Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2009

Il paraît que

     couv_534.jpg

     Un petit livre à la maquette sobre et originale, un peu énigmatique, tel s'est révélé à moi le recueil de Goria (qui est-ce?) intitulé Il paraît et vendu sur le stand des éditions Cent Pages au Salon du Livre (il a été édité la première fois en 2004). Cela contient des centaines  d'informations (440 exactement) plus ou moins invérifiées par l'auteur qui prétend dans la courte préface servant d'explication au début du livre qu'il les a collectées à la radio, tandis qu'il tirait des photos dans son laboratoire ("Du flux des propos, il arrive qu'une information se détache, forçant l'écoute"). Curieuse litanie d'Il paraît que... qui vient nous rappeler le flot d'informations qui nous envahit et tantôt dilate notre vision du monde et le cercle de notre mémoire, tantôt nous plonge dans le désordre et la confusion, où l'on ne sait plus faire la part entre le réel et l'imaginaire. Ces petits textes ressemblent à des départs de rumeurs aussi (exemples, les trois textes relatifs à Diogène, contradictoires, que contient le recueil). Et les rumeurs regardent la créativité populaire involontaire comme cela a déjà été remarqué par certains folkloristes (Nicole Belmont par exemple).

    Quelques exemples ci-dessous, choisis par moi je l'avoue pour leur curiosité et leur cocasserie avant tout:

Il paraît que les cailloux possèdent un pouvoir hypnotique qui leur permet de se déplacer: quand un caillou veut changer d'endroit, il attend que quelqu'un passe, il l'hypnotise, le passant le ramasse et l'emporte ailleurs.

Il paraît que les électrons en se déplaçant émettent un son qui, selon la nature du métal, change.

Il paraît qu'on fabrique encore des 2CV en Chine.

Il paraît que le bouillon cube a été lancé sur le marché la même année que le cubisme.

Il paraît que le requin coule s'il cesse de nager car il est plus lourd que l'eau.

Il paraît qu'en Grèce, le pédagogue était l'esclave chargé d'amener les enfants à l'école..

Il paraît que chez les Arwakos, le mort est enterré en position foetale avec une cordelette dans la bouche qui, maintenue à la surface, permettra à son âme de rejoindre les esprits.

Il paraît que Louis Aragon et Elsa Triolet allaient aux concerts de Johnny Halliday.

Il paraît que l'horizon est à quinze kilomètres.

Il paraît que lorsque la Joconde fut volée en 1911, Kafka, alors à Paris, alla voir l'emplacement vide au Louvre.

Il paraît que notre plus proche voisin qui était à 23,12 mètres est maintenant à 12, 80 mètres.

Il paraît qu'un moustique bat des ailes 133000 fois par minute.

Il paraît que Clemenceau a arraché le drap noir qui recouvrait le cercueil de Monet en disant: "De la couleur pour Monet".

Il paraît que dans certaines tribus d'Esquimaux, au Pôle nord, parfois les hommes se réunissent, choisissent l'un d'entre eux et tous ensemble le jettent en l'air le plus haut possible pour qu'il voie très loin et raconte.

Il paraît que les oreilles de monsieur Spock ont été vendues 1600 livres sterling chez Sotheby's.

Etc., etc....

(Merci à Jean-Raphaël Prieto pour avoir attiré mon attention sur ce livre)

16/02/2009

Oskar Panizza était un créateur de l'art brut

Oskar Panizza,Pour Amanda à la petite..., dessin, vers 1906.jpg
Oskar Panizza, Pour Amanda à la petite chemisette de cou, dessin (traduction avec l'aide de Pierre Gallissaires)

      Je ne suis pas un théoricien, ni un philosophe, ni ne suis porté vers les grandes idées. Je ne peux prétendre devenir un jour un quelconque historien d'art calé en esthétique. Mais j'ai des intuitions, un peu de flair. Ce dont on ne me créditera aucunement une fois fait mon temps. On viendra prendre dans le tas. Et pourtant, il y aurait des indications à retenir de la façon dont les choses découlent les unes des autres. C'est pourquoi je fais le maniaque, réclame sans cesse qu'on se rappelle que j'étais là le premier, que c'est moi qui ai planté le drapeau sur ces lunes-là qui étaient bien sauvages et vierges de tout passage humain...Quitte à en agacer souverainement certains qui aiment à jouer aux sages détachés de tout...

Oskar Panizza,Le concile d'amour, Jean-Jacques Pauvert éditeur, 1960.jpg

Oskar Panizza,Deux seins commandés..., dessin vers 1906.jpg
Oskar Panizza, Deux seins commandés par M.J.Forain sur plaque, la belle zibeline dessinée dans le style très raffiné du maître haut-allemand (traduction avec l'aide de P.G.)

    Ouh là, là, où est-ce que je suis en train d'aller, où veut-il en venir? Eh bien, bizarrement à Oskar Panizza sur qui je suis retombé il n'y a pas très longtemps, l'été dernier, en revoyant mon vieil ami Pierre Gallissaires qui finissait une traduction à son sujet (les éditions Agone se sont mises en tête de sortir les oeuvres complètes de Panizza, et de faire en conséquence compléter certaines anciennes traductions). Cet écrivain connu pour le Concile d'amour cher à André Breton, cette pièce de théâtre qui fit scandale à Munich en 1895 valant à son auteur un séjour en prison en raison de sa façon de camper Dieu le père, vieillard cacochyme, Jésus, Marie, le Diable, les anges et la famille des Borgia avec un pape violeur et débauché à leur tête, deux enfants incestueux, les fameux Lucrèce et César Borgia, le tout dans une bouffonnerie échevelée d'une audace invraisemblable, cet écrivain décida de lui-même, au début des années 1900, de se rendre dans un hôpital psychiatrique.

Oskar Panizza, Pour Gambetta... dessin, 1906.jpg
Oskar Panizza, pour Gambetta! Delcassé 1906

    Ce que l'on sait peu, c'est qu'il y continua d'écrire vers 1904-1905 des textes qui paraissent intéressants comme ce Dialogue entre un prêtre et un aliéné que m'a signalé Gallissaires. On sait qu'il rédigea en 1904 peu après son internement une autobiographie (disponible dans l'édition Pauvert du Concile d'Amour) où il paraît révéler qu'il souffrait de délire de persécution (c'est peut-être pour cela que je suis retombé sur lui!). Il va rester hospitalisé jusqu'à sa mort survenue en 1921. En Allemagne est paru en 1989 un ouvrage qui a montré que Panizza aimait aussi dessiner ("Oskar Panizza Pour Gambetta", éd.Belleville, Munich). Mais nous ignorons ce fait en France. Peut-être la notoriété grandissante de l'art brut, et conséquemment de tous les champs de l'histoire de l'art qu'elle entraîne derrière elle, notamment l'histoire de "l'art des fous", pourrait aider à faire mieux connaître cette partie de l'oeuvre et de la vie de ce grand blasphémateur.

Oskar Panizza, Pour Gambetta... dessin, vers 1906.jpg
Oskar Panizza, Pour Gambetta, c'est la toute dernière Amantha qui elle aussi est sortie de l'écoled'Oberlander, trop chouette! (traduction aidée par P.G.)

     En effet, des dessins de Panizza, à ce que me révéla Pierre Gallissaires cet été-là, sont conservés dans la collection Prinzhorn à Heidelberg. Oui, des dessins de Panizza, à côté des dessins d'August Natterer, si prisés par Max Ernst, ou des sculptures de Karl Brendel. Cela en fait un créateur de l'art brut du coup! On n'avait pas pensé à cela... Je ne l'avais pas remarqué, pourtant je possédais depuis longtemps un catalogue des années 80, en allemand, lié à une exposition de la collection Prinzhorn qui s'était promenée dans divers endroits en Allemagne. Une page mentionnait quelques dessins de Panizza, et je ne l'avais pas repérée...Dessins d'Oskar Panizza reproduits dans le catalogue de l'exposition allemande de la collection Prinzhorn de 1980-1981.jpg L'édition française des Expressions de la folie en 1984 ne le mentionne pas, sauf erreur de ma part. On en voit ici quelques-uns, histoire de se faire une idée. Nul doute que cette information devrait intéresser quelque chercheur... Non?

Die Prinzhorn Sammlung,catalogue d'exposition en allemagne 1980-1981.jpg
Catalogue de l'exposition sur la Collection Prinzhorn, Athenäum Verlag, 1980-1981