Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2011

L'échappée de la dernière chance

L'échappée-de-la-dernière-c.jpg

Bruno Montpied, L'échappée de la dernière chance, 24x18 cm, 2011

28/05/2011

Du côté des créatifs: Coco Fronsac et ses images cuisinées

       Grâce à l'ami Philippe Lalanovitch, j'ai été mis sur le rail qui mène au blog aux multiples et variés albums d'images créées par Coco Fronsac, artiste qui manipule les objets et les images, la plupart chinés dans les brocantes qu'elle paraît hanter. Voici la liste de ces albums dans lesquels il est fort instructif d'aller zig-zaguer: Vision négative, les ex-voto de Coco Fronsac, les photos spirites de Coco Fronsac, the Zelda's sexy-girls, La mort n'en saura rien, les reliquaires de Coco Fronsac, Vive la mariée, les Momies de C.F., les poupées de C.F., les chamanes de C.F., l'érotisme sous globes de C.F.,  une image dans une autre par C.F., le cabinet de curiosités de C.F., les collages de C.F.,  les petites filles modèles de C.F...

 

Qd est-ce qu'on mange.jpg

Coco Fronsac, Quand est-ce qu'on mange?, collage, "une image dans l'autre"

 

     Une des techniques préférées de l'auteur est le collage, par exemple du positif sur des négatifs, ou bien un fragment d'image posé sur une autre dans laquelle elle introduit un vacillement du sens, soutenu par un goût sans faille des accords de couleurs. Le "collage" peut s'exécuter aussi par le détour d'un gouachage plaqué sur des têtes de personnages qui posent sur des anciennes photos en noir et blanc dont l'artiste paraît avoir une collection illimitée.communion.jpg On est là à nouveau dans un goût de la modification moqueuse, et de la démystification, genre prisé de beaucoup d'artistes modernes (il y aurait d'ailleurs un beau projet d'exposition à monter sur ce thème, le "détournement et la modification dans l'art").

 

andre-breton.jpg

Coco Fronsac, "St-André Breton", ex-voto

facteur.jpg

Coco Fronsac, le facteur, ex-voto

 

     Mais le collage s'étend aussi à la troisième dimension par des "reliquaires de voyage", des hommages à diverses figures tutélaires (dont l'André Breton que je lui emprunte ici, ou un Facteur Cheval) qu'elle appelle "ex-voto" ; des globes érotiques, des fausses pièces d'art premier, etc. La peinture est aussi mise à contribution dans son "cabinet de curiosités" où des portraits voulus bizarres évoquent parfois un art forain super-déviant.

curiosites.jpg

Coco Fronsac, Curiosités

     On sent que toute l'imagerie ancienne pourrait par contamination progressive passer ainsi à la moulinette de Coco Fronsac...

Coco Fronsac expose à Paris prochainement, expo "Chahut" à la galerie UN LIVRE UNE IMAGE (consacrée à la photographie), 17, rue Alexandre Dumas, Paris XIe. Du 10 juin au 2 juillet, vernissage le 9 juin de 16h30 à 21h. TLJ sauf dimanche de 14h à 19h.

 

Coco Fronsac carton invitation chahut.jpg

  

18/05/2011

14e festival du film d'art singulier

      Voici le programme du prochain festival organisé par l'association Hors-Champ à Nice, consacré aux documentaires autour des arts populaires spontanés. Cela se répartit sur deux jours, durant une partie du week-end de l'Ascension.

VA_TE_FAIRE_VOIR_1.jpg

VA_TE_FAIRE_VOIR_depliant-2.jpg

VA_TE_FAIRE_VOIR_depliant-3.jpg

       Je regrette de ne pas pouvoir aller à Nice cette année encore, j'aurais bien vu surtout les films de Ferdi Roth, cinéaste allemand je crois (ou batave?), probablement des années 70, sur l'ancien mineur Charles Pecqueur (il n'y a pas beaucoup de documents "mouvants" sur ce dernier qui avait fait une fresque magnifique d'âpreté naïve et brute sur le mur de clôture de son jardin dans le Pas-de-Calais, voir le livre de Bernard Lassus, Jardins imaginaires), sur le jardin de faïence de l'ouvrier Da Costa Ferreira, sur le manège de Petit-Pierre le vacher (que je devine tourné sur le lieu d'origine comme l'avait fait Emmanuel Clot) ou encore sur les statues naïves du marin Frédéric Paranthoën, bien oublié celui-ci.

 

Frédéric Paranthoën, royan, 1988, photogramme extr des Jardins de l'Art Immédiat, films super 8 de B.Montpied.jpg

Frédéric Paranthoën, 1988, photogramme extrait des Jardins de l'art immédiat, films Super8 muets, Bruno Montpied

 

10/05/2011

Un masque de Claude Ballaré

    J'ai reçu ça de Claude Ballaré... Il a une bonne tête, non? Qu'il en soit ici chaudement remercié. J'aime beaucoup ce poilu d'un nouveau genre.

Claude Ballaré,sans titre, vers 2011, ph.Bruno Montpied.jpg

Claude Ballaré, sans titre, sans date

23/04/2011

Mère et fille

Ma-man...jpg

Caroline Dahyot, Maman..., sans date?, ph Bruno Montpied

     Voici maman, mais laquelle? Celle de l'auteur, ou celle de la fille de l'auteur, si bien que cette mère aux cheveux rouges et à la bouche également purpurine, que l'écarlate borde avec sa fille, d'un ourlet de sang serpentin comme une algue, pourrait être aussi bien l'auteur du dessin, Caroline D., les yeux remplis d'une lueur comme légèrement égarée? La petite fille apparemment sage sur les genoux de sa mère qui la protège, regarde le spectateur du fond du nid-bunker de son quant à soi fortifié par un mur de cheveux. Elle semble bien précoce pour une petite fille (décidément, où est donc la mère dans cette peinture? Ne serait-ce pas aussi la fille qui est chargée d'être la mère de la mère? Dans cette oeuvre, les rôles semblent pouvoir permuter à volonté). Ce sont des dames de cœur toutes deux à ce qu'il paraît. Mais que dit cette lueur dans les yeux découpés de la mère, empruntés à une autre image on dirait, et que murmure l'ardente observation dans le regard de la fille? 

Projection à Montmartre

Figure aperçue à Montmartre,sept10.jpg

Bruno Montpied, Figure interprétée sur photo numérique floue un soir à Montmartre, septembre 2010 

27/03/2011

Aux Lilas, le printemps Katuszewski

Sylvia Katuszewski, invitation au vernissage(2).jpg

    Dans un ancien hôtel particulier reconverti en centre culturel baptisé du nom d'un poète mondain que je ne porte pas particulièrement dans mon coeur -un Cocteau, des cocktails- aux Lilas, dominant la ville (place Charles de Gaule), est à voir, pour deux jours encore, jusqu'à mardi (j'ai été un peu trop bousculé pour l'annoncer plus tôt, désolé), une fort belle exposition de Sylvia Katuszewski, faite de céramiques et dessins.

Sylvia Katuschevsky Lilas3, mars 11.jpg

      Le dessin qui m' a tapé dans l'oeil, touchante parmi ses étoiles, c'est cette petite (?) fille, bouche ouverte par la surprise, le front tatoué de sa propre mise en abyme, surplombant des oiseaux passant gentiment en escadrille.

Sylvia Katuschevsky Lilas2, mars 11.jpg

06/03/2011

"Pierre Albasser prend son envol"

    C'est à Falicon sur la Côte d'Azur que Pierre effectue cet envol promis par son épouse et impresario Geha (dans un courrier privé). A l'occasion de la XVIIe exposition d'art singulier organisée dans  cette bonne ville par Gérard Elléna et les édiles municipaux. J'ai à plusieurs reprises mentionné et reproduit sur ce blog les travaux de Pierre Albasser que je suis avec intérêt depuis qu'il a été exposé primitivement au musée de la Création Franche à Bègles (suite à une correspondance d'art postal entre Gérard Sendrey et Geha). Je renvoie à un de mes articles anciens pour Création Franche (n°17, 1999).Num17, 1999 Création franche, mon article.jpg

 

PA,-dessin-2007-(volatile,-.jpg

 

Pierre Albasser, sans titre, 2007, ph. Bruno Montpied

 

 

PA,-Nuit-calme,-2003,-ph-ma.jpg

 Pierre Albasser, Nuit calme, 2003, ph.BM

 

     Certains peuvent trouver à ses productions une parenté avec les oeuvres de Gaston Chaissac. Il y a du vrai là-dedans, mais il faudrait ajouter tout de suite après que Pierre a su en dépit de ce cousinage construire petit à petit une oeuvre originale avec une écriture qui n'appartient qu'à lui. Peut-être est-ce dû à sa malice secrète, cachée derrière une apparente réserve, comme il se cache pour dessiner derrière des contraintes qu'il se donne librement à lui-même. Ne dessiner que sur des supports venus des cartons d'emballage alimentaire, et en deux, n'employer comme outils de traçage que des vieux feutres usagés, des stylos à l'encre évaporée, des marqueurs caducs. C'est son cahier des charges, ne travailler qu'avec des instruments ou des supports n'ayant rien coûté. La création se doit de se déployer dans la plus grande des gratuités. Peut-être que cela débordera sur le contenu de son inspiration (c'est sûr, même).

 

PA,-dessins-du-moment-accro.jpg

Pierre Albasser, dessins accrochés à un moment donné dans sa cuisine, ph BM, 2008

 

     Des masques pullulent dans son oeuvre, mais aussi ils s'ordonnent dans des géométries contraignantes dont le dépassement par le dessinateur est tout ce qui l'excite apparemment. C'est à la faveur de ce combat avec la contrainte librement consentie (démarche oulipienne, ou pour être plus précis, oupeinpienne, sans qu'Albasser le sache probablement) que notre héros finit par susciter ses formes aux limites du pictogramme, du symbole, du signe abstrait.

 

Portrait-Pierre-Albasser-av.jpg 

Pierre Albasser avec deux de ses admirateurs, photo BM, mai 2008 

L'exposition se tient à la Galerie Blanche de Falicon (entrée libre, tous les jours de 15h à 19h) du 12 au 21 mars prochains. Les autres exposants sont C.Besser, G.Cambon, P.Chapelière, J.Lorand. A propos de ce dernier, toujours aussi pugnace sur le front des expositions, ajoutons qu'il fera également une exposition personnelle, intitulée "Oiseaux improbables", en parallèle (du 11 mars au 9 avril) à la Galerie Béatrice Soulié (21, rue Guénégaud, dans le 6e à Paris).

 

 

06/02/2011

Franck Montardier, à la fois déroutant et familier

     Laurent Jacquy m'informe d'une exposition mystérieuse qui va bientôt s'achever à l'espace d'exposition le Safran à Amiens. Elle a ouvert le 7 janvier dernier et se termine le 11 février prochain. J'ai tardé à la répercuter sur ce blog. Mais tout n'est pas perdu, on la reverra du 14 mars au 15 avril 2011 à la galerie des Beaux-Arts d'Abbeville (18, rue des Capucins, tél: 03.22.24.41.15 ; le lieu dépend de l'école municipale des Beaux-Arts de la Communauté de Communes de l'Abbevillois).

Franck Montardier expo Safran 2011.jpg

    Mystérieuse? Oui, un peu, car j'ai l'impression que le peintre présenté, Franck Montardier, n'est guère connu, en dehors de la Picardie, et que les rares images visibles de son travail s'apparentent à des sortes d'esquisses jetées à la diable sur des supports de fortune, loin de toute volonté esthétisante, tant paraît pressante la nécessité de dire quelque chose avec des dessins, des traces colorées que l'on n'estime pas utile d'insérer dans une composition... Comme si l'on voulait en priorité fixer des empreintes brutes des sensations vécues.

Figures-visages,-acryl-toil.jpg

Franck Montardier, Figures, visages, acrylique sur toile

 

    Un dossier de presse était joint à l'information de l'expo, confirmant le peu de sacralisation du créateur vis-à-vis des matériaux de sa quête: "Planches trouvées, plaques d'aggloméré, cartons, toiles ou chiffons sont autant de supports possibles pour déployer une imagerie à la fois familière et déroutante". Ce dossier comporte d'autres remarques qui m'ont titillé. "Franck Montardier n'a aucune référence historique et ne s'inscrit dans aucune école ou filiation artistique. Il ne se reconnaît pas non plus comme artiste ni même peintre et n'a aucune ambition artistique". Il ne se reconnait pas comme artiste, il crée avant toute chose dans un état d'urgence. L'oeuvre, nous dit-on (je n'ai vu que quelques pauvres reproductions, ce qui ne m'embarrasse nullement pour annoncer d'avance le probable intérêt que l'on doit pouvoir éprouver à la rencontre d'une telle production, étant donné les signaux envoyés), se déploie du côté des portraits, des saynètes, des paysages, s'attardant par moment sur le thème des bateaux, qui a notre agrément (et même notre agréement) sur ce blog... Il semble bien que les travaux de ce monsieur ressemblent en définitive à une sorte de carnet de ses voyages intérieurs, centré avant tout sur le désir de capter des bribes de la vie telle qu'elle va, bien plus que sur le fait de bâtir une oeuvre esthétique. C'est le genre de démarche qui  a bien sûr toutes les chances de nous captiver, au Poignard subtil.

Franck Montardier 1.jpg 

 

29/01/2011

Info-Miettes (11)

Disparition de René-François Gregogna

     Gregogna a quitté cette vallée de larmes le 17 janvier dernier dans sa 85e année. J'ai eu l'occasion de parler ici du film qui lui avait été consacré par Anne Desanlis (disponible aujourd'hui en DVD). Tous ceux qui voudraient ne pas le perdre complètement sont invités à le revoir. Pour les autres, ce sera l'occasion de découvrir un créateur marginal haut en couleur, d'une élégance physique hors du commun, qui eut une grande influence sur les artistes de la Figuration dite Libre du côté de Sète et Pézenas. Et qui, ce que l'on sait moins, avait été dans sa jeunesse durablement marqué par la rencontre avec un inspiré du bord des routes des années 30, Alphonse Gurlhie (on voit des oeuvres de ce dernier dans le Violons d'Ingres de Jacques Brunius, doc de 1939). J'avais eu le temps, lors du passage de René-François à Paris pour l'avant-première du film d'Anne Desanlis, de l'interviewer au sujet de Gurlhie et autres.

Gregogna disparaît le 17 janvier 2011 à 84 ans.jpg

Bernard Thomas-Roudeix, de la toile à la terre, et au Sel

Expo Thomas-Roudeix, Espace Galerie du Sel, Sèvres 2011

     Au fil du temps, j'aime à contempler les travaux de Thomas-Roudeix, avec un plaisir qui s'affirme toujours davantage. Il  travaille la céramique émaillée et l'acrylique en peinture. Et voici l'occasion de découvrir le fruit de cinquante années de travail dans un Espace appelé la Galerie du Sel, installé 47, Grande Rue à Sèvres.Bernard Thomas-Roudeix, sans titre

     On dit de lui dans le carton d'invitation à cette prochaine expo (du 3 février au 6 mars) qu'il "a choisi le corps humain comme support principal de son art". "Impossibilité de communiquer, difformités, souffrances: l'homme est pour lui un vaste champ d'expériences et de possibilités d'expression". Il semblerait que parmi les influences qu'il revendique, on trouve Bacon. Il marche en effet sur ses traces, notamment en explorant une palette chromatique extrêmement raffinée et sensible. Et sans que son dessin se complaise dans la représentation de corps déchirés ou avilis qui sont parfois si en faveur chez d'autres peintres contemporains qui ne se lassent jamais de montrer les plaies et les chancres, les postures abaissantes.

Petit Pierre, pièce de théâtre pour la jeunesse par Suzanne Lebeau

Le manège de Petit Pierre,album pour la jeunesse de Michel Piquemal.jpg    Après André Robillard, Aloïse et autres créateurs d'art brut (dont les écrits, par exemple, ont aussi inspiré des dramaturges, que l'on se souvienne de la pièce de Patricia Allio jouée naguère un peu partout), voici que le théâtre s'attaque (façon de parler bien sûr) à Pierre Avezard (1909-1992), le créateur du célèbre manège automatisé en fils de fer et autres matériaux recyclés anciennement situé à la Fay-aux-Loges dans le Loiret et remonté par la suite dans le Parc de la Fabuloserie à Dicy dans l'Yonne.

     C'est au Théâtre de l'Est Parisien que cela se joue du 18 janvier au 5 février (pressez-vous!). Le fait que la pièce ait été classée et aussi écrite dans la perspective d'un théâtre pour la jeunesse est sûrement à mettre en lien avec l'édition pas très lointaine de l'album documentaire de Michel Piquemal et Merlin, le manège de Petit Pierre aux éditions Albin Michel jeunesse (en 2005). A ma connaissance, c'est la première fois qu'une pièce de théâtre pour la jeunesse choisit de camper l'oeuvre et l'existence d'un créateur brut devant des enfants.

L'univers enchanteur d'Anselme Boix-Vives

      Est-ce la simultanéité de la magnifique nouvelle exposition qui vient de commencer à la Halle Saint-Pierre (Sous le vent de l'Art brut, collection Charlotte Zander, du 17 janvier au 26 août 2011, Paris), où l'on peut voir entre autres merveilles, à l'étage quelques oeuvres d'Anselme Boix-Vives, est-ce cette présentation qui a donné l'occasion aux responsables de la galerie Alain Margaron de ressortir de leurs cartons d'autres oeuvres de cet ancien vendeur de primeurs? On pourrait le penser.

Anselme Boix-Vives, peinture exposée à la Galerie Margaron, 2011

Boix-Vives, Mariage des deux races ou Grand Mariage jaune, ripolin sur carton, 80 x 108 cm, 1965, ph. A. Ricci ; carton d'invitation à la Galerie Margaron

 

      Eh bien, tant mieux puisque cela nous donne la possibilité de découvrir quelques nouvelles plumes de sa gerbe de 2400 peintures et dessins, ayant constitué, paraît-il, aux yeux du créateur, "son paradis sur Terre" (extrait du catalogue de la Halle Saint-Pierre).

Galerie Alain Margaron, 5, rue du Perche, 75003 Paris. Exposition jusqu'au 26 février 2011.

Henriette Zéphir, 50 ans de dictée

     On avait remarqué à la Halle Saint-Pierre, il y a quelque temps (une exposition sur le dessin je crois) les dessins "médiumniques" de Mme Henriette Zéphir, née en 1920 dans la région toulousaine, qu'Alain Bouillet cherche à faire reparaître sous la lumière, car on l'avait un peu oubliée cette chère dame, depuis le fascicule n°14 de la Collection de l'Art Brut (1986), où une notice de Jean Dubuffet (de 1966) révélait son existence et ses travaux. Comme si ses dessins, à l'exemple des âmes qu'il lui fallait aider à brasser (vivant "dans les zones grises inférieures ; [il faut] les aider pour qu'elles parviennent à s'élever dans les zones de lumière"), avaient désormais besoin à leur tour d'un autre médium pour leur permettre de se réincarner.

gregogna,petit pierre,fabuloserie,environnements spontanés,art singulier,thomas-roudeix,henriette zéphir 

Henriette Zéphir, sans titre, 1965, crayon de couleur et encre de Chine sur papier plastifié, 23 x 32 cm

 

     On pourra contempler de nouveau des dessins de Mme Zéphir (une petite Zemankova à la française?) à la galerie Christian Berst du 4 février au 5 mars prochains. Le soir du vernissage (jeudi 3 février, à 20h précises), on aura aussi la possibilité de visionner un film de Mario Del Curto et Bastien Genoux (avec la collaboration d'Alain Bouillet), d'une quinzaine de minutes sur la même Henriette Zéphir.    

 

 

23/01/2011

Carbonisés en goguette, fillette au pantin et autres créatures de Montpied à Bègles à partir du 5 février prochain

Plaquettemontpied-1.jpg

     La date d'ouverture de ma prochaine exposition au musée de la Création franche (58 ave du Maréchal de Lattre de Tassigny, 33 Bègles) approche. C'est l'occasion de faire un petit rappel, en espérant que les intéressés pas trop éloignés de la région Aquitaine pourront venir à l'inauguration du samedi 5 février à partir de 18h. Et s'ils ne peuvent venir ce jour-là, leur préciser que l'expo durera jusqu'au 20 mars.

Plaquettemontpied-3.jpg

 BM, Les Carbonisés en goguette, 2010 ; extrait du carton d'invitation à l'expo BM

 

 

    C'est aussi l'opportunité de mettre en ligne le texte fouillé que Myriam Peignist, rencontrée grâce à ce blog, a eu la gentillesse de consacrer à un de mes dessins présentés dans cette exposition, Les carbonisés en goguette (voir ci-dessus). Je publie ici son texte dans sa version complète (qui a en effet été raccourcie, avec son accord, faute de place dans le carton d'invitation à l'expo ; les blogs sont là pour pallier ce genre de difficultés):

             Sur un fond nébuleux de débris nucléaires, une ambiance de grisaille ; peu de place pour un coin de ciel bleu. Le végétal a disparu de cet anima mundi de rescapés saugrenus entassés. Comme une crête hérissée  sur un front avantageux qui lorgne le ballet des hybrides, un peigne blanc aux dents irrégulières s’érige pour recoiffer l’air filandreux. Lambeau rouge, seul dressé, s’effiloche dans un vent blanchi, jouant avec les rebords de la feuille en déchirure. La mascotte des goguettiers serait-elle visière noire ? En contours irréguliers et frétillants, c’est bien la couleur charbon qui donne relief à la scène.

            Dégoulinant, saturé et touffu, l’univers de Bruno Montpied se précipite et s’extravase vers le bas de la feuille en joyeuse dégringolade, se jouant du rase-mottes. L’insurrection s’y fait à l’envers, brouteuse, dévalant la feuille en cascade, s’agglutinant jusqu’à tâter cette terre devenue poussière cendreuse. Pas question de s’y enliser. 

            Le ton broussailleux est donné : tandis que l’étrange pèlerin courbé et bosselé, traînant  sa trace gluante et fumeuse de cramoisi, raconte au grand cornu son épopée, la cadence du bal est lancée. Sous lui s’amoncelle une palissade crâneuse de formes concassées, en grappe de grelots. Sur les restes de la catastrophe, la danse des « carbonisés en goguettes » est à la bousculade espiègle, mais impossible de s’y  marcher sur les pieds. Ça swingue sur les ruines d’un camp dévasté.

            Bruno Montpied invente la danse Carambole : la troupe des Gouailleurs est entraînée dans une parade de frottis frotta, à la cadence d’un pousse-toi pousse-moi. Les créatures de Montpied ont de drôles de mines, forment un cénacle déjanté qui se taquine.

            On ne peut pas dire que ce monde-ci soit « sans queue ni tête » puisque paraissent s’y enchevêtrer les « tête à queues ». Pas de mains, peu de pieds, ni entrechats, mais des nez à nez d’amputés drolatiques, des yeux globuleux, des crocs à crocs de dents noires, des langues lécheuses fourchues flairant les échancrures. 

            S’y côtoie un monticule de difformités sous le regard bienveillant d’un personnage maquillé à la clown, sourcils rouges, les yeux cernés. Avec son bras d’écailles, sa chevelure d’un brun épais, son châle à pois roses sur son corps tronqué, il-elle s’attendrit devant le bal, dentition écarquillée. Un demi moustachu balafré par le rebord du papier pointe sa bacchante effilée, curieux d’entrer dans la danse : s’y entreprennent en enfilade, une méduse froufrouteuse, des défroqués, et autres décolletés en jabot. Des hiéroglyphes d’un bleu limpide, semblent indiquer le message d’un mystérieux patrin (1). Le papier déchiré et granuleux joue entre cadre comprimé et échappée hors cadre.

            La moutarde monte au nez, les carbonisés partent en dérive et cavalcades comme s’il sortaient de le feuille en courant.

                             

Myriam Peignist



(1) Le patrin est le code secret des tsiganes (une sorte d’alphabet) qui leur permet de communiquer visuellement  (de patran : feuille d’arbre), ce sont des signes très simples qu’ils laissent après leur passage.

 *

    Au même moment, autre rappel, se tiendra au rez-de-chaussée du même musée une exposition d'une centaine d'oeuvres de Jean-Louis Cerisier. L'inauguration de son expo se déroulera en parallèle avec la mienne.

Plaquettecerisier-1.jpg

  

18/01/2011

Voeux singuliers

      Je ne cache pas que les voeux de nouvel an me laissent passablement dubitatif. Certes, je n'en veux pas à ceux qui me disent bonjour chaque fois qu'on se croise pour la première fois dans une journée. Après tout, on pourrait voir les voeux de nouvel an comme une salutation spécifique pour la première fois de l'année. Ah bonjour, vous êtes encore là? (Car c'est peut-être ce qui est sous-entendu par "Bonne année, bonne santé"...?). Ceux qui meurent dans l'année qui suit avaient d'abord essuyé en début d'année les voeux de leur semblables leur souhaitant de vivre une bonne année, la vraie poisse en somme. Est-ce à cela qu'a pensé Laurent Jacquy en publiant ces temps-ci, à l'enseigne des Beaux Dimanches, Avec par ordre de disparition, Répertoire 2010 des Macchabées Célèbres, tomes 1 et 2 ? 

Répertoire des macchabées 1 et sommaire du 2.jpg 

Les Beaux Dimanches, Laurent Jacquy, beauxdimanches@orange.fr  ; ci-dessus, la chronologie macabre est tirée du tome 2 de cette mini publication

Extrait Tome 1 répertoire des macchabées célèbres de Laurent Jacquy.jpg

Laurent Jacquy, extrait du Tome 1 du Répertoire 2010 des Macchabées Célèbres

 

Extrait Tome 2 du Répertoire des macchabées célèbres de Laurent Jacquy.jpg

Extrait du Tome 2

 

     C'est pourquoi ma préférence, plus qu'aux simples voeux formulés plus ou moins machinalement, va aux oeuvrettes qui prennent prétexte de ces voeux pour pouvoir déployer une autre facette du talent de leurs auteurs, cartes postales spécialement éditées pour l'occasion avec quelque chose de singulier dans leurs atours, voire oeuvres graphiques ou autres spécialement conçues pour l'occasion, parfois variantes de l'art postal.

Voeux Donadello 2011.jpg

        Joseph Donadello, dont je parle sur ce blog et qui sera au sommaire de mon prochain livre sur les Jardins Anarchiques, a édité une carte de voeux luxueuse où on le découvre paraissant attendre avec bienveillance le chaland occasionnel. Derrière et autour de lui sont ses coupes glanées aux champs de bataille des boulistes et ses peintures naïvo-bruto-singulières qui sont une des autres facettes de son talent, à côté des sculptures qu'il dissémine dans son jardin. Je crois savoir que ses peintures sont à vendre.

        De leur côté, le musée des Amoureux d'Angélique (alias l'association Geppetto, alias Martine et Pierre-Louis Boudra, dans le village du Carla-Bayle en Ariège) ont sorti une carte où sont réunis une pièce sculptée de Roger Beaudet (représentant le couple Boudra) et un arbre couvert d'oiseaux naïfs qui serait dû à "un vagabond russe" croisé du côté de Villemur-sur-Tarn.

 

Voeux Musée des Amoureux d'Angélique 2011.jpg

 

  Bi, un cadavre exquis de Geha et Pierre Albasser, 2010.jpg     Mais la palme de la création la plus délicieuse revient pour moi sans conteste au binôme Géha + Pierre Albasser qui m'ont envoyé au croisement des deux années le cadavre exquis ci-dessous, intitulé Bi:

Bi, Pierre et Geha Albasser.jpg

Bi, Geha et Pierre Albasser.jpg

Bi, Geha et Pierre Albasser.jpg

Bi, Pierre et Geha Albasser.jpg

Geha et Pierre Albasser, Cadavre exquis, 2010 

01/01/2011

Sauve-toi, Petit Poucet...

Bruno Montpied, Cherchant le Petit Poucet, 2011.jpg

Bruno Montpied, Cherchant le Petit Poucet, 24 x 17 cm, 1.1.11

      Il a le physique d'un ours vraiment mal léché. D'ailleurs, à propos de lèche, vous avez vu sa langue? Il en goutte des grains de poussière qui vont s'accumuler en un gros tas poudreux devant ses pieds. L'estomac proéminent, il s'avance d'un pas lourd à la recherche de celui dont il veut se venger, depuis qu'on lui a fait une mauvaise, une très mauvaise farce. Sa main gauche tient, au bout d'un bras démesuré, ballottant comme une chiffe molle, une petite hache. Ses hardes peu soignées, roussies à force d'être restées tant de fois trop prés des âtres, flottent au vent, on dirait une vague robe de chambre, il ne porte plus ses bottes habituelles qui lui faisaient gagner tellement de temps (c'est d'ailleurs pour cette raison que son corps a pris du poids, ne faisant plus les efforts dont le dispensaient ses bottes magiques). Il avance d'un pas lourd, des petites bêtes lui mordillent les chevilles pour tenter de le ralentir davantage. Le Petit Poucet est déjà loin. Il ne paraît pas pouvoir s'en rendre compte, car son crâne n'a pas eu la place de lui garantir une loge pour un cerveau suffisamment grand. Le peu qu'il lui reste, par surcroît, goutte de sa langue en particules de poussière. Il va bientôt buter dessus et s'étendre de tout son long, la gueule fendue sur sa propre hache.

28/12/2010

Bruno Montpied bientôt au musée de la Création Franche (lui itou)

      Si Jean-Louis expose une centaine de peintures et dessins, je suis resté pour ma part dans des limites plus modestes, une cinquantaine d'oeuvres. Il ne s'agit pas de deux expos en une, mister Jean Granier (merci de votre intérêt), mais plutôt de deux expos personnelles parallèles. Jean-Louis Cerisier est au rez-de-chaussée, et Bruno Montpied, prenant de la hauteur (sans pour autant devenir hautain), est au premier étage du même musée de la Création Franche. Mêmes dates: du 5 février au 20 mars 2011 (inauguration le samedi 5 février).

 

Inconnu-comme-le-loup-blanc.jpg

Bruno Montpied, Inconnu comme le loup blanc, 38 x 46 cm, 2010, technique mixte sur carton entoilé, avec collage de deux moitiés de noyau d'avocat légèrement sculptées

 

    J'exposerai une douzaine de tableaux de format 8 Figure (comme celui que je reproduis ci-dessus), le reste se composant de travaux sur papier, le plus souvent à l'encre et autres techniques mixtes comme on dit. L'ensemble s'efforce d'être varié, les travaux ayant été choisis en fonction de cela et aussi de leurs dates, du plus ancien datant de l'an 2000 jusqu'à cette année, histoire de montrer une partie de ce qui a été produit depuis ma dernière exposition au musée de la Création Franche (en 1998). Les critères de sélection au sein d'une production qui demeure abondante (la plupart du temps en petit format, faute au manque d'espace et de volume de mon logis, et aussi parce que "small is beautiful", qu'en petit on peut plus facilement faire surgir de l'inopiné, alors qu'en grand on se résigne souvent à composer avec l'inspiration, la tuant quelque peu), les critères de sélection sont liés quelquefois au fait que certaines oeuvres qui me satisfont étaient déjà encadrées, et pas assez exhibées à mon gré. Et aussi bien sûr au fait que certaines oeuvres produites  plus récemment suscitent mon désir de voir comment les amateurs réagiront devant. Je mets en ligne ci-dessous quelques exemples de ces récentes productions qui seront exposées à Bègles en février-mars prochains:

La-fillette-au-pantin,-env-.jpg

 

BM, La fillette au pantin, 35 x 27 cm, 2010, photo de magazine modifiée



LaChamane-Entre-En-Transe-p.jpg

BM, La chamane entre en transe par le charleston, 43 x 30, technique mixte sur papier pur chiffon, 2010

Lourd-de-menaces,-24x17cm,-.jpg

BM, Lourd de menaces, 24 x 17 cm, lavis, encre, crayons, et marqueurs sur papier aquarelle, 2010

 

      Régulièrement, je reviens vers les modifications, pour reprendre un terme mis à l'honneur je crois à l'époque des années 1960 par le peintre Asger Jorn, et qui désigne des oeuvres exécutées par-dessus des  images trouvées, déjà faites. C'est généralement à des reproductions que je m'attaque, plus rarement à des oeuvres originales (récemment j'ai utilisé des gravures ; il m'est arrivé de repeindre une fois ou deux par-dessus des toiles). Il y aura une catégorie d'oeuvres non représentées dans cette expo ce sont les oeuvres exécutées en collectif, le collectif se limitant le plus souvent au nombre 2. Je ne désespère pas de pouvoir en montrer un jour dans un lieu intéressé par la chose.



26/12/2010

Jean-Louis Cerisier bientôt au Musée de la Création Franche

      J'annonce cette exposition longtemps à l'avance pour le cas où l'on voudrait faire le voyage en réservant un billet à tarif réduit. L'inauguration aura lieu en effet le samedi 5 février, un samedi pour les voyageurs qui viendraient de beaucoup plus loin que Bègles, merci aux organisateurs du musée qui ont eu cette délicate attention.

 

 Jean-Louis Cerisier, Mythologie, 2009.jpg 

   Jean-Louis Cerisier, Mythologie, 2009

 

      Jean-Louis Cerisier, cela faisait longtemps que je n'avais plus parlé de ses travaux. J'avais même cru à un moment qu'il allait laisser tomber la peinture. Et puis voici que pas du tout il est reparti la fleur au fusil, ou plutôt qu'il n'a jamais cessé de créer sous roche, continuant à produire des tableaux, des travaux graphiques avec une belle opiniâtreté. Peut-être n'était-ce qu'une stratégie pour pouvoir continuer sur d'autres voies plus inédites, tranquillement, en se procurant le calme nécessaire. Je l'ai un peu enfermé au début dans l'art naïf, tant je continue de croire que dans ce domaine, on peut rencontrer d'aussi poétiques trouvailles qu'ailleurs (et Jean-Louis me faisait l'effet d'une de ces trouvailles). Naïf n'est pas forcément synonyme de mièvre et de peinture cu-cul. Lui-même paraissait s'enfermer dans un système, tout en cherchant à casser les limites qu'il s'assignait inconsciemment. Plusieurs de ses peintures, à un moment, attestent de ce besoin de rupture, par des jeux de décadrement. A une époque, comme le rappelle Françoise Limouzy dans le texte qui présentera Jean-Louis sur le carton d'invitation à l'exposition, ce dernier allait même jusqu'à scier ses anciens tableaux, cherchant de nouveaux cadrages, déboîtant, recomposant ses images comme un photographe ou un joueur de casse-tête genre Rubik's cube.Jean-Louis Cerisier, Portrait masqué,collage et peinture, 2000.jpg Certains  portraits masqués représentait un homme se cachant derrière un masque tatoué de cases, de grilles, de labyrinthes vaguement inquiétants. Aujourd'hui, il semble vouloir dépasser cette période. Une de ses dernières peintures, Mythologie (voir notre première illustration), montre ainsi un trio, au sein duquel on peut imaginer un personnage bras en croix comme une projection de l'auteur, enfin sorti avec ses compagnes d'un jardin fermé de grilles, à la végétation envahissante, quelque peu étouffante, s'échappant avec satisfaction semble-t-il de la toile d'araignée de fils blanchâtres qui occupe la composition par-dessus le jardin et le voile noir qui bouche une partie du cadre.

les-soeurs-jumelles.jpg

Jean-Louis Cerisier, Les soeurs jumelles, 2010   

      A Bègles, au Musée de la Création Franche, du 5 février au 20 mars 2011, Jean-Louis Cerisier présentera une centaine d'oeuvres dont beaucoup d'inconnues, puisque la politique du musée est d'offrir aux regards, durant ces expositions, avant tout des oeuvres nouvelles de l'artiste, susceptibles de migrer vers d'autres collections. Jean-Louis a pour ambition de montrer diverses facettes de ses expérimentations, qui contiennent parfois des compositions en collage d'éléments pré-fabriqués par d'autres (comme dans l'oeuvre ci-dessus où l'on découvre un véritable dessin d'enfant recollé dans sa peinture), des peintures sur ardoise, des surlignages, des dessins fantastiques, parfois semi abstraits, etc., etc. Rendez-vous donc à Bègles le 5 février! 

22/12/2010

Beaucoup d'artistes et trop peu de titres?

     Il peut parfois y avoir surpopulation et bousculade pour trouver un titre inédit à un dessin ou une peinture... L'imaginaire permet en même temps des rencontres logiques, comme dans les deux cas ci-dessous, Gilles Manero et Bruno Montpied. A l'actuelle exposition du premier au Musée de la Création Franche à Bègles, on peut découvrir sur un mur ce dessin appartenant à une série intitulée "Sur la Terre comme au ciel". C'est daté de 2008. Eh bien, Bruno Montpied fut prem's sur le titre (vraiment? A ma connaissance bien sûr, car il serait bien étonnant qu'il n'y ait pas eu d'autres prédécesseurs...). Voir cette peinture de 2000, intitulée pareillement que celle de Gilles Manero, Sur la Terre comme au ciel. Je m'empresse d'ajouter qu'il n'y a aucune chance que Gilles ait pu connaître cette peinture qui ne me paraît pas être beaucoup sortie des cartons de BM... 

Gilles Manero, Sur la Terre comme au ciel,n°9, 2008.jpg

 

 Gilles Manero, Sur la Terre comme au ciel, n°9, mai 2008



Bruno Montpied, Sur la terre comme au ciel,2000.jpg

Bruno Montpied, Sur la terre comme au ciel, 2000 

 

     A noter une curieuse coïncidence supplémentaire dans les deux dessins. On trouve deux personnages faisant la sieste dans ces deux compositions, l'un assis se reposant au pied de ce qui peut tenir lieu d'un arbre dans le cas Montpied (l'arbre rouge se révèle être aussi un autre personnage), l'autre étant vautré dans le cas Manero le long d'un talus, personnage résumé à une tête quelque peu chauve (à moins que je n'hallucine?).

07/12/2010

Un créateur secret au Musée de la Création Franche, Gilles Manero

Plaquette exposition Gilles Manero, dessin sans titre, musée de la Création Franche, 2010-2011.jpg

 

      Voici Gilles qui dévoile à nouveau ses dernières investigations du côté de l'imaginaire expérimental. Manero, l'esthète discret, photograveur de métier (ce qui influe sûrement sur ses recherches), revient avec un cabas rempli de mystères à Bègles, la patrie de la Création dite Franche, et ce du 10 décembre 2010 (l'inauguration, c'est vendredi soir) au 23 janvier 2011. Cet alchimiste de l'image prospecte toujours du côté des supports inédits, les papiers en tous genres, par exemple les papiers photographiques comme ces deux exemples de dessins sans titre (à l'encre et à la mine de plomb) qui sont publiés sur le 4 pages qui tient lieu de catalogue pour son expo. Remarquables dessins qui nous changent de ses vinyls repeints de volailles bizarres (comme des personnages de Bosch ou de Breughel qui se seraient métamorphosés en espèces de Shadoks) qu'il produisait presque à la chaîne auparavant (tout en cultivant des images plus secrètes en marge de cette production, souvent des détournements et autres modifications d'images trouvées, vieilles gravures de planches anatomiques ou photographies anciennes)...Gilles Manero,sans titre, dessin mine de plomb,200l, coll.BM.jpg L'image ambivalente, Gilles connaît cela, il sait que la mémoire du spectateur va se mettre à s'affoler. Qu'est cela?, se dira-t-elle... Elle cherchera à combler les vides laissés par la perception trop rationnelle et se propulsera alors vers des horizons où se dévoilera peut-être quelque secret inavouable.

 

Gilles Manero,dessin sans titre, Musée de la Création Franche, expo 2010-2011.jpg

Gilles Manero, sans titre, 2010, encre et mine de plomb sur papier  photographique, 50 x 46 cm

Gilles Manero, sans tire, encre et mine de plomb, exposition 2010-2011, Bègles, musée de la création franche.jpg GM, sans titre, 2010, même technique que ci-dessus, 42 x 35 cm

 

    La mienne de mémoire a sa propre vision automatique du premier dessin du dépliant annonçant l'expo (juste ci-dessus), vision qui exprime cette fois un secret bien avouable. Je reconnais à cette calvitie rêveuse mon propre portrait en vagabond, vu de dos, la besace en travers de l'échine, mes hardes volant au vent, m'acheminant lentement moi aussi vers Bègles où j'arriverais le 5 février à mon tour pour m'exposer, en compagnie d'un autre camarade habitué des lieux, Jean-Louis Cerisier.

Pour situer le musée de la Création Franche voir leur site web

27/11/2010

Caroline Dahyot et le Kamasutra

   Titre alléchant, n'est-ce pas? C'est le titre de l'exposition à laquelle, à partir du 10 décembre va participer Madame Dahyot à Roubaix.

affiche expo Kamasutra au Goût des Choses, Roubaix, déc 2010-Janvier 2011.jpg

   C'est surtout pour moi aussi l'occasion d'insérer ici un supplément en images et musique sur les poupées de l'artiste d'Ault, diaporama trouvé sur l'inépuisable Youtube. Sur cet inestimable site sont trouvables d'autres vidéos et montages réalisés par Caroline Dahyot et ses amis.

     La bande-son de cet opus pourrait intéresser les amateurs de musiques d'outre-normes également. 

21/11/2010

La quête d'Acézat, feuilleton

      Un dessin d'Acézat m'a récemment été communiqué par une de mes commentatrices, Charlotte, qui était intervenue sur ce blog à la suite des deux notes que j'avais publiées au sujet de cette créatrice fort peu connue que j'avais découverte chez l'ami Alain Garret. Voir ici et . Il semble qu'une petite communauté d'amateurs se constitue naturellement autour de l'oeuvre de cette peintre singulière disparue récemment. Nourrissons sa curiosité.

     Le dessin ci-dessous, me dit Charlotte, est présenté par elle comme un "collage". A dire vrai,  je pense plutôt, en me basant seulement sur la photo, à un dessin simplement encadré de façon originale dans la trouée d'un vieux journal déchiré (un exemplaire de 1939 du journal Gringoire).

 

Acézat, Le cocu qui a mis une branlée à sa nana, collection Charlotte Cante.jpg

Acézat, Le cocu qui a mis une branlée à sa nana, dessin, collage et assemblagecoll. Charlotte Cante

     Charlotte Cante décrit en ces termes le dessin ci-dessus: "Les dimensions sont de 70 x 54 cm, avec le cadre. Il s'agit d'un cadre en bois brut "fait maison", le collage est recouvert par une vitre. Le fond est la première page du journal Gringoire, daté du 22 juin 1939 ; le dessin du personnage semble être fait au feutre ou au marqueur  et les contours irréguliers ont été brûlés, cela se voit par endroits. Sur le personnage, une étiquette (d'identification de bagage?) est collée, et plus bas, entre les jambes, une petite tête de femme est positionnée (elle n'était pas collée)".

      Il y a là, on en conviendra, une originalité empreinte d'humour qui mériterait d'être davantage connue, d'autant qu'elle paraît s'être déployée à l'écart du monde, en toute indépendance, gage d'authenticité absolue, à ce qu'il me semble.

 

Acézat,sans titre,1998, ph. Alain Garret.jpg

Acézat, sans titre (un enfant noir?), 1998, exposition de Talence, ph. Alain Garret

 

24/10/2010

Art brut et art singulier à l'encan

      Je ne vais que fort rarement aux ventes aux enchères. Une question avant tout d'habitude, bien sûr. Je ne connais pas trop les moeurs de la peuplade qui séjourne dans ces lieux. J'ai toujours peur en particulier qu'en me frottant par mégarde l'aile du nez, je me retrouve acquéreur de quelque horrible rossignol. Mais bon, je consulte les catalogues quelquefois, comme celui de la vente chez Tajan, rue des Mathurins dans le VIIIe arrondissement,  qui aura lieu demain à Paris. C'est l'occasion de voir défiler de belles images (1), et parfois de belles découvertes, même chez des créateurs aussi connus que Chaissac par exemple (2). On peut également bien entendu découvrir à ces occasions de nouveaux venus non encore repérés (3). Tout en se confirmant par devers soi à quel point vieillissent mal certaines fausses valeurs (Jean-Pierre Nadau, Chomo, par exemple souffrent du voisinage avec les autres oeuvres proposées ; c'est parfois inhérent à l'aspect de bazar que prennent parfois les ventes aux enchères).

 

Alexandre Lobanov, vente Tajan.jpg

(1). Alexandre Lobanov, sans titre, aquarelle, encre et crayons de couleur sur papier, extrait du catalogue de la vente chez Tajan, 25 octobre 2010

 

Yassir Amazine vente Tajan ArtetMarges.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

  (1). Yassir Amazine, sans titre, dessin double face, crayons de couleur, stylo bille et crayon sur papier, 35,5 x 33,5 cm, catalogue de la vente Tajan ("provenance" Art et Marges, Bruxelles)

 

Baudoins Fierens,VenteTajan25.10.10(28x21,5)(Artetmarges).jpg

(3). Baudoin Fierens, sans titre, stylo bille sur papier, catalogue de la vente Tajan ("provenance" Art et Marges, Bruxelles)

 

Gaston Chaissac vente Tajanoct10.jpg

(2), Gaston Chaissac, composition aux personnages, collage et encre sur papier, 18,5 x 13,5 cm, catalogue de la vente Tajan

 

      Et l'on peut aussi avoir la surprise de découvrir des oeuvres annoncées "en provenance de" l'association ABCD, et non des moindres, comme ce magnifique dessin de Jaime Fernandes, dont on se demande pourquoi ABCD aurait songé à s'en défaire (ou pourquoi il ne l'a pas acquis)... Est-ce le début de la grande dispersion? Sur le site de l'association, nulle information à ce sujet heureusement. Au point qu'on se demande s'il n'y aurait pas quelque erreur du côté des rédacteurs du catalogue de la vente Tajan. (Voir cependant le commentaire de "Lem" au bas de cette note qui semble indiquer qu'il pourrait s'agir d'oeuvres ayant été vendues lors d'expositions à la galerie ABCD de Montreuil)

JaimeFernandesprovABCD,venteTajan(32x25).jpg

Jaime Fernandes (1899-1968), Personnage, stylo à bille sur carton, 32 x 25 cm, catalogue de la vente Tajan, " provenance collection ABCD"

      De même, autre sujet d'étonnement, deux oeuvres de Noël Fillaudeau, une valeur sûre de l'art singulier (ce continent en marge de l'art brut, ce surréalisme inconscient et inachevé...), sont également à vendre, en "provenance"... du Musée de la Création Franche ! Je croyais ce dernier pourtant en train de bâtir une collection en évitant d'en perdre la moindre brique. Le fondateur de cette dernière collection, sollicité par moi, m'a aimablement fait savoir que cette information concernant cette problématique "provenance" des deux Fillaudeau était tout bonnement fausse! La collection de la Création Franche est par principe "invendable et incessible". Cette formule "en provenance" est bien confusionnelle, je trouve, et peut créer des inquiétudes chez ceux qui ont fait des donations aux collections mentionnées, par exemple... 

Noël filllaudeau2 Tajan.jpg 

Noël Fillaudeau, sans titre, gouache sur papier (en réalité, cette oeuvre semble faire partie de la série dite des "Métamorphoses" dans laquelle Fillaudeau peignait en "modifiant" des reproductions photographiques de magazines et autres), catalogue de la vente Tajan, donc pas en "provenance" du musée de la Création Franche 

19/10/2010

Modifier Alfred de Vigny

     Les modifications, c'est un terme qu'utilisait Asger Jorn, si je me souviens bien, pour distinguer ses transformations de peintures de croûte, achetées aux Puces trois francs six sous, des détournements debordiens aux ambitions plus largement subversives. J'ai repris le mot plus modestement mais avec un goût similaire du retravail métamorphosant toutes sortes d'images qui me laissaient soit indifférent, soit agacé pour ne pas dire plus. Ce genre de démarche n'est pas nouvelle, je me hâte de le reconnaître. Rien que parmi les Singuliers on a déjà du monde qui redessine ou repeint par-dessus des images trouvées, je pense à Noël Fillaudeau (ses "Métamorphoses") ou à Alain Lacoste. Ils avaient de grands ancêtres, comme Chaissac qui n'hésitait pas à repeindre par-dessus un Gleizes... En fait, en cherchant bien, on pourrait certainement rameuter toute une brillante cohorte d'impertinents en tous genres qui se sont exprimés ainsi en caviardant, occultant, modifiant à qui mieux mieux (déjà, Duchamp avec sa moustache à la Joconde...). De quoi faire une innovante exposition, n'est-ce pas? (Il faut bien donner des idées à nos commissaires d'exposition toujours prêts à se vautrer dans leurs vieilles habitudes).

Bruno Montpied,Affreux de vigne, monument au plénipotentiaire gros plein de soupe, gravure modifiée,2010.jpg

 Bruno Montpied, Affreux de vigne, monument au plénipotentiaire gros plein de soupe, modification d'une gravure du XIXe siècle représentant Alfred de Vigny, encre et crayons de couleur, 2010

 

 

17/10/2010

Art sans étiquette à Rives, sortie A 48 entre Lyon et Grenoble, parcours fléché...

    Art singulier? Trop galvaudé ces temps-ci. Art brut? Inadéquat, et déjà pris. Art contemporain? Trop vague. Art Hors-les-Normes? Pas tant que ça... Alors on opte pour un terme descriptif qui ne dérangera personne, "Art partagé", pour cette 3ème biennale organisée par l'association Oeil'Art, à Rives en Isère. 

Art partagé, 3ème biennale.jpg

     Une bonne partie des créateurs présentés ici viennent des ateliers qui hébergent les expressions des déficients et autres handicapés mentaux, Jean-Louis Faravel, animateur d'Oeil'Art ayant une prédilection marquée de ce côté-là (mais gare aux redites! Il commence à y avoir beaucoup de "bonshommes" peints dépouillés sur des fonds très colorés au sein de cet art des handicapés, et cela finit par nuire à l'écho que ses partisans voudraient voir bien établi).

     On reconnaît aussi parmi les propositions d'oeuvres quelques noms connusJoël Lorand portrait en train de dessiner, ph Association Oeil'art.jpg des lieux voués à la défense et à l'illustration de ce que l'on appella en 1978 "les singuliers de l'art", et depuis les festivals qui se sont montés dans les années suivantes, "l'art singulier".Adam Nidzgorski,ph. Site web Art tout simplement 2010.jpg On notera l'inversion des termes qui signala que l'on accordait dans ces festivals le mot "singulier" davantage avec l'art, plutôt qu'avec les personnalités, et leur comportement singulièrement créatif. L'art singulier au fond devenait l'art contemporain du dimanche... Dès lors, on risquait d'y trouver à boire et à manger. Il est difficile aujourd'hui, dans les festivals d'art plutôt pluriel de ne pas se retrouver au milieu d'un bric à brac confus envahi de suiveurs et d'arrivistes aux dents longues quoiqu'un peu voyantes.

 

POSTIC Les larmes de la pluie encre sur toile80x40cm 2009.jpgEvelyne Postic, Les larmes de la pluie, encre sur toile, 80x40cm, 2009

 

Marie-Jeanne Faravel, Mes petites histoires,43x39, encre, matériaux divers et points de couture, 2010.JPG

Marie-Jeanne Faravel, extrait de la série "Mes petites histoires", 43x39cm, encre, matériaux divers et points de couture, 2010

        Ce ne paraît pas être le cas avec la biennale de "L'art partagé" où un effort sincère est fait en faveur de la découverte de nouvelles formes d'expression autodidactes.  C'est pourquoi je suis allé proposer mes propres productions auprès d'Oeil'art qui m'a accueilli avec hospitalité. Une douzaine de mes petits formats sont présents dans les cartons de l'association. Voici quelques unités:

Bruno Montpied, Ils sont plusieurs à hésiter en lui, 2008.jpg

Bruno Montpied, Ils sont plusieurs à hésiter en lui..., 24x18, 2008 

Bruno Montpied, Où l'on perd la tête, 2005.jpg 

B.M., Où l'on perd la tête, 25x30cm, 2005 

Bruno Montpied, Le Pouvoir,2009.jpg

 B.M., Le Pouvoir, 29,7x21cm, 2009

Bruno Montpied, La bouliste bizarre, 2010.jpgB.M., La bouliste bizarre, 24x17cm, 2010 

     

      On sent qu'une des lignes de force des expositions montées par Oeil'art est un certain goût des figures épurées, voire dépouillées (c'est pourquoi l'association est aimantée par les figures de l'art des handicapés). Et c'est aussi vrai qu'il est très émouvant, et parfois même vertigineux, de constater la force que peut recéler une figure très nue, très simplement rendue. Chaissac y arrive avec une virtuosité quasiment sans égale (comme on pourra s'en rendre compte en ce moment  en allant visiter l'exposition très réussie qui se tient à Paris sur la rive gauche dans la galerie Nicolas Deman).

Jean Dehombreux 1, 73x55.jpgJean Dehombreux (nom prédestinant?), ph. site web Art Tout Simplement 



10/10/2010

Stéphanie Lucas, une Jérôme Bosch dans l'art singulier?

    Dans le récent catalogue du 11e festival d'art singulier d'Aubagne (terminé le 29 août dernier), suite à son arrivée in extremis du reste dans la sélection finale du festival, à ce que m'a précisé une distinguée membre de l'association organisatrice, j'avais été passablement estomaqué, puis conquis par des reproductions de tableaux d'une certaine Stéphanie Lucas. Depuis, j'en ai appris un (tout petit) peu plus. Sans formation artistique, sans trop d'information en matière d'histoire de l'art (semble-t-il) non plus, Stéphanie peint sur des tableaux de bonne dimension (environ 60x80cm). L'oeuvre, comme on va le constater ci-dessous, est d'aspect foisonnant! tableaux steph 021.jpg

70 x 70 cm

   L'auteur de ces images paraît priser les mondes imaginaires, univers où sa fantaisie appliquée aux jeux des formes, aux sensuels chromatismes, aux rapprochements audacieux entre des êtres chimériques, au sein d'une végétation et une nature traitées avec délectation, peut se donner libre cours. Comme les enfants qui adorent bâtir des mondes étanches par rapport à la réalité qui les environne, Stéphanie Lucas semble prendre un plaisir extrême à ces mondes parallèles, où les métamorphoses fixes, faute de se déployer dans un art de mouvement, comme le cinéma peut le proposer, se renouvellent d'un tableau à l'autre.

tableaux steph 023.jpg 82 x 65 cm

     Nous sommes ici dans un univers non situé, comme si on nous proposait une tranche de jungle non localisée. Nous entrons de plain pied dans un maelström de sinuosités face auxquelles notre regard s'accommode peu à peu, reconnaissant comme des chapelets de prunelles formant les rayons (ressemblant à des tresses) d'une roue d'engrenage (ou de rouet?) enfoui dans une dégringolade de diablotins, d'effilochages bleus, où se glissent des serpents perplexes, tandis que dans les fonds de cet amas faisant songer à un tricot on croit discerner des vermicelles roux. Des asticots, des scolopendres, des bêtes plus dures à identifier, grignotent, pincent, dévorent patiemment semble-t-il les lianes et les grains qui font la trame de ce monde. Ici, je ne décris qu'un aspect succinct d'un tableau parmi d'autres (celui qui est reproduit ci-dessus).

tableaux steph 024.jpg

  58 x 90  cm

     Notre artiste, si elle n'est pas informée des autres créateurs de mondes imaginaires (des plus anciens - je songe au parricide anglais Richard Dadd -  aux plus contemporains - Stéphanie est cousine sans le savoir des univers de Ruzena ou d'Isabelle Jarousse, son vocabulaire de personnages, de plantes et autres formes étant plus foisonnant et peut-être moins obsessionnel), ne serait-elle pas par ailleurs plus habituée d'une information liée à l'histoire naturelle? Est-elle familière des planches zoologiques, botaniques par exemple? Elle qui constitue à n'en pas douter par ses inventions plastiques une zoologie et une botanique parallèles. 

     On sait par ailleurs que Stéphanie est mariée à Loïc Lucas, lui-même artiste passionné d'images ayant de forts rapports avec les planches anatomiques, particulièrement celles qui reléveraient de la biologie cellulaire (une exposition de ses oeuvres s'est tenue récemment à la galerie Christian Berst, expo dont je m'étais fait briévement l'écho sur ce blog ; j'ajoute que mon intérêt pour la peinture de Mme Lucas n'a rien à voir avec ce lien conjugal que je ne connaissais pas au moment où j'ai vu le catalogue du festival d'Aubagne). On peut à cette occasion aussi se demander pourquoi l'oeuvre de Stéphanie elle-même ne rentrerait pas elle aussi dans une collection d'art brut. A moins qu'au contraire, ce soit l'oeuvre de son mari qui pourrait plus idoinement se ranger dans l'art contemporain,  section du merveilleux contemporain, voire dans un surréalisme sans étiquette, un surréalisme errant?    

 

  

28/09/2010

Il faut sauver la Villa Verveine

 

    Incroyable nouvelle, le maire du bourg d'Ault a envoyé récemment une sommation à Mlle Caroline Dahyot de devoir diligemment recouvrir les fresques qu'il ne saurait voir dessus le mur de la maison dont elle est propriétaire...! Invoquant un code de l'urbanisme auquel personnellement je ne connais pas grand-chose il est vrai, mais qui prescrirait à tout un chacun de ravaler sa façade régulièrement. Ce qui n'est pas le problème avec la façade peinte par Caroline dans sa bonne ville, oeuvre artistique de qualité fonctionnant comme une enseigne pour la profession de la gente dame. Le mur est correctement ravalé, et enrichi par la fresque qui s'y trouve.

Photo façade VERVEINE.jpg

Vue de la façade de la Villa Verveine de Caroline Dahyot à Ault, 2010

 

   Ault, personnellement je n'en avais jamais entendu parler (et je parie que nombre de mes lecteurs étaient dans le même cas!), si je n'étais pas tombé sur l'oeuvre de Caroline Dahyot, plusieurs fois exposée, et notamment récemment au festival Art et Déchirure à Rouen. Contactée, cette gente personne m'a parlé en premier lieu de son port d'attache qu'elle paraît fort aimer, en des termes qui m'ont tout de suite donné envie de visiter le bourg (c'est entre Le Tréport et Amiens grosso modo). Si l'on empêche Caroline Dahyot de s'exprimer, ce sera donc une chance de moins pour le tourisme culturel en direction de cette station picarde. Est-ce donc là le but visé, madame le maire?

   Je parie que cette élue n'est en outre pas au courant qu'ailleurs en France on peut voir de nombreux sites d'art en plein air, créés par des artistes autodidactes ou professionnels, c'est varié, et que ces sites ont fait l'objet de nombreux ouvrages, et aussi de classement au titre des monuments historiques (le Palais Idéal du facteur Cheval dans la Drôme, la maison en mosaïque de Picassiette à Chartres, la ferme aux avions d'Arthur Vanabelle dans le Nord, dont une maquette a été réalisée pour les besoins de l'exposition qui vient d'ouvrir tout récemment dans le nouveau musée d'art moderne et d'art brut de Villeneuve-d'Ascq, etc., etc.). A Montauban, dans les années 1980, les murs d'un immeuble situé dans une ruelle avaient entièrement été peints à la fresque par une dame qui y habitait (Amélia Mondin). Personne n'y avait rien trouvé à redire. Serait-on plus intolérant à Ault qu'à Montauban?

     Si l'on donne du temps à la fresque sur rue de Caroline Dahyot, qui sait si le même phénomène de reconnaissance par les monuments historiques, ou simplement avant cela, par les guides touristiques, ne se produira pas à Ault? Il serait dommage que ce bourg reste uniquement connu pour être le siège d'une atteinte à la liberté d'expression monumentale...

 

Voici une petite vidéo tirée de récentes actualités de F3 Picardie, rubrique "insolite"...

 

 

    Que peuvent apporter à l'estimation juste d'une oeuvre d'art peinte sur une maison les témoignages de gens visiblement incompétents pour en parler? Limites du micro-trottoir! Ne serions-nous pas ici aux frontières de la démagogie, voire du populisme?

     Il est urgent et nécessaire de se mobiliser pour aider à la sauvegarde de cette façade. une pétition a été mise en ligne par Caroline Dahyot et ceux qui la soutiennent. Veuillez cliquer sur ce lien.

21/09/2010

Cuisse de nymphe

    Une drôle de gourgandine est venue sous mes mains ces jours-ci... Souriante, d'un sourire de Joconde enfantine, elle va chevelure rousse au vent, sûre de son fait. Elle découvre coquine sa jarretelle en haut de sa cuisse rose, genre, "tu as vu ma jambe? Elle est faite au moule, non ?"... Etrange survenue sur mes papiers, comme il m'en est rarement arrivé. C'est comme une immigration de personnes isolées ces temps-ci qui viennent me visiter. Je les accueille avec hospitalité et gratitude pour la surprise qu'elles me procurent.

Bruno Montpied, Cuisse de nymphe part en vadrouille, 2010.jpg 

Bruno Montpied, Cuisse de nymphe part en vadrouille, 24x18cm, 2010

 

 

 

Brassée automnale de "visionnaires et créateurs dissidents"

    Huit créateurs à mettre du 25 septembre au 28 novembre prochains sur le devant d'une scène depuis plus de vingt ans dédiée à la création autre, j'ai nommé le Musée de la Création Franche, comme chaque automne, les yeux qui restent curieux se tournent vers Bègles.

    Parmi  ces huit, je fais mon choix et j'en retiens trois. Un que j'aime bien pour ces divinations devant des pommes de terre où il aperçoit des îles pleines de projections inconscientes, Serge Paillard. Le voici enfin exposé parmi les créateurs francs, juste récompense d'un travail particulièrement original (voir l'article que je fis sur lui dans SURR n°5 à l'automne 2005).

 

Serge Paillard, Et elle rêva que viendraient des temps lumineux, 2006.jpg

Serge Paillard, "Et elle rêva que viendraient des Temps Lumineux", encre sur papier, 30xx24 cm, 2006

 

        Deux, Giuseppe Barrochi, présenté ici par l'institution de la Tinaia à Florence en Italie, dont le catalogue montre trois dessins remarquables aux crayons de couleur, mélanges d'images et de mots paraissant inspirés des actualités journalistiques et des sentiments personnels du dessinateur.

Giuseppe Barrochi,Sans titre,2009.jpg

Giuseppe Barochi, sans titre, 50x70 cm, 2009

      Et trois, les dessins étranges, originaux de Huub Niessen, venu des Pays-Bas, ancien journaliste ayant abandonné le métier pour cause de "troubles psychologiques" et présenté par le galeriste passionné d'art outsider Nico Van der Endt.

 

Huub Niessen,Saint-François, 2009.jpg Huub Niessen, "St-Franciscus" (Saint-François?), 16,6x23,3 cm, 2009

 

        Cela fait trois bonnes occasions de venir faire un petit tour à Bègles le week-end prochain.

16/09/2010

Quelques tireurs de langues et autres montreurs de crocs

    Voici que je propose à mes lecteurs l'image ci-dessous afin de quêter un avis, espérer une réaction. Qu'en pensent-ils? Cet imaginaire aux outrances provocatrices a de quoi séduire le fan d'humour très noir, non? Doit-on vraiment le garder si caché, comme paraît le désirer fermement son auteur?

Anonyme, couvercle de coffre peint, 2010, ph. Bruno Montpied.jpg

 Anonyme, peinture sans titre sur couvercle de coffre (détail), sept 2010, ph. Bruno Montpied

 

 

Marcel Katuchevski, l'Espace du Noir

     Voici une nouvelle exposition de Marcel Katuchevski qui s'annonce dans un lieu qui m'était inconnu jusqu'à présent, "l'Espace Topographie de l'art" situé 15, rue de Thorigny dans le 3e, à Paris (c'est le long du musée Picasso). Du 11 septembre au 24 octobre. Sur le carton qu'on m'a envoyé (Martine Lusardy? C'est elle qui est la commissaire de cette expo), il y a un grand dessin impressionnant à la mine de plomb qui me fait penser un peu aux dessins d'exorcisme d'Antonin Artaud. C'est aussi fort, d'après moi. Il y a aussi ces lignes d'Adon Peres sur le même carton: "Bien souvent, Marcel Katuchevski a l'impression que la figure est là, sur la feuille blanche, précédant le dessin lui-même: J'ai parfois du mal à la faire surgir. Puis je la dissimule, avant de la faire ressurgir. C'est une sorte de lutte autour de quelque chose, qui est là, et qu'il faut que j'accepte." Une lutte? Effectivement. Jugez plutôt...

Marcel Katuchevski,Espace Topographie de l'art, 2008.jpg

Marcel Katuchevski, Sans titre, mine de plomb, 2008

14/09/2010

Acézat, un talent à Talence

     Du 7 septembre, ça vient de commencer donc, jusqu'au 30 octobre, comme me l'ont signalé divers amis, Anne, Alain et récemment Jérôme en commentaire, on poura avoir l'occasion d'en découvrir plus au sujet d'Andrée Acézat qui est exposée avec son mari Lino Sartori (peintre-sculpteur talentueux lui aussi) et Jean-Claude Delannoy au Forum des Arts et de la Culture de Talence, en Gironde.

 Acézat, exposition Comédies Humaines, Forum des Arts et de la Culture de Talence, automne 2010.jpg

 

Andrée Acézat, sans titre, 1999, Exposition "Comédies humaines" à Talence

 

     Elle vient de nous quitter, l'année dernière, apprend-on dans le mince dépliant édité à cette occasion. Il est dit aussi dans le même texte de présentation que, née en 1922,'et après avoir passé ses années de formation à l'Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux, sa peinture bifurqua dans les années 80 vers "l'art singulier" ("l'art brut", est-il écrit aussi, mais là on commet à mon avis une erreur, devenue hélas assez commune, lorsque l'on confond l'expression primitiviste "singulière" pratiquée par une artiste avec le primitivisme brut des créateurs collectionnés par Dubuffet, gens n'ayant rien à voir avec le monde des professionnels de l'art). Il paraît évident que Mme Acézat, par ses "bonshommes" ressemblant à des poupées, dans un dessin empruntant beaucoup à l'art des enfants, a fait acte d'allégeance à une certaine forme de primitivité dans l'art, et qu'elle a dû par la même occasion rejeter une certaine science de l'expression acquise aux Beaux-Arts.

 

Quelques peintures d'Andrée Acézat, Forum des Arts et de la Culture de Talence, 2010.jpg

 

      Ses personnages, avec leurs gros yeux comme implorants parfois, ou tout bonnement pleins d'innocence,  retiennent aisément le regard je trouve.

 

29/08/2010

Info-Miettes (9)

Galerie Susi Brunner, Zürich

    Je viens de recevoir des dépliants, une carte postale, pour m'inciter à aller faire mon marché - mon expéditeur me supposant collectionneur avisé - du côté de l'art brut à Zürich, à la galerie de Susi Brunner, apparemment une bonne adresse  pour ce genre d'emplettes. "C'est depuis 1973 que je m'implique de façon professionnelle dans l'art "outsider" et l'Art Brut", écrit-elle dans une courte présentation traduite en français dans sa présentation de la galerie. Le programme des derniers mois de 2010 s'annonce comme d'habitude stimulant: nous aurons ainsi Umberto Gervasi, Giuseppe Zivieri, Alberto Guindani et Nicola Gianini, quatre créateurs apparemment italiens - l'Italie se fait beaucoup remarquer ces temps-ci du côté de l'art brut ; voir Bonaria Manca, ou ce Giovanni Bosco sur lequel un blog parallèle, celui de la Madame Figaro de l'Art Brut, en fait des caisses depuis déjà quelque temps - quatre créateurs qui exposeront entre le 18 septembre et le 18 octobre ; Alain Signori, sans titre, 30x21cm.jpgun certain Alain Signori, venu de France (une sorte de figuratif naïf on dirait? Il y a pas mal de renseignements sur lui et ses travaux sur internet, notamment un site web à lui seul consacré), exposera ensuite de ce 18 octobre jusqu'au 18 novembre,Alain Signori, sans titre 20x12cm.jpg date à laquelle sera fait place aux "acquisitions" de la galerie et ce jusqu'au 18 décembre, date à laquelle les relaieront Paul Amar et ses boîtes de saynètes incrustées de coquillages et autres loupiotes parfaites pour aller avec les arbres de Noël qui refleuriront, façon de parler, un peu partout en Europe en cette fin d'année... Un film de Philippe Lespinasse sur Amar (déjà ancien) sera également projeté à cette occasion.

Galerie Susi Brunner, Spitalgasse 10, Suisse, 8001 Zürich. Tél 41(0)44 251 23 42. www.susibrunner.ch

*

Jarousse chez Chave

     La galerie Alphonse Chave de son côté poursuit son défrichement des créateurs un zeste obsessionnels en exposant du 21 août au 30 novembre Isabelle Jarousse et ses oeuvres en papier épais, couverts de faunes et flores divers dessinés méticuleusement à l'encre par-dessus des vagues et des plis tortueux. Nous avons déjà eu l'occasion de l'évoquer sur ce blog ainsi que dans la revue Création Franche (n°23, cotobre 2003, article Sans paroles, Isabelle Jarousse).

Isabelle-Jarousse-Chave-201.jpg

 

   A signaler la parution d'un catalogue à l'occasion de cette exposition, reproduisant 25 oeuvres d'Isabelle Jarousse, faisant partie d'une série intitulée "Fleurs et couronnes", avec un texte de Damien Chantrenne. Deux expositions supplémentaires consacrées respectivement à Pascal Verbena et à "l'Art Brut et ses alentours" se poursuivent dans la même galerie, à ses premier et second étages.

*

Insectes en tous genres à Verderonne

21x30.jpg

     Photos et dessins d'insectes sont au menu de l'expo d'été qui se poursuit actuellement au Centre Artistique de Verderonne, animé par Caroline Corre dans l'Oise jusqu'au 27 novembre prochain. Pour les photos (d'Alain Muriot), je suppose que c'est de la photographie entomologico-poétique, style Roger Caillois (à seconde vue, ce serait plutôt proche des évocations de Nabokov). Pour les dessins, nous avons l'occasion ici de retrouver les bestioles voraces de Michel Boudin, que j'ai déjà aussi eu l'occasion d'évoquer ici et là (dans le catalogue de l'exposition Créations et Visions Dissidentes au Musée de la Création Franche à l'automne 2001).