Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2011

Actualité des Bricoleurs et des Jardiniers anarchiques

       Quelques petites informations à ajouter:

    Le dimanche 3 avril, celui qui vient, nous serons Remy Ricordeau et moi-même à la Halle Saint-Pierre à 14h30 où, si tout se passe bien, nous devrions projeter Bricoleurs de paradis (le Gazouillis des éléphants) dans l'auditorium (il fait 52 minutes), et présenter le livre Eloge des jardins anarchiques. Un petit débat peut s'ensuivre avec le public présent dans cette salle fort conviviale. Puis, pour sacrifier à l'usage, je m'en irai signer le livre à qui voudra de quelque dédicace. Il est inutile d'ajouter que le livre est en effet désormais en vente sur les tables non pas de la loi mais de la librairie de la Halle. On me signale d'autres librairies, les Guetteurs du vent (avenue Parmentier),vitrine des guetteurs du vent ave Parmentier dans le XIe ardt.jpg Libralire (rue St-Maur), et La Friche dans le XIe ardt qui proposent le livre à la vente elles aussi. Et La Machine à lire à Bordeaux aussi. Il doit y en avoir d'autres mais les voies du diffuseur du livre me sont pour le moment encore un peu impénétrables. Le samedi 9 avril, il y aura une émission de Radio-Libertaire (oui, encore) dans Les Jardins d'Orphée d'Anita Fernandés, entre 21h et 23h, où il est prévu de parler du film et du livre ainsi que de l'exposition La Ville fertile qui a lieu en ce moment à la cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris au Trocadéro.

 

Jardin de René Escaffre, 2004, photo Bruno Montpied.jpg

Site de René Escaffre (disparu en 2008) à Roumens dans le Lauragais, 2004, photo Bruno Montpied 

 

    A signaler enfin, surtout pour mes lecteurs québécois qui ne s'intéressent pas qu'à leurs compatriotes patenteux que Bricoleurs de paradis sera diffusé sur la filiale québécoise de Planète au Canada, et non pas sur la chaîne documentaire française, les jeudi 14 et vendredi 15 avril prochains (le 14 à 21h et le 15 à 13h). Une bonne occasion pour eux de faire un bout de chemin avec les homologues français des inspirés canadiens (dont j'ai déjà eu l'occasion de parler ici et sur ce blog). Pour les téléspectateurs français qui n'auraient pas acquis le livre et le DVD, la diffusion sur Planète en France aura lieu le 1er août prochain.

 

Statue d'André Hardy à St-Quentin-les-Chardonnets, juillet 2010, ph.Bruno Montpied.jpg

Statuette dans le "jardin extraordinaire" d'André Hardy (actuellement en voie de démantèlement), juillet 2010, photo BM ; ne lui trouvez-vous pas un petit côté vaudou à cette poupée aux yeux vides?

  

27/03/2011

Aux Lilas, le printemps Katuszewski

Sylvia Katuszewski, invitation au vernissage(2).jpg

    Dans un ancien hôtel particulier reconverti en centre culturel baptisé du nom d'un poète mondain que je ne porte pas particulièrement dans mon coeur -un Cocteau, des cocktails- aux Lilas, dominant la ville (place Charles de Gaule), est à voir, pour deux jours encore, jusqu'à mardi (j'ai été un peu trop bousculé pour l'annoncer plus tôt, désolé), une fort belle exposition de Sylvia Katuszewski, faite de céramiques et dessins.

Sylvia Katuschevsky Lilas3, mars 11.jpg

      Le dessin qui m' a tapé dans l'oeil, touchante parmi ses étoiles, c'est cette petite (?) fille, bouche ouverte par la surprise, le front tatoué de sa propre mise en abyme, surplombant des oiseaux passant gentiment en escadrille.

Sylvia Katuschevsky Lilas2, mars 11.jpg

26/03/2011

Nouvelle diffusion de "Bricoleurs de paradis (le gazouillis des éléphants)"

(Une mise à jour a été apportée à cette note primitivement publiée le 19 mars)

    Après France 3 Normandie en janvier qui a diffusé une première fois notre film Bricoleurs de paradis, c'est au tour de France 3 Bretagne et de France 3 Pays de Loire de nous faire un peu de place à nouveau sur vos écrans plats et autres vestiges cathodiques. Ce sera pour le samedi 26 mars à 15h25 sur les deux chaînes. Je me suis laissé dire que les heureux possesseurs d'un bouquet de chaînes contenant tous les FR3 (genre Free) pourront eux aussi voir le film, qu'ils soient à Marseille ou à Lille, voire à Biarritz, Paris, etc.

0017-Roux,-juil10.jpg

Chez M. Roux, tournage des Bricoleurs de paradis, juillet 2010, ph.Bruno Montpied

 

    Et pour ceux qui le rateront et voudront se rattraper, il restera la possibilité de le voir en DVD en acquérant le livre Eloge des Jardins anarchiques, ils auront en outre en bonus divers documents qui ne seront pas diffusés sur les chaînes de FR3, comme une interview de Savine Faupin, deux petits films extraits de mes courts-métrages en super 8 des années 80 à 90 (sur Raymond Guitet et Marcel Landreau), et des fragments d'interview des élus que nous avions interrogés, Remy Ricordeau et moi, sur le site d'André Hardy, que nous fûmes, semble-t-il, donc les derniers à avoir filmé...

    Enfin, diverses projections sont en projet ici ou là. La première aura lieu le dimanche 3 avril à l'auditorium de la Halle Saint-Pierre, rue Ronsard dans le XVIIIe ardt de Paris, à 14h30 (merci à Julie Calver qui nous a posé la question en commentaire). Remy et moi, nous présenterons le film, et le livre, que je dédicacerai éventuellement aux personnes intéressées. L'Eloge sera en vente à la librairie de la Halle Saint-Pierre dès la semaine qui vient.

22/03/2011

Foutraque.com, entretien avec choquant BM

    Une petite femelle jalouse fervente passionnée des blogounets parisianistes faussement mondains (tout en l'étant tout de même un peu par en dessous) m'a gratifiée un jour du sobriquet de choco BM, c'est plaisant un chouïa (pour parler marocain, ce qui va encore fait bondir la petite âme déli-errante en question, car il n'y a qu'elle qui a le droit de parler de ce beau pays, tout le reste n'est que "tuyaux crevés").

     Détournons ce choco en choquant, voulez-vous? Bien qu'en réalité il n'y ait dans l'entretien (en deux parties, attention, il faut se munir d'une loupe ou bien faire chauffer le zoom de votre écran) avec Paskal Julou sur Foutraque.com que je veux signaler ici rien d'agressif, qu'on en juge, je mets le lien. Pascal me questionne entre autres sur mon livre Eloge (etc.)... En voici un extrait: 

"2-    Qu’est ce qui te touche tout particulièrement chez ces créateurs?

          Le fait de dresser à l’air libre des œuvres, des décors, des théâtres de verdure insolites, créant ainsi des paysages, des environnements inattendus, surprenants, qui nous déroutent, nous arrachent tout à coup à la monotonie et à la pauvreté imaginative de nos vies ordinaires. Que cela soit fait par des non artistes, des autodidactes qui n’ont demandé de permission à personne, je trouve ça remarquable, c’est un vrai coup de force. « On fait ce qu’on veut dans son jardin » comme me répond Mme Darcel dans le film de Remy Ricordeau. Jardins d’Eden, petits paradis bricolés à la maison, pour vivre au sein de l’inspiration, à partir de rien, avec des matériaux à portée de main pris dans l’environnement immédiat. C’est de l’art et ça n’en est pas. Il n’y a pas de vénalité dans ces démarches, juste le plaisir de façonner un décor à sa guise. Cela sert de leçon à tous ceux qui jouent à être des artistes, des cabotins qui aiment parader sur les planches et qui très souvent sont bien moins inspirés que ces autodidactes inconnus."

(extrait de l'interview "Bruno Montpied explorateur des jardins anarchiques" par Paskal Julou mis en ligne sur Foutraque.com) 

20/03/2011

Art, folie et alentours, le n°24 de la revue Area

(Cette note contient une petite mise à jour à la fin, datant du 24 mars...)

     Area est une revue fort bien maquettée, dirigée par le critique d'art et collectionneur, curieux de diverses formes d'expressions picturales Alin Avila, qui travailla aussi sur France-Culture. Dans la série déjà longue de ses numéros, on rencontre à l'occasion divers évocations de figures autodidactes de l'art, comme Henry Darger ou Jacques Trovic,Jacques Trovic, Le Bijoutier,2007,coll de l'artiste en 2009, ph. Bruno Montpied.jpg qui se retrouvent ainsi mêlés sans distinction particulière au tout-venant de la création contemporaine. Alin Avila a une sensibilité pour la création hors des chemins battus, en témoigne un des articles parus dans le n°16 de novembre 1978 de la revue Autrement, dossier "Flagrants délits d'imaginaire". Consacré à un ancien mineur du Nord devenu concierge à Paris, Félix Picques,  peignant naïvement ses souvenirs de la mine, la découverte provenait d'une "rencontre" d'Alin Avila, nous y dit-on.

 

Félix Picques,Autrement n°16, 1978.jpglix Picques

 Area 24, art, folie et alentours, mars 2011.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Voici que le n°24 de la revue se trouve consacré aux rapports de l'art et de la folie, et leurs alentours. Je n'ai pas le détail du sommaire (en scrutant avec une loupe la couverture reproduite sur le carton d'invitation, on devine des entretiens avec beaucoup d'acteurs connus et moins connus du champ de l'art brut ; même mézigue y a participé sur une proposition de Roberta Trapani, par un mini-entretien autour de mon livre Eloge des jardins anarchiques ; on trouve aussi au hasard de la revue une évocation du griffonneur de Rouen Alain Rault, "lettriste" spontané, déjà mentionné sur ce blog ). Le carton d'invitation annonce un vernissage pour le jeudi 31 mars prochain, avec une exposition d'oeuvres provenant de la collection de l'hôpital Sainte-Anne (le Centre d'Etude de l'expression, animé par Anne-Marie Dubois qui a déjà consacré pas moins de quatre tomes de livre à cette collection, belle et intriguante surtout grâce à ses oeuvres anciennes, c'est-à-dire entrées dans la collection avant 1950). Les oeuvres qui seront montrées chez Area proviennent de Gilbert Legube, Aloïse Corbaz, Francisca Baron, Fikaïte, Guillaume Pujolle, etc.

  Guillaume Pujolle, Area 60 ans après.jpg 

Aquarelle de Guillaume Pujolle ci-dessus, rare et belle...

 

  

     L'exposition s'intitule "60 ans après? Reconstitution de l'Exposition internationale d'art psychopathologique de 1950". Le sous-titre m'a plongé immédiatement dans des abîmes de perplexité. Veut-on nous dire qu'il va s'agir de reconstituer cette exposition historique fort vaste dans le loft de la galerie Area? Cela serait digne du livre Guiness des records. Ou bien est-ce l'annonce d'un projet à venir au musée Singer-Polignac à Ste-Anne, wait and see...  Si l'on veut se renseigner sur ce Centre d'Etude de l'Expression (et l'exposition "d'art psychopathologique" de 1950), voici un lien vers un document en PDF, rédigé par Anne-Marie Dubois pour un numéro de la Revue du Praticien daté de 2004 (il est à télécharger sur le site de cette revue). Il a le mérite d'être court et condensé.

L'exposition à la galerie Area (50, rue d'Hauteville, 10e Paris, fond de cour 2ème étage) se tient entre le 31 mars (jour de vernissage) et le 14 mai 2011. Elle est ouverte du mercredi au samedi de 15h à 19h. Le n° 24 de la revue sort au même moment. A signaler également, le jeudi 24 mars à 20h, la présentation de ce même numéro spécial à la librairie L'atelier (2 bis, rue Jourdain, Paris 20e), avec une "conversation autour de l'art brut : de la folie à la reconnaissance ?" entre les intervenants Alain Avila, Anne-Marie Dubois et Céline Delavaux.


19/03/2011

Eloge des jardins anarchiques, les envois commencent

      C'est parti pour les premiers envois aux souscripteurs qui vont recevoir l'Eloge édité par l'Insomniaque en avant-première par rapport aux librairies qui auront le livre à la fin du mois. Le livre est beau, je suis content, j'espère que tous les lecteurs y trouveront leur miel. J'attends les remarques, infos sur l'état des sites, signalements d'erreurs, jugements élogieux ou désastreux... de pied ferme, et même de montpied ferme (les vannes sur le patronyme manqueront-elles à l'appel, j'en doute).

L'éloge-lu-dvt-une-biblioth.jpg

     A signaler une émission sur Radio-Libertaire, dans "Chroniques rebelles", ce samedi 19 mars à 13h30, jusqu'à 15h. On causera du livre et du film, entre autres probablement.

Bègles-prend-Montpied.jpg

 Sud-Ouest, mars 2011 

15/03/2011

Postérité des environnements (6): Un rêve part en fumée, dispersion du jardin extraordinaire d'André Hardy

andré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaire

Vue générale du jardin de sculptures créé par André Hardy des années 70 à ces dernières années, ph. Bruno Montpied, juillet 2010

andré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaire 

Le personnage à la cravate rouge est peut-être un autoportrait de l'auteur du jardin? ph BM, 2010

 

       Le "Jardin Extraordinaire", comme l'avait appelé lui-même André Hardy, peut-être par référence à la chanson de Charles Trénet, n'est plus du tout extraordinaire, hélas. Un nouveau propriétaire bien moins inspiré que le créateur originel du site a décidé de faire table rase des sculptures qui étaient semées un peu partout en dessous de la maison située au faîte d'une colline, comme juchée à l'horizon, curieusement mise en valeur par la présence des dizaines de sculptures naïves en plein air qui la cernaient, ainsi que par son découpage sur le fond du ciel. Ces sculptures  descendaient, soigneusement distribuées sur les pelouses, jusqu'à la route, en contrebas, qui longeait ce territoire onirique en une courbe grâcieuse propice aux lents travellings.

 

andré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaire

Le personnage à l'ombrelle avait été repeint en bleu entre 2008 et 2009 ; la baleine bleue, "une bête comme on en fait peu", était-elle une allusion, ou une réminiscence?, du poème de Jacques Prévert, La chasse à la baleine? Ph. BM, 2010

 

      Le caméraman du film de Remy Ricordeau, Bricoleurs de Paradis, ne s'en était pas privé du reste, de ces travellings, c'est le jardin sur lequel se clôt le documentaire, couvert depuis la fenêtre de notre voiture. Dans les bonus du DVD que nous avons tiré du film (à paraître incessamment, la date "officielle" de la sortie des Bricoleurs et du livre Eloge des jardins anarchiques est pour la fin du mois), on entend également les élus de St-Quentin-les-Chardonnets (c'est la commune où se trouvait le jardin, dans l'Orne), qui dialoguent l'été dernier  sur l'hypothèse de la sauvegarde ou non de ce site, qui avait déjà été abandonné par le couple à ce moment (Les Hardy, trop fatigués pour rester sur place, venaient de partir dans une institution médicalisée, après avoir vendu la propriété avec toutes les statues). Ces deux élus se révèlaient assez désarmés devant la question de la propriété privée, disant ne rien pouvoir faire face au nouvel occupant, et ce malgré l'aspect officieusement "patrimonial" du site, qui avait été un temps fléché sur les guides de randonnée édités par la commune.

 

andré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaire

André Hardy, son Andalouse et le cerf toutes ramures déployées (première oeuvre d'André Hardy dans les années 70), ph BM, 2010

 

      Le nouveau propriétaire avait paraît-il l'intention de louer la maison, et déjà s'esquissaient de menus aménagements que j'avais photographiés, signes que j'avais alors interprétés comme de mauvais augure. Pourtant la location du lieu, avec ses statues et son paysage créés par Hardy, destiné à une sorte de tourisme "brut" (qui s'esquisse ça et là), aurait pu tenter nombre de loueurs, potentiels amateurs de sites d'art populaire insolite. Ce tourisme "brut" d'un nouveau genre (analogue à celui  qui se pratique avec les cabanes louées dans les arbres ou les sites troglodytiques) pourrait se présenter comme une solution alternative pour la sauvegarde provisoire des environnements insolites, assurée par des passionnés non institutionnels, ce qui serait plus cohérent avec l'esprit de ces lieux..

andré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaireandré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaire 

Les démolisseurs avaient commencé de passer à l'attaque dès juillet 2010, ph.BM

 

    Les élus interrogés, qui avaient l'air bien embarrassés, se doutaient-ils en juillet 2010 des intentions complètes du nouveau propriétaire? Ce qui est sûr, c'est que la médiatisation du lieu était loin d'être réalisée, et ceci en dépit de la longévité du site (une quarantaine d'années à peu prés : on voit une photo du site dans Les Inspirés du bord des routes, le fameux livre de Jacques Verroust et Jacques Lacarrière en 1978 -il n'y a à cette époque qu'une vingtaine de sculptures, chiffre qui fut bien vite dépassé par la suite ; c'est Olivier Thiébaut, presque vingt ans plus tard, qui lui consacrera une notice importante dans son ouvrage sur les environnements de l'ouest, Bonjour aux promeneurs, édité chez Alternatives en 1996). Le site aurait été ainsi plus connu, il aurait été reconnu comme un site patrimonial, les dégâts actuels auraient peut-être pu être évités. Le début de reconnaissance du phénomène "Art brut" a contribué, au minimum, à faire que les statues n'ont pas été semble-t-il toutes détruites mais vendues pièce par pièce, notamment à une boutique de décoration située dans la bourgade voisine de Tinchebray, "Le grenier de Marco", qui actuellement encore propose dans son catalogue (rubrique "Art brut au jardin"!) diverses statues à vendre, dont par exemple la fameuse Baleine bleue: avis aux amateurs et aux conservateurs!

andré hardy,environnements spontanés,habitantspaysagistes,sculpture naïve,décors populaires insolites,inspirés du bord des routes,vandalisme de l'art populaire

Ph. BM, 2010

 

 

 

     A signaler que l'on peut trouver l'information de cette mise en vente sur plusieurs blogs ou sites qui s'intéressent aux inspirés du bord des routes, notamment celui d'Henk Van Es (rédigé en anglais), Outsider environments Europe. On retrouvera également André Hardy dans mon Eloge des jardins anarchiques, où je lui ai consacré une notice (parution: incessamment sous peu...).

07/03/2011

Séminaire d'art brut au Collège philosophal

    Non, non, non, ça ne s'écrit pas comme ça mais bien Collège International de Philosophie, ce qui donne en sigle CIPH, mais pas ammoniacal. La mode des séminaires sur l'art brut bat son plein, il y avait le CrAB (est-ce que c'est bien comme ça les différentes tailles de lettres dans leur sigle à eux?) qui s'est déjà mis sur les rangs dans le cadre de l'INHA (Institut national d'Histoire de l'art, 2, rue Vivienne, Paris 2e, en accès libre), avec des conférence pointues en matinée (9h30-12h) sur l'art brut et la folie (le 31 mars), les écrits bruts le 14 mai, les architectures spontanées, le 17 septembre, art brut et primitivismes le 19 novembre... Que de sigles, que de sigles, fais-moi un sigle, pourrait-on reprendre en choeur.

INHA-Galerie_Colbert.jpg

     Au CIPH, c'est Barbara Safarova de la collection et association ABCD qui est maîtresse d'oeuvre. En préambule de la première année de son séminaire (parti pour se tenir six ans), qui s'intitule "Quêtes identitaires et inventions du corps à travers les oeuvres d'art brut", Mme Safarova écrit: " Face au bombardement d’images normopathiques, souvent obscènes, qui nous entourent et qui prétendent définir toute forme identitaire, les œuvres d’art brut offriraient-elles un échappatoire ? Un point d’ancrage, une direction possible pour nos quêtes de vérité et de sens ? Face à certaines d’entre elles l’émotion nous saisit, proche du vertige ; on ressent l’inquiétude, parfois l’angoisse de se confronter à une «horrible découverte», celle de la chair chaotique et informe. Dans le même temps, on se sent happé, fasciné par leur pouvoir salvateur, qui semble nous donner accès à une forme de savoir universel, proche de «l’illumination»." La barre est d'emblée mise très haut, l'art brut se voit investi d'une mission menant au savoir universel, et en l'espèce capable de remettre en cause les "images normopathiques" notamment du corps (en regard, le programme du CIPH montre une des oeuvres de Lubos Plny,Lubos Plny.jpg sorte d'anatomie écorchée abstraite et visionnaire, que je trouve personnellement plus savante que "brute", ce qui ne réduit en rien sa force je m'empresse de l'ajouter). L'art brut serait-il du côté de l'écorché, sans jeu de mots? Et du coup serait fort proche de cette peinture si à la mode aujourd'hui dans l'art contemporain qui consiste à exhiber les dessous du corps humain, coupé en tranches et coulé dans la résine, ou dénudé comme un poulet déplumé (Rustin), ou coulant comme une lente dégobillade humaine dans un raffinement coloré (Bacon)? Peut-être, cela vaut réflexion (après tout Bellmer et ses anatomies démantibulées marchaient sur ces traces-là lui aussi). Mais n'y aurait-il pas en ce moment aussi une certaine tendance inconsciente à faire évoluer le concept d'art brut vers un concept d'art-le-plus-créatif qui se rapproche de plus en plus du concept de l'art tout court? Ce genre de question se retrouvera-t-elle posée au gré des différentes interventions inscrites dans le programme du CIPH au premier trimestre de cette année? A voir donc. Suivez le programme. A noter que la première rencontre aura lieu le 10 mars prochain.

06/03/2011

"Pierre Albasser prend son envol"

    C'est à Falicon sur la Côte d'Azur que Pierre effectue cet envol promis par son épouse et impresario Geha (dans un courrier privé). A l'occasion de la XVIIe exposition d'art singulier organisée dans  cette bonne ville par Gérard Elléna et les édiles municipaux. J'ai à plusieurs reprises mentionné et reproduit sur ce blog les travaux de Pierre Albasser que je suis avec intérêt depuis qu'il a été exposé primitivement au musée de la Création Franche à Bègles (suite à une correspondance d'art postal entre Gérard Sendrey et Geha). Je renvoie à un de mes articles anciens pour Création Franche (n°17, 1999).Num17, 1999 Création franche, mon article.jpg

 

PA,-dessin-2007-(volatile,-.jpg

 

Pierre Albasser, sans titre, 2007, ph. Bruno Montpied

 

 

PA,-Nuit-calme,-2003,-ph-ma.jpg

 Pierre Albasser, Nuit calme, 2003, ph.BM

 

     Certains peuvent trouver à ses productions une parenté avec les oeuvres de Gaston Chaissac. Il y a du vrai là-dedans, mais il faudrait ajouter tout de suite après que Pierre a su en dépit de ce cousinage construire petit à petit une oeuvre originale avec une écriture qui n'appartient qu'à lui. Peut-être est-ce dû à sa malice secrète, cachée derrière une apparente réserve, comme il se cache pour dessiner derrière des contraintes qu'il se donne librement à lui-même. Ne dessiner que sur des supports venus des cartons d'emballage alimentaire, et en deux, n'employer comme outils de traçage que des vieux feutres usagés, des stylos à l'encre évaporée, des marqueurs caducs. C'est son cahier des charges, ne travailler qu'avec des instruments ou des supports n'ayant rien coûté. La création se doit de se déployer dans la plus grande des gratuités. Peut-être que cela débordera sur le contenu de son inspiration (c'est sûr, même).

 

PA,-dessins-du-moment-accro.jpg

Pierre Albasser, dessins accrochés à un moment donné dans sa cuisine, ph BM, 2008

 

     Des masques pullulent dans son oeuvre, mais aussi ils s'ordonnent dans des géométries contraignantes dont le dépassement par le dessinateur est tout ce qui l'excite apparemment. C'est à la faveur de ce combat avec la contrainte librement consentie (démarche oulipienne, ou pour être plus précis, oupeinpienne, sans qu'Albasser le sache probablement) que notre héros finit par susciter ses formes aux limites du pictogramme, du symbole, du signe abstrait.

 

Portrait-Pierre-Albasser-av.jpg 

Pierre Albasser avec deux de ses admirateurs, photo BM, mai 2008 

L'exposition se tient à la Galerie Blanche de Falicon (entrée libre, tous les jours de 15h à 19h) du 12 au 21 mars prochains. Les autres exposants sont C.Besser, G.Cambon, P.Chapelière, J.Lorand. A propos de ce dernier, toujours aussi pugnace sur le front des expositions, ajoutons qu'il fera également une exposition personnelle, intitulée "Oiseaux improbables", en parallèle (du 11 mars au 9 avril) à la Galerie Béatrice Soulié (21, rue Guénégaud, dans le 6e à Paris).

 

 

03/03/2011

Soyez les bienvenus chez Fatima

    Mystérieuses photos venues du Maroc, dans les Gorges du Dadès (et oui, on a manqué Dada de peu), voici quelques traces d'un environnement étrange, expédiées par notre correspondant Michel Boudin, chercheur au flair légendaire. Le goût des simulacres de ciment (ou de terre séchée?) appartient décidément à toutes les cultures.

Chez Fatima,Gorges du Dadès,photo Michel Boudin, 2011.jpg

      Peut-être sommes-nous en présence d'un bistrot, que l'on a agrémenté de quelques statues pour égayer un décor un peu trop dépouillé? De qui sont ces oeuvres, mon correspondant à son habitude n'a pas été bavard, me réduisant aux conjectures...?Chez Fatima, Gorges du Dadès, photo Michel Boudin, 2011.jpg On doit remarquer une signature difficile à déchiffrer précisément, au bas d'une peinture sur le mur de terre de chez Fatima: "Ahorb Abdellah, Kenitra". Sans doute le peintre du portrait présumé de Fatima, la tenancière de l'auberge? Les points d'interrogation voltigent en tous sens.

 

Chez Fatima, Gorges du Dadès,photo Michel Boudin, 2011.jpgChez Fatima,Gorges du Dadès, photo Michel Boudin, 2011.jpg

 

      Kenitra, c'est où? Entre Rabat et Fés, au nord du pays. Est-ce loin des Gorges du Dadès où notre excursionniste est allé dénicher cette galerie en plein air? Oui, c'est pas du tout le même coin. Gogol maps nous signale qu'il y a des Gorges du Dadès (rien à voir avec les grands du même nom) à la latitude de Marrakech, elle-même ville à la la latitude de la célèbre Essaouira, l'ancienne Mogador, la ville où comme les amateurs d'art brut marocain le savent a fleuri une "école" de créateurs autodidactes remarquables (comme Ali Maimoune, ce créateur qui fut, entre autres lieux, présenté  autrefois au musée de la Création franche à Bègles).

Ali Maimoune, oeuvre de la collection permanente du musée de la Création franche, Bègles, ph. Bruno Montpied.jpg

Ali Maimoune, oeuvre au musée de la Création franche

Erraad, coll.Durande-Letourneau, ph.Bruno Montpied

Erraad, peintre d'Essaouira, coll. Durande-Letourneau

    Y a-t-il un rapport avec ces voisinages? On serait évidemment tenté de le penser. Même si le style des sculptures et de la peinture n'a rien à voir avec la peinture d'Essaouira. Il y a peut-être seulement dans ces coins-là une même tradition d'audace à s'exprimer.

Chez Fatima, Gorges du Dadès, ph.Michel Boudin, 2011.jpg

Chez Fatima, Gorges du Dadès, ph.Michel boudin, 2011.jpg

(Les photos de chez Fatima sont dues à Michel Boudin, celles des peintres d'Essaouira à Bruno Montpied)