Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2014

Un film sur Henry Darger pour ceux qui ne vont pas à Nice et qui restent à Paris

     La Halle Saint-Pierre est compatissante pour tous les Parisiens et banlieusards qui ne pourront se rendre à Nice le week-end de Pentecôte prochain. Elle a décidé d'héberger samedi 7 juin une présentation du prochain livre des Editions Aux forges de Vulcain, L'Histoire de ma vie d'Henry Darger, le dernier texte que celui-ci aurait rédigé entre 1968 et la date de sa mort en 1973.HD l'histoire de ma vie.jpg Il devrait être livré par l'éditeur en juin prochain justement. Henry Darger est bien connu des amateurs d'art brut américain pour les milliers de pages illustrées qu'il avait créées dans le secret de son petit appartement à Chicago, pages qui mettent en scène l'épopée d'une guerre entre enfants et adultes sanguinaires. Elles ne furent découvertes qu'après sa mort par son logeur, Nathan Lerner, par ailleurs photographe connu aux USA. Ce fut la révélation de techniques d'illustration inédites dans l'art brut qui consistaient en collages d'images décalquées et reportées.

affichette-darger-525x742.jpg

        La présentation aura lieu à 15h30 dans l'auditorium de la Halle, accompagnée d'un film, Revolutions of the night, the enigma of Henry Darger de Mark Stokes, projeté donc le même jour que la programmation du 17e festival de films d'art singulier au MAMAC de Nice (il n'y a pas de lien entre les deux organisateurs). Cette édition s'effectue en préface à l'ouverture prochaine (en mai 2015) d'une salle entièrement consacrée à Henry Darger au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris (je me suis laissé dire par ailleurs que ce musée aurait également reçu un legs important de peintures de Marcel Storr ; si c'est vrai, à quand une aile d'art brut dans le musée comme au LaM de Villeneuve-d'Ascq? Mais je suppose que comme tous les créateurs de l'art brut sont désormais assimilés aux artistes de métier, il n'y en aura pas et que l'on mélangera allègrement tout le monde ; pourquoi du reste faire des musées distincts même, mélangeons tout, ethnographie, animaux empaillés, arts premiers, art modeste, art brut, art naïf, et art moderne...). 

       Il y aura un débat autour du livre et des éditions Aux forges de Vulcain, petit éditeur parisien que j'avais remarqué par ailleurs il y a peu de temps pour leurs traductions des romans "médiévaux" de William Morris, cet écrivain anglais du XIXe siècle, que l'on considère comme un précurseur de la littérature de fantasy, mais aussi comme le défenseur socialiste d'un art appliqué inspiré des arts populaires (il était à la fois écrivain, ami des Préraphaélites, et chef d'entreprise) qui ne se couperait pas des méthodes de l'artisanat.Tout Morris aux  forges de Vulcain.jpg Il avait pour position que tout homme avait le droit de créer et d'être entouré de beaux objets. Et il détestait l'esprit marchand qu'il jugeait contraire à l'esprit des artistes. Voici par exemple ce qu'il écrivait dans L'art et l'artisanat aujourd'hui, texte d'une conférence prononcée à Edimboug en 1889 ¹: "L'éthique du commerçant (qui va de pair, cela va de soi, avec ses besoins) le pousse à donner aussi peu que possible au public et à prendre autant qu'il peut de lui. L'éthique de l'artiste l'invite à mettre tout ce qu'il peut de lui dans tout ce qu'il crée. Partant, le commerçant se retrouve aux prises avec un public d'ennemis, tandis que l'artiste a affaire avec un public d'amis et de proches".

 

_____

¹. Traduction française disponible dans William Morris, L'art et l'artisanat, Rivages poche, 2011

23/01/2010

Fantômes d'objets inconnus

    Je me suis enfin promené dans l'espace des collections permanentes au musée du quai Branly, au milieu de ce labyrinthe qui au départ m'indisposait un peu (car on voit plus l'architecture, le décor, que les pièces exposées qui paraissent dévorées par l'écrin qui est censé pourtant les mettre en valeur). Puis, au fur et à mesure de ma progression que j'effectuai au hasard, je m'aperçus que les murs disparaissaient, car la nuit les remplaçait. C'est très nocturne comme ambiance ce musée. Les objets émergent des ténèbres avec une puissance hallucinatoire certaine. Et c'est une bien belle chose que cette nuit que l'on a architecturée. Est-ce pour cette raison que je me mis à photographier les diverses pièces qui m'appelaient avec cette tendance expérimentale - on y permet les prises de vue pourvu qu'il n'y ait pas de flash - qui produisit ce jour-là des spectralisations d'objets qui m'ont tellement plu que je me suis décidé à les mettre en ligne?

Spectralisation-à-chaussett.jpg
Photo Bruno Montpied, 2010

       Chaussettes de l'archiduchesse qui tombent en pluie du fond de la nuit des objets qui chuchotent dans les réserves du musée des mythes...? Et en même temps, architecture de tourelles dans un aperçu - nécessairement fragmentaire - du château infini de Gormenghast (cf. romans du même nom de Mervyn Peake)?

Couv-Gormenghast.jpg

10/07/2007

Le Sciapode au soleil

   Et voici un autre monopode qui se dore la pilule, transmis par M. Stehr, qu'il en soit remercié ici.

5f986725be6eea188e1466411f208d1f.jpg

      Au fait, monopode et sciapode, ce n'est pas tout à fait identique. Monopode veut dire "n'a qu'une jambe", sciapode, "n'a qu'une jambe, mais peut vivre à l'ombre (scia), protégé qu'il est par le pied (pode) qu'il  possède au bout". Le monopode se rapproche beaucoup plus des sirènes qui ont leurs jambes fondues en une queue, ou des ondins s'il est du sexe masculin. Par contre,  il se différencie d'eux par le fait qu'il vit sur terre. Comme un ondin de terre donc.

       On ne nous dit que trés rarement comment il se déplaçait, en sautillant sans doute, comme un kangourou? Un indice est donné dans  Les Chroniques de Narnia de C.S.Lewis (que nous avons la faiblesse d'aimer, malgré leur soubassement chrétien -paraît-il, car il ne nous apparaît pas si évident que cela- mais même s'il est avéré, après tout, la mythologie chrétienne a aussi ses charmes, si l'on ne s'en tient qu'à l'imagination), dans le tome V ("L'odyssée du passeur d'aurore"), chapitre 11.

fac0632ee37e3f5f22743de9ea24c524.jpg

     L'héroïne, Lucy, en compagnie de ses amis, rencontre des nains qu'un magicien a transformés en monopodes qui se déplacent en bondissant (on les appelle aussi des "Nullards" en raison de leur grande stupidité ; eux-mêmes s'appellent entre eux des "Nullipotes", car ils ne parviennent pas à comprendre le terme "monopodes").

     "Sont-ils stupides à ce point-là?" [fait Lucy]

     Le magicien soupira:

     "Vous ne pourriez croire les problèmes que j'ai eus avec eux. Il y a quelques mois, ils étaient tous partisans de faire la vaisselle avant le dîner ; ils disaient que ça faisait gagner du temps pour après. Je les ai surpris en train de planter des pommes de terre cuites à l'eau, pour s'épargner d'avoir à les cuire quand ils les déterreraient."

     En réalité, ces monopodes sont des sciapodes (un mélange inédit de lutins et de sciapodes donc, à ma connaissance), je suis heureux d'avoir créé ce blog pour corriger cette légère défectuosité de la traduction de Philippe Morgaut (coll Folio Junior, Gallimard Jeunesse). Le texte nous le dit sans détours, ils sont à un moment couchés sur le dos (voir l'illustration de Pauline Baynes), la jambe tendue vers le ciel, un énorme pied les protégeant tantôt de la pluie, tantôt du soleil.

b39c4a7ed686ee87bd1dc74f65eccc54.jpg

 

(Les deux dernières illustrations ci-dessus sont donc de Pauline Baynes)

 

    P.S.: un petit supplément sciapodique spécial dédicace pour l'Ombrageux de Belvert (je voulais garder ce sciapode enluminé pour une prochaine distillation mais puisque vous me pressez je le lâche):

fd83628c6e41e2f6b46f009bdd3356cf.jpg

(publié sur Wikipédia à l'article Sciapodes)

b2728c414362745695927b085c86679c.jpg
B.Montpied, "L'ondin poursuit sa route", 2002
 
 
 
Et puis encore un, extrait d'une toile de 12 mètres carré intitulée (par plagiat assumé du roman éponyme du surréaliste danois Jens-August Schade) "Des êtres se rencontrent et une douce musique s'élève dans leurs coeurs" que je fis en 1999 avec la peintre-photographe Petra Simkova:
 
e4008219ac707c85f4c6f85862c4b82d.jpg