Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2017

"Le Gazouillis des éléphants", premier inventaire des environnements populaires spontanés en France, par Bruno Montpied, paraît aujourd'hui

      Trente-cinq ans que je le méditais cet inventaire... Longtemps, je me suis dit que je n'y arriverais jamais. Et puis un soir... A la Maison de Victor Hugo, j'ai fait une rencontre, j'ai fait connaissance avec le responsable des éditions du Sandre, Guillaume Zorgbibe, qui accompagnait un vieux camarade à moi, Joël Gayraud. Guillaume éditait alors la revue de Marco Martella, Jardins, qui cessa malheureusement après six numéros. Martella m'avait invité à publier un article pour son n°2. Par la suite j'en fis un autre dans le n°5. Bref, les Editions  du Sandre, c'était donc déjà mon éditeur... Je le signalai en souriant à l'ami Guillaume. Il me semble qu'il m'a regardé avec curiosité, mais peut-être mon souvenir enjolive, mythifie ce qui s'est réellement passé ce soir-là. Ce fut le début de notre collaboration plus étroite autour d'un projet qui m'était cher depuis longtemps, faire l'inventaire des environnements spontanés français...

EJA,-2e-tirage.jpg

Après Eloge des jardins anarchiques en 2011...

couv Andrée Acézat oublier le passé (2).jpg

Andrée Acézat, oublier le passé, en 2015...

Couv livre Vinsard.jpg

Marcel Vinsard, l'homme aux mille modèles, en 2016...

 

Voici donc :

couv Gaz él (2) .jpg

Le Gazouillis des éléphants, tentative d'inventaire général des environnements spontanés et chimériques créés en France par des autodidactes populaires, bruts, naïfs, etc., éditions du Sandre, novembre 2017.

 

     Ce projet d'inventaire des environnements populaires spontanés français (= "inspirés des bords de  routes", "habitants-paysagistes", "bâtisseurs de l'imaginaire"...) me trottait dans la tête depuis des décennies. Chaque fois que je commençais à accélérer dans l'idée de le finaliser en m'y mettant sérieusement, un livre sortait sur la question, parcellaire, toujours insuffisant à mon avis (par exemple le Bonjour aux promeneurs d'Olivier Thiébaut chez Alternatives en 1996), ou mixé de façon peu judicieuse (mais commerciale!) avec des sujets insolites plats  (par exemple Le Guide de la France insolite de Claude Arz chez Hachette en 1990, où le sujet était mêlé à l'évocation de lieux hantés, de trésors cachés, de musées de l'épicerie, de la sorcellerie de bazar...).

le gazouillis des éléphants,éditions du sandre,bruno montpied,environnements spontanés,art brut,art naïf,éloge des jardins anarchiques,revue jardins,marco martella,alexis le breton,andré hardy,claude et  clovis prévost,premeir inventaire des environnements spontanés,marcel vinsard,andrée acézat

Le Gazouillis présent à l'étalage du stand de la Halle St-Pierre à la dernière Outsider Art Fair, du 19 au 22 octobre dernier, où il fit une apparition temporaire en avant-première... pour une dédicace.

le gazouillis des éléphants,éditions du sandre,bruno montpied,environnements spontanés,art brut,art naïf,éloge des jardins anarchiques,revue jardins,marco martella,alexis le breton,andré hardy,claude et  clovis prévost,premeir inventaire des environnements spontanés,marcel vinsard,andrée acézat

Le Gazouillis ouvert sur une notice consacrée à Denise Chalvet en Lozère. Ph. B.M.

 

     En rassemblant tous les sites recensés dans les différents ouvrages d'un certain volume traitant de la question, il me semblait toujours qu'on ne dépassait pas la centaine de créateurs environ, tout compris, dispersés qui plus est sur plusieurs ouvrages distincts publiés à des années de distance. En outre, les découvertes se renouvelaient fort lentement (je ne veux pas jeter la pierre à Claude et Clovis Prévost, mais au fil des années, ils ne nous ont parlé que des mêmes 15 créateurs, dont certains, comme Chomo, Tatin ou Garcet étaient plutôt des artistes singuliers et marginaux que des créateurs totalement hors système des Beaux-arts). Dans Eloge des Jardins anarchiques, moi-même, je n'évoquais qu'une cinquantaine de sites (dont plusieurs avec une seule photo).

Jardins n°5, 2014.jpg

Couverture de Jardins n°5, 2014 ; avec un texte de Bruno Montpied sur la Mare au Poivre d'Alexis Le Breton (Morbihan)

0114 Museum (resserré) (2).jpg

Alexis Le Breton, dans son arboretum de La Mare au Poivre, Locqueltas, ph. Bruno Montpied, 2010.

 

       Ainsi, si l'on voulait se faire une idée de l'ensemble des sites qui avaient existé, existaient encore, ou étaient en train d'apparaître, l'information était éclatée, parfois dans des publications devenues très difficiles de se procurer, uniquement consultables pour beaucoup en bibliothèque, ou bien se trouvait sur des cartes postales anciennes rarement rassemblées en un livre unique (la collection de cartes postales sur les Inspirés de Jean-Michel Chesné, si elle fut dévoilée dans la défunte revue Gazogène de Jean-François Maurice, ne paraît l'avoir été que de façon fragmentaire et, là aussi, éclatée sur les différents numéros ; de plus ce rassemblement de documents anciens, séparé d'un rassemblement plus général qui aurait montré la continuité des sites présents sur les cartes postales, donnait une impression tronquée du phénomène). Ces cartes postales anciennes (en l'occurrence, venues de ma propre collection), il me semblait nécessaire – c'est une autre caractéristique importante de mon inventaire - de les associer dans mon livre à une iconographie en couleur illustrant les mêmes sites conservés jusqu'à l'époque présente, ainsi, bien sûr, que des sites nettement plus récents. D'une manière  immédiate, devant ce noir et blanc confronté à la couleur, le lecteur comprend que les environnements existent depuis bien avant le Palais Idéal du Facteur Cheval (commencé en 1879) et se poursuivent aujourd'hui...

le gazouillis des éléphants,éditions du sandre,bruno montpied,environnements spontanés,art brut,art naïf,éloge des jardins anarchiques,revue jardins,marco martella,alexis le breton,andré hardy,claude et  clovis prévost,premeir inventaire des environnements spontanés,marcel vinsard,andrée acézat

Bas-relief de Louis Licois, daté de 1843, toujours présent sur la façade d'une maison à Baugé (Maine-et-Loire), Photo B.M., extraite du Gazouillis, 2009.

 

       J'ai longtemps déploré dans mes débuts de recherche de ne pas trouver une ressource qui me permettrait d'avoir la liste complète des lieux existants ! C'est une question qui m'a souvent été posée au cours des débats que j'ai pu faire à la suite de la sortie d'Eloge des jardins anarchiques : comment faites-vous pour trouver ces sites? Pour aller voir ces sites étonnants, c'est un truisme,  il faut d'abord apprendre qu'ils existent, et trouver l'endroit où on les évoque. Ce sont des lieux privés, où il y a une exhibition certes, mais qui restent des lieux privés, des habitats  supposant une approche discrète et respectueuse des habitants. Dans les années 1980, années où j'ai commencé ma quête, il n'y avait bien sûr pas d'annuaire des inspirés! Ce dernier n'est d'ailleurs pas souhaitable. J'ai patiemment cherché, sans me presser (cette lenteur m'a toujours paru essentielle ; aujourd'hui les nouveaux venus dans ce genre de recherche, habitués à tout trouver très vite sur internet, sont trop pressés...), accumulant des fiches, des références... Une bibliographie condensée et fournie, commencée dans Eloge des JA, et légèrement augmentée dans mon nouveau livre, fait office à mes yeux de premier signe de pistes... Il n'est pas aventuré ou has been de considérer cette recherche des Inspirés hors système des Beaux-Arts comme une longue dérive au sein d'un labyrinthe... Un sens préservé du merveilleux est à ce prix.

le gazouillis des éléphants,éditions du sandre,bruno montpied,environnements spontanés,art brut,art naïf,éloge des jardins anarchiques,revue jardins,marco martella,alexis le breton,andré hardy,claude et  clovis prévost,premeir inventaire des environnements spontanés,marcel vinsard,andrée acézat

Entrée du Paradis, chez son auteur, Léopold Truc, à Cabrières d'Avignon (Vaucluse), ph. B.M. (extraite du Gazouillis), 1989.

 

      Le Gazouillis n'est donc pas un annuaire. Je n'y ai donné des adresses que lorsque j'étais sûr que cela correspondait au désir des créateurs inventoriés, ou des collections qui préservent des fragments d'environnements (comme la Fabuloserie dans l'Yonne, la collection de l'Art Brut à Lausanne, le LaM de Villeneuve d'Ascq à côté de Lille, ou le Jardin de la Luna Rossa à Caen). C'est plutôt une immense stimulation à découvrir la création primesautière française se déployant hors les cadres des beaux-arts traditionnels, et aussi, point remarquable, hors du marché de l'art (ce qui explique qu'on n'en parle pas tant que cela!).

le gazouillis des éléphants,éditions du sandre,bruno montpied,environnements spontanés,art brut,art naïf,éloge des jardins anarchiques,revue jardins,marco martella,alexis le breton,andré hardy,claude et  clovis prévost,premeir inventaire des environnements spontanés,marcel vinsard,andrée acézat

Les Ruines de la Vacherie, exemple de carte postale ancienne (début de XXe siècle), montrant un site réalisé par un récupérateur de gravats nommé Auguste Bourgoin, alentours de Troyes (Aube), aujourd'hui disparu, coll. B.M.

 

      Il rassemble, avec discrétion et parfois un peu de mystère, en un seul volume, tout ce que j'ai pu voir et trouver dans des ouvrages ou des revues, pas forcément des publications spécialisées en art brut d'ailleurs, et  tout ce que j'ai découvert de mon côté, ou éclairé, ou remis en perspective. A partir de ce rassemblement, il me semble qu'on pourra se faire une idée plus précise du phénomène des créations d'autodidactes en plein air, entre habitat et route, associables tantôt à l'art brut, tantôt à l'art naïf, sur le territoire métropolitain en France.

      Le Gazouillis des éléphants recèle ainsi jusqu'à 305 notices consacrées à ces créations d'hier et d'aujourd'hui. En donnant l'état des lieux, dans la mesure de mes connaissances, et en particulier les solutions diverses qui ont été trouvées pour sauvegarder ou prolonger, en partie ou en totalité, divers sites. Depuis quelque temps, il me semble en effet que la notoriété de l'art brut et des environnements d'inspirés allant en augmentant, le public se montre de plus en plus sensibilisé à la question du prolongement à donner aux environnements spontanés post mortem. Ce que les héritiers de ces décors foutraques auraient jeté naguère, il arrive plus fréquemment qu'il soit désormais conservé ou, quand on veut à tout prix s'en débarrasser, au moins mis en vente par exemple (voir le cas du site d'André Hardy en Normandie).

Le-lion.jpg

André Hardy, lion en ciment peint et collage de faux crin, ph. B.M. en 2010.

Le Lion_2011. au LaM4.1_(2) - copie_edited.jpg

Le même lion d'André Hardy dans les réserves du LaM à Villeneuve d'Ascq, après acquisition et en attente de restauration, © photo LaM 2011.

 

    Fidèle à mon angle habituel pour aborder ces créations de plein air, je  me suis cantonné  dans cet ouvrage aux environnements populaires, en écartant tous les environnements créés par des artistes modernes ou singuliers (marginaux), hormis quelques cas-limites qui permettent de faire ressortir la spécificité du corpus retenu (comme par exemple le jardin de Monsieur X dans la Presqu'île de Crozon en Bretagne, de son vrai nom Jacques Boënnec - je donne à présent son nom car il vient de disparaître ; auparavant, il m'avait demandé de taire son identité, d'autres que moi n'avaient pas eu ce respect...). Pas de Cyclop de Tinguely, ou de musée Robert Tatin, pas davantage de maison de "Celle qui peint" (Danielle Jacqui), manifestant une culture artistique préalable (Jacqui m'a toujours donné l'impression de connaître Picassiette, par exemple).

     Primo, il fallait circonscrire à tout prix le champ d'étude (déjà, arriver à 305 notices m'a amené à un livre-monstre qui fait 930 pages avec plus de mille photos, pour un poids de 2,7 kgs...). Secundo, j'ai un faible pour les créations d'autodidactes populaires, qui œuvrent artistiquement sans se revendiquer artistes, et dont les travaux, détachés de toute attitude référentielle – y compris quand il leur arrive de démarquer ou de copier/transposer des œuvres d'art vues à la télé ou dans les magazines –, gardent une fraîcheur authentique. Fraîcheur brute ou naïve, je ne fais pas de hiérarchie sur ce point, si l'œuvre me surprend et m'enchante (critère premier!).

     C'est ce qui explique que l'Introduction du Gazouillis insiste sur ce slogan que je reprends régulièrement, depuis quelque temps, dans mes textes : il s'agit bien d'un Art sans artistes. Comme on parla à une époque d'une architecture sans architectes.

     Bon vagabondage à tous!

 

Bruno Montpied, Le Gazouillis des éléphants, tentative d'inventaire général des environnements spontanés et chimériques créés en France par des autodidactes populaires, bruts, naïfs, excentriques, loufoques, brindezingues, ou tout simplement inventifs, passés, présents et en devenir, en plein air ou sous terre (quelquefois en intérieur), pour le plaisir de leurs auteurs et de quelques amateurs de passage, Editions du Sandre, 2017. 950 pages, 220x240x70 mm, plus de mille photos couleurs et noir et blanc. Disponible au prix de 39€ dans toutes les bonnes librairies (si vous ne le trouvez pas, faites-le commander par votre libraire favori) à partir de la première semaine de novembre. Diffusion Harmonia mundi.

le gazouillis des éléphants,éditions du sandre,bruno montpied,environnements spontanés,art brut,art naïf,éloge des jardins anarchiques,revue jardins,marco martella,alexis le breton,andré hardy,claude et  clovis prévost,premeir inventaire des environnements spontanés,marcel vinsard,andrée acézat

Les professionnels des éditions du Sandre, sans qui il n'y aurait jamais eu de multiplication du Gazouillis, de gauche à droite: Guillaume Zorgbibe, Stefani de Loppinot et Julia Curiel, ph. B.M., 2017 ; merci à eux! Heureusement que ces gens existent...

 

QUELQUES DATES A RETENIR :

Durant tout le mois de novembre, exposition de photos et d'objets de la collection de Bruno Montpied dans la librairie Atout-Livre, 203 bis avenue Daumesnil dans le XIIe arrondissement. Causerie et débat avec le public le vendredi 24 novembre à 19h30, en présence de B.M. et de Régis Gayraud, camarade d'enquête de B.M.

Le samedi 9 décembre, à l'auditorium de la Halle Saint-Pierre, à 15h, projection de photos extraites du livre (rangées par ordre chronologique de dates de création) et débat avec le public en présence de B.M. Suivie d'une dédicace. Organisée en partenariat avec  la librairie de la Halle St-Pierre.

Le mercredi 20 décembre, au Musée de la Création franche à Bègles, à 19h30, projection de photos et rencontre-débat avec le public dans le cadre du LAB et en partenariat avec la librairie bordelaise La Machine à lire.

 

le gazouillis des éléphants,éditions du sandre,bruno montpied,environnements spontanés,art brut,art naïf,éloge des jardins anarchiques,revue jardins,marco martella,alexis le breton,andré hardy,claude et  clovis prévost,premeir inventaire des environnements spontanés,marcel vinsard,andrée acézat

Dessin de Jade, 8 ans (qui sert de cul-de-lampe à quelques endroits du Gazouillis, notamment sur les pages de garde)

10/06/2014

"Bricoleurs de paradis" à télécharger désormais en VOD...

    Je crois l'avoir dit, mon livre Eloge des Jardins Anarchiques, est désormais épuisé. Même la Halle saint-Pierre n'en a plus d'exemplaires. On peut le consulter dans toutes les bonnes bibliothèques qui ont eu la sage idée de le commander... Quant au film qui l'accompagnait en DVD, Bricoleurs de Paradis, de Remy Ricordeau, il est maintenant possible de le télécharger en VOD (Video on demand) si le besoin de le visionner se fait sentir. C'est un système de location que propose le site web de la coopérative Les Mutins de Pangée: http://lesmutins.org/bricoleurs-de-paradis. Sur la page d'accueil de ce site, on trouvera en suppléments gratuits les bonus que contenait le DVD du film, notamment les extraits de l'entretien que je fis en 2010 avec Savine Faupin, la conservatrice en charge de la collection d'art brut du LaM de Villeneuve-d'Ascq, mais aussi quelques images du site aujourd'hui démantelé d'André Hardy en Normandie.

 

Le-lion.jpg

Le lion d'André Hardy, qui a été acquis par le LaM avec quatre autres pièces du jardin, photo Bruno Montpied, 2010

   A signaler aussi que le film sera projeté plus traditionnellement à la Médiathèque Marguerite Yourcenar rue d'Alleray dans le XVe arrondissement le 28 juin à 16h. Il vit sa vie désormais...

 

08/05/2012

Deux outre-vélos

     Deux vélos autres se sont manifestés sous mon regard à quelques jours d'intervalle. D'abord celui ci-dessous, une mante qui se prend pour un vélo, ce qui est assez peu banal. Trouvé sur le site d'Etienne Cornevin, Nouvelles Hybrides.

sauterelle-à-velo, site Nouv Hybrides.jpg

      Et puis ce deuxième, venu du bord de l'Océan Atlantique, grâce à l'oeil avisé d'André Bernard. Très "surréaliste", si l'on pense à la selle d'abeilles, visible sur une ancienne (?) photo (?) de Meret Oppenheim (?)...

Vélo à huîtres.jpg

Vélo d'huîtres, créé naturellement par le temps et la mer, photo André Bernard, 2012

  Il me revient que l'on trouve aussi de temps à autre, parmi les cartes postales sur des sujets insolites, certaines images exhibant ce genre de concrétions sur vélocipède.  Par exemple cette dernière carte extraite de ma collection personnelle.

Vélo-couvert-d'huîtres,-cp.jpg

Vélo d'huîtres, carte postale sans date (années 70?)

     Le texte de la correspondante qui est au verso de cette carte non datée est d'un pathétique si poignant, en dépit de sa briéveté, que je ne résiste pas à vous le recopier (en modifiant légèrement le patronyme de son auteur):

"Bonjour, je m'appelle Pascal Erronée, j'ai 16 ans. Je ne part [sic] pas en vacances alors j'aimerais jouer à 3 mots pour une chanson. Voici mon numéro de téléphone: 4.... J'habite en Charente-Maritime, Marennes."

   Le jeu mentionné dans le texte de cette jeune fille qui-ne-partait-pas-en-vacances devrait donner la date approximative de cette courte missive qui ressemblait à une bouteille à la mer. Situation, hélas, banale...

    Enfin, pour complaire à RR qui grâce à sa mémoire sans faille (voir commentaire ci-après) se rappelle le vélo que nous vîmes ensemble dans le jardin de l'habitant-paysagiste naïf André Hardy à St-Quentin-des-Chardonnets (Orne), aujourd'hui en voie de démantélement et dispersion, voici le deux-roues que ce dernier avait installé sur sa pelouse. Sa mosaïque de coquillages peints en bleu et disposés assez régulièrement, à la différence des manières de la Nature, a certainement été inspirée peu ou prou par les fameux vélos couverts d'huîtres qu'on trouve exhibés ici et là sur les littoraux.

 

poésie naturelle,objets surréalistes,vélo,cyclisme,andré bernard,mante,nouvelles hybrides,3 mots pour une chanson,banal,pas banal

Chez André Hardy, ph. Bruno Montpied, 2010

30/03/2011

Actualité des Bricoleurs et des Jardiniers anarchiques

       Quelques petites informations à ajouter:

    Le dimanche 3 avril, celui qui vient, nous serons Remy Ricordeau et moi-même à la Halle Saint-Pierre à 14h30 où, si tout se passe bien, nous devrions projeter Bricoleurs de paradis (le Gazouillis des éléphants) dans l'auditorium (il fait 52 minutes), et présenter le livre Eloge des jardins anarchiques. Un petit débat peut s'ensuivre avec le public présent dans cette salle fort conviviale. Puis, pour sacrifier à l'usage, je m'en irai signer le livre à qui voudra de quelque dédicace. Il est inutile d'ajouter que le livre est en effet désormais en vente sur les tables non pas de la loi mais de la librairie de la Halle. On me signale d'autres librairies, les Guetteurs du vent (avenue Parmentier),vitrine des guetteurs du vent ave Parmentier dans le XIe ardt.jpg Libralire (rue St-Maur), et La Friche dans le XIe ardt qui proposent le livre à la vente elles aussi. Et La Machine à lire à Bordeaux aussi. Il doit y en avoir d'autres mais les voies du diffuseur du livre me sont pour le moment encore un peu impénétrables. Le samedi 9 avril, il y aura une émission de Radio-Libertaire (oui, encore) dans Les Jardins d'Orphée d'Anita Fernandés, entre 21h et 23h, où il est prévu de parler du film et du livre ainsi que de l'exposition La Ville fertile qui a lieu en ce moment à la cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris au Trocadéro.

 

Jardin de René Escaffre, 2004, photo Bruno Montpied.jpg

Site de René Escaffre (disparu en 2008) à Roumens dans le Lauragais, 2004, photo Bruno Montpied 

 

    A signaler enfin, surtout pour mes lecteurs québécois qui ne s'intéressent pas qu'à leurs compatriotes patenteux que Bricoleurs de paradis sera diffusé sur la filiale québécoise de Planète au Canada, et non pas sur la chaîne documentaire française, les jeudi 14 et vendredi 15 avril prochains (le 14 à 21h et le 15 à 13h). Une bonne occasion pour eux de faire un bout de chemin avec les homologues français des inspirés canadiens (dont j'ai déjà eu l'occasion de parler ici et sur ce blog). Pour les téléspectateurs français qui n'auraient pas acquis le livre et le DVD, la diffusion sur Planète en France aura lieu le 1er août prochain.

 

Statue d'André Hardy à St-Quentin-les-Chardonnets, juillet 2010, ph.Bruno Montpied.jpg

Statuette dans le "jardin extraordinaire" d'André Hardy (actuellement en voie de démantèlement), juillet 2010, photo BM ; ne lui trouvez-vous pas un petit côté vaudou à cette poupée aux yeux vides?

  

15/03/2011

Postérité des environnements (6): Un rêve part en fumée, dispersion du jardin extraordinaire d'André Hardy

andré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaire

Vue générale du jardin de sculptures créé par André Hardy des années 70 à ces dernières années, ph. Bruno Montpied, juillet 2010

andré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaire 

Le personnage à la cravate rouge est peut-être un autoportrait de l'auteur du jardin? ph BM, 2010

 

       Le "Jardin Extraordinaire", comme l'avait appelé lui-même André Hardy, peut-être par référence à la chanson de Charles Trénet, n'est plus du tout extraordinaire, hélas. Un nouveau propriétaire bien moins inspiré que le créateur originel du site a décidé de faire table rase des sculptures qui étaient semées un peu partout en dessous de la maison située au faîte d'une colline, comme juchée à l'horizon, curieusement mise en valeur par la présence des dizaines de sculptures naïves en plein air qui la cernaient, ainsi que par son découpage sur le fond du ciel. Ces sculptures  descendaient, soigneusement distribuées sur les pelouses, jusqu'à la route, en contrebas, qui longeait ce territoire onirique en une courbe grâcieuse propice aux lents travellings.

 

andré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaire

Le personnage à l'ombrelle avait été repeint en bleu entre 2008 et 2009 ; la baleine bleue, "une bête comme on en fait peu", était-elle une allusion, ou une réminiscence?, du poème de Jacques Prévert, La chasse à la baleine? Ph. BM, 2010

 

      Le caméraman du film de Remy Ricordeau, Bricoleurs de Paradis, ne s'en était pas privé du reste, de ces travellings, c'est le jardin sur lequel se clôt le documentaire, couvert depuis la fenêtre de notre voiture. Dans les bonus du DVD que nous avons tiré du film (à paraître incessamment, la date "officielle" de la sortie des Bricoleurs et du livre Eloge des jardins anarchiques est pour la fin du mois), on entend également les élus de St-Quentin-les-Chardonnets (c'est la commune où se trouvait le jardin, dans l'Orne), qui dialoguent l'été dernier  sur l'hypothèse de la sauvegarde ou non de ce site, qui avait déjà été abandonné par le couple à ce moment (Les Hardy, trop fatigués pour rester sur place, venaient de partir dans une institution médicalisée, après avoir vendu la propriété avec toutes les statues). Ces deux élus se révèlaient assez désarmés devant la question de la propriété privée, disant ne rien pouvoir faire face au nouvel occupant, et ce malgré l'aspect officieusement "patrimonial" du site, qui avait été un temps fléché sur les guides de randonnée édités par la commune.

 

andré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaire

André Hardy, son Andalouse et le cerf toutes ramures déployées (première oeuvre d'André Hardy dans les années 70), ph BM, 2010

 

      Le nouveau propriétaire avait paraît-il l'intention de louer la maison, et déjà s'esquissaient de menus aménagements que j'avais photographiés, signes que j'avais alors interprétés comme de mauvais augure. Pourtant la location du lieu, avec ses statues et son paysage créés par Hardy, destiné à une sorte de tourisme "brut" (qui s'esquisse ça et là), aurait pu tenter nombre de loueurs, potentiels amateurs de sites d'art populaire insolite. Ce tourisme "brut" d'un nouveau genre (analogue à celui  qui se pratique avec les cabanes louées dans les arbres ou les sites troglodytiques) pourrait se présenter comme une solution alternative pour la sauvegarde provisoire des environnements insolites, assurée par des passionnés non institutionnels, ce qui serait plus cohérent avec l'esprit de ces lieux..

andré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaireandré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaire 

Les démolisseurs avaient commencé de passer à l'attaque dès juillet 2010, ph.BM

 

    Les élus interrogés, qui avaient l'air bien embarrassés, se doutaient-ils en juillet 2010 des intentions complètes du nouveau propriétaire? Ce qui est sûr, c'est que la médiatisation du lieu était loin d'être réalisée, et ceci en dépit de la longévité du site (une quarantaine d'années à peu prés : on voit une photo du site dans Les Inspirés du bord des routes, le fameux livre de Jacques Verroust et Jacques Lacarrière en 1978 -il n'y a à cette époque qu'une vingtaine de sculptures, chiffre qui fut bien vite dépassé par la suite ; c'est Olivier Thiébaut, presque vingt ans plus tard, qui lui consacrera une notice importante dans son ouvrage sur les environnements de l'ouest, Bonjour aux promeneurs, édité chez Alternatives en 1996). Le site aurait été ainsi plus connu, il aurait été reconnu comme un site patrimonial, les dégâts actuels auraient peut-être pu être évités. Le début de reconnaissance du phénomène "Art brut" a contribué, au minimum, à faire que les statues n'ont pas été semble-t-il toutes détruites mais vendues pièce par pièce, notamment à une boutique de décoration située dans la bourgade voisine de Tinchebray, "Le grenier de Marco", qui actuellement encore propose dans son catalogue (rubrique "Art brut au jardin"!) diverses statues à vendre, dont par exemple la fameuse Baleine bleue: avis aux amateurs et aux conservateurs!

andré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaire

Ph. BM, 2010

 

 

 

     A signaler que l'on peut trouver l'information de cette mise en vente sur plusieurs blogs ou sites qui s'intéressent aux inspirés du bord des routes, notamment celui d'Henk Van Es (rédigé en anglais), Outsider environments Europe. On retrouvera également André Hardy dans mon Eloge des jardins anarchiques, où je lui ai consacré une notice (parution: incessamment sous peu...).

07/01/2011

"Bricoleurs de Paradis", le film où gazouillent les éléphants

Bricoleurs de paradis, DVD à paraître dans le livre L'Eloge des Jardins anarchiques, de Bruno Montpied, Editions de l'Insomniaque, mars 2011.jpg

Rabat du livre L'Eloge des Jardins Anarchiques de Bruno Montpied (à paraître en mars aux Editions de l'Insomniaque), évoquant le film Bricoleurs de Paradis (le Gazouillis des Eléphants) dont le DVD sera joint au livre

 

     Alors, c'est parti pour le passage prochain en télévision du film de Remy Ricordeau, co-écrit avec votre serviteur,  Bruno Montpied. Cela s'appelle "Bricoleurs de Paradis", c'est produit par la maison Temps Noir, et cela sera visible pour les habitants de Normandie, le samedi 15 janvier à 15h30. De quoi est-ce que cela parle? Des environnement spontanés, des habitants-paysagistes, de l'art brut, des inspirés du bord des routes, des outsiders... Un des personnages du film, et pas l'un des moindres tant est peu commune sa réalisation dans le lopin de terre qui s'étend entre la rue et sa maison en Vendée, répond à  ces appellations qui le dépassent: et si je n'étais qu'un original?

 

andré Pailloux, Les moulinets dans le jardin,photo Bruno Montpied, 2010.jpg

André Pailloux, un détail de son site, une des découvertes inédites du film (et  du livre L'Eloge des Jardins Anarchiques), photo Bruno Montpied, 2010 

 

       C'est l'homme du peu commun qui s'exprime ainsi, et peut-être le mot même "d'exprimer" est de trop. Car, au fur et à mesure du tournage et de la réalisation de notre projet, ce qui finit par revenir comme un leitmotiv fut que les inhabituels créateurs que nous visitions à travers la France (du Nord à la Normandie, des Pays de Loire à la Bretagne) avait décidément du mal à trouver des mots pour décrire leur travail, à répondre à nos questions qui les dérangeaient, et qui les déstabilisaient souvent (parfois à cause de leur âge aussi). On venait taper dans la fourmilière de leur inspiration, on ne les avait pas prévenus, ils n'étaient pas prêts, certains - comme Arthur Vanabelle - avaient entendu d'autres intervieweurs leur parler "d'art brut", alors ils nous resservaient la soupe, ils croyaient nous donner ce qu'ils pensaient que nous voulions entendre...

Chez Arthur Vanabelle, l'équipe de tournage du film   

L'équipe du film Bricoleurs de Paradis chezArthur Vanabelle; Remy Ricordeau, Stéphane Kayler, Pierre Maïllis-Laval, ph. BM, juin 2010

 

       Ce film est ainsi, il y eut un projet (cela fait plus de deux ans qu'il a été projeté, c'est incroyable  comme c'est long la réalisation de quelque projet que ce soit), on sentait bien que cela pourrait ressembler à une sorte d'enquête à travers le territoire français, comme un road-movie, disait Remy depuis le début, lui qui avait été passablement impressionné au début par les Glaneurs et la Glaneuse d'Agnès Varda (où l'on aperçoit un des sites que l'on retrouve dans notre film, celui de Bohdan Litnianski). Une enquête non pas policière mais plutôt une quête. Sur ces créateurs des bas-côtés, à tous les sens du terme, qui dressent sous le ciel de nos paysages uniformisés, leurs splendides lubies expressives, naïves ou brutes, faites avec "deux fois rien" (Arthur Vanabelle), des mosaïques, des statues, des empilements de matériaux de rebut, des reproductions de canons anti-aériens, des rochers sculptés, des moulinets multicolores, la quête, en cherchant à capturer quelque chose de la poésie spontanée, évanescente, de ces inspirations fantasques, débusqua sans crier gare de nouveaux environnements inconnus de très belles apparence et qualité. Le film permet ainsi de découvrir au moins trois sites nouveaux de première importance jamais vus au cinéma (et ailleurs): ceux d'André Pailloux, d'Alexis Le Breton (la seigneurie de la Mare au Poivre, dont j'ai déjà parlé ici), et la maison extraordinairement décorée d'une dentelle de plâtre et papier mâché de Madame C.

Rochers de Rothéneuf, tournage de Bricoleurs de Paradis, film de Remy Ricordeau, 2010, ph. Bruno Montpied.jpg

Aux rochers sculptés de Rothéneuf sculptés voici cent ans par l'abbé Fouré

       Est-ce de l'art? La question voletait sans cesse au-dessus de nos têtes.Bien sûr, répondit Savine Faupin dans l'interview que je fis d'elle dans le chantier du LaM en juin 2010 (on trouvera cette interview dans les bonus du DVD du film, voir une prochaine information à ce sujet sur ce blog), c'est de l'art, quoique modeste. Vanabelle, qui est très sollicité par les gens d'association et de musée qui voudraient préserver ce qui peut l'être de son environnement étonnant et mémorable, dit "on est tous un artiste, non?" (il sait prendre la casaque qu'on lui tend...). Pierre Darcel en Bretagne dit que ce qu'il fait est plus vivant que ce que l'on trouve dans les musées (Vanabelle aussi dit cela, Picasso c'est pas si fameux...). chez André Gourlet, tournage de Bricoleurs de Paradis, juillet 2010, ph.Bruno Montpied.jpg André Gourlet dans le Morbihan se verrait bien dans un musée, pourquoi pas, mais André Pailloux, lui, trouverait que c'est bien de l'orgueil que de parler d'oeuvre à son sujet... On dirait bien que nos héros oscillent entre modestie et ambition démesurée parfois. Mais on pense finalement, et on le dit en conclusion du film, que si ces messieurs n'arrivent pas tout à fait à se situer face à ce monde de l'art (qui n'a au fond vraiment rien à voir avec cette création immédiate), c'est qu'ils vont bien plus loin, dans un monde où la séparation entre art et vie quotidienne n'existe plus. Un monde où l'on parvient parfois à entendre, comme dans la Seigneurie de la Mare au Poivre d'Alexis Le Breton (Morbihan), "gazouiller les éléphants"...

 

André Hardy,un éléphant dans son jardin, 2008, ph.Remy Ricordeau.jpg 

 André Hardy, éléphant dans son jardin à Saint-Quentin-les-Chardonnets (propriété privée), ph. Remy Ricordeau, 2008

  

Le documentaire Bricoleurs de Paradis sera diffusé a priori surtout sur FR3 régions (Normandie, Pays de Loire, Bretagne, peut-être Nord), mais aussi sur la chaîne Planète. Il sera également présenté le dimanche 3 avril 2011, à 14h, dans l'auditorium de la Halle Saint-Pierre, rue Ronsard dans le XVIIIe ardt à Paris.