Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2022

Gérard Sendrey nous a quittés...

Gérard Sendrey (1928-2022).

 

Gérard-Sendrey,-sept-1997.jpg

Photo Bruno Montpied, sur le seuil de son Site de la Création Franche, 1997.

 


       L'ami Gérard s'en est allé, ce matin, paraît-il (22 janvier 2022), des suites de la Covid.

      Il nous laissera de grands souvenirs, à nous, les artistes qu'il hébergea au long de nombreuses années dans son Site de la Création Franche, devenu ensuite Musée de la Création Franche (appelé à un enracinement de longue haleine dans le paysage bordelais, grâce aux travaux d'extension qui sont en préparation, travaux dont il était au courant, ayant eu le temps de consacrer un texte aux changements qui attendent le musée dans le numéro 55, paru en décembre dernier, de la revue Création Franche, fondée et longtemps dirigée par lui). Le terme de création franche lui revient de plein droit, puisqu'il en est l'inventeur.

11 Janvier 2017 (2).jpg

Gérard Sendrey, la dernière fois que je vins le voir à Bègles, à on domicile, situé juste à côté du musée, le 11 janvier 2017, ph. B.M ; ses yeux gardaient toute leur malice amicale ce soir-là.

 

    Si je ne partageai pas tous ses goûts (il professait aimer les gens avant les œuvres qu'elles pouvaient produire ; moi, c'était un peu le contraire...,) je reconnus très vite qu'il était un de ces rares passeurs assez ouvert d'esprit pour ouvrir grandes les portes des lieux d'exposition qu'il avait su monter (comme la Galerie Imago, en 1988, juste avant le Site de la CF). Grâce à lui, le Site fut une galerie d'essai quasiment unique en son genre en France. Un bel exemple à suivre, quoique bien trop rare...

          Rien que pour cela, je lui garderai gratitude et sympathie tout le restant de ma vie. 
       L'homme, qui jouait au dadaïste expérimentateur à tout va, était d'une grande cordialité. Il laisse une oeuvre – puisqu'il était aussi artiste et un des plus prolifiques qui soient – abondante et variée.

 

GérardSendrey,Visage,32x24,13-11-01 (2).jpg

Gérard Sendrey, sans titre, une de ses innombrables encres tracées au calame, 2001, ph. et coll. B.M.

17/01/2022

Vœux 2022

voeux,bonne année,statue de la liberté

Bruno Montpied, dessin obtenu par frottage,  mine de plomb, crayon de couleur et rapidographe sur papier, 2004.

 

14/01/2022

La cabane d'Antoine Rabany retrouve son charme d'antan...

       Sur ce blog, je donne régulièrement des nouvelles de mes recherches et de leurs résultats à propos du jardin de sculptures d'Antoine Rabany à Chambon-sur-Lac (Puy-de-Dôme) que j'avais initiés en avril 2018 sur ce blog (et aussi, au préalable, dans mon livre Le Gazouillis des éléphants, à l'automne 2017). Pour cela, il faut me suivre aussi du côté des éditions sur papier. J'ai publié en effet divers résumés et éléments nouveaux dans Viridis Candela (la revue du Collège de 'Pataphysique), OOA (revue sicilienne), Raw Vision, et enfin dans le catalogue de l'exposition sur les Barbus Müller en 2020 au Musée Barbier-Mueller qui faisait état de nouveaux éléments concernant ce travail d'élucidation consacré aux origines des sculptures en lave appelées en 1946 par Dubuffet "Barbus Müller".

Jardin Rabany (tirage papier) vue droite des cl-v (2).jpg

Vue du jardin d'Antoine Rabany, tirage papier d'après un cliché-verre, années 1900, provenance archives du photographe Goldner ; coll. Bruno Montpied ; le chaume qui couvrait la cabane carrée fut remplacé par la suite par des ardoises.

 

      Après avoir découvert, en particulier, qu'il restait une sculpture incrustée dans les murs de l'ancienne maison d'Antoine Rabany dans le bourg, j'étais allé rencontrer le propriétaire de la maison pour lui apprendre l'origine de cette sculpture. C'était risqué... Il aurait pu s'affoler du prix atteint par les Barbus Müller sur le marché de l'art brut. Au lieu de cela, il eut la réaction d'un homme qui comprenait qu'il y avait là une trace précieuse d'un patrimoine oublié de Chambon, par sa rareté sur place, les autres sculptures de Rabany étant parties depuis le début du XXe siècle dans toutes les directions grâce, ou à cause, des différents antiquaires et marchands à qui Rabany avait vendu, en bon Auvergnat qu'il était, sa production (ce qui le distingue des créateurs d'environnements spontanés français qui vendent rarement leurs oeuvres en plein air, contrairement aux patenteux québécois qui s'installaient des échoppes en lisière de leurs environnements, dans les années 1970). Justement, une nouvelle équipe municipale, arrivée au pouvoir  l'année suivante, se montrait favorable à une revitalisation de la communication autour de ces questions de patrimoine à Chambon-sur-Lac. Quelques vedettes de l'histoire de l'art avaient fréquenté Chambon-sur-Lac, comme par exemple Marc Chagall dans les années 1920 (il a loupé les statues de Rabany de peu, ce dernier étant mort en 1919, et son jardin étant probablement déjà vidé à cette date (à voir?))... Pourquoi ne pas faire valoir ces visiteurs historiques auprès des amateurs de tourisme culturel, se dirent les nouveaux édiles. Du coup, l'histoire d'Antoine Rabany, sculpteur des "Barbus Müller" à l'origine de l'art brut en 1945, les intéressa immédiatement. Au point de vouloir valoriser l'ancien site de stockage des sculptures (et peut-être aussi de production: le jardin servait peut-être d'atelier d'été à Rabany?).

IMG_20211216_134709 (2).jpg

Nouvel état de la cabane d'Antoine Rabany, en 2021 ; il y a eu aussi un déblaiement de la terre autour de l'édifice, afin de restituer sa véritable hauteur du temps de Rabany ; il y  a eu aussi fouille dans les amas de pierres situés aux alentour de la cabane pour retrouver des fragments de sculpture abandonnés là par le sculpteur.

Vestige d'une pile ou socle de Barbu ptêt (2).jpg

Vestige avec des cannelures ou stries, peut-être un fragment de sculpture, que j'avais photographié en mars 2018, lors de ma première visite du site en compagnie de mon camarade Régis Gayraud ; j'avais eu donc la même idée que  l'équipe municipale (à venir à cette époque), retrouver des vestiges, des traces sur place, dans l'espoir de restituer au maximum ce qui pouvait rester sur place du passage du sculpteur des "Barbus Müller" ; ph B.M.

 

       J'ai rencontré à l'automne dernier, dans le cadre d'un projet en cours, dont je parlerai plus tard dans l'année, cette dynamique équipe municipale réunie autour de son maire, Emmanuel Labasse. Et j'ai découvert les travaux qu'ils avaient choisi d'entreprendre, comme la remise en chaume du toit de la cabane de l'ex-jardin d'Antoine Rabany, que la municipalité a racheté dans l'idée d'en faire un lieu de mémoire lié à ce sculpteur longtemps oublié de ses concitoyens. On voit ci-dessus le résultat dont le maire vient de m'envoyer la photo. C'est évidemment très neuf, et donc un peu trop raide, mais avec le temps, tout cela s'assouplira et prendra une inévitable patine.

10/01/2022

Nuage Vert sauvegarde un sculpteur naïf de la Corrèze

       Gabriel Audebert, tel était son nom. Né en 1924, disparu en 2007... C'est une nouvelle découverte dans le champ des créateurs populaires naïfs (plus que bruts, puisque sa production, de bustes de personnalités, d'animaux, se réfère à des sujets pris dans le spectacle de la réalité extérieure). Elle est racontée par Laurent Gervereau, le tonique animateur de l'association et du musée Nuage Vert, basé à Argentat (Corrèze), sur son site web. "Outre une série historique sur les croix de Xaintrie [voir une remarque que je formule plus loin à ce sujet], l’essentiel de son oeuvre consiste en des bustes sculptés de personnages : issus de peintures (Modigliani, van Gogh, Picasso…), du monde politique français (de Gaulle, Chirac, Mitterrand, Giscard d’Estaing…), de la faune (hiboux, bélier, taureau…) ou des anonymes au style art déco."

1.-Audebert-latelier (2).jpg

L'atelier de Gabriel Audebert avec ses sculptures stockées, ph. Nuage Vert, 2021.

 

        Apparemment ce monsieur Audebert, ancien coiffeur, installé un temps à Paris, rue de la Huchette, puis boulevard Saint-Germain, dans le Quartier Latin donc, revenu dans sa patrie d'origine, la Xaintrie (région située à cheval sur les départements du Cantal, de la Corrèze et du Lot), exposait ses sculptures, à base de bois et papier mâché, dans une boutique sur une place du village de Pleaux.

         Parmi ses bustes et têtes, on note la présence de Modigliani. Ce n'est pas par hasard à mon avis, tant une certaine propension à faire onduler, allonger ses figures, parfois emmanchées d'un long cou (Modigliani empruntait cela à la statuaire africaine) est partout présente.

De Gaulle et autres (2).jpg

On aperçoit à gauche de Gaulle, et parmi les autres sculptures, on reconnaît Giscard, ou van Gogh, ph. Nuage Vert.

Le grenier à droite (2).jpg

Photo Nuage Vert.

 

     Une exposition aura lieu sur le site du musée Nuage Vert, du 2 juillet au 25 septembre, accompagnant la parution annoncée d'un livre sur ce créateur amateur par Marc Décimo, intitulé, paraît-il, Gabriel Audebert. Le carnaval de la comédie humaine et autres masques et bergamasques.

2.-Van-Gogh-par-Audebert (2).jpg

Van Gogh (un peu flippant), ph. Nuage Vert.

 

     Dernière question, il est dit plus haut que ce monsieur Audebert a consacré une partie de son oeuvre aux croix de Xaintrie... Il serait étonnant qu'il n'ait pas alors croisé ce petit calvaire restauré (en 1981) par un autodidacte, nommé apparemment Alrivi (d'après ce que nous avait dit, à moi et à Thierry Coudert, sur place, un voisin), à Rioubazet, que j'avais autrefois noté en lisant un article dans Massif Central magazine. Voir ci-dessous... (Et avis à Nuage Vert, s'ils pouvaient me le confirmer?):

nuage vert, gabriel audebert, marc décimo, laurent gervereau, sculpture naïve

Calvaire de Rioubazet, en Xaintrie (1911-1981), ph. Bruno Montpied, 2020 ; restauré en gardant – naturellement? – le style naïf.