Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2013

"Opposants poétiques" le 9 décembre au Centre Culturel Tchèque, Paris

     "Vous êtes très cordialement invités le lundi 9 décembre à 19h au Centre Culturel Tchèque (18 rue Bonaparte, VIe ardt, métro Saint-Germain des Prés) pour la projection du film documentaire Opposants poétiques consacré aux poètes tchèques et dissidents Jan Vladislav et Prokop Voskovec, film réalisé par Pierre André Sauvageot et Bertrand Schmitt. (Entrée libre).

     La projection se fera en présence des réalisateurs..."

     A signaler que les auteurs de ce documentaire font partie (ou ont fait? Le temps de conjugaison dépend du fait de savoir si le groupe existe encore officiellement...) du Groupe de Paris du Mouvement Surréaliste. Bertrand Schmitt, en plus de ses travaux cinématographiques, est aussi poète, traducteur, et historien de l'art. Il a récemment signé un énorme ouvrage d'art sur le réalisateur surréaliste tchèque Jan Svankmajer publié en République Tchèque. Il avait aussi réalisé il y a quelques années (2001) un documentaire sur Jan Svankmajer et sa femme Eva Svankmajerova, intitulé Les Chimères des Svankmajer (voir fragment ci-dessous paru sur YouTube).


Les chimères des Svankmajer par chaletpointu

23/05/2009

Dominique Paul rue de la Grange aux Belles

Dominique Paul.jpg
Dominique Paul, assemblage extrait du carton d'invitation ; horloge? Cible? Roue de la fortune?...

    Dominique Paul, une femme comme son prénom ne l'indique pas, une sorcière ou une fée, expose ses boîtes et autres assemblages au café l'Apostrophe, 23, rue de la Grange-aux-Belles à Paris dans le Xe arrondissement, du 3 au 19 juin. Le vernissage, c'est pour le mercredi 3 prochain, à partir de 18h30. Dominique fait partie du groupe de Paris du mouvement surréaliste, ce surgeon issu des scissions qui suivirent  la tentative de dissolution du mouvement par Jean Schuster. Elle fait des boîtes, encore me dira-t-on, car ils sont nombreux à faire des boîtes, depuis Joseph Cornell notamment. Oui, c'est devenu un genre, comme la peinture à l'eau ou la lithographie. Ou le collage. Un genre qui s'est enraciné. J'ai cité récemment, dans une info-miette (du 3 janvier 09), une exposition de Paul Duchein au Musée de la Création Franche. Il y a eu aussi par le passé pas très lointain les boîtes envahies de bijoux toc et de poésie luxueuse de l'ami Peter Wood, disparu prématurément hélas (aprés sa mort, ses oeuvres furent vendues et dispersées entre tous ses amis et relations, il serait passionnant de les réunir dans une exposition rétrospective).

Dominique Paul, A l'inclinaison du rêve, 2006.jpg
Dominique Paul, A l'inclinaison du rêve, 27,5x45x10,5 cm, 2006

     Les assemblages de Dominique Paul sont réalisés avec un sens aigu de l'agencement d'objets hétéroclites, c'est là où les doigts d'une fée ont leur utilité. Il y a certes toujours beaucoup d'ésotérisme dans ce genre de compositions, mais l'intuition alliée à un certain goût candide verse en définitive dans le sens d'une certaine simplicité paradoxale (parce que peu commune parmi les créateurs de boîtes oniriques). Elle ne dédaigne pas le recours à la peinture, à la teinture de certains de ses décors, matériaux, faisant ainsi converger dans un unique système imaginaire tous les fragments qu'elle a prélevés dans la réalité extérieure, fragments, objets privés de signe poétique, et qu'elle a donc relevés en les faisant accéder à son univers d'échos analogiques. On prend plaisir à errer dans cette forêt de réminiscences où une certaine enfance du regard rafraîchit (et lave) le paysage.

Dominique Paul,Le laid tombe et l'oiseau le relève, 2008.jpg
Dominique Paul, Le laid tombe et l'oiseau le relève, 47x87x13, cm 2008

20/08/2007

Guy Girard s'expose à Pont-Aven

         Guy Girard, révolté contre tous les misérabilismes en art comme dans la vie, ne cesse de rappeler par ses peintures à la fois sophistiquées et enfantines tout un chacun aux ordres du merveilleux, se voulant fidèle en cela à ses prédécesseurs surréalistes.
         Créateur probe, Guy ne cesse depuis qu'il peint de chercher des terres nouvelles et plusieurs périodes différentes se sont déjà succédé dans son oeuvre.
7985798846c01d36a93ca5903bfe8d50.jpg
 
         Parmi elles, il en est une qui m'est plus particulièrement chère. Elle fut consacrée à ce qu'il a appelé du terme ludiquement pédant d'« anagraphomorphoses », des paysages oniriques naissant par dérivation graphique des boucles, jambages et déliés inhérents aux paraphes d'hommes célèbres qu'il voulait réunir par couple en dépit de leurs éloignements catégoriels (Robespierre et Edgar Poe, Saint-Pol Roux et Blanqui, ce dernier partageant avec Sade le triste honneur d'avoir passé une majeure partie de sa vie en prison ; il est en même temps l'auteur de la fière devise « Ni Dieu ni maître »).
d09eb456d7fcb138dc999c5b30430998.jpg
          Guy Girard a réussi à se créer un style qui, tout en empruntant très résolument à une certaine écriture surréaliste (ce qui du point de vue surréaliste pourrait du reste lui être reproché, tant il n'est pas de style surréaliste arrêté), s'incorpore aussi un climat enfantin complexe qui apparente son oeuvre à une sorte de naïvisme très intellectuel.
         On peut faire connaissance avec une partie de son oeuvre durant ce qui nous reste d'été à Pont-Aven (coordonnées de l'exposition au bas de cette note).
f7d90538fe36ba78958188b508c69e78.jpg
       Renseignements supplémentaires:
          Né en 1959 à Flamanville (Manche). Etudes aux Beaux-Arts de Caen de 1979 à 1984. 
        Expositions individuelles les plus récentes :

        1996 : Librairie-Galerie La Belle Lurette, Paris.

        1990 : Galerie L'Usine, Paris.

         Expositions collectives récentes :

        2006 : Sélection Bruno Montpied dans le 9ème festival d'Art Singulier, Salle du Bras d'Or, Aubagne.
        2004 : « Matta au milieu des fauves », Museo do la Solaritad Salvator Allende, Santiago (Chili).

        « A bleu nommé », Médiathèque Jean Prévost, Bron.

       2003 :  « Visions et Créations dissi- dentes », Musée de la Création Franche, Bègles.

        2000 : « Eveil paradoxal »  (exposition du groupe de Paris du mouvement surréaliste), Maison des Arts, Conches (Normandie).

         Collections publiques :

        Ostfriesenslandschaft, Allemagne.

        Banco del Estado, Santiago, Chili.

        Musée de la Création Franche, Bègles.
En permanence, à la Galerie Gambra, Prague, République Tchèque.
        Et donc aussi...

      Regard Surréaliste, exposition de Guy Girard du 15 juin au 30 septembre 2007 à la galerie Pigments et matières, 34, rue du Général de Gaulle, Pont-Aven (Finistère). Tél : 02 98 09 15 52.

 

 

[Photos B.Montpied, peintures collections privées Paris et Clermont-Ferrand, du haut vers le bas: Rencontre du paraphe de Freud et du nom de Merlin en lettres-images au-dessus de Paris au XVIe siècle, Chemin de St-Jacques, Sciapode de course (1986) ]