Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2013

Noms prédestinants, ça continue

     Pour commencer, voici une lettre intéressante de notre honorable correspondante Isabelle Molitor:

       "Cher Sciapode,

    Il y a des faits divers qui ont lieu dans des lieux aux noms quasi prédestinants, de vrais calembours par anticipation. A cause sans doute de l'aspect épouvantable de ces actes, les journalistes tournent autour sans oser l'indiquer, malgré toute leur envie, semble-t-il. 
     C'était le cas cet automne avec la tuerie de Chevaline (dans les Alpes). Partout on lisait : "La Tuerie de Chevaline". C'était l'expression consacrée. Et personne n'a jamais osé parler de boucherie, alors que, bien sûr, chacun y pensait.
    Et maintenant ce nouveau drame. Tué pour un ballon dans une fenêtre. L'article ci-dessous est agrémenté d'une carte. Et le ballon y est. On ne voit que lui.
      Isabelle Molitor"

     On songera également que l'individu rendu furieux par ce ballon sous le Ballon¹ finira au ballon.ballon de guebwiler,isabelle molitor,noms prédestinants,aptonymes,lieux prédestinants

     Et signalons au passage qu'un autre de mes correspondants, Jean Branciard, dans une note du 29 février 2012, avait déjà mis en évidence une possible influence de la toponymie sur les destinées des individus qui y résident.

+
   
    Pour rester dans les boucheries hippophagiques, signalons cette boutique et son enseigne vues à Romans dans la Drôme en juillet 2011 qu'il faut examiner de près afin d'y apercevoir l'imperceptible patronyme qui me fit tiquer.

Boucherie-Breyton-Romans.jpg

A priori, cette boucherie Breyton n'a rien à voir avec l'aptonymie... Mais si on y regarde de plus près, que voit-on?...

Chevalier-et-boucherie-chev.jpg

... Un chevalier amateur de viande de cheval! Quelle décadence dans la chevalerie moderne... Ph. Bruno Montpied, 2011

+

       Dépêche AFP du samedi 2 oct 2010, dans le cadre d’une affaire de harcèlement par internet d’un étudiant homosexuel qui aboutit au suicide de ce dernier, ce témoignage d’un voisin au nom insolite étant donné le contexte (le hasard ne s’encombre pas avec la morale): 

« Ce qui s'est passé est impardonnable. Chacun a droit à ce que sa vie privée soit respectée", estimait un étudiant de deuxième année, Luke Fess ».

+

        Régis Gayraud m'a également signalé en avril 2010 : « Jean Le Bitoux, fondateur du journal homo Gai-Pied, qui est mort récemment… »

 +

    Hervé Brulé, à la direction Eau et Biodiversité du ministère de l’Ecologie, s’occupe de la question des restrictions d’eau… (Yahoo info,  août 2010). L’eau, ça compte, quand on s’appelle Brulé (même sans accent circonflexe sur le u).

+

      Le footballeur Sydney Govou, de l’équipe de Lyon, avait à un moment un avocat nommé Thierry Braillard… (avr. 10)

+

        Philippe Lalane de son côté me transmet un bouquet d'aptonymes qu'il a relevés récemment, mais il me les transmet seulement oralement ce qui fait que j'ai pas forcément l'orthographe exacte des cas suivants: Mme Blé, gestionnaire de collège dans l'Eure ; Benjamin Millepied, chorégraphe (là, on peut se demander s'il ne s'agit pas d'un pseudonyme fabriqué de toutes pièces en rapport avec la discipline de cet artiste) ; M. Mangenote, accordeur de pianos...

+

        Et pour finir deux images...

 

ballon de guebwiler,isabelle molitor,noms prédestinants,aptonymes,lieux prédestinants

Ph. Jean-Pierre Willems (j'en profite pour le remercier hautement de m'avoir transmis cette très belle plaque)

ballon de guebwiler,isabelle molitor,noms prédestinants,aptonymes,lieux prédestinants

Ph. Darnish (Rouillé est une entreprise de carrosserie et de transports par poids lourds), 2013

____

¹Le Ballon d'Alsace est lui-même couvert d'un ballon qui est un radar pour le trafic aérien je crois...



12/06/2013

Où nos collaborateurs trouvent-ils leurs idées?

RTT,-Le-Caylar,-juil-12.jpg

Le Caylar (Hérault... – ou anti-Hérault ?), juillet 2012, ph. Bruno Montpied

12/04/2013

Des inscriptions cocasses comme s'il en pleuvait

    Première inscription qui me fait toujours sourire en coin chaque fois que j'y passe, très souvent accompagné d'une cohorte de moutards à qui je la montre narquois, en les prévenant des conséquences parfois désastreuses que peut générer le simple oubli d'un petit signe orthographique, la liste de spécialités techniques égrenées sur l'affiche ci-dessous contient une désopilante erreur. Cherchez, il n'y en a pas pour longtemps.

Ma connerie, Paris 10e ardt, juin 12.jpg

Des conséquences des capitales sans accent ou cédille... Rue Marie-et-Louise, Paris, Xe ardt, ph. Bruno Montpied (ainsi que toutes les autres photos de cette note sauf mention contraire)

    Rien de tel pour commencer ce florilège que cette "connerie"-là, n'est-ce pas? Ces coquilles ont ceci de positif qu'elles mettent l'esprit sur les rails d'interprétations facilement délirantes comme dans le cas de cette dernière, apposée sur un dais d'épicerie orientale à Châteaudun:

Fautes, salon oriontale Châteaudun, nov 11.JPG On imagine que dans l'arrière-boutique on embarque facilement au fond de fauteuils profonds, le narguilé à la bouche, en direction de quelque constellation abritant des nébuleuses aux perspectives fabuleuses...

     On se fait ainsi aisément du cinéma à petit prix, se restaurant ailleurs de sandwichs croquants dont les tranches de pain enserrent des sociétés cinématographiques entières, nous libérant sur le palais toute une série d'images animées sans doute (photo prise dans le Xe ardt)...

Pathé campagne, rue du fbg du temple déc 11.jpg

Ces erreurs sont délicieuses décidément, elles ne sont pas aussi fréquentes que leur rassemblement ici présent pourrait le laisser croire. Mais quand on les perçoit, quel ravissement elles instillent dans nos neurones fatigués. Comme le télescopage ci-dessous, déjà anciennement relevé (dans le Morbihan près de Quiberon en 2001), qui aurait pu honorablement faire partie de la petite série que j'ai déjà publiée  sur cette colonne blogueuse.Construction d'un giratoire au Purgatoire, Morbihan, ph.B.Montpied.jpg

     Tourner en rond au purgatoire en attendant qu'on se décide à vous rôtir ou tout au contraire à vous enfoncer dans des océans de délices, cela paraît logique. L'injonction "Prudence" prend ici un sens quelque peu maléfique et surnaturel...

      C'est peut-être qu'on est parfois déjà au paradis lorsqu'on vous annonce le genre de promesse suivante, baignant littéralement dans l'absolu.

P-1010929-Paris-(6-novembre.jpg

Rue de Jessaint, Paris XVIIIe ardt, ph. Emmanuel Boussuge, 2012

    Quels sont donc ces "produits autres de toute nature", on s'interroge perplexe infiniment. Nos amis orientaux sont d'ailleurs de véritables mines pour les chercheurs d'énigmes et les quêteurs d'illuminations. Pourquoi vendent-ils uniquement dans ce faubourg du Temple des portables qui débloquent, si ce n'est par esprit de dérision, par goût du néant, par haine de la technologie aliénante?

 

Téléphones qui débloquent, rue St-Maur.jpg

Téléphone qui débloque, rue St-Maur.jpg

On suppose que là aussi, oubliant d'apposer l'accent sur le dernier "e", on a créé involontairement une information légèrement paradoxale et hilarante, rue Saint-Maur, Paris Xe ardt, 2012

 

     Nos amis orientaux ne se rendent pas compte... Ou alors on dirait vraiment qu'ils le font exprès, torpillant eux-mêmes leurs commerces par une communication masochiste qui peut nettement les desservir (parfois tout au contraire, comme dans le cas des restaurateurs chinois avec leurs fameux "riz gluants", à la connotation scabreuse par un certain côté, on profite de ces sous-entendus involontaires pour vendre davantage de produits, mais le sait-on bien?). Dans le cas des Orientaux, on se reportera avec jubilation (c'est vraiment celui que je préfère) au témoignage du salon de thé ci-dessous qui ne donne pas vraiment envie d'aller y goûter ses loukoums...

 

Salon de thé Boumerdes.jpg

Paris, quelque part dans le Xe ardt, 2012

 

     Mais allons, allons, il n'y a pas qu'eux, le Français classique ne contrôle pas lui non plus tout à fait tous les sous-entendus qu'impliquent certaines de ses publicités.

 

Spécialiste de la cloche de bois, ph RG Clermont.jpg

Un spécialiste du déménagement à la cloche de bois? Clermont-Ferrand, ph. Régis Gayraud, 2013

 

    Et il n'est pas jusqu'à certaines autres enseignes qui ne m'adressent quelqu'amical salut que je serais bien bête de ne pas honorer ici...

Mon pied ce héros, ph Darnish, 2013.jpg

Relevé à Rennes, ph. Darnish, 2013

 

18/02/2013

Martine dans tous ses états

Heureusement il y a Findus.jpg

D'une certaine mode actuelle du détournement...

(Voir http://www.nintendo-town.fr/martine/create.php)

08/12/2012

Graffiti cousus sur grille, du nouveau dans les inscriptions urbaines

    Dans mon périmètre d'arpentage perpétuel (j'ai souvent comme ça de ces moments à tuer) situé peu ou prou dans les Xe et XIe arrondissements, je suis tombé il y a quelques temps sur une drôle d'inscription à signification socio-politique quoique... Elle était brodée, si je puis dire, par-dessus les mailles du grillage d'une barrière de chantier. Et elle n'était vraiment pas facile à lire, vu qu'elle épousait étroitement les tiges métalliques. On pouvait passer devant sans la voir.

      Mais qui avait pu passer autant de temps à tisser d'une telle façon ce texte sur un support des plus exposés à toutes les vicissitudes?

      Le texte protestait contre le fait suivant (je n'ai pas vérifié si la statistique est bien fondée): "75% des pauvres = [le symbole de la gent féminine]", 75% des pauvres sont des femmes... C'était une protestation féministe apparemment, dans une technique traditionnellement impartie aux femmes. Exemple unique à ma connaissance dans l'art du graffito (au terme peu idoine en l'occurrence) et de l'inscription politique, en tout cas...

Inscription tissée sur grille de chantier, ave Parmentier, oct 12.jpg

Inscription tissée avenue Parmentier Xe ardt, octobre 2012, ph. Bruno Montpied

Inscription tissée détail du texte.jpg

Plus grande...

Inscription tissée détail.jpg

Encore plus rapprochée

13/10/2012

Qu'est-ce qu'un "ballon interdit"?

Jeux de ballon interdit, Paris XIe, oct 12.jpg

Panneau dans le Xe (non, le XIe) ardt à Paris

     Il faut faire attention aux bifurcations de sens induites par un pluriel oublié, comme dans le panneau ci-dessus. Qu'est-ce que ces jeux menés avec un ballon interdit, me suis-je dit tout à coup? A quoi ressemble ce dernier? Pourquoi l'a-t-on interdit? A moins que ce ne soit un ballon perplexe qui reste interdit, interrogatif, devant certaines situations imprévues. Ce qui voulait au départ signifier l'interdiction de jouer au ballon dans la rue (le fait qu'il y ait une mosquée avec beaucoup de fidèles sur les trottoirs à 30 mètres n'y est peut-être pas étranger?) se renverse en un sens opposé. Ici, semble proclamer le panneau du fait de la faute de pluriel, on joue avec un ballon interdit. Un ballon en forme de pénis pour les filles, ou de mamelle pour les garçons? En forme de chipolata? Un ballon rempli de sauce tomate? Une piñata? Un ballon aux inscriptions subversives ou scabreuses? Un ballon en forme de coussin péteur? Etc., etc.... Allons, vivent les fautes de français...

20/09/2012

Télescopages délicieux

    Il y a des cadavres exquis mais aussi des télescopages délectables. J'ai déjà eu l'occasion d'en présenter deux, l'un où il était question d'un Passage Dieu avec port du casque obligatoire, et l'autre d'une "bonne nouvelle" du genre plutôt cruel. En voici quatre autres exemples glanés ces dernières années (cela n'est pas si fréquent, hélas, cela ferait plus de motifs de rigolade, mais l'on s'en contentera faute de mieux).

 

Inscription armoire électrique EDF Evreux, fév 08.JPG

Sur une armoire électrique dans la rue à Evreux en 2008, ph. Bruno Montpied ; le théâtre se trouve là investi d'une mission nettement plus intense

Hauterives,-magie-des-assoc.jpg

Magie des associations... Le palais idéal du facteur Ferdinand Cheval, beau repaire de toutes les marges appelées à devenir des centres? Ph BM, 2011

Gde-boucherie-des-patriarch.jpg

Rue Mouffetard, Paris Ve ardt, vers 2009, ph. BM ; Ce qui arrive aux vieux sages qui fatiguent leurs auditoires

Elysée et guignol.jpg

Panneau près du rond-point des Champs-Elysées, magie des rencontres significatives, date indéterminée (récente bien entendu) ; communiquée par Robert Douard et Michel Valière


04/06/2012

Télescopage

 

    Un nouveau mot-clé s'installe à partir d'aujourd'hui, suite à cette image assez cruelle fournie par Monch. Télescopage... Après le caviardage récemment mentionné, voici une nouvelle quête à mener.

Bonne nouvelle... ph Monch, 2012.JPG

A la station Bonne Nouvelle, métro parisien, photo Monch, 2012

19/05/2012

Du caviardage en grand

   Je crois que le camarade Régis Gayraud, qui nous a fait savoir naguère dans un de ses commentaires qu'il se souvenait avec délice des caviardages aperçus dans le métro pendant sa jeunesse, les "mutilés de cu", etc, obtenus par grattage sur les inscriptions collées sur les vitres par la RATP, eh bien ce camarade devrait être aux anges devant le caviardage ci-dessous, exécuté en grand. Les auteurs se sont offerts une affiche entière à qui, en la déchirant, ils ont fait dire quelque joyeuse trivialité qui a fait tout mon bonheur quand je suis passé devant. Les badauds comme d'habitude ne voyaient rien. J'insiste donc ici...

Caviardage sur affiche pub métro, mai 12.jpg

"Cul... Laissez-vous tenter...", Paris 19e ardt, mai 2012, ph. Bruno Montpied

27/03/2012

La confusion des mots

    No comment sur cette photo transmise par Michel Valière, via un de ses amis qui paraît l'avoir prise en 2010. Erreur d'orthographe ou malice volontaire de cheminot?

La raie, Gare de Massy, 01-09-2010 commValière.jpg

   Eh non! C'est une campagne de publicité pour Bescherelle, comme nous le révèle notre commentateur Cédric ci-dessous, visant à mettre en évidence les erreurs de sens produites par des confusions orthographiques, en l'occurrence de nature homophonique. Plutôt fûtée comme campagne, je trouve. Et bravo à Cédric pour sa sagacité.

18/01/2012

Faute de grive, on mange du pou

     On va encore dire qu'on est des pouilleux à Ménilmuche, mais c'est tout à fait faux. Là-bas, on n'en trouve plus, car on a trouvé le moyen de les accommoder, les poux (mais pas les joujoux, hiboux, choux, cailloux), en filet ou en cuisse par extraordinaire, témoin l'énigmatique enseigne de rôtisseur ci-dessous, vue ces jours derniers au sortir du métro (qui me permet de commencer une nouvelle catégorie "enseignes fautives mais suggestives")...

 

Cuisse et filet de pou, ménilmontant, jan 12.jpg

Ménilmontant, janvier 2010, "cuisse, filet, aile de pou" (saviez-vous que les poux avaient des ailes comme les anges?)... et pou-vez-vous me dire ce que fait là cette araignée sous verre? Photo Bruno Montpied

22/11/2011

Jeu de familles au Père-Lachaise

     Il faut de temps à autre aller visiter le blog du Tampographe Sardon, toujours acide et réjouissant. Il dit habiter rue du Repos, et c'est le long du Père-Lachaise. Des photos de caveaux de famille aux noms choisis, qu'il a mises en ligne au mois d'août, m'ont bien fait rigoler, comme celle ci-dessous (trop belle pour être vraie?):

 

ankulé, tombe ph Sardon, père Lachaise, août 11.jpg

Photo Sardon

     N'hésitez donc pas à aller chez lui, et à passer aussi dans les bonnes librairies qui vendent son livre récemment édité de "bons points" à distribuer à tous vos amis ou ennemis.

 

Sardon, doigt d'honneurbonpoint007.jpg

Extrait des "bons points" du Tampographe Sardon


16/05/2011

P.Touche, un prénom et un nom prédestinants?

P.-Touche.jpg

Vu à Paris, ph.BM, 2011

        Honni soit qui mal y pense... Car il peut paraître, dans le cadre de notre enquête intermittente sur les noms (et les prénoms) prédestinants, que si le prénom de ce médecin est Patrick, et qu'il a fait place par la suite au diminutif Pat', cela aura pu influencer son parcours professionnel en direction d'une défense des enfants.  

10/04/2011

Les beaux dimanches, un nouveau blog, par Laurent Jacquy

     Ah, que je suis content ce matin d'avoir enfin trouvé le temps d'aller me promener sur le blog récemment créé (en février 2011) de Laurent Jacquy dont j'ai déjà parlé ici et . "Les beaux dimanches", que cela s'appelle. "Une chose en amenant une autre" est le sous-titre et le programme du blog fonctionnant par association d'idées, très bon concept adapté à la forme des blogs qui incite à être primesautier, à sauter du coq à l'âne perpétuellement, entraînant leurs lecteurs dans un vagabondage infusant progressivement dans une atmosphère d'onirisme éveillé.

 

laurent jacquy,les beaux dimanches,travailler tue

Carte postale réalisée par Laurent Jacquy d'après photos de Gilles Ehrmann (pour Picassiette à sa fenêtre) et ancienne carte postale du facteur Cheval, titre de la carte: "En gîte à Chartres", 2011

 

      Laurent Jacquy paraît être un chineur invétéré (d'où peut-être les beaux dimanches de découverte?), et le créateur de cartes postales par photomontage concentrées sur les aventures imaginaires du facteur Cheval, voir la dernière ci-dessus. Il est collectionneur aussi de divers objets, sculptures et peintures naïves, ou naïvistes décalées (je pense notamment aux sculptures représentant des personnages célèbres de son copain Yann Paris, dont un portrait pris au musée de la Création Franche figure sur le blog), photographe de sites d'art brut (j'ai découvert ainsi un nouvel environnement situé dans le village poétiquement nommé "l'Etoile" dans la Somme, sommet de poésie naïve) dont celui de Bohdan Litnianski qu'il contribua à faire connaître avec le livre Le jardin des merveilles de Bodan Litnianski aux éditions Vivement dimanche en 2004.

 

laurent jacquy,les beaux dimanches,travailler tue

Photo Laurent Jacquy

 

     Sur son blog, riche de trouvailles en tous genres (musicales, publicitaires, petites publications curieuses retrouvées comme une collection du Cahier de Marottes et Violons d'Ingres dont j'avais entendu autrefois parler par le docteur Ferdière qui y avait collaboré par un article sur des objets de la poésie naturelle, bois flottés, etc.), je me suis longuement arrêté en particulier sur son album de photos consacrées à de vieilles affiches publicitaires naïvement dessinées cherchant à prévenir les travailleurs de l'industrie des divers types d'accidents du travail possibles. L'ensemble, mis bout à bout, compose un panorama qui ne donne pas très envie d'aller travailler. Laurent Jacquy a du reste intitulé avec sagacité la note qui introduit ce dossier: "Travailler tue"...

 

laurent jacquy,les beaux dimanches,travailler tue

Affiche publiée sur le blog Les beaux dimanches

 

    Dès maintenant, j'ai la joie d'ajouter ce blog cousin du Poignard à la liste déjà longue des blogs dont je ne saurai trop encourager mes fidèles (ou moins fidèles) lecteurs à faire la visite.  

06/01/2011

50 mètres...

Vu sur le blog Discoglosse, cette inscription prometteuse:

Caisse Ernest Lamort, discoglosse, jan 11.JPG

 Photo Discoglosse, janvier 2011

01/11/2010

Palme de la blague Carambar la plus nulle

Blague Carambar.jpg

 

Blague Carambar réponse.jpg

22/10/2010

Postérité des environnements (4): Virgili et son cri d'amour

    Virgili, ça vous rappelle quelqu'un? Un maçon italien actif dans son jardin et son garage du côté du Kremlin-Bicêtre près de Paris dans les années 1970-1980. Il avait hérissé son lopin de "totems" égrenant des têtes tirant la langue, des faces solaires cernées de rayons, des proclamations d'amour, des arabesques de fer forgé, des oiseaux en ciment blanc, des tables couvertes de mosaïques...Totems de Virgili en 1984, Le Kremlin-Bicêtre, photo Bruno Montpied avec un Instamatic.jpg Le visitant avec mon bon ami Régis en 1984, nous n'avions pas pu rester bien longtemps à baragouiner avec lui (j'ai souvenir qu'il parlait malaisément français?), car sa femme nous avait proprement jetés dehors en nous insultant, nous traitant de métèques, de bougnouls...Pendant que son mari, le pauvre Virgili à voix basse nous conjurait de ne pas prêter attention, ce qui était difficile à faire étant donné la voix d'orfraie de la virago qui ameutait tout le voisinage. A l'époque, j'avais entendu parler de lui dans un numéro spécial d'Actuel sur les banlieues de l'art. Et puis Madeleine Lommel au Château-Guérin de l'Aracine à Neuilly-sur-Marne était intarissable à son sujet, en extase quasiment...

Virgili,fragments d'assemblages, photo Bruno Montpied avec Instamatic, 1984.jpg

Virgili, assemblages de têtes et divers motifs ornementaux sur des piquets, 1984, photo Bruno Montpied (avec un Instamatic)

 

      L'Aracine lui avait consacré une plaquette, en 1984, une des rares qu'ils éditèrent du reste, ressemblant par sa livrée modeste un peu aux premières publications de la Compagnie de l'Art Brut avant que cette dernière ne parte migrer aux USA chez Alfonso Ossorio.

Couverture de la plaquette sur Virgili, éditions L'Aracine, 1984.jpgDernière page de la plaquette Virgili,L'Aracine, 1984.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Couverture et dernière page de la plaquette consacrée par l'Aracine à Virgili en 1984

 

      Dedans, il y avait, à la dernière page, ce panneau circulaire (Virgili adorait les cercles, les soleils, c'est même l'un d'entre eux qui devint longtemps le logo de l'Aracine) couvert d'une proclamation en hommage à l'amour (et à la jouissance). Je m'étais dit que la plupart des panneaux de Virgili avaient pu échouer dans les collections de l'Aracine. Je me trompais. Le panneau en question n'y était pas, il a fait un autre bout de chemin, de collectionneur en collectionneur. Le voici réapparu dans la réunion d'art populaire de l'antiquaire Michel Boudin.

 

Virgili, Panneau slogan d'amour, réunion et photo M.Boudin, 2010.jpg

Virgili, "Le cri de la vie...", réunion et photo Michel Boudin, 2010

      C'était donc l'occasion pour moi de le révéler ici en couleur, et de montrer l'étonnante et merveilleuse postérité des oeuvres éphémères des créateurs d'environnements bruts, certes extraites de leur contexte d'origine mais point encore absolument tuées, tant qu'existe un peu de passion à leur égard. Ces oeuvres se défendent toutes seules, en dépit de la disparition de leur auteur. Signe d'un message qui n'a pas été perdu.

 

Virgili-3,-portrrait,-insta.jpg

Virgili qui va calmer la mégère pendant que ses visiteurs s'éloignent à regret..., 1984, ph.BM (toujours à l'Instamatic)

 

03/08/2010

Visilisation, nolphabet?

Erreur d'affichage, métro parisien, mars 2008, ph. Bruno Montpied.jpg
Erreur d'affichage dans le métro en mars 2008 ; cela devait annoncer au départ une exposition sur les Phéniciens à l'Institut du Monde Arabe, à l'arrivée, il n'est plus question de civilisation, ni d'alphabet ; est-ce cela la novlangue?

26/07/2010

Fin du Tour de France

      Pour saluer la fin du Tour de France, ce petit panneau d'un de nos inspirés du bord des routes récemment découvert.

1erau-colventou,-juil-10.jpg
Panneau d'Alexis Le Breton, Morbihan, photo Bruno Montpied, 2010

11/04/2010

Graffiti de printemps

      Une biffure sur une plaque et le sens bascule plaisamment...

Graffito, rue des Bourgeois plus francs, ph Bruno Montpied, Paris IIIe ardt, 2010.jpg
Plaque rue des Francs-Bourgeois, photo Bruno Montpied, 2010.jpg
Photos Bruno Montpied, 2010

26/08/2009

Passage Dieu

    Petit ajout à la balade dans le XXe arrondissement que j'ai mise en ligne il y a quelques jours. En recherchant la rue des Vignoles, je suis tombé sur un passage Dieu dont je ne me souvenais plus. Sans doute parce que la rue Dieu, dans le Xe, prés du Canal Saint-Martin, l'avait éclipsé. Placer deux fois le nom de Dieu sur des voies parisiennes faisant décidément un peu too much (d'autant que Satan de son côté n'a droit qu'à une pauvre impasse, comme par hasard, probablement par souci de le limiter, dans le XXe aussi).

C.-Coupé.jpg
"C.Coupé, tapissier"... Passage Dieu, XXe ardt, photo Bruno Montpied, 2009

    Ce passage s'est révélé riche d'une inscription en nom prédestinant, comme on peut le voir ci-dessus. Et riche aussi, un peu plus loin, de la collision cocasse entre sa plaque de rue et un avis de chantier placé en contrebas...

Passage-Dieu.jpg
Passage Dieu, port du casque obligatoire... ph. BM, 2009

28/07/2009

Rue à nom prédestinant?

      Cela fait déjà quelque temps que je n'ai pas évoqué les noms prédestinants, appelés ailleurs aptonymes. Il est des cas où la question peut se poser aussi, parfois, à propos de la destination (conjecturale en l'occurrence) de certains noms de rue... On préfère faire ici bien sûr une mauvaise conjecture. Une amie, Arielle Gallet, pour ne pas la nommer, m'a signalé ainsi que la rue du XXe arrondissement de Paris (à Belleville) où vient d'ouvrir une piscine flambant neuve, la piscine Alfred Nakache, s'appelle, tenez-vous bien, la rue Dénoyez...

Piscine Alfred Nakache, rue Dénoyez, Belleville, Paris XXe.JPG
     On ose espèrer qu'il ne s'agit pas là d'un lapsus par anticipation surgi d'un inconscient d'urbaniste particulièrement retors...

23/01/2009

Y, le pays du choix impossible

    Y, le village où l'on reste hypnotisé devant un choix à jamais impossible. On est au carrefour pour toujours, incapable de déterminer la voie qu'il faudrait emprunter...

    Ou bien... Y, le village dont le nom-lettre ressemble à un décolleté, le village d'obsédés figés devant des naissances galbées au balcon des gorges, au musée secret des seins à peine dévoilés...

    Ou bien encore... Y, le village aux deux i fondus en un seul, dit grec, le village où l'on entend en passant des cris aigus au fond des chambres, des iiiiiiiiiii suraigus d'enfants hystériques hurlant pour des caprices sans fin....

Village-de-Y,-Somme,-26--av.jpg
Y, Somme, avril 2008, ph.Bruno Montpied

 

03/10/2008

Le monde s'écroule...

   Notre honorable correspondant, Joël Gayraud, nous a communiqué ce graffito tracé à la bombe aux USA visant la crise actuelle qui secoue le capitalisme. Il nous signale en outre un témoignage d'un ami qui a vu à New-York une banderole tendue en travers d'une rue faisant face à Wall Street où il y avait écrit: "Jump! Jump!" ("Saute! Saute!"), en allusion aux défenestrations de banquiers qui se produisirent durant la crise de 1929.

graffito sept 08, comm par Joël Gayraud.jpg
Traduction possible: "Si les banques s'effondrent, nous serons encore là l'un pour l'autre" ; relevé sur une palissade de chantier à Mission Street, San Francisco, USA

28/07/2008

Méfiez-vous des églises...

Le clocher de la Dalbade s'effondra..., oh B.Montpied, 2008, Toulouse.jpg
Eglise de la Dalbade, Toulouse, ph. B.Montpied, 2008

14/06/2008

Rance...

    J'aime assez naïvement regarder des matchs de football, je dois le confesser... Mais le retour du commentateur calamiteux Thierry Roland ces derniers temps pour commenter certains matchs du championnat d'Europe rend la chose difficile, d'autant qu'il est flanqué d'un consultant, ancien joueur de foot, dont le nom devrait davantage se rapprocher de Lebeauf que de Leboeuf, vu le niveau de ses plaisanteries. Ces deux branques polluent convenablement le petit écran qui n'a déjà pas besoin de cela. Ma joie a donc été grande lorsque j'ai aperçu l'affiche publicitaire que leur employeur la chaîne M6  a fait afficher dans les stations de métro ces jours-ci... Elle contient un message tout à la fois "subliminal" et évident, attendu qu'il s'étale au milieu de l'affiche. Voici l'affiche complète:

Affiche publicitaire dans le métro parisien, juin 2008.jpg

     Et voici le message caché au beau milieu de l'image (malice diabolique d'un photographe?):

Rance... photo Bruno Montpied, juin 2008.jpg

     Rance, n'est-ce pas le terme qui convient en effet pour remplacer le mot France, une fois le "F" froissé par la main poisseuse de Thierry Roland...?

05/04/2008

Accouplement inattendu, par Emmanuel Boussuge (MASSIF EXCENTRAL 14)

    La création des lignes de transports en commun est l’occasion d’accouplements inattendus. La station où je descends habituellement sur la toute neuve ligne de tramway de Clermont associe ainsi un constructeur de logements sociaux et un saint à composter (pourquoi se refuser une facilité de paiement ?). Si bien que mon arrêt est placé sous le patronage cocasse de Saint-Jacques Loucheur.

1422052562.jpg

     Celui-ci ne figurait pas encore, du moins je crois, dans le Dictionnaire des Saints imaginaires et facétieux de Jacques E. Merceron. Mais, peut-être, y a-t-il, ailleurs, un arrêt Saint Thomas de Biais, ou Saint Paul Boiteux, me demandai-je en faisant de l’œil aux lecteurs du Poignard Subtil ?

 

       Emmanuel Boussuge

Dictionnaire des saints facétieux, Jacques E.Merceron.jpg

02/03/2008

Amis des chevilles qui enflent, amis des grosses têtes, bonsoir

    Aperçue ces derniers jours dans le métro parisien, cette affiche publicitaire pour une entreprise qui fabrique des poêles... Le moins qu'on puisse dire, c'est que son PDG ne se sent plus, ni de son plumage ni de son ramage.

     "Détermination d'un homme", "éthique", "talent" de ses 280 employés (parce qu'il faut bien les citer tout de même un peu ces sous-fifres), autant de termes ronflants qui éclatent sous les yeux des voyageurs du souterrain. Je reste pour ma part éberlué devant l'allure du plus pur style m'as-tu-vu du PDG qui n'a pas craint de se représenter sur l'affiche, des "poêles plein la tête", et surtout des poils plein la tête, car l'homme a une sacrée allure, on dirait une sorte de vedette trash de la couture, mâtinée d'une vedette du rock'n roll aux goûts plutôt kitsch (magnifique veste aux revers fourrés dirait-on...), sorte de punk repenti.

Affiche publicitaire, métro parisien, mars 2008, photo Bruno Montpied.jpg

    Les chefs d'entreprise ont le vent en poupe. Ils ne craignent plus de réclamer à leur tour quinze minutes, voire plus, de gloire sous les sunlights. Jean-Pierre Dupire, qu'il s'appelle...

    Moi, j'avoue que je préfère du meilleur.

09/09/2007

Un doux penchant

     Je suis tombé en arrêt l'année dernière en compagnie de cicerones habitant le Poitou devant le panneau ci-dessous au contenu latent surréaliste (je crois employer ici le terme adéquatement,  autrement que dans son sens galvaudé par les journalistes).

Bruno Montpied.jpg
(Photo Bruno Montpied, 2006)

    Sans doute un parent de ces menuisiers mexicains adeptes du penché (et non pas seulement des planchers) dont parle Breton je ne sais plus où, ou bien de ce compagnon charron auteur de la roue ovale que l'on voit dans le film de Jacques Brunius, Violons d'Ingres, qui se trouve être la même -ce que les conservateurs du Musée d'Art Moderne au Centre Beaubourg à Paris, ainsi que les experts de Calmels-Cohen, n'ont toujours pas identifié- que celle que l'on découvre dans le morceau d'atelier d'André Breton exposé à Beaubourg, débité en tranches, une bonne part de sa magie envolée de se retrouver ainsi vitrifiée... Le film de Brunius permet en outre d'identifier de façon claire l'auteur de cette roue: Alphonse Benquet, aussi peintre naïf de grand talent, dont Breton, comme Eluard, possédait quelques tableaux (acquis sans doute à l'époque où ils séjournaient chez Lise Deharme, dans les années 30, dans les Landes).

8a07d630b54097c5fab3ed61437e385d.jpg
(La roue ovale d'Alphonse Benquet, extrait d'une photo de Gilles Ehrmann publiée dans 42, rue Fontaine, recueil de photos parues chez Adam Biro en 2003)

19/08/2007

De traverse... MASSIF EXCENTRAL (7)

     Au cimetière de Murat (Cantal), je traîne derrière E.Boussuge qui quadrille consciencieusement tout le pays à la recherche des traces d'art populaire dans les pierres ou ailleurs (je fais semblant de traîner derrière, j'épie autant que lui).

f756eafb6bb347108e9c6e7ddf6d66ed.jpg
(Photo B.Montpied, juillet 2007)

    Je tombe en arrêt devant cette tombe. La famille De Traverse... Et je me dis que si une alliance se fait avec une famille nommée Chemin, avec la mode de garder les deux noms pour les descendants, cela donnera la famille Chemin-De Traverse. Qui aura à son tour une tombe...

     Et certains alors riront en sifflant entre leurs lèvres: je vous l'avais bien dit qu'on enterrait les chemins de traverse...