Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2019

En faisant la manche avec des enfants

    C'est pas drôle de se retrouver à la rue, surtout avec ses enfants. En août de l'année dernière, un de mes correspondants a photographié à Nancy un dessin, tracé peut-être avec une craie, à même le trottoir, par une certaine "Jess", visiblement destiné à atténuer la misère de la situation, et à tenter d'égayer les enfants qui accompagnaient cette mère à la rue. Voici ce que me dit ce correspondant:

"Durant quelques jours une femme faisait la manche avec ses enfants à cet endroit et a dû y laisser l'expression de son passage. Elle est quasiment effacée aujourd'hui."

     Ça me fait repenser à ce que je me dis souvent. Pourquoi les gens qui font la manche sur les trottoirs ou dans le métro n'essayent pas plus souvent, comme certains qui font de la musique, de proposer à la vente des œuvres dessinées ou peintes (c'est silencieux en outre, et parfois, c'est pas du luxe, tout le monde ne maniant pas la musique avec talent...)?

Dessin de Jess(femme faisant la manche), Nancy,ph Jérôme Balezo, août 20(2)18.jpg

Dessin sur trottoir, vu depuis les spectateurs,  photo Jérôme Balezo, Nancy, août 2018...

Dessin de Jess retourné pour mieux le lire (2).jpg

...Et, retourné, vu depuis l' (les?)auteur(s?) du dessin, "Jess" et ses enfants, un cœur ailé, une tortue, des hirondelles, un croissant de lune, des fleurs... ph. Jérôme Balezo, Nancy, 2018.

 

    Je ne connais qu'un cas de mendiant dessinateur, c'était dans le métro, du côté de Montparnasse, et il s'appelait Charles Daucin, dit "Charlemagne", sur qui Bernard Coste (du musée du Veinazès dans le Cantal) a écrit un bout de journal de sa rencontre avec lui vers 2001 (il faudrait que je le publie, ce texte, du reste) et dont le bulletin de Denis Lavaud, Zon'Art, parla vers 2002-2003 dans son numéro 8. Voici le genre de dessin qu'il faisait, avec des feutres ou un simple stylo à d'autres occasions (j'en ai déjà parlé si on veut bien se souvenir...):

art de rue,dessins sur trottoir,manche et expression populaire

Charles Daucin, sans titre, feutres sur papier,  coll. Musée du Veinazès, ph Bernard Coste, 2001.

 

14/01/2019

AME, sculpteur, peintre, designer, et roi du pneu... dans "Création Franche" n°49

     "Je reviens d'une tournée avec deux amis dans le Nord de la France et en Belgique, à la recherche comme d'habitude de curiosités, bizarreries, œuvrettes de plein air, sites et environnements insolites, etc. C'est ainsi que je conçois les voyages. Dériver dans les provinces en quête de merveilles populaires ou autres surprises...

    On musardait en direction de Gravelines et de Dunkerque, à la recherche d'un endroit où casser la croûte, lorsque notre attention fut attirée brusquement par des grandes statues noirâtres, indéniablement peu communes, qui étaient installées sur un terre-plein sur fond de magasin peint en un jaune clinquant, faisant office de dépôt-vente et d'entrepôt spécialisé dans la "déco". On aurait pu faire mieux comme écrin pour ces sculptures.

     Ce qui m'avait frappé lorsque notre voiture était passée, assez vite, à la hauteur de ces œuvres, c'était la curieuse matière dans laquelle étaient façonnées les "statues". En revenant à pied vers elles, il fallut se rendre à l'évidence : c'était du pneu, de l'assemblage de pneu, qui a priori, me disais-je, ne devait pas être un matériau facile à maîtriser, et à façonner. L'auteur y était pourtant parvenu, et de main de maître...

     Nous finîmes par apprendre son adresse, il habitait non loin, un peu plus à l'intérieur des terres. Pour aller vers ce point, il fallait nous dérouter, rentrer davantage dans l'intérieur du pays, mais l'appât d'une possible rencontre nouvelle avec un créatif nous en convainquit..."

      (Bruno Montpied)

Pour lire ce texte, dans une version complète, alternative, veuillez vous reporter au dernier numéro de la revue Création Franche, le n°49, qui vient de sortir (écrire au Musée du même nom, 58 ave du maréchal de Lattre de Tassigny, 33130 Bègles, prix 8€)...! On retrouve au sommaire d'autres contributeurs que votre serviteur bien entendu, comme Dino Menozzi, Ans Van Berkum (dont on apprend qu'elle collabore avec le  nouveau musée d'art outsider d'Amsterdam sur un projet d'exposition consacrée à Willem Van Genk ; on se souviendra en effet qu'elle anima un temps le défunt musée d'art outsider de Zwolle, dont les collections sont aujourd'hui repliées sur le museum du Dr.Guislain, à Gand en Belgique), ou encore Dominique Jeanson (pas au plus haut de son inspiration, j'ai trouvé) ou encore une évocation du "Schizomètre" de Marco Decorpeliada (en roman-photo).

ame,amadou ba,designer,sculpture en pneu,pneumatique,art singulier africain,art contemporain africain,art contemporain sénégalais,création franche n°49,schizomètre; bruno montpied

Quelques photos inédites des œuvres d'Amadou Ba, dit AME, dont parle mon article de Création Franche :

 

ame,amadou ba,designer,sculpture en pneu,pneumatique,art singulier africain,art contemporain africain,art contemporain sénégalais,création franche n°49,schizomètre; bruno montpied

Amadou Ba, une bête devant le magasin de déco, non loin de Nortkerque, assemblage et sculpture de pneus, ph. Bruno Montpied, juillet 2018.

ame,amadou ba,designer,sculpture en pneu,pneumatique,art singulier africain,art contemporain africain,art contemporain sénégalais,création franche n°49,schizomètre; bruno montpied

Amadou Ba, une bête devant sa maison à Nortkerque, assemblage et sculpture de pneus, ph.B.M.,  juillet 2018.

ame,amadou ba,designer,sculpture en pneu,pneumatique,art singulier africain,art contemporain africain,art contemporain sénégalais,création franche n°49,schizomètre; bruno montpied

Amadou Ba, une bête dans le jardin, assemblage et sculpture de pneus, ph. B.M., juillet 2018.

ame,amadou ba,designer,sculpture en pneu,pneumatique,art singulier africain,art contemporain africain,art contemporain sénégalais,création franche n°49,schizomètre; bruno montpied

Amadou Ba, sans titre (un cortège...), huile sur toile, sd (vers 2018), ph. B.M., juillet 2018 ; car AME ne fait pas que sculpter les pneus, il peint aussi.

ame,amadou ba,designer,sculpture en pneu,pneumatique,art singulier africain,art contemporain africain,art contemporain sénégalais,création franche n°49,schizomètre; bruno montpied

Amadou Ba, sans titre, huile sur toile, vers 2018, ph. B.M. juillet 2018.

ame,amadou ba,designer,sculpture en pneu,pneumatique,art singulier africain,art contemporain africain,art contemporain sénégalais,création franche n°49,schizomètre; bruno montpied

Portrait d'Amadou Ba, par le photographe Jean-Baptiste Joire, 2014.

09/01/2019

Biopic et biographie de Ferdinand Cheval, une communication très au point

     L'Incroyable histoire du Facteur Cheval, le  biopic de Nils Tavernier, sort le 16 janvier, après que sa biographie, parue chez Flammarion, a été préalablement publiée courant novembre 2018. Ça, c'est de la com' bien huilée, n'est-il pas? Et comme il devient incontournable de le faire, le double auteur vient à l'auditorium de la Halle St-Pierre présenter livre et film très bientôt. Ce sera ce dimanche 13 janvier à 15h (entrée libre). Il nous dira peut-être pourquoi il a préféré voir Philomène, la deuxième femme de Cheval, sous les traits de la belle - et intelligente - Laetitia Casta. Cela dit, après ça, il deviendra difficile d'ignorer notre sublime Facteur drômois¹.

               Bio Nils Tavernier.jpeg           affiche du biopic Tavernier.jpeg

famille Cheval.jpg

Ferdinand, assis, Alice (qui n'a pas l'air de rigoler), et Philomène debout, en 1884 (Cheval a 48 ans). C'est cette dernière que joue Laetitia Casta. Histoire d'enjoliver la réalité?

Philopène Cheval jouée par L.Casta.jpg

 ____

¹ Car on ignore bien souvent l'existence de cet extraordinaire autodidacte qui a construit pendant une trentaine d'années un "Palais Idéal", à l'aide de pierres et de ciment armé à la fin du XIXe siècle, chanté par Jacques Brunius en 1929 et André Breton en 1932 et classé monument historique en 1969, la même année où des hommes posaient le pied sur la Lune... On l'ignore, c'est pourquoi la production du film a cru nécessaire d'apposer sur l'affiche que le film raconte "une histoire vraie"...  Mais pourquoi l'ignore-t-on depuis si longtemps? Il faudrait analyser les raisons de ce silence sans doute intéressé des grands media culturels. 

08/01/2019

Max Favallelli (ou Pierrre Tchernia) hante nos rues...

      Régis Gayraud a repéré ces jours-ci une pareidolie très nettement dessinée, sur une bande piétonnière à l'angle de la rue des Martyrs et de la rue Alfred Stevens dans le IXe ardt à Paris. C'en est renversant, de quoi se faire écraser en traversant la rue... C'est pourtant une tache, une usure du revêtement de cette bande, qui fait apparaître par évidement le profil replet, assez exact – comme dans un canivet avec leurs silhouettes expressives, telles des ombres de Chine – de l'ancien spécialiste des mots croisés, Max Favallelli (personnalité qui parlera sans doute peu à mes lecteurs en dessous de quarante-cinquante ans?), ou de Pierre Tchernia, au choix. Qu'on en juge...

Tache dans une bande piétonnière angle rue des martyrs, rue stevens, ph RGayraud.jpg

Tache dans une bande piétonnière Max Favalelli, ph RGayraud.jpg

Photos Régis Gayraud, 2019.

 *

max favallelli, mots croisés, régis gayraud, pareidolies, taches, canivet, silhouettes, profils

Voici un canivet, ou un découpis, comme dit l'animateur de la brocante La Patience, ici une scène de libations champêtres découpée dans du papier noir gommé, et posée sur un tissu (soie?), sans date (XVIIIe siècle?) ; ph. et coll. Bruno Montpied.

07/01/2019

2019, l'année des dialogues de sourds?

Voeu 2019,  d'après Joseph Donadello, sans titre, 2003.jpg

D'après un tableau de Joseph Donadello, sans titre, peinture industrielle sur panneau de bois, 2003, ph. et Coll. Bruno Montpied.