Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2016

Création Franche n°43 où les inspirés du bord des routes sont de retour

CF n°43 couv'.jpg

Le n°43 d'une revue fondée en 1989

 

    Voici le nouveau numéro de Création Franche, revue bi-annuelle, un numéro au printemps, un numéro en hiver... Disponible sur abonnement, ou directement au Musée de la création franche à Bègles, et de temps à autre à la librairie de la Halle St-Pierre, Paris 18e ardt...

   Au sommaire − en dehors de l'édito du directeur, Pascal Rigeade, qui, cette fois-ci, nous présente le nouveau rendez-vous du musée, appelé de façon très branché "le Lab" (qui, d'après ce que j'en ai compris, souhaite révéler le dialogue que noueraient telle ou telle œuvre de la collection avec le contexte social, économique, culturel, etc, de sa production... Ambitieux programme...), et de l'article de Gérard Sendrey, l'ancien directeur, et fondateur du musée − on trouve cinq chroniqueurs extérieurs : Paul Duchein, Dino Menozzi, Denis Lavaud, Bernard Chevassu et moi-même. Les deux créateurs évoqués par Duchein et  Menozzi ne m'ont, je dois dire, pas beaucoup retenu. Non, je me suis plutôt attardé sur l'article de Bernard Chevassu qui propose une balade du côté des "racines et des rêves", autrement dit, de créateurs qui ont ce point commun de s'intéresser fortement aux formes suggestives de la nature, notamment arboricole. On y retrouve, au hasard des pages, quelques images des œuvres de Félix Gresset, personnage dont je n'avais plus entendu parler depuis une éternité, je crois bien que c'était dans une ancienne brochure de l'Aracine la dernière fois...

     En cherchant un peu dans ma documentation, j'ai finalement retrouvé une notice sur lui, illustrée de deux reproductions, dans le catalogue Art Brut, collection de l'Aracine, édité par le LaM, musée d'art moderne de Villeneuve-d'Ascq en 1997. Il y est dit que Gresset, ouvrier forestier dans le Jura, avait installé des personnages constitués de branches, de racines, ou bien encore de souches interprétées, devant sa maison, dans un village joliment appelé Chantegrue (un nom de lieu prédestinant là encore, sûrement). Ce qui me permet de le ranger parmi les créateurs populaires d'environnements chers à mon cœur. L'article de Chevassu vagabonde avec raison de façon agréable chez les assembleurs et interprètes amateurs (ou non : plusieurs de ceux qu'il cite paraissent plus "artistes") de poésie naturelle. On sait que, rien que dans la catégorie des créateurs autodidactes populaires, ils sont légion. On aime à ramasser du bois mort, ou des galets aux formes tourmentées, qui représentent d'étranges formes interprétables. C'est la manière que les fées et les trolls ont trouvée pour se perpétuer jusqu'à notre époque trop raisonnante. 

félix gresset chantegrue jura (2).jpg

Le jardin de Félix Gresset, photo parue dans Art brut, collection de l'Aracine (1997)

    Ce numéro de Création franche s'attarde plus que d'habitude chez les inspirés du bord de routes. C'est ainsi que l'on lit avec plaisir l'entretien que Francis David, l'émérite photographe du Guide de l'Art insolite dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie (Herscher, 1984), a donné avec bonne grâce à Denis Lavaud. Le dialogue revient sur le parcours de ce pionnier en matière de recherche d'inspirés, en nous révélant que c'est, entre autres, à la suite des expositions de Claude et Clovis Prévost que dès 1977 à Chartres, Francis David décida de s'intéresser de plus près aux habitants-paysagistes. Il y a en effet une chaîne de quêteurs d'inspirés du quotidien qui va, ininterrompue, depuis le début du XXe siècle (si l'on pense aux photographes anonymes qui nous ont gardé la trace par la carte postale de tant de sites du passé) jusqu'à aujourd'hui.

     Francis David, en plus de son travail photographique des années 1980, aurait très bien pu développer l'écriture, de façon tout aussi originale que dans sa photographie. Il s'est en effet rapproché des écrivains-voyageurs, si l'on se réfère aux quelques rares notes de balade (des vers en réalité) qu'il fit paraître dans le catalogue de l'exposition Les Bricoleurs de l'Imaginaire (Musées de Laval et de La Roche-sur-Yon, 1984). Ces dernières se terminaient par ces mots:

     "rouler jusqu'à la nuit / avec l'ivresse de ces courses et de ces rencontres / avec le vertige / d'avoir à délimiter / les fondations d'une tour de Babel / que des rêveurs s'acharnent / à bricoler pour nous / tous."

    Un Gabriele Mina, en Italie, s'est souvenu de cette tour de Babel dans le titre de ses livre et site web (Costruttori di Babele...). De même qu'un certain Bruno Montpied ne rougit pas de reconnaître qu'il a dû se souvenir des "bricoleurs de l'imaginaire" (cf. le titre du catalogue et de l'exposition initiés par Francis David), pour le film qu'il a écrit avec le réalisateur Remy Ricordeau, Bricoleurs de paradis...

Les Bricoleurs de l'imaginaire, F.David.jpg

    B.M., dans ce même numéro 43 de CF, a rapporté un petit reportage sur un environnement étourdissant, très atypique, qu'il est allé voir en Espagne, en compagnie de deux camarades, l'été dernier. Ce site incroyable, créé par un certain Julio Basanta, pour commémorer le meurtre de son frère, puis de son fils, par la police, à vingt ans d'intervalle, est imprégné d'un mysticisme légèrement délirant qu'il paraît fréquent de rencontrer chez nos voisins ibères. L'article aurait pu faire partie de la série de notes que j'ai commencée sur ce blog (intitulée − bien présomptueusement puisqu'il n'y a eu jusqu'ici, je m'en avise avec confusion, qu'un seul épisode s'y rapportant − "Journal de voyage en Espagne"), évoquant en pointillé cette dérive automobile en Espagne. Je ne me laisserai pas aller à évoquer cette création architecturale et sculpturale, car cela nous emmènerait trop loin. Publions juste une photo supplémentaire et renvoyons nos lecteurs qui voudraient en savoir plus vers la revue. Car la fin du papier par la lecture sur internet n'entre pas dans mes vues... 

vue générale 2, le site proprement dit (2).jpg

La "Casa de Dios" de Julio Basanta, ph. Bruno Montpied, 2015

  

 

06/02/2014

Création Franche n°39

création franche n°39,charles clave,extra-terrestres

Couv' du dernier numéro de la revue Création Franche, novembre 2013

 

    J'ai laissé passé la date de sortie du dernier numéro de CF, je suis impardonnable. C'est peut-être parce que je n'avais pas grand-chose à y relever regardant mes propres centres d'intérêt, hormis deux textes... ma propre contribution que j'estime très immodestement capitale en ce qui concerne l'information sur un inspiré de Franche-Comté que l'on bien oublié, à savoir Charles Clave. Il avait été révélé (à ma connaissance) par Pierre Bonte dans un de ses bouquins sur les personnalités insolites de la France profonde, Vive la vie! (Livre de poche/Stock, 1977). Depuis un autre article de Création Franche, plus ancien (n°5, 1991), dû à Bernard Chevassu, illustré de photos peu parlantes, on n'avait vraiment plus eu aucune nouvelle de lui (en tout cas dans les média spécialisés), alors qu'il était disparu entre temps en 1998.

 

création franche n°39,charles clave,extra-terrestres,pierre bonte,bernard chevassu

Charles Clave (1920-1998), son portrait par un photographe non crédité, exposé dans le local municipal où l'on conserve ses œuvres, objets, et quelques souvenirs

 

     En fouillant sur cet immense Argus qu'est Internet, où l'on peut quand la nostalgie nous prend aller voir ce que sont devenus "les copains d'avant" et les créateurs d'art brut dont tout le monde se contrefout, parce que pas si facilement "bankables", on retrouve à l'occasion des nouvelles de personnages comme ce "Charlot", alias Charles Clave, que la municipalité de son village, Frasne-le-Château, a su conserver, du moins pour ce qui concerne les œuvres qu'il lui avait léguées. J'en donne le nombre précis dans cet article, que j'ai intitulé "Charles Clave, retrouvailles avec un facteur visionnaire franc-comtois". De même que j'y cite le travail d'interface précieux de Mme Christine Péquignot qui dans sa boutique de travaux artisanaux (peut-être trop en contraste avec les extra-terrestres de Charlot qu'elle présente mêlés à eux) sert de relais entre la mémoire de Clave et les quelques indécrottables curieux qui viennent encore demander de ses nouvelles. Pour en savoir plus, il faut contacter son Association "Empreinte d'Art", 17, rue des Grands Vergers, 70 Frasne-le-Château, tél: 03 84 32 44 65. Et voici l'adresse du site web sur lequel j'avais trouvé avec surprise des infos prouvant qu'on ne l'avait pas oublié à Frasne:  http://www.empreintedart.com/pages/documentation/hommage-...

 

création franche n°39,charles clave,extra-terrestres,pierre bonte,bernard chevassu

 

     Ce numéro de Création Franche contient, second texte qui me concerne vivement, un édito fort enlevé de son directeur de publication Pascal Rigeade, ulcéré des manœuvres actuelles de l'establishment chargé de nous vendre de l'art contemporain s'incorporant la viande fraîche de l'art brut, sans état d'âme, en piétinant au passage les cadavres de ceux qui le produisent, en inventant même au besoin ceux qui le produisent, de façon à ce qu'ils soient plus aisément au gabarit du marché. Tout cet édito reçoit mon approbation sans réserve, bravo Mister Rigeade. Evoquant la récente Foire d'art "outsider" à l'Hôtel le A à Paris (voir à ce propos à titre de comparaison la note que j'ai consacré sur ce blog en octobre dernier à cette manifestation), voici le dernier paragraphe de cet édito cinglant (intitulé "Main basse sur l'art brut"):

     "Il ne saurait évidemment s'agir des auteurs rassemblés par Dubuffet dans sa collection: ils sont insolubles. Il est question des artistes intronisés par une oligarchie instituée par et pour l'argent, proclamant désormais ce qui "fait" ou non art brut, au service de ses propres intérêts, du patrimoine de sa clientèle. Après tout, on n'est jamais mieux servi que par soi-même. La réalité, c'est que cette première Foire d'Art Outsider en France consacre le triomphe des marchands. L'art brut pour prétexte, ils tiennent comptoir à l'hôtel, stimulent de nouveaux flux financiers sur lesquels, dans le même mouvement, ils font main basse. Tous recevaient en chambre, œuvres étalées sur literie XXL, oubliant ou feignant d'ignorer l'avertissement de Dubuffet, «l'art ne vient pas se coucher dans les lits qu'on a faits pour lui ; il se sauve aussitôt qu'on prononce son nom ; ce qu'il aime c'est l'incognito». Qu'en reste-t-il?"

     Au sommaire de ce numéro, on trouve également une dessinatrice médiumnique, Yvonne Cazier présentée par Alain Bouillet, les schémas arithmétiques de Pascal J. présentés par Denis Lavaud, un article de Paul Duchein sur Verbena, un entretien de Pascal Rigeade avec les collectionneurs Max et Korine Ammann.

 

Et pour se procurer Création Franche? En dehors de la Halle Saint-Pierre rue Ronsard dans Paris 18e, il vaut mieux s'adresser directement au Musée de la Création Franche à Bègles, voir ici leurs coordonnées. A signaler une nouvelle double exposition en ce moment, Yves Jules et Pierre Albasser, du 31 janvier au 30 mars.