Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2010

Postérité des environnements (4): Virgili et son cri d'amour

    Virgili, ça vous rappelle quelqu'un? Un maçon italien actif dans son jardin et son garage du côté du Kremlin-Bicêtre près de Paris dans les années 1970-1980. Il avait hérissé son lopin de "totems" égrenant des têtes tirant la langue, des faces solaires cernées de rayons, des proclamations d'amour, des arabesques de fer forgé, des oiseaux en ciment blanc, des tables couvertes de mosaïques...Totems de Virgili en 1984, Le Kremlin-Bicêtre, photo Bruno Montpied avec un Instamatic.jpg Le visitant avec mon bon ami Régis en 1984, nous n'avions pas pu rester bien longtemps à baragouiner avec lui (j'ai souvenir qu'il parlait malaisément français?), car sa femme nous avait proprement jetés dehors en nous insultant, nous traitant de métèques, de bougnouls...Pendant que son mari, le pauvre Virgili à voix basse nous conjurait de ne pas prêter attention, ce qui était difficile à faire étant donné la voix d'orfraie de la virago qui ameutait tout le voisinage. A l'époque, j'avais entendu parler de lui dans un numéro spécial d'Actuel sur les banlieues de l'art. Et puis Madeleine Lommel au Château-Guérin de l'Aracine à Neuilly-sur-Marne était intarissable à son sujet, en extase quasiment...

Virgili,fragments d'assemblages, photo Bruno Montpied avec Instamatic, 1984.jpg

Virgili, assemblages de têtes et divers motifs ornementaux sur des piquets, 1984, photo Bruno Montpied (avec un Instamatic)

 

      L'Aracine lui avait consacré une plaquette, en 1984, une des rares qu'ils éditèrent du reste, ressemblant par sa livrée modeste un peu aux premières publications de la Compagnie de l'Art Brut avant que cette dernière ne parte migrer aux USA chez Alfonso Ossorio.

Couverture de la plaquette sur Virgili, éditions L'Aracine, 1984.jpgDernière page de la plaquette Virgili,L'Aracine, 1984.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Couverture et dernière page de la plaquette consacrée par l'Aracine à Virgili en 1984

 

      Dedans, il y avait, à la dernière page, ce panneau circulaire (Virgili adorait les cercles, les soleils, c'est même l'un d'entre eux qui devint longtemps le logo de l'Aracine) couvert d'une proclamation en hommage à l'amour (et à la jouissance). Je m'étais dit que la plupart des panneaux de Virgili avaient pu échouer dans les collections de l'Aracine. Je me trompais. Le panneau en question n'y était pas, il a fait un autre bout de chemin, de collectionneur en collectionneur. Le voici réapparu dans la réunion d'art populaire de l'antiquaire Michel Boudin.

 

Virgili, Panneau slogan d'amour, réunion et photo M.Boudin, 2010.jpg

Virgili, "Le cri de la vie...", réunion et photo Michel Boudin, 2010

      C'était donc l'occasion pour moi de le révéler ici en couleur, et de montrer l'étonnante et merveilleuse postérité des oeuvres éphémères des créateurs d'environnements bruts, certes extraites de leur contexte d'origine mais point encore absolument tuées, tant qu'existe un peu de passion à leur égard. Ces oeuvres se défendent toutes seules, en dépit de la disparition de leur auteur. Signe d'un message qui n'a pas été perdu.

 

Virgili-3,-portrrait,-insta.jpg

Virgili qui va calmer la mégère pendant que ses visiteurs s'éloignent à regret..., 1984, ph.BM (toujours à l'Instamatic)

 

03/08/2010

Visilisation, nolphabet?

Erreur d'affichage, métro parisien, mars 2008, ph. Bruno Montpied.jpg
Erreur d'affichage dans le métro en mars 2008 ; cela devait annoncer au départ une exposition sur les Phéniciens à l'Institut du Monde Arabe, à l'arrivée, il n'est plus question de civilisation, ni d'alphabet ; est-ce cela la novlangue?

26/07/2010

Fin du Tour de France

      Pour saluer la fin du Tour de France, ce petit panneau d'un de nos inspirés du bord des routes récemment découvert.

1erau-colventou,-juil-10.jpg
Panneau d'Alexis Le Breton, Morbihan, photo Bruno Montpied, 2010

11/04/2010

Graffiti de printemps

      Une biffure sur une plaque et le sens bascule plaisamment...

Graffito, rue des Bourgeois plus francs, ph Bruno Montpied, Paris IIIe ardt, 2010.jpg
Plaque rue des Francs-Bourgeois, photo Bruno Montpied, 2010.jpg
Photos Bruno Montpied, 2010

26/08/2009

Passage Dieu

    Petit ajout à la balade dans le XXe arrondissement que j'ai mise en ligne il y a quelques jours. En recherchant la rue des Vignoles, je suis tombé sur un passage Dieu dont je ne me souvenais plus. Sans doute parce que la rue Dieu, dans le Xe, prés du Canal Saint-Martin, l'avait éclipsé. Placer deux fois le nom de Dieu sur des voies parisiennes faisant décidément un peu too much (d'autant que Satan de son côté n'a droit qu'à une pauvre impasse, comme par hasard, probablement par souci de le limiter, dans le XXe aussi).

C.-Coupé.jpg
"C.Coupé, tapissier"... Passage Dieu, XXe ardt, photo Bruno Montpied, 2009

    Ce passage s'est révélé riche d'une inscription en nom prédestinant, comme on peut le voir ci-dessus. Et riche aussi, un peu plus loin, de la collision cocasse entre sa plaque de rue et un avis de chantier placé en contrebas...

Passage-Dieu.jpg
Passage Dieu, port du casque obligatoire... ph. BM, 2009

28/07/2009

Rue à nom prédestinant?

      Cela fait déjà quelque temps que je n'ai pas évoqué les noms prédestinants, appelés ailleurs aptonymes. Il est des cas où la question peut se poser aussi, parfois, à propos de la destination (conjecturale en l'occurrence) de certains noms de rue... On préfère faire ici bien sûr une mauvaise conjecture. Une amie, Arielle Gallet, pour ne pas la nommer, m'a signalé ainsi que la rue du XXe arrondissement de Paris (à Belleville) où vient d'ouvrir une piscine flambant neuve, la piscine Alfred Nakache, s'appelle, tenez-vous bien, la rue Dénoyez...

Piscine Alfred Nakache, rue Dénoyez, Belleville, Paris XXe.JPG
     On ose espèrer qu'il ne s'agit pas là d'un lapsus par anticipation surgi d'un inconscient d'urbaniste particulièrement retors...

23/01/2009

Y, le pays du choix impossible

    Y, le village où l'on reste hypnotisé devant un choix à jamais impossible. On est au carrefour pour toujours, incapable de déterminer la voie qu'il faudrait emprunter...

    Ou bien... Y, le village dont le nom-lettre ressemble à un décolleté, le village d'obsédés figés devant des naissances galbées au balcon des gorges, au musée secret des seins à peine dévoilés...

    Ou bien encore... Y, le village aux deux i fondus en un seul, dit grec, le village où l'on entend en passant des cris aigus au fond des chambres, des iiiiiiiiiii suraigus d'enfants hystériques hurlant pour des caprices sans fin....

Village-de-Y,-Somme,-26--av.jpg
Y, Somme, avril 2008, ph.Bruno Montpied

 

03/10/2008

Le monde s'écroule...

   Notre honorable correspondant, Joël Gayraud, nous a communiqué ce graffito tracé à la bombe aux USA visant la crise actuelle qui secoue le capitalisme. Il nous signale en outre un témoignage d'un ami qui a vu à New-York une banderole tendue en travers d'une rue faisant face à Wall Street où il y avait écrit: "Jump! Jump!" ("Saute! Saute!"), en allusion aux défenestrations de banquiers qui se produisirent durant la crise de 1929.

graffito sept 08, comm par Joël Gayraud.jpg
Traduction possible: "Si les banques s'effondrent, nous serons encore là l'un pour l'autre" ; relevé sur une palissade de chantier à Mission Street, San Francisco, USA

28/07/2008

Méfiez-vous des églises...

Le clocher de la Dalbade s'effondra..., oh B.Montpied, 2008, Toulouse.jpg
Eglise de la Dalbade, Toulouse, ph. B.Montpied, 2008

14/06/2008

Rance...

    J'aime assez naïvement regarder des matchs de football, je dois le confesser... Mais le retour du commentateur calamiteux Thierry Roland ces derniers temps pour commenter certains matchs du championnat d'Europe rend la chose difficile, d'autant qu'il est flanqué d'un consultant, ancien joueur de foot, dont le nom devrait davantage se rapprocher de Lebeauf que de Leboeuf, vu le niveau de ses plaisanteries. Ces deux branques polluent convenablement le petit écran qui n'a déjà pas besoin de cela. Ma joie a donc été grande lorsque j'ai aperçu l'affiche publicitaire que leur employeur la chaîne M6  a fait afficher dans les stations de métro ces jours-ci... Elle contient un message tout à la fois "subliminal" et évident, attendu qu'il s'étale au milieu de l'affiche. Voici l'affiche complète:

Affiche publicitaire dans le métro parisien, juin 2008.jpg

     Et voici le message caché au beau milieu de l'image (malice diabolique d'un photographe?):

Rance... photo Bruno Montpied, juin 2008.jpg

     Rance, n'est-ce pas le terme qui convient en effet pour remplacer le mot France, une fois le "F" froissé par la main poisseuse de Thierry Roland...?

05/04/2008

Accouplement inattendu, par Emmanuel Boussuge (MASSIF EXCENTRAL 14)

    La création des lignes de transports en commun est l’occasion d’accouplements inattendus. La station où je descends habituellement sur la toute neuve ligne de tramway de Clermont associe ainsi un constructeur de logements sociaux et un saint à composter (pourquoi se refuser une facilité de paiement ?). Si bien que mon arrêt est placé sous le patronage cocasse de Saint-Jacques Loucheur.

1422052562.jpg

     Celui-ci ne figurait pas encore, du moins je crois, dans le Dictionnaire des Saints imaginaires et facétieux de Jacques E. Merceron. Mais, peut-être, y a-t-il, ailleurs, un arrêt Saint Thomas de Biais, ou Saint Paul Boiteux, me demandai-je en faisant de l’œil aux lecteurs du Poignard Subtil ?

 

       Emmanuel Boussuge

Dictionnaire des saints facétieux, Jacques E.Merceron.jpg

02/03/2008

Amis des chevilles qui enflent, amis des grosses têtes, bonsoir

    Aperçue ces derniers jours dans le métro parisien, cette affiche publicitaire pour une entreprise qui fabrique des poêles... Le moins qu'on puisse dire, c'est que son PDG ne se sent plus, ni de son plumage ni de son ramage.

     "Détermination d'un homme", "éthique", "talent" de ses 280 employés (parce qu'il faut bien les citer tout de même un peu ces sous-fifres), autant de termes ronflants qui éclatent sous les yeux des voyageurs du souterrain. Je reste pour ma part éberlué devant l'allure du plus pur style m'as-tu-vu du PDG qui n'a pas craint de se représenter sur l'affiche, des "poêles plein la tête", et surtout des poils plein la tête, car l'homme a une sacrée allure, on dirait une sorte de vedette trash de la couture, mâtinée d'une vedette du rock'n roll aux goûts plutôt kitsch (magnifique veste aux revers fourrés dirait-on...), sorte de punk repenti.

Affiche publicitaire, métro parisien, mars 2008, photo Bruno Montpied.jpg

    Les chefs d'entreprise ont le vent en poupe. Ils ne craignent plus de réclamer à leur tour quinze minutes, voire plus, de gloire sous les sunlights. Jean-Pierre Dupire, qu'il s'appelle...

    Moi, j'avoue que je préfère du meilleur.

09/09/2007

Un doux penchant

     Je suis tombé en arrêt l'année dernière en compagnie de cicerones habitant le Poitou devant le panneau ci-dessous au contenu latent surréaliste (je crois employer ici le terme adéquatement,  autrement que dans son sens galvaudé par les journalistes).

Bruno Montpied.jpg
(Photo Bruno Montpied, 2006)

    Sans doute un parent de ces menuisiers mexicains adeptes du penché (et non pas seulement des planchers) dont parle Breton je ne sais plus où, ou bien de ce compagnon charron auteur de la roue ovale que l'on voit dans le film de Jacques Brunius, Violons d'Ingres, qui se trouve être la même -ce que les conservateurs du Musée d'Art Moderne au Centre Beaubourg à Paris, ainsi que les experts de Calmels-Cohen, n'ont toujours pas identifié- que celle que l'on découvre dans le morceau d'atelier d'André Breton exposé à Beaubourg, débité en tranches, une bonne part de sa magie envolée de se retrouver ainsi vitrifiée... Le film de Brunius permet en outre d'identifier de façon claire l'auteur de cette roue: Alphonse Benquet, aussi peintre naïf de grand talent, dont Breton, comme Eluard, possédait quelques tableaux (acquis sans doute à l'époque où ils séjournaient chez Lise Deharme, dans les années 30, dans les Landes).

8a07d630b54097c5fab3ed61437e385d.jpg
(La roue ovale d'Alphonse Benquet, extrait d'une photo de Gilles Ehrmann publiée dans 42, rue Fontaine, recueil de photos parues chez Adam Biro en 2003)

19/08/2007

De traverse... MASSIF EXCENTRAL (7)

     Au cimetière de Murat (Cantal), je traîne derrière E.Boussuge qui quadrille consciencieusement tout le pays à la recherche des traces d'art populaire dans les pierres ou ailleurs (je fais semblant de traîner derrière, j'épie autant que lui).

f756eafb6bb347108e9c6e7ddf6d66ed.jpg
(Photo B.Montpied, juillet 2007)

    Je tombe en arrêt devant cette tombe. La famille De Traverse... Et je me dis que si une alliance se fait avec une famille nommée Chemin, avec la mode de garder les deux noms pour les descendants, cela donnera la famille Chemin-De Traverse. Qui aura à son tour une tombe...

     Et certains alors riront en sifflant entre leurs lèvres: je vous l'avais bien dit qu'on enterrait les chemins de traverse...

04/08/2007

Ce n'est pas Jean le Sot...: MASSIF EXCENTRAL (4)

     En musardant dans la bonne ville de Clermont-Ferrand, où le tramway affiche quelquefois mon patronyme comme terminus, ce qui m'incline à le prendre pour voir ce que je trouverai au bout, l'autre jour, je tombe sur cette plaque de rue au nom plein de promesses. En voilà un, me dis-je, qui était bien placé. 

4a8496439f4ccf56d93750ae7abd7551.jpg
(Photo B.Montpied)