qui lui parlait; il y a une douzaine de scènes: le bistrot (réversible, intérieur et extérieur), les pompiers, le forgeron...avec présentation d'outils entre les pattes des tréteaux qui supportent les maquettes. J'ai fait aussi de petits films sur le téléphone; les maquettes fonctionnent sur batteries."

    A voir ces sculptures, les saynètes des lavandières et du foulage du raisin, qui paraissent en bois, je parlerais personnellement plus d'automates que de maquettes. Et le style est incontestablement du naïf populaire. A bien y regarder, en ne se fondant que sur ces deux saynètes, leur auteur paraît se complaire dans les évocations de la vie rurale d'autrefois, motifs que l'on a déjà plusieurs fois rencontrés chez quelques créateurs d'environnements (je pense à René Escaffre dans le Lauragais, à Roumens, ou à Pierre et Yvette Darcel dans la région de St-Brieuc). 

     On va demander le petit film sur mobile à M. Chevrier. S'il veut bien et s'il n'est pas trop long...